Ton amie, Domina sévère

Domina sévère
Pour le plaisir de ces Dames.
Do
 Ton amie, domina sévère, m’a fait venir plus tôt chez elle pour que je prépare le repas qu’elle m’a demandé d’acheter chez le traiteur. Dès que j’arrive, elle me demande de me mettre nu. Je suis un peu intimidé mais elle m’en donne l’ordre alors je m’exécute. Elle examine ensuite mon corps et me donne quelques tapes sur les fesses, les cuisses et le ventre pour en tâter la fermeté. Elle s’attarde sur mon sexe avec lequel elle joue un peu. J’ai un début d’érection et elle parait satisfaite. D’une bourrade, elle me pousse vers la cuisine. Elle s’assied confortablement sur une chaise et me donne des instructions pour préparer le repas. Puis elle me prend par la queue et m’entraîne vers la salle à manger pour que je mette la table. Quand tout est prêt, elle me fait allonger sur le dos au pied du canapé où elle s’assied. Elle étale ses jambes et les pose sur mon corps que j’offre entièrement à sa vue. Elle enlève ses chaussures et utilise ses pieds pour jouer avec mon sexe. Elle entrouvre son chemisier pour me laisser deviner le début de sa gorge. Je finis par bander et elle s’amuse à donner des tapes avec ses pieds sur ma queue dressée vers elle. Quand ma bite est bien dure, elle pose une cravate dessus et me demande de faire un nœud. Quand j’ai terminé, elle s’approche et passe la boucle derrière mes couilles pour enserrer la base de ma verge gonflée de désir pour elle. On sonne à la porte. Elle tire sus la cravate pour me faire lever. Nous marchons vers la porte et elle me masturbe en route pour me faire bander davantage. Elle me fait arrêter à quelques mètres devant la porte qu’elle va ouvrir. Je te découvre alors pour la première fois, encore plus belle que sur les photos. Tu entres et me découvre alors, nu, en pleine érection qui s’est renforcée à ta vue. Ton amie, en bonne domina sévère, me demande de t’enlever ton manteau. Ce faisant, mon gland te touche et tu lui donnes une petite tape. Tu me fais un peu mal et je te souris pour te remercier de m’avoir puni d’oser te toucher alors que tu ne m’y avais pas invité. Je me dirige vers le porte manteau pour accroche ton manteau. Ton amie me tape alors fortement les fesses en me disant de me dépêcher. Vous allez vous asseoir toutes deux côte à côte sur le canapé. Je m’empresse d’aller à la cuisine et de revenir avec un plateau garni. Je vous sers du Champagne et pose les biscuits apéritifs devant vous. Vous buvez chacune une gorgée et vous embrassez longuement sur la bouche pour  échanger du Champagne. Je vous regarde en bandant fort. Ton amie le remarque et me fait tomber avec sa jambe. Je me mets à quatre pattes et vous regarde comme un chien. Ton amie me jette quelques chips qui atterrissent devant moi. Je baisse la tête pour les manger ainsi par terre. Ton amie me pousse à nouveau avec sa jambe er me fait rouler sur le dos. Je m’allonge alors à vos pieds, sur le dos. Tu regardes ma queue dressée et je vois que cela t’excite. Tu m’ordonnes de baisser les yeux et je t’obéis. Au bout d’un moment, je lève un peu les yeux et vois ta main passer sous la jupe de ton amie. Je bande de plus belle et de la mouille commence à couler de mon gland gonflé d’excitation. J’approche ma main de ma queue pour me branler mais ton amie interrompt ma tentative. Elle me fusille du regard et je comprends son ordre. J’ai juste le droit de me laisser excité par vous mais pas de me toucher car cela vous est réservé. Je passe alors mes mains derrière mon dos pour bien lui montrer que c’est elle qui me dirige. Satisfaite, elle se laisse aller au fond du canapé et écarte un peu les cuisses pour laisser ta main lui fouiner la chatte. Je remarque qu’elle n’a pas de culotte et je peux admirer son vagin mouillé du désir que tu suscites. Tu enfiles deux doigts au fond de sa moule et excite son clitoris avec le pouce. Ton amie commence à se trémousser sous l’effet de tes caresses. Je suis également excité et me tortille de ne pas pouvoir me caresser. Je suis très frustré et vous implore du regard. Ton amie me donne une gifle pour me faire baisser le regard. Puis elle écarte largement les jambes pour ouvrir complètement sa chatte. Tu te lèves et te place à quatre pattes devant elle. Tu te places au dessus de moi et t’arranges pour placer ta chatte juste au dessus de mon visage. Tu approches ta bouche du sexe mouillé de ton amie et la suce goulument. Je vois apparaitre dans ta chatte de la mouille qui finit par couler sur mon visage. Je déplace légèrement ma tête pour recevoir ta mouille directement dans la bouche. C’est bon. Je n’en peux plus de désir pour vous et ramène ma main sur ma queue. Ton amie me voit et me donne un coup de pied ce qui interrompt la montée de son plaisir. Elle est furieuse et me donne d’autres coups de pieds pour soulager sa rage. Tu t’assieds sur moi en posant ta chatte sur mon visage et la frotte vigoureusement sur ma bouche. Tu te tournes un peu sur moi et me tape le sexe de plus en plus fort pour me punir d’avoir interrompu votre jouissance. Je grimace de douleur et cela semble vous satisfaire car vous arrêtez de me taper pour reprendre vos caresses. Tu recommences à sucer ton amie qui se met à gémir doucement. Tu me demandes sèchement de te sucer la chatte à fond pour te faire jouir. Je me tortille de désir frustré ce qui agace ton amie. Elle me donne alors un coup de pied sur ma queue. Vos mouvements s’accélèrent et je sens que vous allez jouir. Bien que je n’ose plus bouger, ton amie me tape à nouveau ma queue avec le pied. Elle attrape la cravate qui enserre ma verge et tire dessus de plus en plus fort. Cela me fait mal et je pousse des petits cris qui résonnent dans ton vagin. Cela t’excite davantage et tu jouis en criant dans la chatte de ton amie ce qui la fait jouir à son tour. Je sens un flot de mouille couler dans ma bouche. Tu te relèves pour t’allonger sur ton amie. Puis tu t’assieds à côté d’elle pour lover ta tête sur son épaule. Vous me regardez toutes les deux. Je souffre terriblement de n’avoir pu me toucher pour jouir en même temps que vous. Mais c’est vous qui commandez et je vous obéis. Vous rajoutez à ma peine en me donnant des coups de pied et en étirant mon sexe avec la cravate qui la met à votre disposition. Ton amie me donne un violent coup de pied aux fesses en disant : » Et maintenant, sers nous à manger ».
A suivre
© Dominique P., Paris, Juin 2007.

Admirer et faire plaisir à ma reine. Lui faciliter son shopping. Porter ses paquets. L'attendre en voiture. Faire ses courses. Son ménage. Son linge. Lui faire couler son bain. Masser son corps. Vénérer ses pieds. Lui donner du plaisir quand elle me le demande. La regarder avoir du plaisir avec d'autre(s). Ne me toucher que si elle m'y autorise. Ne jouir que pour elle.

Du même auteur



    Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.