Cadeau pour le mari soumis : Mutation vers un couple gynarchique (13)

mari soumis

Féminisation du mari soumis

Samia le rejoint rapidement et commença à chercher une tenue pour son mari soumis parmi sa garde-robe à elle.

-je vais te féminiser pour la soirée. Tu gardes ma petite culotte rouge et tu mets en plus le soutien-gorge assorti. Pour les bas, tu les enlèves et tu mets ces bas de soie rouge, avec les porte-jarretelles. Une tenue de gala pour ma lope de mari !

Laurent enfila tous les dessous comme ordonné. Samia rechercha ensuite dans ses jupes et en sélectionna une noire et particulièrement courte qui pourrait convenir.

-Celle-là t’ira à ravir.

Dans ses petits pulls en laine, elle choisit le rose.

-Enfile ton petit pull de salope, il te moulera bien.

Laurent obéit en silence, Samia continua à fouiller dans son immense dressing.

-Côté chaussures, une paire d’escarpins rouge, pour en rajouter une petite couche dans ton look de pétasse !

Puis elle sortit plusieurs perruques.

-Je ne sais pas encore si ce soir je te verrais plutôt en blonde ou en brune.

Laurent fit les essayages sous les yeux de sa femme dont le choix s’arrêta finalement sur une perruque brune à la coupe au carré.

-Il ne reste plus qu’à te maquiller et tu seras parfaite !

Samia sélectionna du noir pour ses yeux, un rouge à lèvres flamboyant et termina le travestissement par du vernis à ongles rose.

-Tu sais que tu m’excites comme ça ? J’ai encore envie de te baiser ! Mais je vais d’abord faire des photos pour Maîtresse Zaïa.

Repassage obligatoire pour le mari soumis

Lui ordonnant de prendre des poses lascives, elle le mitrailla avec son portable et sélectionna les meilleures qu’elle envoya à maîtresse Zaïa qui ne tarda pas à lui répondre par sms :

-Magnifique ! Prends-le pour moi !

-Ce sera fait, répondit Samia à Zaïa.

Puis s’adressant à Laurent :

-Allez, à quatre pattes sur le lit !

Pour la deuxième fois de la journée, Samia le pénétra sans ménagement et lui bourra le cul en cadence.

-C’est de la part de Maîtresse Zaïa cette fois.

Quand elle en eut assez, et sans lui laisser le temps de se remettre, Samia s’adressa de nouveau à Laurent :

-Maintenant tu vas chercher le fer, la table à repasser et tu vas repasser devant moi la tenue avec laquelle je vais te faire cocu ce soir ! Applique-toi, je te ferai recommencer jusqu’à ce que ce soit impeccable !

Il sortit le nécessaire et se plaça près d’elle, attendant qu’elle lui donne son ouvrage.

-Tu vas me repasser ces deux robes pour commencer.

Laurent bien que peu doué pour la chose s’appliqua pour faire de son mieux. Samia le regardait et jubilait :

-Je trouve cela d’une perversité follement jouissive de faire repasser par son mari soumis la robe avec laquelle on va ensuite le tromper. Je crois que je vais même te laisser choisir celle que tu veux que je porte ce soir pour aller rejoindre mon amant. Alors, la noire hyper-moulante en cuir ou la bleue toute aussi moulante en laine ? Et trouve une formulation excitante pour ta réponse !

Soumission totale pour le mari soumis

Pour Laurent l’humiliation était complète, la soumission totale et l’excitation indescriptible. Il dût répondre et sélectionner la robe de sa femme pour le plaisir d’un autre homme :

-J’ai très envie que tu me fasses cocu avec ta robe de cuir noire mon amour. Et de saisir tout l’honneur que tu me fais de te savoir possédée par un autre dans la tenue que tu m’auras autorisé à choisir pour toi.

Samia se délecta tellement de sa réponse qu’elle lui fit répéter plusieurs fois. Puis elle continua à se préparer sous les yeux de Laurent, le laissant la dévorer des yeux. Elle enleva tout ce qu’elle portait puis commença par enfiler devant lui une paire de bas si langoureusement qu’il faillit défaillir. Etait-ce la vue de la soie qu’on déroule sur des jambes féminines gracieuses, ou le bruit feutré qu’y l’accompagnait, impossible de dire ce qui mettait Laurent le plus dans un état second. Vicieuse et joueuse en diable, Samia ajouta des porte-jarretelles plus pour rendre son mari encore un peu plus fou de désir que par nécessité pour tenir ses bas. Ensuite elle enfila la robe sexy qu’il avait choisi et alla se remaquiller.   Ajoutant une paire de bottes et un blouson pour terminer sa tenue, elle se tourna vers Laurent avec un regard de braise, toujours plus incendiaire :

-Je serai toute à lui ce soir…

Mari soumis attaché et bâillonné !

Ne pas bander sur ce qu’elle venait de lui dire, ne pas être travesti par elle, lui interdire de sortir et la posséder, la garder rien qu’à lui, voilà ce qu’une partie de lui-même s’apprêtait à faire. Mais à ce moment Samia sortit d’un tiroir des bracelets et des cordelettes pour l’attacher. La volonté de Laurent vacilla sur le champ. Quand sa femme lui eut passé les bracelets de cuir aux poignets et aux chevilles, de volonté il ne lui en restait plus aucune. Ce qu’elle faisait c’était ce qu’ils voulaient tous deux, toute velléité de résistance fut anéantie avant même que sa femme l’ait solidement attaché aux barreaux du lit.

Samia fixa Laurent avec un regard pénétrant :

-Une dernière chose à dire avant que je te mette ton mords à balle ? fit-elle, réjouie.

-Fais de moi ce qu’il te plaira, répondit Laurent.

-C’est ce que je voulais entendre. Cocu, ce sera déjà bien…

Et immédiatement, elle le bâillonna. Avant de sortir, elle vérifia l’érection de son mari. Elle était maximale, il y a des aveux qu’on ne peut dissimuler, surtout sous une jupe trop courte…

Samia quitta la pièce, ferma à clé l’appartement. Ses talons claquèrent longuement dans les escaliers puis ce fût le silence. Pleine de désirs et d’excitation, elle laissait un mari attaché à la maison et partait rejoindre un amant plus jeune dont la ferveur et la fougue allait la combler, elle le savait.

Ultime cadeau pour le mari soumis

Laurent attendit, elle agit. Lui, condamné à l’impuissance, elle, prête à toutes les jouissances. Il fantasma, elle exulta. Lui contraint par ses liens, elle libre de faire vibrer son corps. Un homme frustré mais excité, une femme excitée puis comblée. Et tous deux reliés secrètement par des pensées de domination et de soumission qui les rapprochaient chaque jour un peu plus. Leur couple avait-il jamais été plus vivant  que dans ce nouvel état ?

Peu avant minuit, Samia rentra à la maison. Elle rejoignit Laurent dans la chambre. Elle s’allongea à côté de lui, le caressa avec délicatesse.

-Il est encore temps de te souhaiter un bon anniversaire, mon amour de soumis, dit-elle espiègle. Et voici ton cadeau.

Saisissant son portable, elle lança une vidéo.

-Tu vois, j’ai pensé à toi. J’ai demandé à mon amant de filmer nos ébats de ce soir…

Et tout en le laissant regarder les images, elle le branla doucement jusqu’à ce qu’il explose littéralement dans sa main. Sans se déshabiller et sans même le détacher, elle se colla à lui et ils s’endormirent.

 

A SUIVRE…

 

 

Articles similaires:
Rencontre avec une jeune Maîtresse dominatrice
Vers l'acceptation de mes fantasmes fétichistes !
Interview de Maîtresse Sephora NOUR
Vers ma transformation en parfait soumis (3)
Homme soumis le temps d'un jeu de rôle (1)
ma princesse dominatrice : essai sur la domination (3)
Professeur totalement soumis à son étudiante (14)
Soumis obéissant : Dressage imprévu en vacances (5)
Le gode ceinture : Rencontre métro, formation (8)
Kidnappé et dressé pour devenir un esclave sextoy (3)
Dressage du nouveau soumis : vers un couple gynarchique? (2)
Soubrette mâle soumis à de jeunes dominatrices (4)
Retard avec ma Maîtresse dominatrice = conséquence imprévisible
Offert à une collègue dominatrice : Supérieure hiérarchique domina (6)
Ma Boss dominatrice
Epouse dominatrice : Mutation vers un couple gynarchique (12)


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
2 comments on “Cadeau pour le mari soumis : Mutation vers un couple gynarchique (13)
  1. Je m’attendais à ce qu’un homme fasse irruption pendant qu’il crie « j’adore ça! », pour l’humilier encore plus. L’enjeu de non-divulgation du secret à d’autres, comme lors du week-end au gîte, rend les choses encore plus intéressantes.
    Bref, j’ai très envie de lire la suite, la lecture de cette histoire me procure beaucoup d’excitation.
    A quand le premier contact sexuel avec un homme ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.