Découverte de mon côté, femme dominatrice !

femme dominatrice

Frustrée sexuellement avec mon mari !

Je ne peux pas dire que je sois épanouie sexuellement parlant. J’ai un mari qui fait le strict minimum et qui, dès qu’il a joui, s’endort ou part faire autre chose. Aussi, comme je suis d’une nature à ne pas me laisser faire, bien au contraire, c’est le désert total côté câlin depuis un moment… Le problème est que je suis en manque de certaines caresses que de toute façon, mon très cher et tendre ne me procure jamais, Pourquoi suis-je avec lui me direz vous ? Et bien il ramène pas mal d’argent à la maison et là, ma nature reprend le dessus. Je gère tout ça et donc pas question de me séparer de la poule aux œufs d’or !

J’estime être encore très attirante. J’ai quelques rondeurs bien réparties que mon âge de 43 ans ne m’aide pas à faire disparaître. Donc, j’en suis à me contenter de voguer sur les sites porno divers. J’ai même commandé pas mal de jouets et autres accessoires et cela avant même que je fasse faire la grève à monsieur. J’avais beaucoup envie d’essayer de nouvelles choses. Ainsi, j’avais déjà acheté un gode ceinture sans connaître les goûts de monsieur. En fait, je ne désespère pas de les utiliser un jour …

Journée de travail ordinaire jusqu’à mon dernier rendez-vous !

Nous sommes lundi et je m’en vais au boulot. Je travaille dans un organisme qui s’occupe de diriger et conseiller des personnes en difficulté dans la recherche d’un emploi. Rien de palpitant ! Nous devons nous contenter de suivre les procédures mises en place, si stupides soient-elles ! La matinée se passe très calmement. J’enchaîne les rendez-vous jusqu’à l’arrivée de mon dernier « client » du matin ! Il est 11h45. J’ai pris du retard avec les rendez-vous précédents. Il va falloir que je me dépêche si je veux partir à l’heure.

J’appelle ce Monsieur Colisson. Je vois arriver dans mon bureau un homme de 44 ans, habillé à la « cool », avec son jean, tee-shirt et basket et un catogan pour nouer ses longs cheveux bruns. Il travaillait dans une boite du bâtiment jusqu’à ce que celle-ci ferme pour mauvaise gestion. C’est un beau morceau de presque 1,90 m avec une petite surcharge pondérale mais bien musclé. Il rentre avec un air assez penaud et un manque d’assurance flagrant.

La discussion arrive rapidement sur sa difficulté à obtenir des aides auxquelles il prétend avoir droit. Son phrasé ne me plaît guère, aussi je n’arrive pas à me décider à l’aider en accédant à sa requête.

Proposition excitante !

J’ai oublié mon envie d’expédier ce dossier. Aussi, je fais traîner le rendez-vous, en lui posant des questions qui je le reconnais ne mènent à rien. Je le vois s’agacer mais il semble retenir sa colère par peur peut-être de ma réaction. Il en arrive à me dire quelque-chose qui me scotche littéralement.

-J’ai vraiment besoin de ces aides pour ne serait-ce que continuer à vivre. Je ferais tout ce que vous jugerez nécessaire. Je suis même prêt à passer sous le bureau !!

Il vient de dire tout cela sans lever les yeux de ses mains qu’il a joint entre ses jambes. J’avoue que ses propos ne me laissent pas indifférente. Je sens une douce chaleur m’envahir l’entre-jambe. Cela fait trop longtemps que je prive mon mari. Le silence s’installe et il n’a toujours pas daigné relever le menton. Et merde, je dois saisir cette opportunité !

-Et bien, nous pouvons peut-être trouver un arrangement !

La femme dominatrice en moi se révèle !

Ma réponse l’interpelle mais je ne saurais dire comment. Il semble vouloir bouger et balbutie :

-Je… Je dois faire quoi ?

-Et bien, vous l’avez proposé vous-même quand à ce qu’il conviendrait de faire pour que je puisse débloquer le dossier nécessaire au bon déroulement de la procédure que vous désirez suivre.

Oula, ma réponse aurait pu être plus simple ! Je suis nerveuse, je ne sais pas trop dans quoi je me lance, mais il est trop tard pour faire machine arrière. Il semble se rappeler ses dires.

-Co…Comment voulez vous faire ?

Le poisson est ferré.

-Simplement, je vais me lever pour fermer les stores sur les vitres attenant au couloir. Ensuite, je vais vérifier que mes collègues aient bien quitté le bâtiment car il est plus de midi. Pendant ce temps, vous vous mettez en position où il faut. Si lorsque je reviens, vous n’êtes pas en position, j’estimerais que vous n’êtes pas enclin à aller au bout des démarches.

Sur ce, je me lève et je fais exactement ce que je viens de lui dire. Bordel, je suis une véritable salope. Mais bizarrement, je ne sens pas de gêne à être une femme dominatrice. Quand j’arrive dans le couloir, j’ai les jambes qui flageolent. Je suis vraiment très excitée par cette situation. Je lui ai laissé une minute et lorsque je rentre, je ne peux retenir un rire que je tente tant bien que mal de retenir dans ma main. La vue en rentrant sur son postérieur dépassant de sous mon bureau est burlesque . Bon, quand il faut y aller, faut y aller !!

Moment intense d’extase pour moi !

Je me remets devant mon bureau. J’entrevois sa tête qui ne dépasse pas le bord pour le moment ….

Je me place entre ma chaise et mon bureau tout en faisant bien attention de ne pas lui écraser les mains. Ensuite, je détache ma ceinture et déboutonne un à un les bouton de mon pantalon. Je saisis ma culotte en même temps et je fais délicatement descendre le tout à mes chevilles. Je rapproche ma chaise à roulettes et m’assied tranquillement. Un petit coup de bassin pour encore avancer et mettre mes fesses au bord de l’assise et j’écarte délicatement les cuisses sur mon sexe pas épilé. Devant son manque d’initiative, je suis obligé de lui dire :

-Tu pourras prendre ton temps, mais seulement quand tu auras commencé … !

Il avance timidement sa tête sans lever les yeux de peur de croiser mon regard qui ne le lâche pas. Son gabarit est trompeur, il est très doux. Il commence par de tendres baisers sur l’intérieur de mes deux cuisses. Cela dure quelques minutes et déclenche quelques soupirs de plaisir de ma part. Il s’attaque ensuite aux choses sérieuses en mettant des petits coups de langue sur mon clitoris. Il éprouve certaines difficultés à toujours le lécher aussi se permet il, de deux doigts d’écarter mes lèvres. Oh oui c’est beaucoup mieux !

J’ai des soubresauts d’extase et je me laisse aller la tête en arrière tandis que ma main se pose délicatement sur le haut de son crâne pour mieux asseoir ma domination sur lui. Quand j’estime que la tendresse a assez duré, je pose mes paumes sur ses tempes de façon ferme et le conduis pour que sa langue me pénètre. Il comprend et durcit comme il peut son appendice. Je lui agrippe sèchement les cheveux pour dicter la cadence. Des gémissements se font entendre mais pas de mouvements de recul. Mes bras fatiguent, aussi, je lui bloque le visage pour que mon bassin prenne le relais. Je ne tarde pas à lui jouir dans la bouche.

-Avale ça !!!

Possédée par cette envie de domination !

Je suis comme possédée. Moi par le démon de la luxure et lui par moi … Il ouvre grand sa bouche et colle ses lèvres sur les miennes. Je lui déverse le jus de ma jouissance dans la gorge. Il suffoque, il y en a trop mais il réussit tout de même à tout avaler. Je le garde contre mon sexe humide tandis que ses deux mains sur mes cuisses se détendre et il me caresse maintenant. Je lui donne des feuilles de kleenex en lui repoussant le visage. Il s’emploie à me nettoyer au mieux.

D’un ton assez sec, je lui ordonne de remonter ma culotte et mon pantalon aux genoux et le somme de sortir de la dessous. Le temps pour lui de s’extraire, j’ai fini de me rhabiller. Sans un regard pour lui, je me remet à mon poste et imprime un document que je remplie et signe. Je suis une salope mais j’ai une parole, Aussi, je lui concède ses droits.

-Ces droits sont soumis à des commissions et peuvent être annulés du jour au lendemain. Si cela devait avoir lieu, nous pourrons avec une certaine motivation de votre part les relancer. J’ai vos coordonnées. Si je vous appelle, ne traînez pas à répondre, compris ?

Il acquiesse timidement et je le reconduis.



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
5 comments on “Découverte de mon côté, femme dominatrice !
    • Pour pouvoir se permettre de faire une telle remarque, il faut être soi-même irréprochable côté fautes et écrire correctement français !
      Le français, c’est l’orthographe ET la grammaire…

      Texte original en tous cas, j’ai même cru qu’il fut écrit par une dame… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.