Enfin soumis à une femme !

soumis à une femme

Fantasme d’être soumis à une femme !

Habitué des sites de rencontre et particulièrement de ceux pour  Domina/Soumis, je rêvais d’être soumis à une femme. Une fois, j’avais réussi à intéresser une Maîtresse dans la quarantaine. Cependant, elle n’avait pas été vraiment convaincue par nos échanges de mail.

En effet, j’étais déterminé mais je n’avais aucune expérience dans le domaine de la domination. Aussi, j’avais eu du mal à convaincre une Maîtresse de m’accueillir. Pourtant, mon opiniâtreté m’avait permis de décrocher un rendez vous avec Maîtresse Lisa. Elle m’avait donné rendez-vous dans un bar parisien du 7ième arrondissement.

Elle m’avait prévenu qu’en aucun cas il ne s’agissait d’un essai. En effet, elle devait décider si dès l’issue de la rencontre, j’intégrerais son cheptel.

Le cœur battant, j’étais arrivé en avance afin de voir entrer ma future Maîtresse. Je n’étais pas sûr de la reconnaître à partir des seules photographies du site de rencontre.

Ainsi, je vis arriver une femme qu’il me semblait reconnaître mais qui était accompagnée d’une plus jeune femme d’une vingtaine d’années. Elles s’installèrent à quatre tables de moi.

A l’heure du rendez vous, il me semblait que chacun de nous cherchait son interlocuteur. C’est ainsi que je vis la Maîtresse me montrer du doigt à sa jeune compagne et l’envoyer vers moi. Cette dernière s’approcha et me demanda sans gêne aucune si j’étais bien le candidat à la soumission de Maîtresse Lisa. Je répondis interloqué et en balbutiant : » oui… »

Elle se retourna, adressa un signe de confirmation à la Maîtresse qui fit signe de la rejoindre.

Rencontre avec Maîtresse Lisa

Je m’installai en face des deux femmes. Mon Cœur battait à tout rompre.

Maîtresse Lisa commença en me disant :

-alors c’est toi le novice candidat à la soumission !

-oui : répondis je simplement .

-Je te présente une de mes soumises, mais aussi dominatrice quand je le permets : dit-elle en me présentant sa jeune accompagnatrice répondant au nom de Méa.

-Alors dis moi ce qui te motive particulièrement car j’ai besoin de te cerner.

-Que voulez vous savoir ?

-Quelles sont tes aspirations, les fantasmes, que tu veux réaliser ?

-Ce qui m’intéresse c’est la soumission après féminisation.

-Et tu es bien conscient de tout ce qui va avec ?

-Oui bien sûr !

-Bien dans ces conditions, tu vas faire ce que je te demande. Tu vas descendre aux toilettes des hommes, puis sortir ta queue par ta braguette. Dans 5 minutes, tu me rejoins dans les toilettes des dames !

Je descendis sans mot dire. Sur place, je m’exécutais en restant caché d’éventuels autres utilisateurs du lieu et je comptais les minutes.

Le collier de chien : premier attribut de soumis !

Je sortis des toilettes des hommes une main cachant ma nudité partielle et je rentrais dans les toilettes des dames opportunément libre. J’ouvris toutes les portes et découvris Maîtresse Lisa assise sur une cuvette, culotte baissée et qui me fit signe de rentrer et de fermer la porte.

-Baisse ton pantalon, ouvre ta chemise, écarte tes jambes et approche que te suce !

Elle me pinça le bout des seins et entreprit une pipe inconnue qui me mit tout de suite dans un état d’excitation sommitale.

Elle m’ordonna alors de me finir et d’éjaculer sur sa chatte, ce que je fis dans la seconde.

Mes jambes ne me portaient plus mais de toutes façons elle m’intima l’ordre de me mettre à genoux et de lui nettoyer complètement la chatte avec la langue ce que je fis autour et dedans avec application.

Pendant que je m’appliquai, je sentis alors ses mains me poser un collier autour du coup. Ensuite, Maîtresse Lisa me dit :

-Je pense pouvoir faire de toi un bon chien soumis. Je vais remonter et d’ici à quelques minutes tu me rejoins en haut. Tu dois garder ton premier attribut de soumis !

Elle me montra le collier.

Je la laissais s’éclipser et regagnais les toilettes des hommes pour me remettre et me regarder dans la glace. J’étais ailleurs.

J’arrangeais au mieux le collier un peu large heureusement. J’arrivais à le cacher peu ou prou derrière mon col de chemise puis je remontais tête baissée.

Confié à la soumise de Maîtresse Lisa

Je me rassis devant les deux femmes et Maîtresse Lisa dit :

-Bien, je crois qu’on va pouvoir en faire une belle salope !

Ensuite, elle me tendit son mobile sur lequel je me vis, bandant, me branlant et suçant.

-C’est au cas où tu reculerais : me dit-elle.

Je n’avais rien vu de la manœuvre évidemment. S’adressant à sa soumise elle lui tendit une laisse de chien et dit :

-je te la confie et tu me la prépares pour ce soir !

-A ce soir salope : me dit-elle ce à quoi je répondis :

-oui

-Ah ! oui qui : dit elle en m’attrapant le visage par le menton sans douceur.

-oui Maîtresse !

-c’est mieux, tâche de t’en souvenir, maintenant, tu es ma chose et tu obéis de la même façon à Méa !

Méa demanda l’addition des consommations que je payais. Ensuite, elle se pencha vers moi et m’accrocha la laisse au collier.

Nous partîmes et je faisais tout pour rester près d’elle afin que la laisse ne se tende pas.

Nous prîmes un taxi. Méa donna une adresse au chauffeur. Dix minutes plus tard, nous arrivâmes devant un immeuble où le trottoir à traverser était large. Il y avait beaucoup de monde. Je collais Méa sans regarder personne, ma laisse parlant toute seule aux personnes qui se retournaient.

Nous prîmes un ascenseur et entrâmes dans un institut de beauté. Toutes les employées semblaient connaître Méa qui ne s’arrêta pas à l’entrée. Elle me tirait derrière et croisait des femmes en peignoir auxquelles elle cria :

-facesitting gratis pour celles qui veulent !

Epilation totale pour le soumis !

Nous arrivâmes dans une pièce avec une table d’examen médical. Elle m’ordonna de me mettre nu et de m’allonger sur le dos.

-on va t’épiler totalement et avant de te maquiller, tu suceras toutes les chattes qui s’offriront à ton visage.

L’épilation dura suffisamment de temps pour que je satisfasse 3 femmes dont je n’ai jamais vu le visage. Puis on m’assit devant une glace pour une séance de totale féminisation du visage. La séance se termina par la mise en place d’une perruque blonde à la coupe garçonne.

Ceci étant fait, il était déjà tard dans l’après midi. Méa m’ordonna de me rhabiller avec mes vêtements. Ensuite, elle remit la laisse en place et nous partîmes prendre un autre taxi qui attendait devant l’immeuble. J’avais une tête de femme sur une allure d’homme, ce qui interpella les quelques passants présents.

Nous nous rendîmes dans un grand sex shop juste avant l’heure du dîner. A peine rentrés, Méa appela une vendeuse. Puis, elle m’ordonna de me mettre nu ce qui me déstabilisa mais je m’exécutai en pensant aux ordres de Maîtresse Lisa.

Achat de vêtements féminins au Sex Shop

On me choisit une culotte en dentelle blanche très transparente. Elle se nouait sur les côtés et se terminait par un simple cordon entre les fesses après plusieurs essayages. Je n’eus pas le droit à un soutien gorge. Cela semblait totalement inutile.  Elle choisit, également, un serre taille seins dehors, en dentelles blanches et lacé dans le dos qui restait ainsi nu avec lanières de porte jaretelles blanches aussi et enfin des bas blancs.

J’avais totalement l’air d’une novice entrant au couvent ou d’une mariée encore vierge.

Méa m’amena enfin une jupe très courte en cuir beige et un boléro sans manche en cuir beige également qui s’attachait par un seul bouton devant. Enfin après m’avoir demandé dans le taxi ma pointure, elle avait trouvé une paire de chaussures à talons trop hauts beiges également.

Elle me tira ainsi vêtu et totalement féminisé à la caisse. Je dus payer après m’avoir fait choisir une cage de chasteté, 3 rosebuds de différentes tailles et 2 pinces de seins reliés par une chaine. Elle fit emballer le tout, en paquet cadeau. Elle garda avec elle, mes vêtements d’homme que je n’allais pas revoir de si tôt.

Dressage du soumis

Nous reprîmes un taxi jusqu’à un immeuble dans l’île Saint Louis. Ensuite, nous montâmes dans un appartement où elle me dressa littéralement toute la soirée. J’appris à marcher comme une pute tantôt nu, tantôt habillé et j’étais obligé de paraître ultra féminine. Je m’en tirait le mieux possible afin d’éviter les coups d’une petite badine anglaise qu’elle maniait avec un plaisir sadique.

Vers minuit nous partîmes pour une destination que je ne pouvais connaître. En effet, elle m’avait mis un bandeau sur les yeux dans le taxi.

Nous roulâmes environ quarante cinq minutes. Puis, je me sentis tiré dehors. Je marchais avec grande difficulté dans du gravier. Enfin, nous entrâmes dans un lieu où on entendait une musique moderne. Nous descendîmes des escaliers. Dans la salle où nous rentrâmes, elle m’ôta le bandeau puis me confia le paquet cadeau. J’ouvris les yeux et découvris une salle de discothèque, chaude et mystérieuse à la fois. Il y avait là de nombreuses personnes dont quelques unes nues avec des colliers comme moi. Au milieu de tous,  se trouvait Maîtresse Lisa radieuse, magnifique en ordonnatrice de cérémonie.

-Alors : dit-elle en faisant faire silence, Voici ma nouvelle salope, mais elle est à point !. Oh elle m’a aussi apporté un cadeau ! Regardez là cette nouvelle chienne que je vais domestiquer ce soir.

25 paires d’yeux me transperçaient.

Présentation du soumis aux amis de Maîtresse Lisa

Elle me dit  :

-Bonsoir et que dit-on à sa Maîtresse ?

-Bonsoir Maîtresse

-Mieux que cela « Salopine », c’est le nom que tu vas porter désormais. Dis avec déférence et enthousiasme que tu me remercies et que tu es fier d’être là pour moi.

-Bonsoir Maîtresse ! Vous me faites beaucoup d’honneur de m’avoir choisi et de me permettre de côtoyer vos amis.

-côtoyer, tu ne sais pas encore comment, qui et combien : s’esclaffa-t-elle.

Elle m’ordonna d’aller seule au milieu de la petite piste de danse derrière elle. Là, devant tous dont elle avait requis l’attention et le silence, elle m’ordonna à voix haute d’ôter avec douceur et grâce mes vêtements.

-La jupe d’abord !  puis « le boléro et enfin juste la culotte en tirant sur les nœuds des 2 côtés en même temps !

Elle me demanda alors de mettre mes mains derrière la tête et d’esquisser lentement des pas de danse lascive. Je me retrouvais ainsi simplement nu en corset et bas, la queue et les fesses offertes aux regards concupiscents de tous

Quand ce fut fait, elle m’ordonna de m’avancer vers elle.

Cage de chasteté pour le soumis !

Ayant ouvert le paquet cadeau, elle sortit tout d’abord les rosebuds et me demanda de me tourner et de me pencher en avant, jambes tendues.

-lequel choisissons nous  ? : lança-t-elle à la cantonade.

Elle n’attendit pas de réponse et dit :

-pour le début on va lui enfourner le N° 2 ce sera suffisant pour l’heure.

Elle demanda à Méa de me graisser la rondelle avec un onguent et elle me pénétra avec le bijoux de cul. C’était pour moi la toute première fois.

Elle m’ordonna ensuite de me tourner et de montrer à tous ces attributs qui n’allaient plus servir à rien. Elle m’ajusta la cage de chasteté tout en confiant la clef à Méa. Enfin, elle me tira le bout des seins et m’accrocha les pinces-bijoux reliées par une chaine lâche.

J’étais maintenant une soumise, prête à tout subir avec beaucoup d’appréhension mais aussi une certaine satisfaction.

Elle tendit alors à Méa la laisse qui était toujours pendante à mon collier dans mon dos et lui dit :

-maintenant promène la parmi nos Amis. Chacun peut maintenant en user à sa guise. réservez moi son clito pour des festivités plus tardives.

-Allez : fit-elle d’un revers de main.

La soirée ne faisait que commencer et la suite est une autre histoire…

 

Articles similaires:
LOPETTE DE MA FEMME DOMINATRICE
Deux Dominastyles (2) : Rosie, adorable peste domina
Rencontre avec ma divine Maîtresse (1)
Une première expérience avec une femme dominante dans un garage
Première soumission (1) : Mes fesses offertes à Maîtresse Nadine
Strip tease (3) pour dominatrices joueuses
Audit de la soumission (6) : objet sexuel pour dominatrices
Londres : Exposition avec pour thème "les Dominatrices"
Esclave sexuel de Marianne (7) : la rivale de ma Maîtresse dominatrice
Homme soumis à instructrice dominatrice (2)
La fessée : Dressage imprévu en vacances (1)
Une vie d'esclave de pied
Description d'une société gynarchique
Madame et la nouvelle bonne !
Dressage du nouveau soumis : vers un couple gynarchique? (2)
Fantasme d’être soumis à une femme, Maîtresse domina (2)

Du même auteur



    Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
    2 comments on “Enfin soumis à une femme !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.