Esclave sexuel de Marianne (5) : Suite du reportage SM de Laure

reportage SM

-Je plaisante, Laure, c’était juste pour te taquiner, tu embrasses bien, tu lèches encore mieux… On va se servir de Jean-Louis, tu vas adorer… mais tu dois me promettre une chose.

– quoi ?

– à la fin, QUOI QU’IL ARRIVE, tu le gifles et tu lui craches dessus, compris ?

– Euh… je ne sais pas si je pourrai.

SLAPPP ! Elle me gifle ! Tout à coup, j’ai envie de partir, quitter ce bureau, cette folle et ce reportage SM ! Puissante, profitant du choc, elle me tire jusqu’au canapé et m’attache, avec une dextérité incroyable. Me voilà en petite culotte les mains liées dans le dos et attachées à l’accoudoir du sofa… Culotte qu’elle arrache, bien sûr, avec une violence qui augmente encore ma peur.

-Je ne vais pas te laisser perdre un si bon moment pour une hésitation ! IL FAUT maintenir Jean-Louis en état d’infériorité, d’injustice flagrante. J’aime bien ce type, mais je le frappe dès que je peux, pour trois raisons. Un, il faut qu’il reste bien conscient qu’il n’a pas le choix, ça maintient notre lien et le rapport de force. Deux Il aime ça. Trois ? J’aime ça, moi aussi.
Bon, il arrive, il va te lécher comme rarement tu l’as été. Tu n’es pas épilée, il n’aime pas, il se sentira forcé, c’est excellent pour toi. 

Jean-Louis arrive, il est méconnaissable. Tout l’attirail d’une grue pathétique, des talons à la perruque, il est maquillé outrageusement, une mouche à côté de la bouche parachève sa vulgarité, tout ce que je déteste. Une envie irrépressible de le gifler monte en moi, quelle différence avec Anne-Ingrid, la séduction et la classe personnifiée !

En l’occurence, la patronne des lieux est beaucoup moins classe pendant que Jean-Louis, la pétasse ajuste le gode-ceinture qu’il a apporté aux splendides hanches d’Anne-Ingrid, elle grogne des insanités comme un mâle en rut.

-Je vais te défoncer le cul, ma salope ! En place ! Tu redresses bien ta croupe et tu lèches la touffe de Laure, là ! tu n’aimes pas les poils, grande pute ? Tu la fermes et tu bouffes bien sa toison poisseuse, elle pue de désir, cette chienne, comme j’ai failli attendre, j’allais me la faire ! Pas de lubrifiant, ça t’apprendra, t’as qu’à bien sucer ma queue !

La lopette se prosterne devant moi d’un air suppliant, ah, si mes mains étaient libres ! Je repense aux ordres de Maîtresse.

-Viens, petite pute, que je t’embrasse !

 Surprise, Anne-Ingrid se marre, Jean-Louis ahuri s’approche. J’envoie un gros crachat blanc direct dans sa bouche, puis encore, puis d’autres, en direction de ses yeux mal peints, son rimmel coule. Une autre idée me vient. Je crache sur mon bas-ventre et une glaire de salive dégouline dans les poils de ma chatte.

-Bouffe ça, cochonne ! 

Obéissant comme un chien, il engouffre mon sexe et suce mes jus, offrant en même temps son cul au dard de silicone de sa Majesté, immense, là-haut, arborant un sourire mauvais. Presque par réflexe, mes cuisses entourent la tête de l’esclave et je serre, agitée de spasmes, il semble protester, étouffer, il gémit, ça m’excite, je ne vais pas pouvoir me retenir longtemps…

La Maîtresse l’empale, dans un souffle, le cri étouffé de Jean-Louis se perd entre mes cuisses, une chaleur monte en moi. Je vais prendre mon pied en étouffant les cris de cette grande salope, obscène, de plus en plus cambrée sous les coups de boutoirs de la Reine qui halète déjà. J’entends ses cuisses claquer sur les fesses qu’elle encule. Son rythme s’accélère, je m’essouffle, serre encore plus mes cuisses, le travelo gémit plus fort, il crie, ma chatte sent les vibrations… je vais jouiiiiiirrrr…

Anne-Ingrid s’effondre sur le dos de son esclave, mord la peau de son dos, gémit, râle, grogne, et soudain se tend comme un arc dans une dernière poussée de ses hanches royales. La bouche ouverte, tête en arrière, il me semble qu’elle bave.

Moi je jouis dans des coups de reins furieux qui malmène la tête de Jean-Louis, je gicle, il me semble que je pisse tant c’est abondant. Je desserre l’étau de mes cuisses, le visage pitoyable de la salope est trempé, son maquillage de bazar s’est étalé, mélangé à ma cyprine, un jus blanc collé aux ailes du nez… il me dégoûte, bêrck.

La Reine me détache, après avoir poussé le soumis par terre sans ménagement, puis m’embrasse, essoufflée, sa bouche déborde de salive. Ca doit faire partie de son orgasme, c’est bbbbBBOOON !!

Une musique très douce se fait entendre, un slow…

-Viens, serre-moi dans tes bras, Laure, Jean-Louis a bien joué son rôle pour t’accueillir dignement et te montrer comment on traite les hommes ici.
Dans ces cas-là, je l’autorise à se masturber, mais TOUJOURS entre des fesses d’une Dame dominante, après les avoir nettoyées, à genoux. Il pourra éjaculer, mais seulement la langue enfoncée dans l’anus de la Domina. Chacune de nous domine tous les mâles (et pas mal de femelles) nos anus sont les uniques objets de leur désir et doivent le rester.
À genoux derrière Laure, le chien ! Présente tes hommages à son orifice et tu pourras vider ta saleté ! 

Effectivement, nous nous serrons au son du slow, baisers chauds, Maîtresse me pétrit la poitrine en pinçant mes tétons et je sens la langue de l’esclave, chaude et douce, qui nettoie mon entrejambe, puis sa tête force un peu l’ouverture de mes fesses -j’ai l’impression de m’asseoir un peu sur son crâne aux cheveux soyeux- pour plonger sa langue dans mon trou, profondément, c’est doux… je sens sa tête bouger, au rythme de sa masturbation… jusqu’au moment où dans un gémissement, il fait jaillir son sperme entre nos jambes.

La Déesse Anne-Ingrid pousse alors la tête soumise vers le sol et l’écrase dans son sperme, la langue finit de l’avaler, vite, avant qu’Anne-Ingrid, d’un air triomphant, s’appuie sur moi pour se hisser sur sa proie, ses talons enfoncés dans les joues cramoisie. Calmement, elle me dit :

-Il faut qu’on parle, Laure.

S’adressant à la larve qui s’égosille de douleur à nos pieds :

-Toi la salope, dégages vite-fait, ouste !

Redescendant de son perchoir, elle accompagne ses mots d’un coup de pied dans les parties de Jean-Louis, qui peut à peine balbutier un « Merci » étouffé avant de décamper…

Pour l’instant, je me vois mal décrire tout ça dans mon article, cela va devenir un reportage SM mais Anne-Ingrid veut « qu’on parle »… on verra, demain sera un autre jour, et je pense avoir d’autres surprises du genre de cet accueil…



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.