Fantasme d’être un homme soumis à une Maîtresse domina (3)

homme soumis

Homme soumis enfermé dans une cage !

Dans quoi étais-je enfermé, me demandais-je ? Plongé dans le noir, j’essayai de déterminer dans quoi j’étais retenu. Je savais que c’était tout petit, je pouvais difficilement me retourner. J’essayai de me lever, ma tête heurta une surface qui sonna comme du métal. Serait-ce une cage ? Soudain, je fus traversé par un frisson. Je commençai à être frigorifié, il faisait très froid. Depuis combien de temps suis-je là me demandais-je ? Je ne savais pas. J’étais envahi à la fois par une excitation que je n’avais jamais connue, celle d’être un homme soumis mais je commençai à redouter ma Maîtresse.

Cette femme avec qui j’ai dîné quelques heures auparavant a su pénétrer dans ma tête si facilement ? Ce mélange de sentiments me poussait à vouloir toujours aller plus loin avec elle, je sentais que cela était un tournant dans ma vie. Je commençais à grelotter, j’avais de plus en plus froid et je compris qu’elle ne lésinerait pas sur les punitions.
Soudain, je sentis quelque chose me toucher le pied. Pris de peur, je sursautai et me cognai violemment la tête sur la plaque métallique au-dessus de moi. J’étais sonné, elle tira vers l’arrière. J’entendis la tirette de ma cagoule s’ouvrir, puis elle m’enleva la cagoule.

Un collier anti-aboiement pour l’homme soumis !

Je vis alors devant moi, une toute petite cage. Ma Maîtresse se pencha vers moi et dit :

– Alors ma petite tu ne t’es pas fait mal ?

– Si Maîtresse ! : répondis-je.

Elle se mit à rire et me répondit :

– Il va falloir t’y habituer, tu vas souffrir dans les prochains jours et plus, si tu oses défier mon autorité !

– D’accord Maîtresse Aurélie !

– Hum, tu as retenu la leçon, on dirait. C’est très bien. Allez vient ! je vais te montrer tes quartiers.

Elle me tira par la laisse. Je la suivais à quatre pattes. Juste avant de quitter le garage, elle s’arrêta. Elle saisit une sorte de collier sur l’établi. Mon dieu ! Nan, ce n’est pas ça ! Me dis-je. Elle me l’enfila autour du cou, et me dit :

– Cela te va comme un gant Chloé. Dit-elle en rigolant.

– Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué il, s’agit d’un collier anti-aboiement, je l’ai bien entendu modifié à ma façon. J’ai notamment rajouté une télécommande.

Elle saisit la télécommande toujours sur l’établi.

– Je te l’avais dit, petit homme soumis, que j’étais une ingénieur créative. Ainsi, je te réserve plein de surprises, à commencer par celle-ci

Si tôt sa phrase terminée, elle appuya sur la télécommande. Le résultat fut immédiat. Je sentis le courant me traverser, mes muscles se raidir et je m’effondrai au sol en hurlant. Elle explosa de rire. Ne me laissant aucune seconde de répit, elle me tira vers le sous-sol.

Première nuit dans la cage !

Je vis alors une grande pièce séparée en deux par une grande cloison vitrée. Il y avait d’un côté, un grand salon avec des canapés des tables et un bar, et de l’autre côté un véritable donjon avec tout le nécessaire.

– Voici le « salon », c’est là où j’accueille mes amis et je leur montre mes esclaves. Plus loin vers le fond du donjon, il y a une petite pièce ou plutôt une cage. Cela sera ton lieu de vie, quand tu ne seras pas en haut ou dans le « salon ». Je vais te montrer, : me dit-elle.

Je vis alors une cage de taille moyenne. La première chose qui me choqua, c’était le plug qui traînait par terre. Il était relié à un câble. Il n’y avait que ce plug et un vieux coussin pour chien dedans.

Maîtresse Aurélie me dit :

-j’ai modifié ce plug. Quand tu seras dans cette cage, je veux que tu le portes tout le temps. Il me servira pour t’appeler si j’ai besoin de toi. Je contrôle aussi la porte à distance et tu es constamment filmé comme ça, je pourrai te surveiller où que je sois.

Elle rit et m’ordonna d’entrer dans la cage pour ma première nuit. J’entrai dans la cage et la porte se ferma. Elle m’indiqua qu’un pot de lubrifiant se trouvait au fond de la cage. Je le saisis puis j’enduis le plug de lubrifiant et enfin, je me l’insérai par-derrière. Il était de taille moyenne. Maîtresse me regarda et me dit :

– Bonne Chloé ! repose toi bien demain, tu as une grosse journée.

Je la vis s’éloigner, je l’entendis monter les marches et puis la lumière s’éteignit.

Articles similaires:
Supérieure hiérarchique dominatrice (5 ): training de son esclave soumis
Essai sur la domination (2) et sur la femme dominatrice
II. SON EXCELLENCE NOUR, PRINCESSE BDSM
LUCRÈCE, BEAUTE DOMINA SLAVE DE SLAVE-SELECTION.FR…
Plaisir et souffrance…-)
PRISE DE POSSESSION DE LA LOPETTE (III)
Soumis docile au service de Madame
Témoignage de Véronique à la personnalité dominatrice
Une drôle de secrétaire gynarchique
Une première expérience avec une femme dominante dans un garage
Mon épouse : ma Maîtresse dresseuse
Mon soumis sex-toy : La métamorphose de mon slave (X)
Offert aux copines de ma femme (11) : soirée BDSM
Soumis encagé dans un rêve éveillé (10)
Maitresse Clara, dominatrice sévère (3)
La Déesse Masquée, domina sévère (12)


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.