Homme soumis, génétiquement modifié pour devenir un parfait esclave (1)

homme soumis

Décidée à acheter un homme soumis

Alice ne savait pas trop comment elle s’était retrouvée ici, à patienter devant la porte blanche à ouverture automatique du Centre à Esclaves de son quartier. Le bâtiment avait des airs futuristes. Il ressemblait à un immense cube de plastique blanc et de surfaces réfléchissantes. Le logo de la Société Gynarchique, un large G de couleur mauve, figurait à son sommet.
La femme d’affaire ne savait pas trop comment se comporter. Acheter un esclave pour devenir son homme soumis n’était pas un projet qu’elle avait eu d’elle-même. Elle avait toujours eu les moyens de s’en offrir un, après tout, elle gagnait extrêmement bien sa vie et vivait dans une vaste demeure, dans le quartier le plus huppé de New-Paris. Cependant, elle n’en avait jamais ressenti l’envie. Jusqu’à ce qu’une de ses amies, Emma, ne lui en parle.

-Tu verras, lui avait-elle dit, une fois que tu y as goûté, tu ne peux plus t’en passer. Physiquement, ça ressemble à un être humain, mais ça a été génétiquement modifié pour devenir un objet vivant. Ils sont serviles et entièrement à la disposition de leur propriétaire. Imagine toi rentrer chez toi après une dure journée de travail et trouver ton esclave, un beau garçon tout mignon, agenouillé au pied de ton canapé, dans ton salon, prêt à te masser les pieds et à te donner le meilleur cunnilingus de ta vie, en silence. Ca ne te donne pas envie d’avoir un homme soumis ?

Le Centre à esclaves

Alice avait bien du l’admettre : Oui, cela lui donnait terriblement envie. Elle y avait réfléchi plusieurs jours, puis s’était décidé à se rendre au Centre à Esclaves.

D’un pas décidé, elle s’approcha de la porte. Celle-ci pivota automatiquement avec une douce musique et laissa la femme pénétrer dans l’édifice. Une jeune hôtesse vint l’accueillir. Rousse, souriante, portant l’uniforme réglementaire de la Société Gynarchique, elle s’avança dans sa direction.

-Bonjour, puis-je vous aider ?
-Je viens acheter un esclave, dit Alice.
-Vous êtes au bon endroit dans ce cas.
-On m’a conseillé ce centre pour la qualité exceptionnelle de ses produits.

-Oh, oui, nos esclaves sont les meilleurs sur le marché. Ils sont très chers, mais en termes de qualité, vous ne trouverez pas mieux. Les garçons que nous élevons ici sont sélectionnés dès la naissance et dressé tout au long de leur jeunesse. A la fin, nous obtenons des serviteurs parfaitement qualifiés pour satisfaire leur maîtresse dans tous les domaines.
-Je vois…

-Je vous fais visiter un peu ? Vous verrez la marchandise juste après.

Méthode de dressage des esclaves

Alice lut le nom « Sylvie » sur le badge que portait l’hôtesse. La jeune femme se dirigea vers l’entrée d’un couloir, dans le fond du hall du bâtiment, lui-aussi entièrement blanc. Alice lui emboita le pas.

-Voyez-vous, expliqua Sylvie, les jeunes garçons que nous dressons ici sont modifiés génétiquement au travers d’une opération très complexe dès qu’ils atteignent huit ans. Cette opération a pour objectif de modifier totalement leur système de nutrition. Un esclave totalement formé n’a plus besoin de manger des aliments comme les nôtres pour survivre : Il peut subsister en se nourrissant uniquement des fluides corporels et des déjections de sa Maîtresse, mais également de ses odeurs.

-Les… odeurs ?

Les deux femmes traversèrent un large corridor sur les murs duquel figuraient des affiches présentant différentes parties de l’anatomie humaine. Sylvie pointa du doigt l’une d’entre elle sur laquelle était dessinée un nez humain en coupe, et tout l’intérieur de la cloison nasale.

-Exactement, les odeurs. Celles de vos parties intimes. Le nez d’un esclave fonctionne comme une prise électrique : un esclave a besoin d’environ vingt minutes à renifler les pieds de sa propriétaire pour être rechargé à bloc. La senteur anale est plus efficace. En inhalant à pleins poumons l’odeur de votre anus, votre esclave pourra être complètement nourri en près de dix minutes.

Pots de chambre vivants !

Sylvie pointa alors du doigt une autre affiche, celle d’une bouche grande ouverte.

-Le système digestif de nos esclaves est très efficace. Il transformera votre urine et vos excréments en nutriments. Bien entendu, le goût restera le même, nous n’avons pas touché à leur papilles gustatives.

-Autrement dit…
-Oui, nos esclaves peuvent parfaitement faire office de pots-de-chambre vivants. Des toilettes humaines dans lesquelles se soulager à loisir sans se préoccuper de les nourrir autrement.
-C’est incroyable.
-N’est-ce pas ? Suivez-moi, je vais vous montrer les garçons que nous avons en stock.

A suivre

Articles similaires:
NAISSANCE DE MARTINE (1) : HOMME SOUMIS ET DOCILE
Deux Dominastyles (3) : Rosie, jeune dominatrice expérimentatrice
Diner pour ma divine Maîtresse dominatrice et son amant
LA MÉTAMORPHOSE DE MON NOUVEAU SLAVE (PART I)
Le jour où j'ai décidé d'utiliser mon mari comme un sextoy humain
Les bottines en cuir
Projection privée (4) : la surprise fétichiste de Laurence
Viol programmé (2) : rencontre avec ma future Maîtresse
Ma logeuse Dominatrice (3)
Mon soumis sex-toy : La métamorphose de mon slave (X)
Lettre ouverte à mon Ex-Maîtresse dominatrice !
La Déesse Masquée, mystérieuse dominatrice (9)
La Déesse Masquée, jeune dominatrice (10)
Ode à ma sublime Maîtresse
Les petites croix de ma femme dominatrice (3)
Ma Muse Dominatrice, ma Merveille absolue.


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
One comment on “Homme soumis, génétiquement modifié pour devenir un parfait esclave (1)
  1. Très belle histoire j espère avoir la suite le choix de la maitresse et len retour dans sa belle maison avec son acquisition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.