Humilié par ma Maitresse adorée, Clara (4)

Maîtresse adorée

Le petit déjeuner !

Je n’ai pas fermé l’oeil de la nuit.  J’avais, encore, très mal d’hier soir, mais il fallait que j’aille en cours. J’ai donc mis un string, mon pantalon, et le corset que m’a donné ma Maîtresse adorée, qui était plus compliqué à mettre. En effet, il me coupait presque le souffle  car il était très serré. De plus, il était par dessus un pull.

-le petit déjeuner est servi !

Tiens ma Maîtresse m’avait-elle pardonné?

-Tiens chienne ! ta gamelle !  A boire, tu auras mon jus de pomme maison comme tu l’aimes! aha et la nourriture c’est à toi de deviner !  Tu devras tout manger ! ahah !

Je devais m’attendre au pire après la soirée d’hier. La bouillie était verdâtre avec des petits bouts et baignée dans un jus. Je me suis donc mis à manger par terre comme un chien. Cela avait une sale odeur mais ma Maîtresse me regardait. Je devais manger. Aussi, je commençai à plonger ma tête dans la gamelle et j’avalai tout rond chaque bouchée. Une fois fini, je me relevai pour partir en courant !

-Cela t’a plu, j’espère !

-oui Maîtresse ! c’était très bon ! ( en vérité, c’était infect !)

-je vais te révéler ma recette secrète aha ! J’ai commencé par remplir la gamelle de pâtée pour chien. Ensuite, j’ai uriné pour plus de goût puis j’ai rajouté des épinards. Ensuite, l’ingrédient final et bien, c’est de ma propre fabrication ahaha !!!

J’ai tout suit compris ce que j’avais mangé. J’ai eu des bouffées de chaleur et j’étais honteux, et humilié par ma Maîtresse adorée !

-la prochaine fois, tu réfléchiras avant de me décevoir ! aha ! si tu es sage ! Ce soir, j’arrêterai de mettre le dernier ingrédient, petite chienne ! Allez, Louisa dépêche toi tu vas rater ton bus.

-oui Maîtresse adorée ! Merci Maîtresse adorée !

-à ce soir petite Lope !

Nettoyage de la salle de bain à la brosse à dent !

Je pris le bus et arriva en cours avec une salle haleine ! Tout le monde me regardait de travers. Je n’osai pas m’approcher de quelqu’un de peur que l’on ne remarque mon corset ou quoi que ce soit d’autre. J’avais honte mais j’étais heureux d’être la chose de cette Maitresse sévère. Je la respectais au plus au point. En fait, je commençais à aimer ses supplices. Je ne savais pas ce qui m’attendait en rentrant. Ma journée se termina à 17h. Je rentrai donc à la maison et je sonnai à l’interphone.

-c’est Louisa Maîtresse adorée !

-entre petite chienne !

Une fois rentré, ma Maîtresse m’ordonna d’aller dans ma chambre revêtir ma tenue de soubrette et de redescendre avec le bâillon. Elle me mit le bâillon. Ensuite, elle prit mes tétons et accrocha deux pinces au bout de laquelle il y avait une clochette !

-je veux que tu sois prête pour vendredi. Il faut que tes tétons soient sensibles ! Sautille pour voir !

Je me suis donc mis à sautiller. Mes nouvelles pinces bougeaient de haut en bas ! ça me faisait mal et les clochettes sonnaient. Ma Maitresse éclata de rire:

-ahaha regarde toi petite Lope ! Je fais ce que je veux de toi ! Aller maintenant va laver  la salle de bain avec cela.

Elle me donna une brosse à dent pour toute la salle de bain. J’en ai eu pour 3h ! J’étais exténué! Cette fois, j’ai tout vérifié ! Tout est propre ! Du moins, je l’espère ! Elle arriva avec sa robe et ses bottes à talons.

-Alors vérifions ça ! C’est bien mieux que la dernière fois ! Pose ta tête sur la cuvette ! tu vas avoir le droit à une jolie récompense !

Repose pieds pour ma Maîtresse adorée !

Elle m’enleva le bâillon et elle se mit à soulever sa jupe. Elle s’est assise sur moi de tout son poids. Ensuite, elle me demanda d’ouvrir la bouche. Je m’exécutai de suite. Elle commença à uriner dans ma bouche comme on pourrait le faire sur des toilettes. J’avais du mal a respirer. Elle se releva :

-Alors c’était comment petite lope?

-bon Maîtresse, merci Maîtresse !

-directement du producteur au consommateur ! ahaha ! Allez essuie toi la bouche ! viens me rejoindre en bas à quatre pattes !

-oui Maîtresse ! j’arrive tout de suite !

Une  fois la bouche essuyée, je rejoins ma Maîtresse. Elle était en train de manger.

-vu que tu as fait ce que je t’ai demandé, tu auras droit à mes restes. Quand j’aurai fini, je mettrai ça dans ta gamelle ! Pour l’instant, tu te mets en dessous de la table et sers moi de repose pieds.

-oui Maîtresse !

Elle posa ses pieds sur mon dos. Je ne sentais plus mes tétons. Ils étaient tout rouges.  Je me posais beaucoup de questions.  Ma maitresse termina son repas puis elle mit ses restes dans ma gamelle. Il y avait un bout d’os à ronger et des petits pois carottes avec du yaourt à la fraise dessus. Ce devait être son dessert. Ce fut mon meilleur repas de ces deux derniers jours.

-bon ! va te coucher maintenant ! N’oublie pas ta nuisette Louisa !

-oui Maîtresse !

Préparation pour une soirée spéciale !

Une fois dans ma chambre, je mis la nuisette bleue en soie. Sans savoir pourquoi, mon sexe se mit en erection au contact de la soie,

Ma Maîtresse regarda si j’avais bien mis la nuisette et remarqua mon sex arqué.

-Ohh mais qu’est que c’est que ça Louisa ! aha ! On commence à prendre goût à sa nouvelle vie à ce que je vois !

-oui Maîtresse !

Puis elle partit en me donnant une claque sur mon sexe encagé.

Cette nuit là, je dormis bien. Le lendemain matin, j’enfilai mes nouveaux dessous pour une autre journée de cours. Le petit déjeuner était moins infecte que la veille mais cela restait tout de même mauvais. Ma maitresse me regarda manger et me dit :

-de la pâté pour chien pour une bonne petite chienne ! un ! Louisa aha !

-oui MaÎtresse !

Ma MaÎtresse avait toujours la petite phrase humiliante. Je partis prendre le bus et une journée de cour passa puis une autre et ainsi de suite. Enfin, on arriva au fameux vendredi ! Lorsque je rentrai des cours, Maitresse Clara était, à la maison, en robe latex avec des cuissardes et un  porte-jarretelle. Je me mis immédiatement à bander.

-aujourd’hui, c’est le grand jour Louisa ! Tu vas aller te changer comme d’habitude et fais vite! Met ton bâillon tout seul car je n’ai pas le temps !

Je me dépêchai de mettre ma tenue puis je redescendis. Ma Maîtresse m’avait mis mon collier et la laisse. Elle me tenait.

-aujourd’hui, je te présente à mes amies ! fait bonne impression ou tu le regretteras petite chienne !

-oui Maîtresse !

-on va aussi inaugurer mon nouveau donjon ! Tu vas pouvoir le voir cette fois-ci ! On y passera toute la soirée ! Tu obéiras à toutes les femmes présentes !

-oui Maîtresse !

Arrivée de 6 femmes pour la soirée !

Soudain la sonnette retentit dans la demeure, une voix de femme se fit entendre :

-Pouvons-nous entrer ?

-combien êtes vous? : demanda ma Maîtresse.

La voix répondit :

-Nous sommes 6.

-très bien ! parfait ! Vous pouvez entrer !

Ma Maîtresse ouvrit aux 6 dominas.

Elles arrivèrent devant la porte et ma Maîtresse les fit entrer. J’étais le seul «homme». Elles étaient toutes habillées de cuir ou de latex avec des talons hauts. L’une d’entre elles remarqua mon érection.

-regardes-la, la petite chienne ! Elle bande déjà ! mais ce soir, tu vas prendre cher aha !

-venez les filles ! on va s’installer dans le canapé ! Viens Louisa !

-oui Maîtresse !

-bon que sait faire ta chienne Clara ?

-Pour l’instant pas grand chose à part laver, nettoyer, boire mon jus ! Je dois avouer qu’elle encaisse bien les coups de fouet !

-je n’en demande pas tant ! Puis-je te l’emprunter ? J’ai une petite envie !

-oui pas de problème !

Elle tendit ma laisse à cette femme. Elle devait avoir la trentaine, blonde et bien habillée.

-allez ! Viens ici et mets ta tête sur la cuvette !

Suite de la soirée dans le donjon !

Elle se mit à raz de ma bouche. Son vagin était mouillé et là un grand jet m’arriva en pleine bouche ! Une fois quelle eut fini, elle m’ordonna de l’essuyer avec ma langue. Je toussotai un peu. Le jet m’avait comme fait un bain de bouche. Ensuite, nous sommes redescendus. Ces Maîtresses avaient fini de boire l’apéritif.

-tiens ! Je te la rends ! Elle essuie bien. C’est une bonne chienne que tu as là, Clara !

-merci, Élodie ! Mesdames; je vous propose de me suivre. On va faire la soirée dans mon nouveau donjon !  On va un peu profiter de cette petite chienne !

Les Maîtresses étaient toutes excitées. On sortit et on se dirigea vers le donjon. Une fois dans le donjon, ma Maîtresse m’ordonna de me mettre nu et de m’allonger à plat ventre sur une sorte de table en cuir. Soudain, elle me retira mon plug, je me sentis vide. Je commençais à y prendre goût !

-ca va le plug a fait un peu d’effet ! Allez les filles ! toutes à vos godes !

À ce moment-là, je compris que j’allais en prendre plein la rondelle ! Les Maîtresses enfilèrent leur gode ceinture. Elodie, la Maîtresse qui m’a uriné dans la bouche en avait un très gros qui faisait le triple de mon plug. Je commençai à avoir des sueurs froides !

A suivre

Articles similaires:
Jeune soumis à la recherche de sa future Maîtresse dominatrice
Maîtresse Roxanne
Mon expérience de slave ..
Projection privée (3) : dominatrice au bureau
Recherche soumis assumé pour week-end (1)
SON EXCELLENCE NOUR, Salammbô ou la sensualité gynarchique VI
Tout accepter pour honorer une dominatrice
Supériorité féminine
La Maîtresse, ses filles (3) et leur soumis
Maitresse inconnue au bureau? : Nouvelle vie de soumis (5)
Jeune femme dominatrice : La Déesse Masquée (5)
Emmanuelle découvre le fétichisme de son mari!
Ingrid, splendide domina : Soumis transformé en sex-toy
L'immeuble (7) : prisonnier de ma cruelle Maîtresse
La Déesse Masquée, domina sévère (13)
Mon éducation par Maîtresse D, belle dominatrice


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.