Initié par deux copines étudiantes dominatrices

Laure et Cloe, deux étudiantes dominatrices

Laure était une étudiante de 20 ans, d’une magnifique beauté, avec des formes parfaites. Elle coiffait ses cheveux blonds paille, mi-courts dans un carré à la garçonne. De plus, elle avait l’art, qu’elle que soit ses tenues, de s’habiller avec une féminité qui rendait bien d’autres copines jalouses. Les jeunes mecs baissaient plutôt les yeux quand Laure affrontait leurs regards brillants de convoitise et d’envie.   Pourtant, à l’écart des garçons de son âge, Laure savait s’offrir des plaisirs.

Elle partageait un bel appartement avec Cloé. Toutes les deux avaient développé une complicité rare, ce qui est très rare entre colocataires. Je n’ai jamais entendu les deux amies se plaindre l’une de l’autre. Ma grande sœur, leur amie commune, s’est réjouie de cette grande complicité.

Quand Laure et Cloe cherchèrent un troisième colocataire, ma soeur me mit en relation avec elles. J’étais devenu étudiant et je cherchais un logement. Je passai le premier examen avec mention lors d’un premier rendez-vous et j’emménageai dans la foulée.

En colocation avec les deux étudiantes dominatrices

Quelques jours plus tard, nous partageâmes un repas bien arrosé.  Il faisait gris dehors. L’appartement était surchauffé. Les deux amies étaient habillées très décontractées, un long t-shirt à manches courtes pour Laure qui lui descendait à mi-cuisses et des chaussettes rouges qui lui montaient au-dessus du genou. Cloé portait un débardeur blanc très échancré qui laissait voir son dos et la naissance de ses seins.  Il lui descendait juste en dessous des fesses. De plus, au moindre de ses mouvements, on apercevait le petit morceau d’étoffe en nylon couleur écrue qui lui couvrait tout juste le sexe.

Je m’étais mis, également, à l’aise, pieds nus, un maillot de basket bleu qui couvrait à peine les fesses, et un petit caleçon d’une coupe façon tangua. Laure m’avait déjà claqué les fesses en me disant qu’elle me donnerait bien une fessée. Je jouai alors les prudes, mais en fait, j’envisageai ce scénario avec bonheur. Cloé remarqua que je ne n’étais contre cette idée. Elle s’approcha de moi, d’une main souleva mon maillot, et de l’autre m’infligea une belle claque sur les fesses.

-Tu vois Laure, je suis certaine que notre cher colocataire aimerait passer un examen d’entrée plus sévère !   Une fessée pour commencer ?… demanda-t-elle en s’adressant à son amie qui nous regardait assise sur un pouf.

A la merci des deux étudiantes dominatrices

Je ne me révoltai pas, et au contraire je jouai le jeu soulevant mon maillot au-dessus de mes hanches et me cambrant légèrement.

-Ah tu veux jouer la provoque ! : Lança Cloé en faisant passé d’un seul geste mon maillot par-dessus la tête. Allez, penches-toi sur la chaise et cambres-moi ses petites fesses de jeune puceau.

Comme j’hésitai, Laure intervint :

-Allez, on est entre nous, tu ne vas pas jouer les mijaurées, dis pas que tu as peur !

Aidé par Cloé qui m’appuyait sur le dos, je me penchai posant mes coudes sur la table, me cambrant au maximum pour craner, et faire celui qui n’avait pas froid aux yeux.

Je sentis les doigts de Cloé passer sur l’étoffe de mon caleçon puis glisser en dessous en me pinçant doucement. Je sentis monter en moi une irrépressible excitation.

-Tu vois que t’aimes ça mon petit chou, lança Cloé en regardant Laure qui assise en tailleur observait.

Alors, Cloé se mit à baisser mon caleçon avec lenteur et en me caressant la raie des fesses.

Mon érection devint manifeste.   Alors Laure se leva, se positionna à ma gauche, et me saisit le poignet opposé en une clef.

-Là mon petit Alex, tu es à notre merci, Cloé, la fessée, c’est pour aujourd’hui ou pour demain.

Féssé par les deux étudiantes dominatrices

Une première claque rebondit sur mes fesses offertes, le caleçon descendu à mi-cuisse. Puis, ce fut Laure qui prit le relais avec la palette à gâteau qui traînait sur la table.   Je demandai grâce aux deux étudiantes dominatrices. En fait je commençai à avoir mal aux fesses, et en même temps j’étais très excité.

-Allez, tu peux mentir, et oui les mecs, c’est ça, ta queue est raide ! se moqua Cloé en me prenant par la gorge.

-On arrête à une condition ! proposa Laure après avoir chuchoté quelques mots dans l’oreille de Cloé.

-Une condition ? Non mais les filles, vrai, maintenant ça me fait mal, c’est plus amusant.

-D’accord, on arrête, reprit Cloé, mais tu as un gage…-Lequel ?

-Attends, Laure va chercher ce qu’il faut.

Pendant ce temps, elle me caressa doucement les fesses et mon sexe raide à éclater.   Elle m’enleva mon maillot et fit glisser mon caleçon jusqu’à mes chevilles.   Ensuite, elle colla ses cuisses contre les miennes, et remonta son genou jusqu’à mon entrejambe.   J’entendis Laure revenir de la chambre. Et là, d’un coup, Cloé ramena mes poignets dans mon dos.

-Allez viens dans le salon.

Je vis Laure qui avait ôté son débardeur dévoilant ses petits seins fermes avec à la main des fringues de nana.

-Je t’ai choisi une petite tenue sexy comme tout.

-Enfin vous me voyez habillé en nana ?

-Bin, on veux voir justement ! Allez ça va pas te tuer ! Je t’ai choisi des trucs très mignons.

Féminisé par les deux étudiantes dominatrices

Vingt minutes plus tard, je portai un porte-jarretelles blanc à carreaux rouge, des bas rose tendre opaque, avec des motifs en dentelles en jarretière, un tangua très échancré avec des liserés en dentelles roses, et un top moulant en coton blanc qui descendait au nombril.   Cloé m’avait noué une petite écharpe bleu pastel autour du cou.

-Tu es vraiment mignonne ! déclara Laure en menant face à la glace.

-Tu me donnes envie d’être lesbienne, railla Cloé en me caressant les cuisses.

Laure se colla à moi, me força à me cambrer, passa ses doigts sous le tissu de mon tangua, puis glissèrent dans la raie de mes fesses, de son majeur elle me titilla l’anus. Je soupirai, mais de contrôle je me cambrai, j’étais comme offerte, et je me sentis pénétré. Cloé m’encouragea.

-Allez, laisses parler la nana qui est en toi.

Elle fit glisser le tangua juste en dessous de mes fesses qu’elle claqua plusieurs fois.

-Tu vas perdre ta virginité, mon petit chou, et je suis certaine que tu vas aimer ça.

Alors, elle me présenta un petit gode tout rose, et m’invita à le lécher.   Pendant ce temps, Cloé me lubrifia le petit trou tout en me malaxant les bourses.   Elle saisit le gode que Laure m’avait enfoncé dans la bouche, et me présenta dans la raie des fesses.

-Allez, cambres bien ton dos, ma jolie, m’intima Laure en m’appuyant sur le dos.

Dépucelé par les deux étudiantes dominatrices

Et je sentis l’objet entrer en moi, ça faisait mal et c’était à la fois tellement bon.   Je me surpris à accompagner le mouvement de mes hanches. Cloé me bascula à genoux contre le sofa, et Laura me prit la tête qu’elle porta sur son sexe rasé et humide. Je la léchais avec application pendant qu’elle murmurait quelques mots cochons :

-Lèche-moi bien ma petite salope, t’aimes bien que Cloé s’occupe de ton petit cul !

Les filles échangèrent leur place, et le mouvement imprimé par Laure fut plus rapide et brutal. Je gémissais.

– C’est bon mon petit chéri, enfonce-toi bien ! : me lança-t-elle.

De sa main libre, elle me masturba.   Cloé me claqua les fesses plusieurs fois, en encourageant son amie :

-Baise-le bien ! Elle m’excite cette salope !

Laure imprima alors des allers-retours frénétiques dans mon petit trou, tout en continuant de me masturber.   Je gémis de plus bel et ne tardai pas jouir entre ses doigts qu’elle porta à ma bouche.   Après mettre détourné, je lui léchai les doigts et sa main couverte de mon sperme.   Cloé m’accompagna et lécha mes lèvres maculées.

J’étais tout honteux, mais j’avais vraiment aimé ça.  Les deux étudiantes dominatrices se masturbèrent alors, et je m’échappai dans la salle de bain.

 

[amazon_link asins=’B01N5YD2CV,B0771RZSZ9,B077FVCVQ9′ template=’ProductCarousel’ store=’shopandco04-21′ marketplace=’FR’ link_id=’4533fc40-f7dc-11e7-af6a-13f3f6e08820′]


Du même auteur



    Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
    One comment on “Initié par deux copines étudiantes dominatrices

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.