La fille de la voisine, femme dominatrice (2)

Drogué par la belle voisine

Ces mots se mirent à résonner dans mon esprit comme un écho « toute consciennnnceeeee,…. ce qui va se passsssseeeerrrrr….. parttttt ». J’eus l’impression d’être étourdi. Comme lorsqu’on a trop bu, qu’on est conscient de ce qui se passe sans pouvoir opérer une quelconque opposition à ce que l’autre dit ou fait.  Mon esprit semblait tout engourdi. Elle me poussa dans le canapé, et sans aucune résistance, je tombai dessus. Je compris alors que la belle Séverine m’avait drogué. La fille de la voisine était-elle, en fait une femme dominatrice ?

Qu’avait elle en tête, qu’allait elle faire de moi? je n’allais pas tarder à le savoir…

Je sentais bien qu’elle me manipulait. Ainsi, je voyais bien qu’elle passait des sangles autour de mes poignets et de chevilles. Je me rendis compte, également, que j’étais nu ! Cependant, je ne savais pas à quel moment je m’étais déshabillé. Peut-être m’avait t’elle dénudé ? Mon esprit n’était plus totalement là !

A la « merci » de la belle voisine

Je sentis qu’elle posait des pinces sur mes tétons. J’imaginai que cela devait être très douloureux et pourtant je ne ressentais quasiment rien. Je supposai que c’était, aussi, un des effets de la drogue qu’elle avait du mettre dans le punch. Elle me fit dire des choses que je ne compris pas sur le coup, et me filma avec son téléphone.

-Je désire être votre soumis Séverine ! Faites de moi ce que bon vous semble !

J’avais parfaitement conscience de tout ce qui se passait. Pourtant, je n’arrivai à résister à aucune des choses que me faisait cette Déesse. Elle me caressa partout puis elle me fit avaler une petite pilule bleue utilisée par les hommes d’âge mûr, alors que je bandais déjà fermement.

Une vingtaine de minutes plus tard, j’eus l’impression que mon cœur battait la chamade et que ma queue avait durci à un point que je n’avais jamais vécu ! Je sentis qu’elle me passait des anneaux au niveau du sexe et des testicules.

Puis elle me bascula sur le canapé pour chevaucher mon visage. Je n’avais pas remarqué qu’elle portait une toute autre tenue, terriblement sexy. Ensuite, je dus lui faire un cuni durant un temps que je pourrais qualifier d’interminable. Elle dut jouir au moins trois fois sous mes coups de langue, utilisant aussi les différentes formes de mon visage pour exciter son clito ou sa petite chatte trempée.

Je retenais tout de même le goût divin de son sexe qui coulait en moi. Elle continuait de filmer par moment.

Soumis à la totale disposition de la belle voisine !

Une autre chevauchée fantastique s’en suivit, où elle saisit ma queue presque violacée pour se l’enfourner telle une sauvage en son fond intérieur. Je voyais ses seins s’agiter sous mes yeux et je n’avais pas la force de poser mes mains dessus. De plus, je sentais mon plaisir monter et je parvins à lui dire… elle s’arrêta net…

-Je t’interdis de jouir sans que je t’en ai donné l’autorisation !!

Et elle reprit ses va et viens sur ma queue… elle jouit encore deux fois de cette façon ! A la seconde, elle voulut que je jouisse aussi, et j’eus beau me concentrer, je n’y parvins qu’après elle, ce qui lui déplut fortement.

Je le compris juste après lorsqu’elle me retourna, m’attacha debout à des poutres dont on aurait jamais imaginé à quoi servait les crochets de celles-ci. Elle me corrigea à deux reprises, à coup de martinet puis de cravache. Mes fesses étaient zébrées et mes cuisses n’étaient guère mieux… je me sentais vidé, repu. Elle prit encore quelques photographies avant de me retirer les pinces aux tétons et de me détacher.

Avant de me renvoyer chez moi, elle me dit que ce premier rendez-vous était de bon augure pour la suite. Je retrouvais péniblement mon esprit et en rentrant chez moi. Je reçus bon nombre de messages par le biais d’une application bien connue : photos, vidéos… et un dernier message de Séverine ou devrais je dire désormais Maîtresse Séverine !

-Désormais, en couple ou pas, tu es mon chien, mon soumis à disposition pour mon bon plaisir ! Un faux pas, et je te punirais comme jamais !

J’étais à elle, je l’avais bien compris et j’allais découvrir ce que le mot soumission voulait réellement dire, pour le plus grand plaisir de cette déesse sadique, naturellement Maîtresse de tous les instants !



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
2 comments on “La fille de la voisine, femme dominatrice (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.