La fille de l’hiver (2) : infernale dominatrice ?

infernale dominatriceHumilié par la fille de l’hiver

Pour compenser, mon manque de tac, elle me demanda quelque chose de simple, mais de bien humiliant. Elle retira ses bas et me demanda de lécher ses pieds. Ils étaient fins avec un joli vernis à ongles rouge écarlate dessus. J’embrassai dans un premier temps ses pieds, puis lui léchai son gros orteil. Son regard me transperça, ce fut à la fois existant et dérangeant. Je lui léchai les entre doigts maintenant. Elle sembla apprécier. Mais que voulait, vraiment, cette infernale dominatrice?

Elle me demanda de faire l’autre pied maintenant. Mais bordel pourquoi  l’ai-je fait ? Je fermai les yeux en me disant que c’était bientôt fini. Ce fut après quelques dizaines de secondes que survint son premier gémissement. Je rouvris alors les yeux. Elle avait la main dans son pantalon et elle se caressait la chatte devant moi. Je ne pus m’empêcher de la fixer pendant quelques secondes, quel mal m’en prit. Elle s’arrêta et me fixa et me demanda si je voulais lui lécher le minou. Mon excitation était trop grande et je cédai à mes pulsions en lui disant oui. Cette infernale dominatrice rigola puis se leva et me mit une bonne claque en me disant que c’était elle qui choisissait.

Aux ordres de cette infernale dominatrice

Elle m’allongea sur le dos et mit son pied dans ma bouche en me disant de bien le lécher. Je dus fermer les yeux si je ne voulais pas une autre baffe, mais je pouvais l’entendre gémir. Elle devait se caresser encore plus. Puis au bout de quelques minutes, elle enleva son pied. Elle me demanda si je voulais aller plus loin. J’avais l’espoir un peu fou de pouvoir lui faire l’amour et je lui dis oui. Elle me demanda de me déshabiller.

J’exécutai ses ordres sans contester. Je me retrouvai nu devant elle. Ensuite, je dus me remettre par terre. Elle passa son pied sur mon sexe dur et me masturba un peu. En même temps, elle m’humilia de ses mots, mais me dit que ma nouille pourra être utile. Je sentis son pied sur mon sexe qui devenait dur. J’allais bientôt jouir, mais elle s’arrêta net à ce moment précis.

Je l’entendis bouger, mais je ne devais rien faire, ou plutôt je devais me laisser faire. Ensuite, je sentis alors sa peau humide sur ma bouche. Je compris que c’était sa vulve. L’odeur était agréable et me donnait une envie folle. Elle n’avait même pas dit de la lécher que je le faisais déjà. Elle me dit que j’étais un bon chien. Ses cris devenaient forts et chauds. Je mis ma langue en elle ce qui lui donna un plaisir fou.

Futur soumis de la fille de l’hiver ?

Ce fut alors qu’elle attrapa mon sexe. Elle le caressa doucement dans un premier temps, mais très vite elle me le serra fort, assez pour commencer à me faire mal. Ma langue se fatigua et mes coups de langue se firent plus lent. Ensuite, cette infernale dominatrice prit alors mes testicules et les tira fort. La douleur fut intense et elle me demanda de faire attention et de bien la lécher. Ma langue était devenue douloureuse et je n’en pouvais plus. Elle se leva et me regarda. Ensuite, elle me dit d’ouvrir les yeux. Elle était au-dessus de moi, sa chatte bien humide et visible. Ensuite, elle me demanda si j’avais compris la leçon et je lui dis oui, un peu trop vite sans doute et elle ne me crut pas. Elle me donna un coup de pied dans les boules, un petit coup « doux, » mais qui m’avait fait bien mal.

Elle se remit sur moi et m’étouffa avec ses fesses. J’avais du mal à respirer. Je sentis alors un liquide chaud couler sur moi. Je compris vite qu’elle urinait sur moi. J’étais dégouté, mais mon sexe avait l’air d’apprécier.

Elle se releva et me regarda d’un air sévère. Elle me dit qu’elle pouvait donner plus mais qu’il fallait que je sois obéissant. Enfin, elle me dit qu’elle voulait que je devienne son soumis, mais à l’époque je n’avais pas compris cela. Je dis alors oui. Je me relevai et j’allai à la douche. Elle me dit alors que je devais venir la voir tous les jours après l’école, si je voulais pouvoir en profiter. Mais je compris mal ses paroles. Je pensais qu’elle voulait que je devienne son amant, et non son soumis. Mais ces moments furent les meilleurs et peut-être que je vous les raconteraient.

 



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
One comment on “La fille de l’hiver (2) : infernale dominatrice ?
  1. Ton histoire ma beaucoup plut j aimerez con naître la suite car être soumis à cette femme vous avez du passe-t-il de bon moment que l on voudrez connaître à nientot pour la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.