LA MÉTAMORPHOSE DE MON NOUVEAU SLAVE (PART VI) : DÉPUCELAGE DE MON SISSY SOUMIS

Le dépucelage de Bernadette, mon sissy soumis

sissy soumis

La situation s’est enfin améliorée ensuite. Le mercredi, J’ai pu enlever la cage de Bernadette sans qu’elle n’ait une érection. Et j’ai pu passer la soirée comme je l’aime, sans pudeur particulière, sortant nue de la douche sans que mon esclave ne me regarde (je pense par peur de l’excitation…) puis me promener en leggings moulants et tunique près du corps. Bernadette commence enfin à connaître sa place, celle d’un objet ou d’un animal domestique, une chienne, devant qui le mot pudeur n’a pas de sens. J’ai regardé une série ce soir-là, Bernadette couchée à mes pieds, les massant consciencieusement, allant me cherchant un verre de vin blanc quand je le demande.

J’étais ravie de son comportement, excitée aussi. Je l’ai donc récompensée en lui permettant de sentir mes odeurs intimes avant de me sucer le clitoris et de me faire grimper vers des sommets de jouissance. J’ai fermé les yeux pour penser à l’avenir, avec un sex toy bien dressé et doué, puis je me suis laissée aller et j’ai gratifié Bernadette d’une abondante rasade de mouille.

Bernadette a confirmé ses progrès les jours suivants et j’ai été ravie de me dire que l’éducation de ma chienne allait pouvoir franchir de nouvelles étapes ce weekend. Le samedi matin, je l’ai amenée dans un salon de beauté pour lui faire subir la totale, soins du visage, épilation intégrale et massage vigoureux. Je l’ai confiée nue et encagée à mon esthéticienne pour l’épilation. Je l’avais prévenue du statut de Bernadette et elle m’a complimenté sur le physique de mon nouvel esclave. Elle avait presque l’air de regretter de ne pas avoir en profiter ce qui m’a confirmé l’utilité de mettre en cage la bite de Bernardette… L’esthéticienne s’est vengée en étant particulièrement vigoureuse dans l’arrachage des poils.

Quand je suis allée reprendre Bernadette chez Dogan, le masseur, celui-ci, un homme vigoureux et athlétique m’a fait remarquer que Bernadette était toujours vierge, ce qui l’étonnait. Il m’a demandé s’il n’était pas temps de la dépuceler et manifestement, cela tentait ce beau mec. J’hésitais à m’offrir ce dépucelage mais je me suis dit finalement qu’une vraie bite était préférable à un gode pour une première expérience. Et puis ce côté pute me plaisait. Dogan me proposait la virginité de Bernadette pour le prix de son massage. J’ai donc répondu que Bernadette était là pour être offerte et utilisée et que si cela lui faisait plaisir, je lui offrais le cul de mon jouet. J’ai retiré sa cage, en insistant pour que Bernadette soit branlée pendant son dépucelage et jouisse avant de recevoir du sperme. Dogan était ravi.

Bernadette s’est présentée en levrette au sexe du masseur, bien dur mais pas trop gros, parfait pour une première expérience. Après une préparation à la vaseline, Dogan lui a bien écarté les fesses et l’a pénétrée en quelques mouvements rapides. J’ai senti que la première réaction de mon esclave était la douleur mais dès que la bite de Dogan a été bien en place, elle n’a pas pu dissimuler son plaisir grandissant. Il faut dire qu’une main de Dogan lui astiquait la bite tandis que l’autre serrait un téton et que sa bouche lui mordillait le cou. Cette situation excitante m’a amené à passer ma main sous ma jupe et s’immiscer dans mon string pour me caresser le clitoris et les lèvres. Bernadette a commencé à jouir la première, surprise par l’intensité de son orgasme qui a culminé lorsque Dogan a joui.

Bernadette a léché les traces de son sperme tombées sur le sol puis celles qui restaient sur les doigts de Dogan. Je lui ai remis sa cage et nous sommes rentrées. Il était temps que mon esclave, mon sissy soumis accomplisse ses tâches ménagères de la journée.

Nous avons passé une soirée calme, celle qui sera la règle sous peu j’espère. Bernadette a préparé mon repas, m’a servi puis a tout rangé, tout cela naturellement sans que je doive lui demander quoi que ce soit. Et surtout il n’a pas bandé, assurant son service nue, avec un collier, des bas stay up et des haut-talons.

Puis il a passé la soirée à mes pieds, enroulé comme une chienne, heureux d’être près de sa Maîtresse. Evidemment, il m’a encore sucé le clitoris jusqu’à la jouissance avant que nous n’allions dormir. Demain, allait être une journée importante dans notre relation, j’allais enfin tester sérieusement mon sex toy….



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
One comment on “LA MÉTAMORPHOSE DE MON NOUVEAU SLAVE (PART VI) : DÉPUCELAGE DE MON SISSY SOUMIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.