La patronne (22) : partouze SM

partouze SM

Le vicomte, hôte de cette partouze SM, prend la parole :

-Tout cela me donne soif et faim , faisons ripaille .
Avec un sourire malicieux, Maîtresse indique que je dois avoir faim et soif.
Le vicomte appelle les trois hommes en tenue de majordome et les trois femmes en tenue de soubrette et leurs demande de préparer l’apéro des soumis. Immédiatement, les trois hommes et les 3 femmes s’activent et reviennent avec un grand saladier, et plusieurs coupes. Le vicomte indique aux invités que c’est le moment de régaler les sous merdes de notre divine essence. Les cinq hommes et huit femmes entièrement nus, tous porteurs d’un collier, de bracelets aux chevilles et aux poignets, une cagoule recouvrant entièrement leurs yeux sont allongés sur le dos par terre.

-Vous connaissez le principe, vous remplissez chacun et chacune vos coupes, et s’il vous reste de votre précieux champagne, vous pouvez vous soulager sur le tapis de sous merde installez devant vous. Çà nettoiera leur crasse.

Calmement, les convives de cette partouze SM, remplissent chacun leur coupe et la remettent à l’un des soumis en tenue qui la verse dans le grand saladier. Certains maîtres se soulagent sur le tapis de sous merde en dirigeant leur jet sur toutes les parties du corps des cinq hommes et huit femmes allongés. Les maîtresses se soulagent également sur les corps des soumis cagoulés. Les treize corps de soumis baignent dans le divin champagne des dominateurs.
Le saladier est plein. Un majordome apporte une coupe au vicomte qui la remplit .
Dame PAMELA m’indique :

-Laika , comme tu as eu de bonnes notes, tu as le droit de goûter mon précieux breuvage. Soit fier de cet honneur que je te fais !

Le vicomte me tend la coupe remplie. A genoux, je la prends et je le remercie de cet honneur. Il prend une coupe de champagne pétillant et trinque avec moi en me disant :

-santé !

Sous les yeux de l’ensemble des convives, je bois le contenu de la coupe.

-Bien les autres sous merdes doivent aussi avoir soif.

Les treize corps suintant de champagne doré sont mis à genoux et on leur attache les mains dans le dos. On leur enlève les cagoules et leur présente devant eux une coupe remplie du mélange de champagne doré contenu dans les saladiers.

-Le principe est simple, celui ou celle qui boit le plus sera récompensé et celui ou celle qui en boit le moins sera puni. Mais comme vous êtes des chiens et chiennes, vous allez laper le champagne. A vos marques, partez !

Les soumis à genoux commencent à laper le contenu des coupes. Des maîtres et maîtresses se déplacent derrière eux et commencent à leur caresser les fesses au martinet. Les soumis sous les coups de martinet lapent le champagne. Les dominateurs, avec leur mains rythment la cadence des coups. Une soumise finit sa coupe. Un majordome annonce que le numéro 8 a fini. Et remplit la coupe. Un soumis s’effondre sous la douleur des coups. Un majordome annonce que le numéro 3 est éliminé. Immédiatement, on lui remet sa cagoule , et est retiré de la ligne et est traîné sans ménagement. On l’attache bras et jambes écartelés. Le majordome annonce les numéros qui finissent leur coupe. Une soumise craque . Le majordome annonce que le numéro 11est éliminé. Cagoulée, elle rejoint le premier éliminé.
Au total cinq soumis sont éliminés. Le numéro 8 gagne.

La soumise numéro 8 est amenée aux pieds du vicomte. Son dominateur la rejoint.

-Cela ne m’étonne pas William! Vous avez toujours su bien éduquer vos femelles. Numéro 8, tu as su honorer ton maître donc tu as le droit de rester à ses pieds pendant tous le reste de cette soirée. D’abord tu peux aller te nettoyer!

A genoux, la femelle numéro remercie le vicomte et suit un majordome qui l’emmène se nettoyer.
Les sept soumis et soumises n’ayant pas été éliminés doivent nettoyer le sol du champagne des dominateurs.
Le nettoyage terminé, ils sont de nouveau alignés à genoux puis cagoulés.
Le vicomte prend une badine et se dirige vers les cinq soumis éliminés. Deux dominateurs et deux dominatrices le rejoignent. Chacun prend un instrument.
Le vicomte indique que ces sous merdes n’ont pas honoré leurs maîtres et maîtresses donc ils doivent être punis , dressé. Comme Numéro 3 étant celui qui a craqué le premier sera puni par le vicomte. Avec la badine , le vicomte commence à cingler le dos, les fesses . Les coups deviennent de plus en plus durs. A travers la cagoule, numéro 3 émet des cris. Puis le vicomte s’occupe du devant. D’abord il frappe le torse, puis l’appareil génital. Les coups se ralentissent puis s’accélèrent. Le vicomte s’amuse avec la badine sur les testicules . Numéro 3 hurle. La badine s ‘abat avec violence sur le sexe . Le corps de numéro 3 est totalement marqué. Pendant ce temps, les 4 autres éliminés subissent aussi la correction à la cravache , et au padle. La poitrine de numéro 11 est totalement zébrée.

-Bien maintenant que l’extérieur a été fait! Occupons nous de l’intérieur !

Un majordome apporte au vicomte un pot contenant du piment. Le vicomte enfile un gant de latex. Il prend du piment. Il est imité par les quatre autres dominateurs . Au signal du vicomte, ils commencent à masser le fondement de chaque soumis avec le piment. Les cinq soumis hurlent à travers la cagoule, ce qui fait rire l’ assemblée. Petit à petit, on rajoute du piment dans le cul de chaque éliminé. Puis on leur met chacun un plug que l’on maintient avec de l’adhésif. On enlève les cagoules. Chaque éliminé a les yeux en larmes , et exprime sa douleur. Successivement, suite à la demande du vicomte les soumis indiquent n’être que des sous merdes et qu’ils méritent d’être éduqués et remercient le vicomte pour cette punition. Les maîtres et maîtresses respectif des soumis éliminé se mettent face à leur soumis. Les éliminés demandent pardon à leurs maîtres de les avoir déshonorés. Les maîtres trempent leurs doigts dans le piment et font sucer leurs doigts par les soumis. Plusieurs fois, les doigts viennent recueillir du piment. La gueule en feu, on met à chaque soumis un bâillon boule. Puis chaque maître et maîtresse , prend des pinces avec poids et les installe sur chaque tétons, sur les couilles des soumis et lèvres des soumises.

Dame Pamela , me regarde et me dit :

-tu vois ce qui arrive quand on ne respecte pas sa Maîtresse. N’imagine pas que je lèverais le petit doigt pour empêcher une punition.
Je constate que je devrais encore me surpasser pour ne pas subir une telle punition.

Articles similaires:
FARIDA, MAITRESSE BDSM
Rencontre avec une jeune Maîtresse dominatrice
L'annonce coquine (4) : la soirée de plaisirs SM continue ....
Madame, sa domina, sort ce soir mais seule !
Changement dans mon mariage : soumis à ma femme ?
Esclave soumis de ma femme dominatrice (2)
Une nuit avec ma belle dominatrice : un rêve éveillé (13)
Madame et la nouvelle bonne !
Dressage du nouveau soumis : vers un couple gynarchique? (2)
Punition par examinatrice dominatrice intransigeante (2)
Mari Soumis à 2 Maîtresses : Vers un couple gynarchique (6)
Candaulisme : fantasme de Jack, mari de Sandra
MA PETITE AMIE DOMINATRICE (1) : je ne la reconnais pas !
Ma belle-mère dominatrice, Héléna
Le fantasme du dressage par une cavalière dominatrice
Récit d'une rencontre réelle avec une femme dominatrice !


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.