La sadothérapeute (2)

Retour à la maison après la première séance !

 

Pauline, sa compagne, vint le questionner dès son retour.

 

– Alors, elle t’a dit quoi ?

– Rien de spécial, elle voulait juste savoir pourquoi j’avais ce genre de fantasmes.

– Ok, j’ai vu qu’elle était spécialisée dans ces problèmes, tu vas la revoir ?

– Oui, la semaine prochaine.

– Très bien, parfait.

 

Elle tourna les talons et retourna au salon. Paul resta dubitatif et fut étonné qu’elle n’insiste pas plus que cela. Au fond, cela l’arrangeait, il n’avait pas envie de lui répondre.

 

La semaine suivante, il se pointa en avance, histoire d’être sûr d’entendre à nouveau ses talons claquer sur le sol.

Lorsque ce fut son tour, il se languit de cette musique si envoutante à ses oreilles. Il ne fut pas déçu, les talons s’approchèrent de la porte, il y eu une hésitation et la porte s’ouvrit enfin. Elle le salua d’un mouvement de la tête et elle le fit entrer.

Elle s’assit, jambes croisées, sourire léger qui dessinait sa bouche avec finesse. Toute de noire vêtue, son corps long et sensuel n’en était que mieux souligné.

 

la sadothérapeute

 

Deuxième séance avec la sadothérapeute

 

Elle appuya son sourire et commença.

 

– Ah, le Monsieur et ses fantasmes de domination inassouvis. Y avez-vous réfléchi durant cette semaine ?

– Oui et non, les images sont revenues encore plus fort,

– (Sourire gourmand de la thérapeute), et alors, vos impressions cette fois ?

– Je ne sais pas trop, c’est difficile à dire…

– Faisais-je partie de ces images ou pas ? Et votre femme, faisait-elle partie de ces rêves ?

– (Rire gêné) oui, un petit peu, pourquoi ?

– Comme ça, pour savoir et ça vous a gêné ?

– Non mais, c’est bizarre !!!

– En quoi est-ce si bizarre ?

– Je trouve ça pervers.

– Ça l’est un peu mais ce n’est pas une grande perversité, croyez-moi. Par exemple, jusqu’au 19ème siècle, de nombreux hommes aimaient à baiser la main des femmes, trouvez-vous cela pervers ?

– Non pourquoi ?

– Et si je vous demandais de me baiser la main, accepteriez-vous ?

– Mais, pourquoi faire ?

– Pour rien, parce que je suis une femme et parce que je vous le demande, tout simplement,

– Humm, si vous voulez,

– Oui, je le veux, venez.

 

Paul se leva alors pour venir baiser la main de sa thérapeute. Il fronça les sourcils et s’exécuta.

 

– Vous voyez, ce n’est pas mortel, vous vous sentez comment ?

– Bien, pourquoi ?

– Pour savoir, que ressentez-vous à ce moment ?

– Rien de spécial…

– En êtes-vous sûr ?

– Oui, pourquoi ?

– Pourtant, je vois que votre pantalon est un peu déformé par une érection,

– Euh, mais…

– Ne vous troublez pas, j’espère seulement que la situation vous excite autant que moi.

– Que voulez-vous dire ?

– Que ce genre de situation vous excite au plus haut point et qu’il n’y a aucun mal à cela ?

– Je ne comprends pas, que voulez-vous de moi ?

– Que vous progressiez, bien sûr,

– Mais je suis là pour ça,

– Je sais et je vous en félicite. Peut-être pourriez-vous faire profiter votre femme de ces envies.

– Humm, je ne sais pas, c’est ma femme, je l’aime certes mais je ne suis pas son soumis.

– Et elle, est-elle votre soumise ?

– Non plus.

– Faites quelques efforts et elle vous en sera sûrement très reconnaissante.

– La semaine prochaine ?

– Oui d’accord.

 

Début d’acceptation de ses fantasmes sadomasochistes !

 

Paul se leva et s’en alla.

De retour chez lui, sa femme ne lui posa que quelques questions mais elle le félicita de son assiduité et le sollicita pour quelques travaux ménagers qu’il exécuta de bon cœur.

 

La semaine se passa sans incident mais ses envies sadomasochistes se précisaient et ses fantasmes de soumission le culpabilisaient de moins en moins.

La porte s’ouvrit et sa thérapeute le reçut avec un grand sourire aux lèvres. Sa sensualité débordait et ses talons aiguilles faisaient fantasmer Paul. Elle lui sourit légèrement avant de commencer le dialogue.

 

– Alors, cette semaine ?

– Rien de particulier, hormis le fait que je culpabilise de moins en moins lorsque je visionne ces vidéos.

– Très bien, vous voyez, vous progressez mais au fond de vous, qu’est-ce qui vous fait fantasmer dans ces situations ?

– Difficile à dire, toutes ces femmes sont tellement belles et sexy en diable, j’adore leur beauté, leur sensualité et en même temps, j’adore leur dureté…cela m’excite j’avoue.

– C’est bien d’être capable d’expliquer ce qui vous plait. Et cela vous plairait de rencontrer ce type de femme ?

– A priori « non ».

– Et vous croyez que vous pourriez vous soumettre à une femme et subir ainsi sa loi ?

– Peut-être quoique j’en doute.

– Très bien, on avance. Venez me baiser la main.

– Quoi ? Encore !

– Oui, encore.

 

Alors que Paul commençait à se lever pour avancer vers elle, elle se ravisa et lui dit d’un ton plus ferme en montrant le sol du doigt.

 

– Non, à genoux, venez me baiser la main en marchant à genoux.

 

Séance d’hypnose !

 

Très excité par la situation et par la beauté envoutante de cette femme, Paul obéit et vint vers elle lui faire un baisemain. Non contente de ce geste, elle sourit et montra de l’index, sans mot dire, ses superbes escarpins. Ne sachant comment réagir, Paul la regarda et elle fixa son regard sur lui. Comme envouté, il ne sut que répondre et il se pencha encore plus pour lui baiser les pieds. Il déposa une bise sur chacun de ses escarpins et la regarda à nouveau, cherchant son approbation. Elle fit non de la tête et rajouta, « je n’ai pas dit stop », il se repencha encore pour baiser ses pieds jusqu’au « stop ». Cela dura assez longtemps et elle dit enfin « stop ».

 

– Très bien, je vois que tu as fait des progrès très très rapidement. Maintenant, écoute-moi. Afin de clore cette séance, je vais faire une petite séance d’hypnose de quelques minutes pour lever nombre de tes freins. Comprends-tu ?

– Oui, mais pourquoi me tutoyez-vous ?

– C’est normal ; je te tutoie et tu me vouvoies, je t’expliquerai ultérieurement la raison de cette asymétrie. Es-tu prêt ?

– L’hypnose franchement…

– Ne t’inquiètes pas, tu n’as rien à faire, tu écoutes la musique, tu fermes les yeux et c’est tout, ok ?

– Oui,

– Très bien.

 

Une musique douce et envoutante envahit la pièce, Paul ferma les yeux et il partit au pays des songes, il entendait la voix de sa thérapeute parler de façon lente et suave mais il ne comprenait pas les paroles prononcées, cela dura un certain temps puis il se réveilla soudain. Elle lui sourit, gêné, il était encore ailleurs. Son sourire avenant l’emplit de joie, il était plutôt détendu et assez content d’avoir pu peut-être se libérer de certaines inhibitions et enfin recouvrer une certaine liberté intérieure qu’il lui semblait avoir perdue.

 

Encore un peu ailleurs, elle le fit sortir avec un grand sourire et il partit satisfait de cette expérience qui lui avait semblé être des plus réussie.



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
6 comments on “La sadothérapeute (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.