L’amie du lycée devenue une femme dominatrice ?

femme dominatriceAmoureux de mon amie de lycée ?

Elle était une amie de lycée, superbe fille aux cheveux ondulés, donc les reflets bruns tiraient sur le roux sombre. A l’époque, nous étions, malgré quelques ambiguïtés, restés simplement amis, principalement du fait de nos couples respectifs. Plusieurs années plus tard, je me souvenais de cette période avec une certaine nostalgie, et la question bateau de « Qu’est-ce qui aurait pu se passer ? ». Nous nous étions perdus de vue à cause de nos études, mais les souvenirs restaient. J’étais, maintenant, à nouveau célibataire – pour le meilleur ou pour le pire ?-Ce passé hypothétique, ainsi qu’elle, me manquaient.

Aussi, je suis très surpris de la revoir lors d’une soirée, totalement par hasard. Aussitôt, je m’approche d’elle :

-Mélanie !

Elle me dévisage pendant une demi-seconde, avant de sourire pour me répondre :

-François ! Ça fait longtemps !

Nous nous faisons la bise et nous échangeons les banales formules de politesse, pendant que je la détaille. Elle n’a presque pas changé en ces cinq années, la même chevelure, ses yeux marrons-verts semblant pouvoir lire l’âme des gens, et ses lèvres qui hantaient mes fantasmes. Quoique si, elle a un peu changé, comme un nouvel air de majesté de la façon dont elle vous fixe, dont elle se tient. Elle était un peu timide à l’époque, mais apparemment, c’est fini. Elle est toujours plus grande que moi, de deux centimètres environ, mais il est vrai que je ne suis pas très grand.

Retrouvailles surprises avec mon amie de lycée

Nous nous attablons et discutons de ce fameux « bon vieux temps » que le monde entier connaît.  Je la dévore des yeux, repérant des yeux les multiples détails que j’avais oublié au fur et à mesure dans la représentation virtuelle que je m’en faisais dans ma tête : ses grains de beauté, une légère cicatrice sous son oreille droite… Pendant ce temps, soirée oblige, les bouteilles descendent et l’alcool monte. J’apprends qu’elle est elle aussi, je cite, « célibataire… en quelque sorte », et habite à quelques kilomètres d’ici.

Aussitôt, grand prince, un peu alcoolisé et totalement sous son charme, je me propose courageusement de l’héberger, n’habitant qu’à quelques pâtés de maison, afin d’éviter qu’elle ne risque sa vie en conduisant. Certes, on a fait plus discret, mais ce n’était pas vraiment mon but, et elle sourit, acceptant cette gracieuse proposition. La soirée se poursuit, d’autres bouteilles descendent et la température monte tandis que nous nous rapprochons peu à peu…

-Peut-être serait-il temps de rentrer ? : propose-t-elle d’un air soi-disant innocent, il n’en faut pas plus pour que nous partions, enlacés, battant le pavé en nous embrassant.

Mon amie de lycée, femme dominatrice ?

Arrivés chez moi, dans mon petit appartement, je la dirige vers la chambre où elle me suit en riant. Fermant la porte, je commence à l’embrasser avec passion, mes mains caressant son dos s’abaissant petit à petit pour venir s’approcher du bouton de son pantalon, quand elle m’arrête, se dégage de mon étreinte.

-Retourne-toi, j’ai une surprise pour toi !

J’obéis, et me retourne, me demandant bien ce qui va se passer quand un bout de tissu vient sur mon visage et me cache la vue, avant de se serrer à l’arrière de mon crâne. Excitant…

-Ne bouge surtout pas !

Je l’entends fouiller dans son sac, puis se plaquer contre moi, déboutonner mon pantalon pour le laisser tomber au sol. Elle passe sa main sur mon entrejambe où mon sexe est déjà dressé, son autre main venant caresser mon buste, quand soudain, elle saisit mes deux poignets, les tire en arrière, et les lie.

Surpris, je tire, sans résultat, entendant un bruit caractéristique de métal. Des menottes ?

-Hey, tu fais quoi ? : dis-je, inquiet, et elle répond, d’un ton sec :

-Tais-toi !

Et ensuite, je reçois un gros coup sur mon derrière, ainsi qu’un coup de pied dans les jambes. Surpris, je tombe à genoux. Puis, je tente de me relever, mais elle me met à quatre pattes, s’assoit sur mon dos, appuyant de ses mains sur ma nuque. Je ne peux plus me relever !

-On peut enfin commencer. Tout d’abord, sache que si tu parles sans ma permission, tu auras le droit à un nouveau coup de ça…

Maitresse Mélanie, femme dominatrice

 Je sens une lanière me caresser les fesses. Une cravache ?

-On va dire que j’ai beaucoup changé depuis le lycée, et que je n’aime pas trop le sexe banal… Ennuyeux ! : Poursuit-elle, donc je te propose un petit marché.

-Mais… ! je commence, avant de me prendre un nouveau coup de cravache, marquant ma peau et m’interrompant aussitôt.

-Tu m’obéis, tu fais ce que je te demande, peu importe ce que c’est. Si tu le fais bien, ta petite queue sera récompensée ! : Poursuit-elle, comme si je n’avais pas parlé.

-Sinon, tu peux refuser, et dans ce cas-là, je m’en vais, et on restera ami… mais pas plus.

Elle avait parlé d’une voix ferme, mais emplie de vice.

-Je te laisse… disons une minute pour me dire ton choix. Si tu ne dis rien, je considère que tu es d’accord.

-Tu veux que je fasse quoi ?

Je reçois un nouveau coup de cravache, qui m’arrache un gémissement. «

-Pas de tu ! Vouvoie-moi. Et je pensais avoir été assez claire. Si tu n’arrives pas à comprendre, c’est que c’est une perte de temps que je reste ici.

Je réfléchis quelques instants. Malgré la douleur là où la cravache m’a frappé, je suis étrangement excité par ce qui m’arrive. J’ai vraiment envie de cette femme dominatrice. Après, où tout ça peut-il mener ? J’avais déjà entendu parler d’histoire de gens qui s’étaient retrouvé dans cette situation, et qu’on avait fait chanter par la suite.

Je réfléchis tant et si bien que la minute semble passer. Assise sur moi, cette femme dominatrice desserre la pression sur ma nuque, et je sens son pied me frôler la joue.

-Bien. Maintenant, lèche !

C’est ma dernière chance si je veux arrêter tout ça. Mais je n’en ai pas envie. J’ai envie de cette femme dominatrice. Aussi, malgré ma réticence évidente à le faire, je pose ma langue sur son pied. Il a une odeur de transpiration et un goût salé, mais je continue.

-C’est un bon chien, ça… au fait, tu m’appelleras Maîtresse Mélanie, maintenant !

-Bien … maîtresse Mélanie ! : répondis-je.

Articles similaires:
LA MÉTAMORPHOSE DE MON NOUVEAU SLAVE (PART VII) : DRESSAGE DE MON SOUMIS
Diner pour ma divine Maîtresse dominatrice et son amant
Régression (3) : Homme soumis aux amies de ma femme
Une première expérience avec une femme dominante dans un garage
L'annonce (5) : La nouvelle donne
Fétichiste des jolis pieds de ma collègue (1)
Conseils pour trouver un petit mari soumis
Changement dans mon mariage : soumis à ma femme ?
Echange de textos avec la formatrice dominatrice (5)
Une vie d'esclave de pied
Prof soumis à son étudiante dominatrice (17) : partie BDSM
Professeur soumis à son étudiante dominatrice sadique (20)
Complicité entre femmes dominas (2)
Professeur soumis à ses étudiantes Dominas (23)
Nouvelle nuit sous les pieds de mes deux Maîtresses dominas (5)
Soubrette mâle au service de jeunes dominatrices (6)


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
3 comments on “L’amie du lycée devenue une femme dominatrice ?
  1. je suis resté stupéfait , oui j’attend de retrouver toutes mes relations féminines enfantines qui auraient pu se découvrir dominatrices !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.