L’audit de la soumission (1) : rencontre avec ma collègue dominatrice

collègue dominatriceRencontre avec ma collègue dominatrice lors d’un audit.

Lors d’une de mes réunions, mon Directeur régional m’informe que je suis l’heureux élu de l’audit qui sera fait sur mon activité managériale, mes résultats et le respect de règles comptables et administratives. Je vois mes collègues des autres sites de la région sourirent car eux passent au travers de cet audit qui tombe comme l’inquisition de notre activité.

Le soir, je rentre à Toulon en pensant à cette corvée car bien sur, quelqu’un va venir pour auditer mon service et éplucher tous les dossiers. Je vais devoir me rendre disponible et pendant ce temps mon travail n’avance pas et je vais terminer à des heures impossibles.

Un matin, je reçois un appel téléphonique :
– Bonjour Christian, c’est Karine du pôle de contrôle de gestion.
– Bonjour Karine, je ne te demande pas ce qui t’amène car je suppose que tu appelles pour l’audit.
– Oui, et d’ailleurs cette année le centre parisien nous demande d’élargir le secteur de contrôles et d’approfondir certains problèmes.
– Chouette, tu me combles de joie.
– Ne t’inquiète pas, je sais que ta gestion doit être irréprochable. Je viendrai lundi prochain à 8H00. Je ne resterai que trois jours et je reviendrai tant que je n’ai pas fini l’audit.
– D’accord Karine, je te laisserai mon bureau, ce sera plus pratique pour toi et tu auras ainsi accès aux dossiers dont tu as besoin.
– Eh bien à Lundi. Au revoir.
– Au revoir Karine.
Karine est une femme d’environ 45 ans qui est sympathique et charmante mais un peu pince sans rire. Je l’apprécie beaucoup malgré sons air un peu sévère.
Le lundi, Karine arrive comme prévu à 8H00 et me trouve dans mon bureau car je suis tous les jours au travail à 7H30.
– Bonjour Christian.
– Bonjour Karine.
Je me lève pour lui faire la bise comme à l’accoutumée.
– Je t’ai libéré mon bureau pour que tu trouves tout ce que tu as besoin.
– Et toi ?
– Je m’installe dans le bureau d’à côté car j’ai beaucoup de courrier à lire et à signer. Donc, cela ne me gêne pas.
Sur ce, je la laisse s’installer dans mon bureau. Passe la matinée ainsi dans son quotidien. Quand arrive midi et demie, je me lève et vais frapper à la porte de mon bureau pour proposer à Karine d’aller déjeuner.
– Karine, je te propose d’aller déjeuner.
– Je te remercie mais le midi je ne mange pas. Je vais lire un peu pour me changer.
– Très bien, à tout à l’heure.
– Bon appétit.
Au retour de mon repas, je retourne dans le bureau afin de régler les affaires courantes. Peu de temps après Karine me demande de venir la voir. Je me lève et la suis vers mon bureau qu’elle occupe. Tout en fermant la porte, je vois mon ordinateur portable professionnel ouvert sur le bureau. Bien que je trouve çà un peu cavalier de l’utiliser sans m’en avertir, je ne dis rien.
– Dis moi Christian, ce midi je me suis permise d’ouvrir ton portable afin de faire une recherche sur internet et par mégarde je suis tombé sur ça…
Et là, elle tourne le portable pour que je vois le site dont elle parle. Et surprise, le site en question est un site d’histoires érotiques de femmes dominatrices.
– Tu me racontes ?
– Tu vois Karine, des fois le soir après le boulot, je me connecte et je fais un peu de lecture pour me détendre.
– Tu sais que le patron voit d’un très mauvais œil l’utilisation du portable professionnel pour surfer sur des sites pornos ?
– Oui je sais mais ça reste entre nous ?
– Je ne sais pas Christian. Nous en reparlons plus tard.
J’ai compris que je suis dans la merde si Karine décide d’en parler au patron. L’après midi se passe ainsi. Karine et moi, chacun dans son côté. Arrive 19H00, Karine entre dans mon bureau et ferme la porte.
– Christian, j’ai bien réfléchi cet après midi et malgré que tes lectures de domination féminines soient interdites par le patron, je ne vais rien lui dire.
– Merci Karine, c’est sympa de ta part.
– Ne me dis pas merci, il y a une condition.
– ?????
– Puisque tu aimes la domination, je veux que tu viennes demain au bureau sans sous-vêtement sous ton costume.
– ?????
– Si tu ne fais pas ce que je te demande, tu vois ce qu’il me restera à faire.
Sur ce, elle tourne les talons et part à son hôtel. Pendant ce temps là, moi de reste complètement scotché sans quoi penser. Bien sur la domination féminine est pour moi un fantasme inassouvi mais c’est un fantasme avant tout. Je n’ai jamais passé le pas et là je me trouve sous les ordres d’une femme, ma collègue dominatrice, sans que je ne l’ai vu venir.
Toute la nuit je tourne et vire dans mon lit sans pouvoir m’endormir tant cette exigence m’obnubile. Le Mardi matin, je me lève tout embrumé et m’active comme d’habitude en faisant mon café puis allant prendre ma douche. Je retourne dans ma chambre et je sors une cravate, une chemise, un caleçon et mon costume.
Au moment de mettre mon caleçon, je reste suspendu dans mon geste. Je m’assois sur mon lit en tenant ce caleçon dans mes mains. Que faire ? Après un long moment et comme un zombie, je le jette dans mon tiroir et m’habille. Après tout, cela ne m’engage à rien et personne ne peut s’en douter. En partant au travail, je sens mon cœur battre comme un adolescent qui va à son premier rendez-vous.
J’arrive au bureau comme d’habitude à 7H30 et, la bouche sèche. Karine est déjà là. Elle lève la tête et me sourit en me disant bonjour.
– Bonjour Christian, as-tu besoin de ton ordinateur aujourd’hui ?
– Bonjour Karine. Oui, j’en ai besoin. Il faut que je consulte mes messages et que je valide les commandes et les factures.
Elle me tend mon portable avec un sourire coin et me laisse partir.
Plus tard dans la matinée, elle passe me voir pour me demander des explications sur un dossier.
– Dis-moi Christian je peux te déranger un quart d’heure ?
– Bien sur Karine, entre.
Elle entre et ferme la porte afin que nous soyons tranquilles. Se met à côté de moi et ouvre le dossier sur le bureau.
– As-tu fait ce que je t’ais demandé hier ?
– Heu…
– Alors ?
– Oui Karine. Dis-je dans un murmure.
– Baisse ton pantalon et rassois-toi.
Je reste comme un couillon sans avoir si c’est du lard ou du cochon et regarde Karine les yeux et la bouche grands ouverts.
– Dépêche-toi sinon j’envoie au patron les vidages d’écrans ainsi que l’historique de tes prestations sur internet.
Après un moment de suspend, je me lève le rouge aux joues. Défais ma ceinture et ouvre mon pantalon. Je reste comme un enfant en faute et je n’ose pas baisser mon pantalon.
– Alors !
Je le baisse tout doucement jusqu’aux genoux.
– Assied-toi !
Je m’assois.
– Reste comme ça jusqu’à mon retour.
Elle part et me laisse ainsi la porte ouverte. Les gens passent dans le couloir, malgré que le fond de mon bureau soit aveugle, j’ai l’impression que tout le monde le voit. Dans la matinée un collègue entre, s’assied dans le fauteuil en face de moi et commence à discuter. Après un petit moment.
– Qu’est ce qu’il y a Christian ? Tu as un problème ?
– Je ne sais pas mais je pense que je couve quelque chose.
– Fait gaffe car il y a des angines dans l’air. Alain de la compta est couché avec une forte fièvre.
– Je vais prendre quelque chose ce soir pour anticiper et dodo ce soir.
Il quitte mon bureau. Immédiatement après, Karin arrive et ferme une nouvelle fois ma porte.
– C’est vrai que tu devrais te couvrir. Ce serait bête d’attraper froid. Le patron penserait que tu évites l’audit.
Elle me tend une culotte de femme.
– Tient, met çà tu auras plus chaud.
– …….
– Tout de suite !
Je prends le sous-vêtement féminin, et comme un automate, je tombe mon pantalon pour enfiler la culotte. J’enfile vite mon pantalon pour que personne ne voit cela si la porte s’ouvrait.
– Très bien.
– Je savais que tu suivrais mon conseil vestimentaire.
– Cet après-midi, je vais à Aix, tu restes ainsi toute la journée…Ce soir tu la laveras à la main et tu reviendras avec demain… Je serais ici. Tu passes me voir en arrivant.
Je passe ma journée ainsi sans oser sortir du bureau car je pense que tout le monde voit la situation vestimentaire dans laquelle je me trouve.
Le soir, je fais ma petite lessive. Et le lendemain matin je m’habille avec ce sous-vêtement.
J’arrive au bureau et je retrouve Karine tout souriante.
– Bonjour Christian.
– Bonjour Karine. Dis-je dans un souffle.
– Entre et ferme la porte.
Je fais ce qu’elle me demande, bien que le ton soit plutôt autoritaire.
– Baisse ton pantalon et penche-toi sur le bureau.
Je fais ce qu’elle m’ordonne sans un mot. Elle me caresse les fesses par-dessus la culotte puis écarte un côté. Je sens son doigt inquisiteur suivre ma raie culière. Puis se stabiliser sur ma rondelle.
– Christian, je vois que tu as compris mon message… Je vais m’occuper de toi comme dans tes lectures. Puisque c’est ton fantasme. Tu m’appelleras Maîtresse Karine et tu me vouvoies quand nous sommes seuls. Sinon c’est Madame quand il y a du monde que nous connaissons… Bien sur, tu ne me fais plus la bise.
– Oui, répondis-je.
– Pardon !!!! Tout en infiltrant son doigt dans mon anus d’un coup sec.
– Aie, Oui Maîtresse Karine.
– Je vais te mettre un petit plug puisque tu es vierge. Tu le garderas toute la journée.
– ……
– Tu dis ?
– Oui, Maîtresse Karine.
– Ce soir, tu me rejoindras ici avant de partir pour que je t’en mette un plus gros pour la nuit.
– …… Oui Maîtresse Karine.
Elle me fait sucer le plug qui pourtant est fin mais dont j’ai l’impression que cela ne rentrera pas dans mon anus qui n’a jamais été pénétré. Je suce tant que je peux pour cela glisse. Tout du moins d’après mes lectures je l’avais intégré comme ça. Elle le présente à mon anus après avoir enlevé son doigt puis l’avança tout doucement en faisant un mouvement de va et viens. L’objet entre petit à petit puis je sens qu’il est entré complètement par le contact de ses doigts.
– Voilà esclave, tu va garder ça et penser à moi qui suis ta nouvelle maîtresse. Es-tu content ?

– … Oui, Maîtresse Karine

– Rhabille-toi, puis embrasse mes chaussures pour me remercier.
Je renfile mon pantalon puis je me mets à 4 pattes pour embrasser ses chaussures. Contrairement aux lectures, je suis loin de bander avec ce truc dans le fondement.
La journée se passe comme un enfer. J’ai sans cesse l’impression que tout le monde sait que je porte une culotte et que j’ai un gode dans le cul. La position assise m’est insupportable, je ne pense qu’à lui pendant que je travaille et quand j’ai voulu aller aux toilettes j’ai eu l’impression de ne pas y arriver et de le perdre.
Le soir venant, je fais le tour de bureaux pour m’assurer que tout le monde est parti avant d’aller dans le bureau de Maîtresse Karine.
– Ah, te voila mon petit esclave. Déculotte-toi et mets-toi en position comme ce matin.
Je m’exécute.
Elle m’enlève délicatement le plug en le faisant tourner sur lui-même.
– Ferme les yeux et prend-le en bouche.
Je ferme les yeux et elle me le présente dans ma bouche. Le plug est chaud et le goût est âcre. Je n’ose penser au pourquoi de ce goût.
Je l’entends farfouiller dans un sac. Je sens un liquide froid sur mes fesses puis qu’elle présente le nouveau plug. Son introduction est plus difficile encore que celui du matin. Je sens que mon anus s’élargit de plus en plus puis il aspire le nouveau plug d’un coup. C’est certainement le point étroit qui est passé.
– Très bien mon petit soumis. Tu vas le garder cette nuit. Tu laveras la culotte pour demain et tu te présenteras comme ce matin.
– Oui, Maîtresse Karine
– Tous les après-midis tu le remettras jusqu’à lundi prochain comme ça tout anus sera assoupli.
– Oui, Maîtresse Karine
– Maintenant, enlève ton pantalon et tu vas me déchausser pour lécher mes pieds.
– Bien, Maîtresse Karine
Je fais ce qu’elle dit et prend son pied dans mes mains pour le lécher. Son pied est chaussé dans un bas et sens la transpiration de la journée. La situation est tout à fait bizarre, hier je fantasmais de soumission et aujourd’hui je suis en train de lécher les pieds d’une collègue avec un gode dans le cul, habillé d’une culotte de femme. La situation, même si elle sort de l’ordinaire, me plait.
Après avoir bien léché le pied, je passe au second. De longues minutes passent et je prends plaisir à cette situation.
– Enlève mon collant en continuant à regarder mes pieds et enfile-le.
– Oui, Maîtresse Karine
Je monte mes mains sous sa jupe et attrape le bord pour lui ôter son collant. Je le descends délicatement puis je lui ôte. Il est en boule entre mes mains.
– Enfile-le
– Oui, Maîtresse Karine
Je me mets en charge de le remettre à l’endroit pour l’enfiler. La situation est pitoyable car un homme est empoté pour mettre un collant. Elle rigole.
Une fois que c’est fait.
– Passe ta tête sous ma jupe et lèche l’entrejambe de ma culotte.
– Oui, Maîtresse Karine
Je passe ma tête et monte pour me trouver au contact de la culotte. Je me mets en charge de lécher celle-ci. Il fait noir et chaud sous la jupe et la place manque pour me mettre dans une position idéale même si celle-ci est assez ample.
Quoi qu’il en soit, je la lèche et, d’après ce que j’entends, elle aime mes caresses buccales. Un long moment passe et je prends moi aussi plaisir à cette situation.
Puis arrive le moment où elle semble défaillir sur ses jambes et semble jouir. Elle me maintient la tête en contact et mouille sa culotte. Un jus chaud commence à mouiller l’entrejambe.
– Bois tout esclave !
J’aspire le jus. Est-ce de la cyprine ou de l’urine, je ne sais rien mais j’aspire. Après un moment :
– enlève ma culotte avec ta bouche puis enlève ta tête de sous ma jupe esclave.
Je cherche à saisir sa culotte avec ma bouche en passant ma langue dans l’entrejambe et l’attrape avec mes lèvres, puis enlève ma tête délicatement. L’opération est moins facile qu’il n’y parait mais à force de patience j’y arrive.
Je me présente à genoux avec la culotte qui pendouille à ma bouche.
– Aspire bien le jus de la culotte puis viens me laver le sexe avec ta langue.
Je prends l’entrejambe dans ma bouche et j’aspire très fort l’humidité de ma Maîtresse. Puis je me mets encore une fois sous la jupe pour lécher son sexe et lui enlever toute trace de son intermède jouissif.
– C’est tout.
Je m’enlève et me présente face à elle.
– Tu vas garder ma culotte ce soir pour la laver. Tu la fais tremper dans un bol d’eau claire puis tu bois l’eau, tu auras comme ça le goût de ta Maîtresse dans la bouche.
– Oui, Maîtresse Karine.
– Tu me la ramènes demain propre.
– Oui, Maîtresse Karine.
– Part maintenant esclave et lave ton plug avant de venir me voir.
– Au revoir Maîtresse Karine.
Il est 20H00, j’enfile mon pantalon par-dessus le collant, je ferme la porte et je rentre chez moi afin de faire mes tâches du soir.
La nuit se passe d’une façon très difficile avec mon plug dans le cul qui m’échauffe et semble m’irriter. Je suis tenté de l’enlever mais je prends donc un somnifère pour arriver à dormir.
Le mercredi matin j’arrive comme toujours à 7H30 pour me présenter dans le bureau de Maîtresse Karine dans un ensemble tailleur pantalon bleu foncé très strict. J’entre et je referme la porte.
– Bonjour Maîtresse Karine
– Tu as fais ce que je t’ai demandé ?
– Oui Maîtresse Karine.
– En position
J’ouvre ma sacoche pour lui donner sa culotte et ses collants propres. Je baisse mon pantalon et me penche sur le bureau.
– C’est bien tu prends des initiatives de laver mes collants. Voyons ton cul.
Elle enlève mon plug qui est propre et sort un gant en latex de son sac qu’elle enfile. Elle le lubrifie puis introduit deux doigts dans mon anus. Cela semble rentrer facilement après le traitement. Elle m’informe qu’elle ne mets trois. Si au début cela rentre facilement très rapidement mes limites sont atteintes.
– Très bien d’ici peu je te rentrerais ma main dans le cul…Tu as aimé mon goût en lavant ma culotte hier ?
– Oui beaucoup Maîtresse Karine.
– Je t’ai pissé dans la bouche et tu aimes ? C’est bien.
– Merci Maîtresse Karine
– Dans la journée je te ferai un cadeau puisque tu as aimé.
– Merci Maîtresse Karine
– Va travailler esclave. Ton anus sera libre ce matin.
– Merci Maîtresse Karine
Je rentre dans mon bureau et travaille l’esprit quelque peu occupé. Mon anus me semble vide mais soulagé. Ma Maîtresse ne m’appelle pas et arrivé l’heure du déjeuner je me présente à elle.
– Vous désirez déjeuner Maîtresse Karine ?
– Non esclave et ne bois pas trop à table nous prendrons un verre ensemble après ton repas.
– Bien Maîtresse Karine
De retour de mon déjeuner je me présente dans le bureau et ferme la porte.
– Enlève ton pantalon et assied toi sur le plug que tu vas lubrifier avec ta salive.
– Oui Maîtresse Karine
Je fais tomber mon pantalon et prends le plug. Je le lèche du mieux possible pour mettre un maximum de salive. Je le pose sur le fauteuil et je présente mon anus après avoir écarté ma culotte. Je descends petit à petit. Je sens qu’il rentre mais mon conduit est sensible. Ma Maîtresse me regarde avec un petit sourire aux lèvres. A force il entre complètement.
– Ca y est Maîtresse Karine il est entré.
– Remets ton pantalon.
De là, elle sort d’un tiroir deux verres remplis d’une boisson. Elle me tend un verre et bois à l’autre. Je trempe mes lèvres et je n’ose reconnaitre le goût.
– Puisque tu as aimé mon urine je t’en ai préparé un verre. Tu es content esclave ?
– … Oui Maîtresse Karine
– Et bien bois-le, mon petit esclave.
Je le porte à ma bouche et bois par petites gorgées. Le liquide est froid et le goût pas trop fort.
– Tu as de la chance, j’ai bu de la tisane toute la matinée.
– Merci Maîtresse Karine
– Quand tu seras plus avancé dans ta soumission, je mangerai des asperges pour que tu apprécies mieux le goût.
– … Merci Maîtresse Karine
Mais l’intonation de ma réponse ni est pas car l’asperge fait très fortement augmenter l’odeur de l’urine dont je suppose le goût aussi.
– Quand tu auras fini ton verre tu retournes dans ton bureau.
– Merci Maîtresse Karine
– Quand tu auras soif dans l’après-midi, n’hésite pas à me demander un verre. Je t’interdis de boire autre chose que le champagne de ta Maîtresse.
– Bien Maitre Karine,
Je retourne donc travailler avec le goût dans la bouche de son urine qui avait bon goût. Certainement les tisanes.
En fin d’après-midi, je m’apprête à partir. Je passe dans le bureau de ma Maîtresse. J’entre et referme la porte.
– Je vais partir Maîtresse Karine. Si vous m’y autorisez.
– Je rentre à Aix ce soir. Tu vas continuer jusqu’à lundi matin ton travaille d’assouplissement…Tu te mets le plug dans l’anus tous les après-midi et tu l’enlèves pour diner puis tu le remets pour dormir.
– Oui Maîtresse Karine
– Tu vas t’acheter des culottes de couleurs différentes pour toute la semaine. Ainsi qu’un porte-jarretelles avec des bas.
– Oui Maîtresse Karine
– Tous les jours tu laves tes culottes et ton plug délicatement à la main… Je t’interdis de toucher ton sexe et encore moins de te masturber.
– Très bien Maîtresse Karine
– Si je m’aperçois d’un manquement, n’importe lequel, je fais un rapport au patron sur tes manques de professionnalisme.
– Oui Maîtresse Karine
– Tu peux partir et réserve tes soirées de la semaine prochaine.
– Oui Maîtresse Karine
Sur ce, je pars du bureau et rentre chez moi. J’ôte ma culotte et mon plug pour les laver dans le lavabo.
Trop honteux d’aller dans un commerce pour acheter des culottes, je me connecte à Internet. Après tout, elle m’a demandé d’acheter des culottes et elle ne m’a pas imposé la méthode donc je vais sur un site de vente en ligne et commande le tout. Livraison 48H00, comme ça je ne prends pas de risque de ne pas les avoir pour lundi.
C’est ainsi que la semaine se termina avec un tel changement en peu de temps. D’une petite vie bien rangée je suis devenu l’esclave de Maîtresse Karine.

A suivre si vous le voulez…



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
2 comments on “L’audit de la soumission (1) : rencontre avec ma collègue dominatrice
  1. Les récits du monde professionnel sont souvent les plus intéressants. En plus la caste des Directrices d’audit rassemble les plus sadiques et ce sont Elles qui ont le pouvoir de sanction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.