Le jouet de mon ex, femme dominante (7)

L’initiation

Sur la route, je regarde mon téléphone du coin de l’œil espérant un message de Flo, mon ex, femme dominante. Mais il n’y a rien. J’arrive chez moi déçu et frustré qu’elle ne me réponde pas. Je me fais des films sur ce qu’elle fait avec cet homme.

J’entre. Il n’y a personne. Ma copine est déjà couchée et j’ai une pensée étrange. Que ce passera t’il si elle veut un « calin »? Avec elle, c’est impossible de ne pas jouir. Je deviens fou mais c’est mon couple et non pas un jeu avec mon ex.

Cette idée me hante. Machinalement, je prends ma tablette et je consulte mes emails surtout le mail discret et voilà sur quoi je tombe.

Un mail de FLO avec pour titre « ton initiation en tant que jouet!!!!!! ».

Scénario de « Mon initiation en tant que jouet »

J’ouvre et voilà ce que je lis  :

– « J’ai imaginé ce qui pourrait se passer une fois que tu serais attaché.

Tu es attaché, les yeux bandés et bâillonné. J’ai commencé à te mettre en condition en promenant la lanière de mon fouet sur toi. Jusque là, tu as l’air d’apprécier.  Ensuite, tu entends le bruit d’un briquet et tu sens l’odeur d’une bougie. Je sais que tu commences à te poser des questions. Qu’est ce que je peux bien vouloir faire avec une bougie?

Ensuite, tu sens la cire couler sur ta peau. Je te sens frémir mais tu es bien attaché et puis ce n’est pas si désagréable. De plus, je suis gentille car j’ai choisi le ventre. Tu sais sur les flancs où la peau est bien fine ! Mais tu te doutes que ce n’est qu’un début ! La prochaine fois, je choisirais une partie de ton corps encore plus sensible mais pas tout de suite. Je te dis que le SM demande du temps…et puis il faut alterner.

Donc, je commence à prendre ton sexe dans ma main et à te caresser doucement ,juste histoire de maintenir ton excitation. Cependant, je constate vite que celle-ci est toujours aussi forte. Donc, je reprends mon fouet et cette fois-ci, les coups sont un peu plus appuyés. A chaque fois, tu gesticules dans tes liens et tu pousses des bruits étouffés par ton bâillon. Je ne sais pas trop si tu en redemandes ou si au contraire tu me demandes d’arrêter. Alors je défaits le bâillon et je te pose la question. Mais de toute façon, peu importe la réponse puisque c’est moi qui décide.

Avant que tu n’aies pu répondre, je t’embrasse  et je viens m’installer au dessus de ta bouche pour que tu me donnes envie de continuer à jouer. Puisque je te fais languir, je prends juste un avant goût mais je ne te laisse pas me faire jouir. … à toi de me donner tes impressions (voir tes idées) afin que j’écrive la suite

Au fait, je n’avais aucun rendez-vous ce soir. J’ai juste voulu te montrer qui dirige et cela fait partie de ta punition. Je suis certaine que tu t’es fait des films. Tu as, peut-être, été jaloux mais surement excité par la situation. Maintenant, tu sais que c’est moi qui décide de tout et que toi tu seras ma chose, mon jouet, mon esclave. En fait, tu seras, là uniquement, pour mon plaisir. J’espère que tu as toujours envie de jouer avec moi.

Au fait, nouvelles règles interdit de te caresser et de te branler. »

Nouvelles règles

Et bien, ça se précise. Je suis curieux et excité par la tournure que cela prend à par le fait de ne pas jouir aussi longtemps. Même si j’aime languir, le fait en plus ne plus me branler ça va être dur. Cependant, j’ai envie d’essayer les règles de Florence et de voir jusqu’où je suis capable d’aller et si comme elle le pense je vais aimer.

En même temps, qu’est ce qu’elle me connaît bien ! J’ai marché voir couru avec son faux rendez-vous. Elle a réussi, quand même. à me rendre jaloux alors que je ne l’avais jamais été quand on était en couple. C’est dingue ! Elle sait vraiment ce qu’il faut faire et dire pour bloquer mon cerveau dans la direction qu’elle souhaite.

Je remets mes idées en place et voici ma réponse à maitresse Florence :

Ma réponse

– « Tu me connais vraiment très bien ce qui fait même un peu peur.

Oui j’ai été jaloux, oui j’ai été frustré, oui je t’ai traité, par la pensée, de salope (en même temps est ce une insulte dans ma bouche). Je me suis fais des films toute la soirée ce qui fait que je ne me suis pas jeté sur ton mail. Cependant, je l’ai apprécié et maintenant je suis excité. Je dois bien le dire rassuré même si je me doute bien que tu ne me demandes pas la permission pour vivre ta vie privée. C’est l’avantage que tu as d’être célibataire.

Sur ce, je te donne mes impressions et reviens dans notre « jeu »;

Oui j’aime être sous ton contrôle bien que je me débatte pour me libérer et te violer. Tu le sais mais tu feras comme bon te semble. Je pense que tu vas vouloir faire durer ce jeu car tu aimes aussi me posséder.

Je fais tout mon possible pour te satisfaire avec ma langue et ma bouche et te sentir mouiller et respirer fort bien que je pense t’avoir traité de chienne et de salope quand tu m’as enlevé le bâillon mais tu t’es assis sur ma bouche et donc remis à ma place.

C’est toi qui décides et mènes la danse …

Et quelle danse ! Alors l’envie de te satisfaire prend le dessus et je ne veux pas te décevoir. Le minimum est de te donner le Max de plaisir en te léchant, t’aspirant le clitoris, te mordant, de boire ton jus de plaisir et d’être ta chose.

– Bien sur, je bande comme un fou et j’espère ta langue et ta bouche mais seul toi connais la suite de mon initiation.

En plus avec le bandeau, je ne sais pas comment tu es. J’imagine une guêpière, des bas, des talons aiguilles fins et très hauts, une jupe en cuir et une ceinture peut être des gants en soie que sais-je? peut être même a-tu mis un string que tu repousses sur côté pour laisser le passage à ma langue qui s occuperait bien de ton anus aussi.

Te faire jouir avec ma bouche serais une preuve de ma soumission naissante.

– Voilà à toi j’espère être à ta hauteur.

– Guide moi s il te plait.

– Tu as les rênes.

– Maintenant, je suis assis dans mon salon et mon état se voit bien (et oui je suis en jean) et tu m’as interdit de me branler. Je pense que c’est le dressage qui commence. Donc, je fais selon tes désirs mais c’est dur ! Tu me connais !

– Enfin j’espère que tu vas continuer et que tu joue aussi le jeu quand tu penses à moi.

– Dernière chose, je suis en couple donc comment faire quand ma copine veux baiser et aussi avec Céline?

En attente de la suite, je t’embrasse.

J’envoie le mail, je suis excité comme un fou mais je vais attendre de débander un peu avant d’aller me coucher.

Suite du scénario imaginé par mon ex-femme dominante !

Le lendemain matin, enfin seul, je vais consulter mes mails.

Yes, il y en a un de Flo :

– Pour commencer, ça m’amuse que tu sois jaloux après toutes ces années. Cela me donne une carte de plus à mon jeu. Par contre, ne soit plus insolent et vouvoie moi toujours sauf si nous nous retrouvons avec des gens qui nous connaissent d’avant. Donc par tel, sms et mail c’est vous et c’est un ordre. Sinon….

– Reprenons mon scénario !

– Je vois que tu mets du cœur à l’ouvrage mais ce n’est pas ce que j’ai en tête. Te laisser me faire jouir juste avec ta langue serait trop facile. Ainsi, je reprends le contrôle de la situation et  je remets ton bâillon en place en te murmurant à l’oreille que maintenant il va vraiment servir à quelque chose !

Je t’abandonne quelques instants et tu cherches à identifier les bruits que tu entends. Ensuite, tu sens que je m’assois sur le lit à côté de toi. Mes cheveux caressent tes jambes. Te connaissant, tu dois espérer ma bouche  et tu dois avoir très envie que je me décide enfin à te sucer. Tu vas être servi…  Tu  éprouves une sensation inconnue. Ainsi, tu penses que je viens te t’enduire de gel pour faciliter une future pénétration mais soudain tu sens une onde de chaleur se propager autour du gland.

Tu as un instant de panique mais très vite cette sensation s’estompe jusqu’à ce que je souffle doucement sur le bout de ton gland. Au soupir que tu pousses, je sais que tu aimes ça. Peut être que je te dirais plus tard de quoi il s’agissait mais je crois que pour le moment tu es mûr pour une fellation qui devrait te laisser un souvenir inoubliable.

Pas le droit de jouir !

Je sens que tu es au bord de l’explosion alors je m’arrête. Je commence à jouer avec tes testicules, à les faire rouler sous mes doigts et à les enduire de la même substance que ton gland. La réaction est immédiate. Si tu pouvais te détacher, je crois que tu me sauterais dessus mais aucun risque. Quand je prends une plume pour caresser ton sexe et tes boules, tu remues comme un diable mais tu adores ça….

A toi…

– Pour répondre à ta question pour ta copine, je ne souhaite pas mettre ton couple en péril. Donc tu peux baiser avec elle bien sur. Cependant, si tu arrives à la faire jouir suffisamment sans que toi tu jouisses, ce serait une belle offrande pour moi. Par contre, il se peut que certains jours, je te l’interdise. Si tu acceptes, il n’y aura pas de passe droit.

Pour ce qui concerne Céline, je vais lui demander son mail. Je vais voir avec elle si elle veut bien suivre certaines règles à ton sujet. A vrai dire, j’en ferais bien ma collaboratrice pour qu’elle me remplace de temps en temps auprès de toi puisque je suis un peu loin. Ainsi, je te tiens au courant mais en attendant tu dois lui résister et ne pas jouir.

Je lui confirme être à son service !

Je réponds de suite.

– Désolé Maîtresse, je vous vouvoierai à partir de maintenant.

– Oui, je mets du cœur à l’ouvrage car je sais que vous êtes capable de jouir plusieurs fois de suite. Si vous pensez que de vous faire jouir ainsi est trop Facile, c’est vous qui voyez ! Je pense que vous voulez en profiter le plus possible en me faisant bander au Max sans rien de plus pour moi.

Oui, lorsque vous m’abandonnez, je cherche à savoir ce que vous faites. Je suis excité et inquiet aussi .

Par contre la caresse de vos cheveux hummmm;

Et oui, je me languis de votre bouche. Je dis dans le bâillon « suce moi salope vite chienne  » mais je sais bien que vous ne ferez que ce que vous voulez. Je ne suis que votre chose et que je vais encore  » souffrir  » de plaisir j’espère.

Par contre ce gel, je ne connais pas. Donc, je vous fais confiance.  Cela doit être très surprenant. J’ai du mal à imaginer les sensations mais si c’est ce que vous voulez, j’aurais les sensations que vous désirez.

M’avez vous pris en bouche, je ne sais pas mais j’en rêve au oui je ne pense qu’à ça.

Et je rêve d’arracher mes liens pour vous prendre comme une chienne par les cheveux, de forcer votre bouche et de vous prendre ensuite sans vous demander votre avis par le sexe et les fesses.

Oui tel un chien en chaleur incontrôlable.

En même temps la plume oh oui ça doit être terrible !

Vous me rendez fou d’excitation, je suis vraiment à votre merci. Faite de moi ce que vous voulez .

Je ne sais pas quoi vous dire. Je suis en attente d’être votre esclave, je crois.

Merci pour votre réponse au sujet de ma copine et je ferais tout mon possible pour ne pas faillir avec Céline.

La journée défile, pas de réponse ni mails ni sms.

Je suis impatient comme un fou…



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.