Nouvelle nuit sous les pieds de Maîtresse Marisa (3)

Maîtresse Marisa

Arrivée de Maîtresse Tina

Je me retrouvai totalement immobilisé sous les pieds de Maitresse Marisa qui semblait prendre beaucoup de plaisir d’avoir un homme mûr à sa merci. Vingt heures sonnait au clocher de la cathédrale de Lausanne lorsque quelqu’un frappa à la porte de Maitresse Marisa. Elle retira ses pieds de mon visage et sortit ouvrir. Mon cœur battit plus vite lorsque j’entendis une autre voix de femme. Elles entrèrent dans la chambre et Maitresse Marisa m’informa que son amie Tina, qui l’initiait à l’éducation des esclaves fétichistes, passerait la soirée chez elle.

Je pris peur quand je vis son amie, car c’était la jeune sœur d’une de mes copines. Heureusement, elle ne sembla pas me reconnaître. Tina était une magnifique femme d’une trentaine d’année très sûre d’elle-même et semblait consciente de sa beauté et de son pouvoir sur les hommes. Tina demanda à ma Maitresse si ses pieds pouvaient « essayer » mon visage et sans attendre la réponse, elle enleva ses escarpins, grimpa sur le lit et se tint immédiatement debout, ses pieds sur mon visage. Ravie, elle dit à son amie que la forme de mon visage convenait parfaitement à la cambrure de ses pieds et que la nuit allait être très sympathique.

Maîtresse Marisa félicitée pour mon éducation !

De mon côté, la douleur était forte, c’était la première fois que mon visage supportait tout le poids d’une femme. Heureusement, elle se retira rapidement et félicita Maitresse Marisa pour le choix de son esclave. Elle me demanda ensuite si ses pieds me plaisaient. Je ne pus répondre, car j’avais toujours les collants de Maitresse Marisa dans ma bouche. Comme je ne répondis pas, elle me gifla, retira les collants de ma bouche et s’assit ensuite sur mon visage pour me punir. Heureusement, je pouvais respirer un peu. Toujours assise sur mon visage, elle donna quelques conseils à ma Maitresse sur la manière de m’éduquer. Elle proposa aussi à Maitresse Marisa d’être présente lors de nos rencontres afin de l’initier au mieux..

Ensuite, elle félicita aussi ma Maitresse sur l’installation de son lit qui permettait d’attacher le soumis en isolant la tête. Elle indiqua que le seul point négatif était qu’il était impossible de fouetter le soumis dans ces conditions. Cela faisait maintenant plus de deux heures que j’étais dans cette position et je commençais à fatiguer un peu. Je me disais alors que j’aurais du mal à rester comme cela encore 10 heures. A ce moment, elles se firent livrer des pizzas. Maitresse Marisa me demanda si je préférais rester là en me proposant d’attacher ses escarpins sur mon visage afin de m’imprégner de l’odeur de ses pieds ou, au contraire, de venir à leurs pieds pendant le repas. Je choisis la deuxième option.

Aux pieds de ces deux Maîtresses !

Je fus donc détaché et je dus les suivre à 4 pattes à la cuisine. Là, Maitresse Marisa m’ordonna de me coucher sous la table et attacha mes 4 membres aux pieds de la table. Elle lia ensuite fermement ma tête à ses pieds avec la laisse. Son amie posa ses pieds sur mon torse et elles commencèrent à manger leurs pizzas sans plus s’occuper de moi. Je n’existais plus pour elles. J’étais simplement sous le joug de leurs pieds. Pendant ce moment, Tina conseilla à ma maitresse d’établir dès que possible un contrat d’appartenance pour aussi clarifier quelques règles. Leur repas dura une petite heure et je me sentais très bien sous les pieds de ma Maitresse qui transpiraient et qui étaient vraiment collés sur mon visage.

Le repas terminé, les deux belles jeunes filles décidèrent de de me ramener sous le lit dans ma position antérieure. Maitresse Marisa introduisit de nouveau ses collants dans ma bouche, attacha une paire de basket odorante sur mon visage et recouvra le tout avec son duvet. Elle m’indiqua qu’elle et son amie allaient maintenant sortir deux ou trois heures en boite de nuit et me précisa que je resterai attaché comme cela à les attendre. Enfin, elle m’ordonna de garder un peu d’énergie pour les satisfaire à leur retour. Elle s’en allèrent et me laissèrent seul dans cet appartement, ligoté, dans le noir complet, totalement livré à ces deux belles jeunes femmes dominatrices.

Articles similaires:
Dépucelage
Régression : esclave de ma femme
Séance de soumission par ma sévère Maîtresse
Soumis asexuel au service d'une dominatrice
Offert par ma femme à ma belle-sœur domina (13)
Soumis encagé dans un rêve éveillé (10)
La fessée : Dressage imprévu en vacances (1)
Week-end avec ma belle domina, meilleure amie de ma femme
Pause avec la formatrice domina : Rencontre du métro (4)
soubrette mâle au service de jeunes dominatrices (2)
La Déesse Masquée, domina sévère (11)
La fille de l'hiver (2) : infernale dominatrice ?
La lope soumise de Maîtresse Clara (5)
La chef d'orchestre domina et la Cérémonie de la Rose (2)
Jeanne, dominatrice raffinée ou l'éducation matriarcale
Homme soumis à son ancienne amie du lycée (2)


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.