PRIÈRE DE GRATITUDE DU SOUMIS À LA FEMME DOMINATRICE (PART 2)

Prière de gratitude du soumis à la Femme Dominatrice.

Un jour pourtant, Elle te congédia. Non pas qu’Elle fût mécontente, non pas qu’Elle fût lassée, mais le temps était venu pour toi de trouver la Dame de ta vie, Celle qui ferait de toi un esclave à demeure.

Cette Femme généreuse t’éleva. Elle te porta en son sein telle une Mère. Une fois de plus, une fois encore, tu pus mesurer l’indéfinissable noblesse de la Femme. La munificence de Son sacrifice, Elle engendre, Elle modèle et offre à d’autres le fruit de Son labeur. Le cœur lourd, plein d’incompréhension, tu pleuras lorsque Son huis se ferma dans ton dos. Les larmes priere de gratitude du soumisamères mirent longtemps à se tarir. Tes joues ne séchèrent pas avant des années. Qu’est-ce qu’un esclave sans appartenance, qu’est-ce qu’un esclave sans Maîtresse ? Une loque, une épave, un moins que rien, il n’est plus homme, il n’est plus assez faible pour se défendre dans la jungle de l’imbécilité machiste, il ne connaît plus que la douceur d’appartenir et de servir. Tu erras l’esclave, tu dépéris, l’esclave. Tu ne savais plus à quelle Sainte te vouer. Tu vendais ton âme pour des riens, dans des rencontres importunes. Tu passas des annonces dans les journaux spécialisés, tu courus sur les vagues de l’Internet. Tu t’inscrivis sur des sites nauséabonds.

Au fur et à mesure, tu te redressas. Le temps efface toutes les peines. Tu pris conscience du legs de la Dame. Tu ne pleuras plus, tu bénis Son nom, la remercia de tout ton cœur pour cette éducation sans pareille. Ta capacité à t’assumer pour être digne de servir revint. Ta dignité naît de ta condition. Madame t’honora du titre d’esclave, tu te dois à cette éducation. Ta fierté est d’être esclave, un mâle prêt au service, à l’obéissance. L’Internet fut dompté, tu trouvas enfin des sites de rencontres et de dialogues convenables. L’esclave en toi parlait à nouveau. La solitude règne encore dans ta vie, mais déjà, ton attitude positive te permet d’envisager d’autres perspectives. Là preuve, Je t’écris ces quelques mots. Je prends la plume pour t’annoncer la grande nouvelle. Le temps est venu pour toi de réapprendre à dire : « merci, Madame.» Le temps est venu de rompre à nouveau devant les désirs d’une Dame et de t’oublier en Elle.

Je suis là. J’arrive. Écoute-Moi, entends-Moi…

La Dame est une prière et tu es Son servant. Par tes gestes, ta dévotion, par tes silences, tes renoncements, tu La sublimes et tu exauces Sa volonté. La ferveur de ta servilité, de ton obéissance sont les étoiles de Son firmament. Elle te domestique afin qu’il y ait en toi une once d’humanité. Tu en as fini avec la sauvagerie. Ta part d’homme n’est plus, tu es esclave, tu es mâle, tu intériorises les besoins de la Dame comme étant les tiens et tu renais dans la beauté et la conscience du devoir. Le monde, Son monde est empreint d’une ineffable musique. Cette mélopée t’enveloppe d’une suavité jusque-là inconnue. La Dame te tend Sa main, tu la baises avec passion. Elle te présente Son pied, tu Le lèches tendrement. Elle t’ordonne de La servir, tu t’exécutes avec célérité. La Dame te fouette pour te garder vif et joyeux, tu La remercies avec empressement. Elle te sodomise pour Son plaisir, ton plaisir est immense.

Le bonheur est dans l’appartenance, tu le sais. L’effroyable temps de ta solitude, l’incommensurable abandon d’être sans une Déesse à adorer, t’a fait prendre conscience de la nécessité d’un collier autour de ton cou. Plus jamais sans une laisse, voilà ton credo, ta quête, plus jamais sans une Maîtresse pour te guider, toi petit esclave, sur le chemin de la rédemption de l’homme dans la servitude. Elle pourra tout demander, tu lui donneras tout, non pas par annihilation de toi, mais bien parce qu’à partir de Sa prise de possession, tu n’es plus toi, tu es une part d’Elle. Et comment pourrais-tu refuser quoi que ce fût à Celle dont tu émanes ?

Que sera-t-il de toi ? Ce qu’Elle voudra que tu sois ! Un esclave, oui ! Un mâle reproducteur ou de plaisir, oui ! Un chien, un animal quelconque, oui ! Un meuble, une chaise, un reposoir, une part de son mobilier, oui ! Tu seras dans l’inventaire de Ses possessions, un objet surnuméraire, cependant utile. Le temps n’a plus d’importance, tu n’es plus régi par la montre mais par la volonté de la Maîtresse. En appartenance, il n’ y a de place que pour Ses exigences. Tu as tant de temps pour remplir ta tâche, tant de temps pour satisfaire à Son ordre, et pas une seconde de ce temps ne t’appartient. La durée provient de la Maîtresse, tu es la petite aiguille de Son horloge. Il te faut agir vite, mais jamais dans la précipitation. Il te faut agir, précautionneusement, mais jamais trop lentement. Le rythme de Sa musique doit être en toi, comme Son esprit est en toi. L’unisson ne naîtra qu’au prix de ton écoute totale, de ta totale soumission à Ses improvisations de vie. Il te faudra être d’une constante attention qu’Elle n’est qu’un geste à faire pour être satisfaite. Elle claquera des doigts et suivant le code, tu accourras, te prosternera, te coucheras, te lèveras, feras le beau, etc. Elle clignera de l’œil et suivant ce qui fut décidé, tu obéiras dans le millième de seconde.

Tu ne mangeras plus qu’à l’aube de son appétit. Elle te nourrira dans une gamelle, avec des aliments jetés au sol, dans sa main, directement dans la bouche après avoir pré-mâché la pitance que Sa magnanimité t’abandonne. Tu boiras Son champagne ou tout liquide qu’Elle te voudra voir ingurgiter. Ta vie lui appartiendra et tu seras heureux de cet abandon.

Si tu crois en ces mots, si tu veux que ces mots soient vie, viens à Moi. Récite la phrase suprême. « La Femme est une prière et je suis Son servant.» tu dois répéter, cette vérité, en faire une incantation. La Femme est une prière et je suis Son servant.

Viens esclave, entre dans Mon monde. Je te bâillonne ! Je t’aveugle ! Je t’assourdis ! A Ma merci tu es esclave.

Viens esclave, entre dans Mon monde. Je t’éprouve ! Je te flagelle ! Je t’insulte ! Sous Mon joug tu es esclave.

Et tu renais esclave, dans Mon monde. J’incarne la prière ! J’invite à l’admiration ! Je chante en ton oreille ! Mien, tu es esclave.

Et tu revis esclave, dans Mon monde. Je t’asservis ! J’exige ! Je règne ! En Mon appartenance, tu es esclave.

Et tu pleures de joie esclave, tu implores la chaîne esclave, tu quémandes l’autorité esclave, tu supplies de subir le supplice esclave, tu n’es plus rien en dehors de Moi et tu rayonnes, esclave.

Alors, dans l’immensité de cette nouvelle harmonie intérieure, tu lances l’invocation au ciel :

La Femme est une prière et je suis Son servant.



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.