Punition par examinatrice dominatrice intransigeante (2)

examinatrice dominatriceHumilié par l’examinatrice dominatrice

Comme mon examinatrice dominatrice me l’avait ordonné, je me mis à couvrir ses pieds de baisers. A quatre pattes, plaqué au sol à ses pieds, intégralement nu et la queue dressée, elle avait fait de mois plus un animal qu’un être humain mais cette humiliation faisait partie de la punition.

Les examinatrices, pour châtier convenablement ceux dont elles s’occupaient, avaient pour devoir de les rabaisser au stade de chien, voire de simple objet.
Officiellement d’ailleurs, les criminels dressés par les examinatrices devaient signer des papiers avant le début de leur séance de redressement stipulant qu’ils abandonnaient tous leurs droits humains. Leur statut devenait alors, temporairement, celui d’un banal ustensile que leur examinatrice dominatrice pouvait utiliser de toutes les manières possibles.
Claudia prenait visiblement un grand plaisir à ce que je lui lèche les pieds.

Ils étaient humides de transpiration et sentaient forts. Je fis passer ma langue le long de sa voûte plantaire, récoltant sueur, peaux mortes et poussières. Je savais que les examinatrices ne se lavaient jamais les pieds afin de rendre encore plus désagréable pour leur esclave le fait de les lécher.

-Lèche-moi entre les orteils ! : m’ordonna Claudia. Insiste bien dans ces endroits-là ! Nettoies-y toute la saleté !
-Oui Madame.

La féssée

Je passai de longues minutes à m’occuper de ses pieds tandis qu’elle se détendait dans son fauteuil, soupirant de plaisir. Trois quarts d’heure s’écoulèrent peut-être avant qu’elle ne me fasse signe d’arrêter.

-Bon, s’exclama-t-elle, il va être temps de commencer ta punition pour de vrai. Installes-toi sur le chevalet !

J’obéis. Mon examinatrice dominatrice m’immobilisa sur le chevalet à l’aide de sangles en cuir et de chaînes.

-Cambre bien le cul !, me dit-elle d’une voix devenue plus froide, signe que la punition commençait véritablement. Je veux que tes fesses soient levées assez haut et qu’elles y restent.

J’ignorais ce qui allait se passer, sauf que les coups qui allaient m’être donnés n’allaient pas l’être pour le plaisir mais bel et bien pour me faire souffrir et regretter mes actes.
Claudia entama la séance par des fessées assenées avec force et précision sur mes cuisses. Au début, elle les espaçait avec une trentaine de seconde entre chaque. Puis, elle se mit à accélérer et à faire claquer sa main contre mes fesses de plus en plus vite. Mon cul passa de pâle à rouge en très peu de temps.

A chaque coup, je tressaillais et me tordais, comme pour atténuer la douleur. Claudia prenait visiblement beaucoup de plaisir à cette activité et savourais mes gémissements et mes râles étouffés.

Au milieu de la séance de fessée, elle s’accorda une petite pause et alla se servir un verre de vin qu’elle dégusta en observant mon expression de souffrance et mes yeux pleins de larme. Se faire fesser était non seulement douloureux mais aussi extrêmement humiliant.

Suite de la punition

Quelques minutes plus tard, Claudia posa son verre à côté de moi et recommença à me claquer les fesses à un rythme soutenu.
Je m’agitais sur le chevalet, cependant je restais maintenu en place par les sangles.

-Pitié Madame, finis-je par dire au bout d’une demi-heure alors que j’étais à l’agonie. Je n’en peux vraiment plus !
-Vraiment ?

Mon examinatrice dominatrice caressa mes cuisses devenues moites de sueur et à la peau rouge vif. Elle contempla mon expression pleine de souffrance avec un plaisir non dissimulé.

-A quel point as-tu mal ?

-Enormément Madame… Je vous en supplie, peut-on arrêter là ? Demain, Je serais plus endurant, je vous le promets !

-Je sais, je sais que tu es au supplice. Mais c’est une punition. Je dois te faire comprendre que ce que tu as fait est mal et t’infliger une peine bien méritée.

Dans ses yeux, je vis de la compassion et de la bienveillance à mon encontre. Ce qu’elle faisait, elle le faisait pour mon bien, même si cela l’excitait et l’amusait beaucoup.

-Nous en avons pour encore très longtemps avant que je te détaches et tu vas encore beaucoup souffrir. Mais tu vas t’y habituer car la souffrance, ce sera toute ta vie désormais, et ce pendant trois mois. Cependant, tu peux pleurer et me supplier si cela te soulages.

Je me tus, sachant qu’il était inutile de chercher à négocier désormais.

La cravache

Claudia alla chercher une cravache qu’elle fit claquer dans sa main.

-Tu vas compter chacun des coups et me remercier pour cette punition bien méritée. Tu as compris ?
-Oui Madame.

Claudia s’amusa un moment à effleurer mes cuisses du bout de sa cravache, puis elle envoya le premier coup. Je gémis.

« Un !
-Et le remerciement ?
-Merci Madame pour cette punition bien méritée !
-Ca ne compte pas, je veux la formule complète. On recommence. »

Elle frappa de nouveau.
« Un ! hurlais-je. Merci Madame pour cette punition bien méritée !
-C’est mieux. »
Pendant de très longues minutes qui me parurent être une éternité, on n’entendit plus dans la demeure de l’examinatrice que les claquements stridents de sa cravache sur mes fesses, maintenant écarlates, et mes cris de douleur.

Je ne me rendais même plus compte du nombre de coups qu’elle me donnait et de ce que je disais mais je continuais à la remercier et à compter. Mes fesses me brûlaient et j’étais au summum de la souffrance. Mais Claudia ne s’arrêtait pas et s’autorisait même à rire de temps en temps face à mes supplications et les larmes sur mes joues.

Fin de séance avec le martinet

A un moment, sans que je ne le remarque, elle s’arrêta et passa au martinet. Après m’avoir infligé un nombre incalculable de coups, elle se stoppa.

« Tu as le cul tout violacé, esclave, me dit-elle. Les fesses d’un mâle sont comme une œuvre d’art après qu’elles soient passées entre mes mains. Sauf qu’à la place des coups de pinceaux, c’est des zébrures qu’on y voit. Je ne t’ai vraiment pas épargné on dirait. »
Devant mon manque de réaction, elle tapa du pied.

« Bon, si c’est comme ça on part sur cinquante coups de martinets en plus !
-S… S’il-vous-plait Madame, je n’en peux plus…
-Je m’en suis bien rendu compte, je plaisantais. On va s’arrêter là.
-Merci… »

J’étais au comble du soulagement mais mon expression redevint bientôt un air de terreur devant le gode ceinture que mon examinatrice venait d’enfiler.
« Je n’ai pas dit que la punition était terminée, me dit-elle. Maintenant, on passe aux choses sérieuses. Et là tu vas donner de la voix, oh, ça oui. »

Articles similaires:
Essai sur la domination
La cage de chasteté
LA MÉTAMORPHOSE DE MON NOUVEAU SLAVE (PART IV) EN MON VRAI SEX-TOY HUMAIN
Ne jamais être familier avec sa supérieure hiérarchique au travail ! (1) : Surprise !
PRISE DE POSSESSION DE LA LOPETTE (III)
Soumis dans un domaine (1) : rencontre avec la belle maîtresse
Audit de la soumission (2) : soirée avec deux Maîtresses
Première soumission (Partie 4) : Séance SM avec Maîtresse Sophie
Esclave sexuel de Marianne (5) : Suite du reportage SM de Laure
Audit de la soumission (6) : objet sexuel pour dominatrices
Madame, sa domina, sort ce soir mais seule !
Offert aux copines de ma femme (11) : soirée BDSM
Professeur soumis dressé par son étudiante dominatrice (16)
Prières à Madame, sublime dominatrice
Professeur soumis à son étudiante dominatrice sadique (20)
Un soumis et une histoire d'amour gynarchique


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.