Homme soumis à l’essai (5)

homme soumis

Début de soirée avec ma Maîtresse et son amant

En parfait homme soumis, je te prépare tes atours et t’aide à te préparer, Comme la veille, je parfais le rasage de ton intimité puis tu pars rejoindre ton chéri. Je mets la table pour deux ….

La porte s’ouvre et tu entres en le tenant par la main.

-Installe-toi mon chéri.

Tu te tournes vers moi.

-Sers un whisky à mon chéri !

Il s’assoit, face à toi sans un regard et sans un mot pour moi.

Tu lui dis :

-Attends, je reviens !

Tu te lèves et files vers la chambre puis tu dis en me regardant.

-Viens avec moi, toi !

Je te suis et dès la porte franchie !

-Tu ne penses pas passer à travers non ? Il m’a sodomisé et crois-moi, il a mis ce qu’il faut. Allonge-toi par terre !

Tu relèves ta somptueuse robe longue, quittes ta culotte et poses ton anus sur ma bouche. Je sens la semence de Charles couler dans ma bouche. Ma langue s’enfonce dans Ton anus pour aller y rechercher les quelques gouttes restantes.

-Oui, bien au fond et lubrifies bien, je crois que je vais encore en prendre une belle ce soir…. J’en mouille d’avance !

Tu Te relèves puis Te rhabilles.

-Et maintenant la cravache. Allez dépêche-toi ! en position !

Je me relève et prends la pose. Tu me cravaches 10 fois, fort, vite mécaniquement. Un gémissement s’est échappé de ma bouche… Tellement mal !

-Ben oui hein, ça fait mal, mais c’est de ta faute ! Viens nous servir maintenant, et tu t’essuieras la bouche tu as encore un peu de sperme sous le nez !

Son amant détient la clé de ma cage de chasteté !

Je m’essuie la bouche et je vous rejoins. Charles me regarde en souriant.

-Alors ? on n’a pas été sage ?

Puis il éclate de rire. Je baisse la tête, honteux comme jamais.

-Dis donc, tu n’y es pas allée de main morte ! Tu as vu il saigne là, dit-il à ma Maîtresse, en montant l’une de mes fesses.

-C’est de sa faute, il doit comprendre qu’il n’a droit à aucune erreur.

-Ok, moi je m’en fous hein mais ne l’abime pas trop, il a l’air drôlement utile d’après ce que je vois !

-Ne t’inquiète pas, il va s’endurcir, il n’a pas le choix !

Je vous sers le repas, moi ridiculement nu, et lui totalement amoureux.

-Tu as la clé de sa cage, te dit Charles

-Oui elle est là !

Tu la sors de ton soutien-gorge.

-Je la prends si tu veux bien, je n’ai pas envie qu’un jour ou l’autre une envie de l’ouvrir ne te prenne. Et que tu utilises son sexe.

-Comme tu veux mon chéri, mais tu as vu son asticot !!! Ne sois pas ridicule, Toi tu es un homme un vrai, avec une belle et grosse queue !

Aux ordres de mon amant et de sa Maîtresse !

Tu lui donnes la clé qu’il fourre dans sa poche. Je suis abasourdi. Je n’ai plus aucune possibilité de quitter cette cage, même si j’étais conscient que je n’aurais que rarement l’occasion d’en sortir.

Tu éclates de rire.

-Ne fais pas cette tête-là ! c’est pas grave ! De toute façon, je n’avais aucune intention de te libérer ton asticot.

Et vous riez tous les deux de bon cœur puis tu reprends :

-Bon nous on va au lit.  Après avoir nettoyé tout cela, tu nous apporteras une coupe de champagne quand on te le demandera. Si tu as fini avant, tu viens t’agenouiller devant la porte de la chambre !

Ensuite, tu lui prends la main et vous partez dans la chambre. Les bruits caractéristiques d’une copulation réussie ne tardent pas à m’accompagner dans mon travail.

Je viens, comme tu me l’as demandé, m’agenouiller devant votre porte en attendant tes ordres.

-Apporte-nous du champagne !

Je vais immédiatement ouvrir la bouteille et verser deux coupes que j’apporte sur un plateau.

Spectateur de leurs ébats amoureux !

Je frappe à la porte.

-Entre !

C’est Charles qui a répondu.

J’ouvre la porte et je découvre les amants sur le lit. Lui nu et allongé sur le dos. Toi, entre ses jambes à quatre pattes, ayant gardé ton bustier et tes bas, bien cambrée, lui pratiquant une belle et profonde fellation gourmande.

-Tu vois, elle ne pouvait pas répondre !

et il éclate de rire !

Sa belle et grosse queue distend ta bouche et je vois ta gorge se déformer au passage de son dars ! Enfin il éjacule dans ta bouche en un jet long et puissant. Tu gardes tout dans la bouche puis tu me fais signe de m’approcher. Ensuite, tu prends ma tête la penche en arrière et appuie sur ma mâchoire pour me l’ouvrir. Enfin, tu ouvres la bouche et laisse couler la semence de Charles dans ma bouche, jusqu’à la dernière goutte ! Je me fais un devoir d’avaler.

Charles me regarde du coin de l’œil d’un air dégoûté.

Tu reprends :

-Voilà, directement du producteur au consommateur. Allez, on boit un coup !

Vous prenez les coupes de champagne et vous les dégustez en vous bécotant comme si je n’existais pas.

Période d’essai réussie !

-Bon allez une petite dernière avant d’y aller ! dit Charles

-Attend, je m’occupe de mon esclave, après je serai trop fatiguée!

Tu te lèves et tu viens me poser les menottes, puis le collier avec la chaine. Tu ouvres la table de nuit et en sors un plug … assez conséquent. Je frémis.

-Tu avais oublié hein !!

Et vous éclatez de rire. Tu enfonces le plug dans ta chatte pour le lubrifier.

-Je suis vraiment trop bonne ! Allez, approche et penche-toi !

Tu m’enfonces le plug lubrifié dans mon fondement.

-Voilà maintenant attends à genoux que Charles me fasse jouir !

Son érection revenue, il se positionne derrière toi et te sodomise de grands coups de bite. Tu ne tardes pas à jouir et lui éjacules au fond de tes entrailles. Il se retire, la bite encore bien ferme.

-Bon j’y vais ! faut que je me lève tôt, excellente soirée, faudra recommencer !

Un chaste baiser sur ta bouche puis il récupère ses vêtements et quitte la maison.

Tu n’as pas changé de position.

-Allez, viens déguster.

Je m’approche de ton cul encore ouvert de cette sodomie, un peu de sperme coule vers ta chatte. Du bout de la langue, je récupère la sève de ton chéri puis j’enfonce ma langue en toi pour ne rien perdre. Une fois propre, Tu te couches. Tu me pousses hors du lit puis enfin Tu éteins la lumière.

Aussi, je m’allonge sur le sol, du sperme autour de la bouche et le plug me distendant l’anus…

-Je crois que la période d’essai est terminée… je te garde, Tu dis avant de t’endormir.

Ma nuit est peuplée de grosses bites et de vagins à lécher …….

Rêve ? Cauchemar ? Réalité ?

 

 



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.