Soumis à une divine Maîtresse, la meilleure amie de ma femme (3)

divine MaîtresseNouvelle visite de ma divine Maîtresse

Le lendemain matin, ma divine Maîtresse repassa à l’agence, elle se dirigea directement vers moi sans prendre le temps de passer par la secrétaire cette fois-ci.

-Bonjour Mait….., heu madame pardon, accepteriez vous de me suivre dans le box pour discuter, nous serions certainement plus à l’aise.

Ma langue avait fourché. Aussi, je remarquais que la secrétaire me regardait d’un air interrogateur. Ma divine Maîtresse quand à elle avait l’air pleinement satisfaite par mon lapsus.

– Veuillez entrer ! je vous en prie madame.

Je me pressais de lui tirer la chaise afin qu’elle puisse s’assoir puis je fis le tour du bureau. Sans plus attendre, je me jetais sous le bureau pour présenter mes respect à ma Maîtresse.

– c’est bien Paul ! tu es un bon chien ! Tiens ! : me dit elle en me tendant un morceau de sucre dans la paume de sa main. Tu es le toutou à sa Maîtresse.

Ainsi, je m empressai de dévorer le sucre en prenant bien soin de lécher le creux de la main de ma divine Maîtresse.

– Assieds-toi et écoute-moi. Je vois que tu prends ton rôle de soumis à cœur, tu as même failli m’appeler Maîtresse devant la secrétaire et j’ai adoré. Paul j’aime cette idée de te posséder. J’aime l’idée que tu m’appartiennes comme un simple objet ou comme un animal domestique. Et je sais que cela te plait à toi également de m appartenir. Voilà pourquoi j’ai passé la nuit à rédiger ce contrat que nous allons signer tous les deux pour officialiser notre nouvelle relation. Bientôt, tu seras totalement dépendant de moi. Je serai ta drogue et rien d’autre que ma personne ne comptera à tes yeux. Un jour tu me supplieras de te garder à mes pieds 24heures sur 24.

Deuxième visite de l’appartement

– Je pense que tu devrais me refaire visiter l’appartement d’hier.

– Oui bien-sûr avec plaisir Maitresse Sandrine !

Donc nous nous retrouvâmes une fois de plus dans l’ascenseur. Je m’étais préparé à l’idée de lécher de nouveau les pieds divins de ma Maîtresse. Cependant, d’un claquement de doigt, elle m’ordonna de m’assoir à ses pieds. J’exécutais cet ordre sans attendre. Pour me féliciter ma divine Maîtresse me caressa la tête comme si j’étais un vrai chien.

La situation m’excitait terriblement. Heureusement, personne n’entra dans l’ascenseur. Nous entrâmes dans l’appartement. Puis, je m’empressai de me déshabiller, de poser les mains sur ma tête et d’écarter les jambes espérant une récompense de ma Maîtresse. Celle si s’approcha de moi heureuse de voir mon sexe en érection. Ensuite, elle se colla à moi et m’assèna un grand coup de genoux dans les couilles. Ainsi, je me retrouvai immédiatement à genoux.

– Je suis ta Maîtresse. Sache que je n’ai pas besoin de raison pour te punir, tu es à moi. C’est tout ce qui compte. En devenant mon esclave, tu as accepté tout cela. Aussi, je veux que tu me craignes et que tu me désires plus que tout. Je veux, également, que tu me remercies pour chaque attention que je te porte, qu’elle te semble juste, non mérité ou pas. Je veux que ton corps et ta volonté me soient totalement dévolus. Bientôt, tu n’auras plus rien d’un homme. Tu seras ce je que je voudrais que tu sois, un chien, un esclave ou une pute.

A ses mots elle m embrassa à pleine bouche, je perdis le peu de volonté qu’il me restait.

-Le veux-tu Paul?
– Oui Maitresse Sandrine je le veux, faites de moi ce que bon vous semblera.

La video

Ainsi, je venais de m’abandonner à cette femme sur laquelle j’avais toujours fantasmé. J’étais inquiet et heureux de cette décision.

– Reste à genoux et ferme les yeux.

J’entendais des bruits de sac, de vêtements que l’on ôte ou que l’on remet sans savoir ce qui se passait.

– Je vais tout filmer Paul, me donnes-tu ton accord? Répond la caméra tourne, peut être enverrons nous le film à ta femme.

– Oui Maîtresse Sandrine, je vous autorise à filmer et à disposer des vidéos comme bon vous semblera.

– très bien ouvre la bouche alors ! et montre à ta femme comme tu suces bien ! montre lui comme tu aimes la bite de ta Maîtresse salope.

Ainsi, je m’efforçais de sucer ce que Maîtresse enfonçait dans la bouche du mieux que je pouvais. Cependant, il faut bien avouer que je trouvais cela très excitant.

Ensuite, Maîtresse me fit mettre à quatre pattes et présenta à mon petit trou le gode que je venais de sucer, d’une simple pression elle me pénétra.

– Voilà ça y est ! c’est officiel Paul ! tu n’es plus un vrai mec, tu es une petite salope : dit-elle en me claquant les fesses.Tu aimes te faire baiser par ta Maîtresse salope? Répond!

– Oui Maîtresse Sandrine ! j’aime que vous me baisiez, c’est bon, je suis votre Salope.

A ses mots les coups de reins de ma divine Maîtresse se firent plus profonds et plus violents. J’haletais comme une chienne ce qui ne manqua pas d’attirer l’attention de Maîtresse .

Contrat avec ma divine Maîtresse

– Tu es vraiment une chienne toi, si ta femme voyait comme tu aimes que je te baise.

A ces mots, elle me fit me relever et me mit face au mur en  me demandant de me cambrer en arrière. Ensuite, elle s’adressa à la caméra.

– Regarde Stéphanie, regarde comme je baise ta Salope de mari, il est a moi maintenant ! il m’appartient tout comme ce gode que je lui enfonce dans le cul. Regarde comme il aime, dit à ta femme combien tu préfères te faire baiser par moi plutôt que de la baiser elle.

– Oui je préfère me faire baiser par Maitresse Sandrine que de te faire l’amour Stéphanie. Je lui appartiens maintenant, je suis à elle, je suis à Maîtresse Sandrine !

Comme son souffle était doux dans ma nuque. J’espérais sincèrement que ma femme ne verrait jamais la vidéo.

Ma divine Maîtresse resta en moi et me saisit les tétons et m’ordonna de me masturber.

– Tu aimes te branler avec une queue en toi ?

Sa voie était devenue douce et chaleureuse.

– Oui Maitresse Sandrine : dis-je honteux.

– Un jour, ce sera une vraie bite que tu auras dans le cul ma chérie.

Je ne sus si ce fut le fait de me faire appeler ma chérie ou la promesse d’une vraie bite qui déclencha Ma jouissance mais je jouis comme jamais.

– Remets toi main sur la tête ma chérie, je vais prendre une douche ensuite nous avons un contrat à signer toutes les deux.



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
One comment on “Soumis à une divine Maîtresse, la meilleure amie de ma femme (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.