Soumis dans un domaine (2) : Premier jour avec les femmes gynarchiques

 

femmes gynarchiques

Sur le trajet vers le domaine, Sandy arrête la voiture, au bord de la route. Puis elle m’ordonne de me mettre nu et me pousse dehors pour me déshabiller. Elle me dit en me montrant le contrat que je viens de signer :

– Maintenant, tu es mon toutou lickerdog, mon esclave.

Je suis très gêné de me retrouver nu au bord de la route. Je me cache derrière la portière, puis elle m’ordonne de monter dans la voiture pour me mettre un collier. Elle m’ordonne de lui donner mon pantalon. Elle vide mes poches dans une boite, puis elle jette tous mes habits par la fenêtre avant de reprendre la route. Je ne sais plus où me mettre. J’ai plein de questions qui me passent par la tête. Durant tout le reste du trajet, elle me caresse en me répétant continuellement :

– Tu verras, tu seras bien avec nous au domaine. Nous sommes un groupe de femmes gynarchiques. Nous allons prendre soin de toi, mon petit soumis.

Puis à nouveau, elle s’arrête au bord de la route sur une petite place cachée par des haies. Elle descend de la voiture pour s’allonger sur la banquette arrière, puis ouvre son pantalon, avant de m’ordonner :

Lickerdog, aux pieds, lèche moi (la chatte) tout de suite.

Après quelques minutes, un petit cri de plaisir s’échappe. Puis elle empoigne sauvagement ma tête avec ses deux mains pour la mettre entre ses cuisses et se frotter le vagin sur mon nez et avec mes cheveux. Puis nous repartons pour le domaine.

Nous arrivons enfin au domaine. Il s’agit d’une ancienne exploitation forestière de 20 hectares avec un hangar de deux étages pour multi-utilisation, plus un bâtiment administratif transformé en maison d’accueil pour jeunes femmes battues et violées. Ce bâtiment peut aussi servir de chambre d’hôte réservée exclusivement aux femmes gynarchiques, membres d’un groupe féministe. Il y a aussi une dépendance à l’entrée du domaine qui comprend un cabinet médical et un bureau d’avocats pour femmes.

Dans l’arrière cour, le « comité d’accueil » est là pour attendre le retour de Sandy. Quatre femmes discutent sur la place. Je reconnais la patronne du restaurant qui est également présente. Sandy descend rejoindre le groupe. Je me sens tellement stupide d’être nu avec un gros collier de bulldog autour du cou  et en même temps très excité. J’essaye de me cacher pour que l’on m’oublie.

Quand deux des jeunes filles quittent le groupe et s’approchent du véhicule. Elles ouvrent la porte en m’ordonnant de rejoindre Sandy. Je n’ose pas sortir avec mon sexe en érection. Je me sens humilié face à ses deux belles jeunes filles de mon âge. Les filles me tirent par le bras et les cheveux hors du véhicule et me poussent vers le groupe.

Les quatre femmes me dévisagent de la tête aux pieds d’un air sévère. Je me sens plus bas que terre, humilié, avec une seule envie de me cacher dans un trou. J’essaye d’être naturel, mais je suis rouge comme une pivoine avec mon sexe en érection.

Je pose mes mains sur mon sexe pour le cacher, mais les deux jeunes filles me tapent violemment sur la main et les cuisses en m’interdisant de me toucher. Elles m’ordonnent de mettre les main dans le dos, en précisant que mon corps ne m’appartient plus. Je suis devenu la possession des locataires du domaine. Elles m’empoignent mes testicules fortement pour me punir, ce qui me donne une érection incontrôlée, juste au moment où Sandy et la patronne du restaurant s’approchent de moi.

Sandy dit

Tu vois que mon esclave est en pleine forme. Tu seras satisfaite. Je te l’amène le 24 à midi pour ta réunion. Il t’obéira au doigt et à la baguette sinon. Tu pourras le corriger avec ma bénédiction.

Je me sentis effrayé comme jamais quand les deux femmes commencèrent à m’examiner et à discuter de la taille de la « marchandise » et à me comparer avec l’ancien esclave. Je n’avais qu’une seule envie, m’enfuir loin de ce domaine où je n’étais qu’une marchandise qui passait d’une main à l’autre.

J’eus le malheur de demander quel serait mon rôle le 24 juillet. La réponse fut directe :

– Ton rôle est d’obéir, servir et être à disposition de mes clientes! Tu n’es pas autorisé à parler et à poser des questions.

Puis Sandy me présente au 3 autres membre du groupe qui étaient autour de moi.

La plus âgée des femmes (54ans), Nadia, au visage sévère, est la doctoresse qui a son cabinet sur le domaine. Elle est la présidente du mouvement féministe et des femmes gynarchiques local.

Maylee,  fille de 22 ans, asiatique 1m65 est très fine et féministe. Elle ne m’apprécie guère et me le fait savoir. Elle est amoureuse de Sandy. je suis son rival.

Solveig est une jeune fille de 26 ans, norvégienne de 1m78 très sportive et féministe dans l’âme qui a horreur de se faire marcher dessus par un homme.

Les deux jeunes filles ont été violées, tabassées et forcées à se prostituer par un gang. Toutes les deux ont été sorties de ce circuit infernal par Sandy qui était leurs avocate pour faire tomber le gang. Elle les a caché suite aux menaces qui pesaient sur elles. Elles sont toutes les deux convaincues que l’homme est un animal , qu’il n’obéit qu’à la force. Pour elles, ce sont des chiens qu’il faut dresser à coups de cravache. Chaque jour, elles me le feront savoir!

Les deux jeunes filles, toutes deux bisexuelles, sont devenues les responsables de la gestion du domaine et de son entretien.

Pour finir, Maitresse Sandy est une superbe avocate de 45ans féministe et gynarchique convaincue dont jetais tombé amoureux. Elle s’est spécialisée dans la défense des femmes battues, des divorces et des couples de femmes homosexuelles. Elle est la vice- présidente du mouvement féministe et la propriétaire exclusive du domaine. Elle gère aussi le bureau d’avocates réservé exclusivement au femmes.

Après les présentations, Maitresse Sandy me dicte les règles et me dit:

– Ici tu répondras au nom de lickerdog. Il t’est formellement interdit de parler. Tu ne répondras que sur ordre. Tu obéiras à toutes les personnes du domaine, quel que soit leur statut ou âge et en t’adressant à eux avec « à vos ordres Maitresse  » exclusivement. Sur le domaine, il t’est formellement interdit de porter des habits ou d’enlever ton collier sauf sur ordre de ta maitresse. Pour finir, j’exige une obéissance totale et absolue. tout manquement à ces règles élémentaires sera puni sans pitié. Le ton était donné!!

Puis Sandy ordonne aux deux filles de me faire la visite du domaine, en précisant de ne pas trop m’abimer le premier jour. Maitresse Solveig sort ses menottes de sa poche pour m’attacher les mains dans le dos, tandis que Maitresse Maylee cherche la laisse ainsi que 2 cravaches. Puis elles me trainent à 4 pattes à travers le domaine.

En passant, elles m’exhibent aux locataires du domaine que l’on croise. Je me sens humilié comme jamais, surtout quand les pensionnaires me touchent et me palpent comme une vulgaire marchandise. Puis je dois lécher leurs mains et leurs doigts s’ils sont souillés par mon sexe. Les filles me présentent aux locataires comme étant un violeur récidiviste, placé en thérapie au domaine afin de me faire comprendre, ce que ressent une femme violée et battue. Elles sont réellement persuadées que je suis un violeur! Je n’ai évidemment pas le droit de répondre.

Puis Maitresse Maylee dit

– N’hésitez pas à l’utiliser, à abuser de lui pour vous aider à décompresser. Le pire des châtiments pour un violeur comme lui est d’être violé et battu à son tour. Faite-lui subir ce que vous avez subi! Cela vous aidera à vous soulager. Il est là pour souffrir et être abusé comme il l’a fait! Il est à votre disposition de jour comme de nuit. N’ayez pas peur de l’utiliser et de vous faire respecter. Montrez-lui que la femme n’est pas faible. Cela vous aidera à regagner confiance en vous.

Puis elle ajouta :

– Vous serez conviées à la séance pour faire face à un homme violent.

Après environ 30 minutes de promenade, les genoux en sang, nous sommes descendus dans un grand cellier caché et équipé comme un club privé, avec un bar, des tables de bistrot et des fauteuils pouvant accueillir environ 20 personnes. Il y a des chaines au plafond, ainsi que divers objets de torture. Une croix et un chevalet d’immobilisation en position à 4 pattes étaient placés au milieu de la pièce pour les fessées publiques et les pénétrations anales ou ballbusting, ainsi qu’une table basse spécialement équipée de sangles. C’était la salle de dressage. Je fus immédiatement attaché sur un gros demi  tonneau pour un examen médical pratiqué par Maitresse Nadia.  Cela consistait en une prise de sang, d’urine et de sperme ainsi qu’une fouille anal. Elle a fait porter le tout au laboratoire.

Après un examen complet, Maitresse Nadia m’a détaché et s’est mise à 4 pattes sur un des canapé, en m’ordonnant de la pénétrer par derrière comme un chien pour la faire jouir, et en criant « plus fort » au rythme des coups de cravaches des deux autres filles. Je ne sentais plus mon corps et mon esprit a totalement déconnecté. J’ai joui sur elle. Les deux filles m’ont obligé à lécher l’anus couvert de mon sperme puis la chatte de Maitresse Nadia,  jusqu’à ce qu’elle soit propre et qu’elle jouisse à son tour, avant de me ramener au bâtiment principal environ 3 heures plus tard.

Vers 19H00, Maitresse Solveig m’emmène dans la cuisine et me met un bandage sur les genoux puis m’ordonne de me remettre à 4 pattes, à ses pieds, toujours tenu en laisse. Elle se met à manger des morceaux de poulet, et de temps à autre, elle me jette un morceau par terre pour que je le mange et que je lèche le sol. Elle me pose un bol d’eau par terre. Puis elle enlève ses souliers et m’ordonne de lui sucer ses doigt de pieds. Vers 20H00,  elle m’emmène dans la chambre de Sandy.

Sandy me regarde et dit :

– Je vois que les filles se sont bien amusées avec toi!

J’étais incapable de répondre. Je me sentais dans un autre monde; puis elle m’ordonna de prendre ma douche, et comme chaque soir depuis une semaine, Sandy abusa de mon corps pour son plaisir.  J’exécutais les ordres comme un robot. J’étais totalement vidé. Je ne sentais plus la douleur, puis je me suis endormi dans les bras de ma Maitresse.

A 7H00, Sandy me réveille et me dit :

– Ce matin, tu vas vider ton appartement et rendre les clefs avec les filles. Va déjeuner. Elles t’attendent.

Puis elle est partie.

Arrivé à la cuisine, les filles étaient en train de rigoler au sujet de la journée d’hier. En me voyant Maitresse Maylee dit :

– Hoo le chien chien de ma Maitresse a de jolies couleurs.

Mes fesses et mon dos étaient rouge vif et bleu puis elle jette une tartine par terre et m’ordonne de me mettre à genoux devant elle et de la supplier comme un chien pour boire, avant de prendre une gorgée de thé dans sa bouche et me la recracher dans la mienne, sous les rires des deux autres femmes. Puis elle m’ordonne de manger sans les mains et de boire dans le seau d’eau près des produits de nettoyage avant de me jeter un jogging et des bottes de jardin pour m’habiller.  On est parti pour vider mon apparemment de mes affaires personnelles.

À suivre


Je suis devenu soumis par amour de ma nouvelle rencontre; avec une femme avocate fabuleuse qui m'a convaincu de la supériorité de la femme ; une Maitresse propriétaire d’un grand domaine gynarchique; Elle m'a totalement immergé et fait découvrir ce monde de femmes "dirigeantes, supérieures et féministes" ou l'homme n’était rien de plus qu’un animal domestique mufti usages; dont son unique devoir était l’obéissance absolu à toutes femmes quelle soit jeune ou vieille, soumise ou Maitresse; elles avaient réussies à me faire aimer ma condition de chien lécheur du domaine; c’est ainsi que je suis devenu lickerdog suite mes coups de langues et massages intimes à la langue , fort apprécié des résidentes.

Du même auteur



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
One comment on “Soumis dans un domaine (2) : Premier jour avec les femmes gynarchiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.