Suite partie BDSM : Offert aux copines de ma femme (12)

partie BDSM

Suite partie BDSM

Durant cette partie BDSM, sur le lit, les choses évoluent. Ils ont positionné ma femme sur le côté, ramené une jambe vers le haut et Steve la baise consciencieusement. Nico lui a tourné le visage vers nous et lui a mis la queue bien profond dans la bouche. Il fait des va et vient rapides puis se branle.

– Avale tout, lui ordonne-t-il.

Les coups de fouet ont cessé. Béa se met sur le côté et recommence ses petites branlettes. Elle observe ce qui se passe sur le lit et aussi mon état. J’ai compris : elle va me faire jouir en même temps que les mecs, la garce.

Cathy n’en peut plus, elle est debout à côté du lit et se masturbe furieusement. Le clapotis de sa chatte inondée se mêle aux râles de Nico qui éjacule dans la bouche de ma femme. Je la vois qui avale le jus tant bien que mal, la dose doit être corsée. Il se dégage et cède la place à son compère.

– va lui nettoyer la queue, ordonne Béa à Cathy qui ne se fait pas prier.

Elle va sucer doucement Nico, lui lèche le sexe. Béa observe Steve et me masturbe en conséquence. L’autre pousse un rugissement et agite son bassin dans la bouche de ma bien aimée. Il se dégage une fraction de seconde et une bonne giclée atterrit sur le visage de madame, le reste est bravement avalé. Béa accélère furieusement ses coups de poignets. Un plaisir douloureux monte de mes couilles ligaturées. A la première giclée Béa me lâche et gifle mon sexe à toute volée. Je hurle de rage et de frustration.

Le soumis cocu

Béa rigole et va voir sa copine, elle lui caresse le visage et lèche le sperme qui lui recouvre la joue, elles s’embrassent à pleine bouche, Cathy est invitée à participer, les garçons récupèrent. Je tremble de tous mes membres, toujours attaché, un filet de sperme s’écoule timidement de ma queue.

Les deux baiseurs sont affalés dans un canapé au bout de la pièce. Je suis toujours suspendu, mon sexe ficelé, avec mon orgasme raté qui me remplit de rage. Béa et ma femme se caressent tendrement sur le lit, elles tirent sur ma queue avec la cordelette, les salopes. Cathy vient me voir.

– tu veux que je te finisse un peu mieux, demande moi, allez.

Elle me caresse partout sauf mon sexe. Béa est en train d’organiser un tendre 69 avec ma femme. Mon sexe est toujours relié à son poignet avec la cordelette.

– alors je te branle ou non, insiste Cathy.

– S’il vous plaît maîtresse Cathy, faites moi jouir vraiment .

J’en rajoute un peu, des fois qu’elle change d’avis.
Elle me plante le doigt dans la raie du cul et commence à bien me masturber, lentement, en me serrant bien, attentive. Le plaisir arrive vite, Cathy arrête mais garde ma verge dans sa main et serre fort. Merde, elle me refait le sale coup. Du sperme s’écoule de mon gland, la chaleur monte dans mon ventre, c’est bon. Dès que ça se calme elle recommence.

– on va essayer de bien te faire juter mon petit cocu, me fait elle. Regarde ta maîtresse et Béa, elles se font du bien.

Extase du soumis

Effectivement Béa est sur le visage de ma femme et ondule du bassin. Elle se fait bien lécher par ma chérie à qui elle caresse la chatte, doucement, avec beaucoup de tendresse.

Cathy continue son manège avec moi, c’est plus qu’agréable, j’ai une espèce d’orgasme en continu mais en moins fort. Je m’abandonne complètement à sa caresse. Elle m’enfonce légèrement son index dans le cul et me masturbe maintenant carrément. Elle accélère et me chuchote : « donne ton jus, je veux le reste ». ça ne tarde pas, je jouis très fort, deux jets puissants se répandent sur le sol et Cathy continue à me branler encore un peu puis elle me termine en appuyant et en faisant sortir jusqu’à la dernière goutte. Putain que c’était bon, des ondes de plaisir parcourent encore mon ventre.

En même temps je perçois Béa qui s’agite furieusement sur le visage de maîtresse. Elle lui pétrit les seins de ses mains et retombe sur son amante. Les deux se collent de nouveau l’une à l’autre et s’embrassent fougueusement.

– les garçons vont encore te baiser un peu, tu veux bien ma chérie.

– Oui, répond elle dans un souffle en tournant ses jolis yeux vers moi.
Qu’est ce que je l’aime !

Extase de ma Maîtresse

Béa ôte enfin la cordelette du poignet de ma femme et revient vers nous, les garçons grimpent sur le lit et recommencent à caresser ma maîtresse. Elle soupire de plaisir, me fait un petit coucou de la main. Ma verge durcit sur le champ. Les filles me détachent, je reste menotté, verge et couilles ligaturés. Je n’ai jamais eu d’érection aussi sensible, douloureuse mais en même temps terriblement excitante. Les filles me tirent sur le lit où les ébats ont déjà bien repris.

Steve est couché sur le dos, mon épouse empalée sur sa queue en train de sucer Nico debout devant elle. Les garçons ne bougent presque pas, c’est elle qui pistonne à grands coups de reins son amant et qui plonge sa bouche sur le sexe dur du jeune noir. Elle gémit en continu, folle de plaisir.

– elle prend son pied, ça fait vachement envie, dit Cathy.

Je dois m’allonger sur le lit, à côté du trio de baiseurs.

– le cocu soumis, maintenant je vais t’enculer bien profond, ça va te faire du bien tu verras, dit Béa. Pense au safeword, me chuchote-t-elle à l’oreille, rien qu’à mon intention.

Plaisir pour tout le monde

J’apprécie avec reconnaissance l’attention dont elle fait preuve. Cathy s’agenouille au-dessus de mon visage et me donne sa chatte bien juteuse à lécher. Elle est terriblement excitée et s’agite rapidement sur moi. Elle jouit sans retenue, plusieurs fois. A côté de moi ma femme continue à baiser comme une dingue, la cadence s’est ralentie mais elle part dès que Steve bouge un peu. Ils changent de position, c’est au tour de Nico, il la met en levrette, la fait se tourner pour lui faire poser sa tête sur mon ventre. Elle m’enserre la taille de ses deux bras et me serre fort pendant que l’autre la pénètre durement et la pistonne impitoyablement.

Steve, debout, présente sa bite à Cathy, toujours en facesitting sur moi. Elle ne se fait pas prier et commence une fellation appliquée. Pendant tout ce temps Béa en a profité pour insérer deux doigts dans mon cul. Je les accepte sans broncher, c’est agréable, j’ai un peu l’habitude maintenant. Puis elle m’invite à bien remonter mes fesses et mes jambes, Cathy, tout en suçant consciencieusement Steve, m’attrape les chevilles et me maintient bien écarté.

Quelque chose d’inconnu, de gros, me pénètre la rondelle. J’ai toujours la belle chatte de Cayhy sur mon visage mais je sens que Béa m’encule doucement avec un gode ceinture. J’en ai la certitude lorsque je sens ses deux mains prendre appui sur mes cuisses. Elle me laisse le temps de m’habituer, ma femme se fait bien baiser, je le sens aux mouvements de sa tête sur mon ventre, elle me griffe le creux des reins puis ça s’arrête.

– hé, le cocu, je te signale que Nico va enculer ta femme.

Extase pour la copine domina

C’est Béa. Ma femme pousse un cri, de plaisir, de douleur, un peu des deux, puis je sens de nouveau sa tête osciller sur moi ; doucement d’abord puis de plus en plus vite, de plus en plus fort.

Elle feule de plaisir. Nico fait varier la cadence, Cathy s’agite de nouveau sur ma bouche en suçant Steve, des jets de mouille me coulent dans le gosier. Béa commence son va et vient dans mon ventre. Un gode est un peu plus gros que ses doigts mais c’est fait avec tact et douceur. Je n’ai pas mal, une chaleur bienfaisante prend naissance dans mes entrailles.

– le cocu, tu me sens bien dans ton cul ? s’enquiert Béa.

C’est dit dans l’esprit de circonstances, avec des mots crus, mais je sais aussi que Béa veut savoir comment je supporte. Je grogne un « merci maîtresse », étouffé par le minou de Cathy. C’est le feu vert pour Béa, elle accentue ses mouvements et me baise bien le cul.

Steve embarque Cathy et l’installe sur le canapé pour la prendre tranquillement, je pense furtivement qu’elle l’a bien mérité. Je peux de nouveau voir ce qui se passe.
Ma femme, agrippée à moi, se fait défoncer le cul par Nico, elle hurle de plaisir, son regard rivé au mien. Béa accentue aussi ses coups de reins, elle me fixe, me sourit avec son clin d’œil que j’aime bien. Nous sommes au diapason, tous, avec comme seul souci de se faire plaisir, mais également de faire plaisir à l’autre, dans un respect mutuel.

Fin de la partie BDSM

Béa me saisit la verge et me branle en même temps qu’elle me baise. L’orgasme me transperce rapidement, j’éjacule magnifiquement, fier de moi face aux deux jeunes étalons. Je continue de jouir dans mon ventre grâce à Béa qui continue ses coups de boutoir. Je pense que ça ressemble à l’orgasme féminin. Nico, dans le cul de madame, jouit aussi. La tension retombe doucement, on reprend notre souffle. Béa sort de mon cul et ôte son gode ceinture. La coquine avait un double, une bonne bite artificielle enfoncée dans son vagin. Elle a joui en même temps que moi, je pense, sacrée nana ! Nico embrasse ma femme avec tendresse et s’en va tranquillement. Cathy est prise en levrette par Steve sur le canapé, elle nous jette des regards reconnaissants, heureuse d’être bien baisée.

Ma femme se couche contre moi, ses yeux plongent dans les miens, des larmes lui embuent le regard. Ma cagoule doit un peu ternir le côté romantique de la scène, je m’en fous, je la caresse, pas besoin de parler. Béa se pelotonne derrière elle et lui masse doucement le dos. L’éternité nous appartient pour un court instant.

L’orgasme strident de Cathy nous ramène à la réalité, nous rions entre deux caresses, nous sommes vidés, c’est un moment de partage intense. Nous restons tranquillement là, des papillons plein la tête. Cathy vient nous rejoindre, Steve s’est éclipsé aussi, comme la dernière fois. Nous prenons Cathy au milieu de nous, ma femme lui fait plein de doux câlins, des sourires, encore des sourires.

Suite de la soirée

Je dois tout cela à mon épouse, à ses copines, surtout à Béa. Les femmes m’enlèvent ma cagoule de soumis, je redeviens un mec « normal ». Béa nous invite à la douche, elle va commander le dîner, elle veut que nous restions.

Nous voici à table tous les quatre, les jeunes mâles sont repartis. Cathy entame le sujet et veut savoir quelles sont les relations entre Steve, Nico et Béa. Elle les a recrutés via internet. On pourrait les qualifier d’escort boys, nous dit elle. Ils louent leurs services à des dames, des groupes de dames, pour des moments agréables. Chez Bea ils viennent à titre amical, pour s’amuser car ses soirées sont toujours très spéciales et sortent de l’ordinaire.

En riant Cathy nous fait savoir qu’elle aimerait passer une soirée avec ces deux messieurs, quitte à payer.
– et vous deux, mes chéris ?, questionne Béa en s’adressant à ma femme et à moi.

On se regarde, c’est ma femme qui commence. Elle me serre fort la main et nous explique que pour elle ça a été fabuleux, exactement comme dans son fantasme, elle remercie Béa et se jette à mon cou. Elle niche sa tête dans le creux de mon épaule.

– mon chéri, mon chéri, tu ne peux pas savoir comme c’était bon, merci, merci. Pardon pour ce que je t’ai fait subir ce soir, croit elle utile d’ajouter.

Petit calin avec ma Maîtresse

Je redresse le tir tout de suite et je la rassure ainsi que les deux autres femmes. C’est vrai qu’au début, pour la première fois, j’étais réticent ; mais ce soir c’était pour moi le sommet. Jamais je n’aurais pensé aller un jour aussi loin dans mes envies les plus profondes. Je ne suis plus jaloux ou fâché du plaisir qu’elle s’est prise, au contraire, la voir se faire baiser, les mots crus, les humiliations, les petites tortures infligées m’ont amenés à un degré de jouissance que je n’aurais jamais pensé atteindre un jour. J’exprime ma gratitude à Béa et à Cathy pour ce qu’elles m’ont fait vivre. Cathy nous apprend, qu’à part un trio avec un couple et la soirée chez nous cet été, cela a été une première pour elle. C’est absolument génial cette façon de faire du sexe comme elle dit. Elle n’a qu’une envie, c’est de recommencer.

Béa, toute libertine dominatrice expérimentée qu’elle est, avoue qu’avec nous c’est quelque chose de très spécial. Elle dit être tombée amoureuse de notre couple, pas de l’un ou de l’autre, mais de notre entité couple. Elle me dit que je suis le soumis idéal, amoureux, que j’ai de la chance de pouvoir partager ce que je suis avec la femme qui m’aime et qui en profite bien également dans son envie de dominatrice.
Ma femme rajoute que ce n’est pas tant le fait de baiser avec deux mecs super doués qui lui ont causé le plus de plaisir, mais surtout de le faire sous les yeux de son mari attaché, fouetté, soumis à deux dominas bien salopes (comme elle dit, en riant).

Nous allons enfin nous coucher, j’ai mal partout mais je suis super bien. Ma chérie se love dans mes bras, m’embrasse tendrement et me murmure « s’il te plaît mon chéri, fais moi l’amour ».
Je ne sais pas si je vais y arriver encore ce soir mais je suis le plus heureux des hommes !



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.