Supériorité féminine

supériorité féminineSupériorité féminine

Étant étudiant en sciences politiques, j’ai eu à maintes reprises l’occasion d’étudier le pouvoir et c’est dans cette optique que je voulais partager la conclusion que j’ai pu faire; Le pouvoir que les femmes peuvent s’octroyer en maîtrisant la libido des hommes est bien plus grand et puissant que ceux que les hommes ( et ici je parle de l’homme en général, et donc de la femme ). Il est aussi beaucoup plus légitime, car quand, dans la vie de tous les jours, nous sommes façonnés par l’état, nous le sommes via cet artifice qu’est le Léviathan, tandis que quand nous sommes contrôlés par notre libido, c’est à nos passions elles mêmes que nous rendons des comptes.

Je veux prendre un moment pour revenir sur la parenthèse que j’ai utilisé ici plus haut et de signaler qu’à mon sens, nous devrions utiliser le mot Femme quand nous parlons de l’humain en général, mais nous en reviendrons encore à parler de la libido, cette fois celle du citoyen lambda, qui ne partage malheureusement pas notre vision des choses alors qu’il est si clair que la femme est supérieure à l’homme.

Durant mon existence, encore assez jeune par ailleurs, j’ai par deux fois pu expliquer à des filles qui ont partagé ma vie le besoin que j’avais de me soumettre à leur si éclatante supériorité féminine, et même si au début elles ont pu paraître surprises et maladroites, elles ont su toutes deux maximiser leur plaisir et dépasser le mien. A tel point que la domination qu’elles exerçaient sur moi semblait tout à fait naturel et paraissait découler de l’ordre des choses, ma soumission était devenue fatidique et aucun retrait n’aurait eu place dans les relations que j’ai partagées.

Je prendrai certainement le temps de vous expliquer en détail ces deux relations très riches que j’ai vécues avec ces deux personnes, mais ce que j’espérais faire dans cette première écriture était de partager le sentiment que j’ai et cette analyse que j’ai pu faire, bien que je ne prétende pas pouvoir analyser la Femme dans toute sa complexité et sa grandeur. Ces deux filles dont je vous parle depuis tout à l’heure n’avaient rien de ce qu’on peut appeler « dominatrice » avant que je leur fasse comprendre que c’était normal que le pouvoir leur appartenait, elles n’avaient aucune idée du plaisir qu’elles allaient prendre à exercer leur droit naturel, celui d’avoir le dessus sur l’homme. C’est donc avec fermeté que je pense que toute femme sur terre trouvera la plénitude de la jouissance en prenant sa véritable place, ou plutôt en remettant l’homme à sa véritable place : à ses pieds.

Articles similaires:
LA MÉTAMORPHOSE DE MON NOUVEAU SLAVE (PART V) EN MON SOUMIS SEX-TOY
Recherche soumis assumé pour week-end (2) : Dressage du soumis
Rendez-vous avec une directrice dominatrice
VIDÉO SM AVEC STRIP TEASE POUR DOMINATRICE EXIGEANTE (PARTIE2)
Tranche de vie avec une jeune femme dominante
Au service de Maîtresse, femme dominatrice (1)
L'instructrice dominatrice
Maitresse inconnue au bureau? : Nouvelle vie de soumis (5)
Description d'une société gynarchique
Professeur soumis à ses étudiantes, Maîtresses dominatrices (22)
Janine, femme dominatrice, ma première Maîtresse (1)
Obéir à sa Maîtresse dominatrice ou rentrer chez soi !
Nouvelle vie d'homme soumis (11) : punition de Jean
Modèle soumis pour un shooting photo
La lope soumise : Mutation vers un couple gynarchique (10)
Le fantasme du dressage par une cavalière dominatrice (3)

Du même auteur



    Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.