Le valet de Madame G, parfait homme soumis?(2)

La révélation ! Marc est un homme soumis!

 

Eva se rassied dans le fauteuil qu’elle venait de quitter. Elle a remisé son manteau de fourrure et elle croise très haut les jambes en faisant crisser ses bas, un léger sourire satisfait au coin de sa bouche pulpeuse.
La commerçante se saisit d’une chaise et s’assoit à côté de son amie. Elle aussi croise ses jambes très haut, exhibant sans pudeur ses jarretelles blanches retenant ses bas gris Marc peut voir un minuscule bout de culotte blanche entre ses cuisses croisées : Le vrai bonheur !
La panique et un désir inconnu s’emparent de Marc. Il se retrouve debout devant ces deux très belles femmes en train de déboutonner son gilet. Il croit rêver ! Son esprit se révolte, mais ses gestes ne lui obéissent plus. De surcroît, à sa grande honte, il bande comme un âne. Jamais il n’a eu un désir si grand. La révélation ! Il aime se faire humilier. En fait, il n’est qu’un maso. Il l’ignorait jusqu’alors, mais c’est un homme soumis, un maso.
Le silence est terrifiant pour Marc. Brigitte se lève pour aller chercher ses cigarettes, en offre à son amie et ne quittant pas le valet des yeux offre du feu avant d’allumer sa cigarette. Le claquement du briquet cartier lui fait l’effet d’un coup de feu.
Marc, torse nu en est à déboutonner son pantalon.
– Stop ! Vous aller baisser votre pantalon très lentement de face et ensuite de dos ! Commande Brigitte.
Marc a un sursaut d’indignation vite contenu. Il va jouer le jeu parce que ça l’excite au plus haut point. Jamais il aurait pensé faire un strip-tease devant deux femmes. Il baisse doucement le vêtement. Son slip est distendu par son érection. Il est mort de honte de montrer à ces femmes que son avilissement le fait bander.

 

Marc, homme soumis fait un strip-tease!

 

– Tu vois, je te l’avais dit, il bande comme un âne de se faire humilier ! Commente Brigitte rejetant la fumée de sa Marlboro par les narines..
– Ca je n’aurais jamais cru ! Tu avais raison : Finalement ce type n’est qu’un larbin masochiste.
– Dis plutôt un homme soumis. Il va être ton esclave personnel. Il obéira et satisfera tous tes caprices. Je te l’ai dit, une femme belle, riche et célèbre doit avoir à son service au moins un esclave. Tu serais étonnée du nombre de femmes dans ma clientèle qui ont à leur entière disposition un ou plusieurs esclaves mâles ou femelles d’ailleurs !
– C’est vrai ?
– Et encore tu ne sais pas tout !
– Tournez-vous… plus doucement le pantalon.
– Quel vilain slip ! Heureusement, on va remédier à ça Eva. Tu l’imagines en string de femme ?
– Oh oui, très bien. En dentelle et transparent, ça m’excite déjà !
– J’ai ce qu’il faut en rayon, ne t’inquiète pas !
Marc a complètement descendu son pantalon. Il s’en débarrasse, le repoussant du pied. Il retire rapidement ses chaussettes.
– Eh bien ! Qu’attendez-vous ? Baissez-moi ce vilain slip d’homme ! Lentement, très lentement ! Commande Brigitte.
Marc dans un état second fait coulisser l’élastique du sous-vêtement et découvre lentement son gland dressé. Il croit entendre les respirations plus courtes des femmes qui lui ordonnent de laisser le slip ainsi juste sous le gland et de se présenter de profil à gauche puis à droite.
– Parfait, continuez esclave !
Ca y est le mot est prononcé. Sa maîtresse l’a appelé esclave et lui n’a rien à redire à sa nouvelle condition. Le choc est rude. Mais il a faillit jouir d’avoir été appelé de la sorte.

homme soumis

 

De valet à homme soumis, esclave de Madame G!

 

La lente descente du slip continue et il doit présenter sa verge dressée enfin nue de face et de profil, le vêtement cachant encore ses couilles. Les deux femmes lui font reprendre des poses.
On lui signifie de continuer à se déculotter et de garder le slip baissé sous les fesses. Alors commence une nouvelle et longue série de positions commandées par les deux femmes. De face, de profil, de dos. On le fait se pencher, présenter ses fesses, ses couilles. On le fait se branler de face, de dos, de profil ; puis on l’oblige à se masturber dans différentes poses au sol avec ordre de ne surtout pas éjaculer, sous les commentaires extrêmement crus des deux femmes.
– Dis donc, tu savais qu’il était aussi bien monté ton esclave ?
– Je m’en doutais un peu quand je le voyais en maillot de bain. Ben dis donc, elle ne doit pas s’ennuyer ma petite soubrette !
– Regarde ! Il est bien couillu aussi, ah ça j’en peux plus ! Approche esclave, viens te faire peloter !
La voix d’Eva devient légèrement rauque, preuve que le spectacle lui convenait.
Marc, en parfait homme soumis, fait ce qu’on lui demande et vient se poster à portée de main des deux femmes. On lui fait mettre les mains sur la tête.
Eva s’empare des couilles qu’elle manipule avec délicatesse, les soupesant timidement au début, les faisant rouler entre ses doigts finement manucurés. Madame G. prend de l’assurance et pelote de plus en plus durement les testicules généreusement offerts. Elle les malaxe, les presse à son gré. Brigitte le fait pivoter pour avoir le cul de l’esclave bien face à elle. Elle empoigne les fesses qu’elle soupèse longuement et qu’elle triture à pleines mains pendant un instant. Puis elle lui écarte les deux globes, examinant attentivement l’anus de Marc.

 

Subjugué par la découverte de son masochisme!

 

Celui-ci se laisse faire, subjugué par la découverte de son masochisme. De part sa situation, son regard plonge dans le généreux décolleté de sa patronne. Ce qu’il voit l’émerveille : Selon les mouvements de sa peloteuse, il arrive à distinguer par instants l’intégralité des seins. Il joue au voyeur alors qu’une femme lui pelote les couilles et une autre lui contemple l’anus en lui ouvrant les fesses. Pas un bruit ne se fait entendre si ce n’est le tintement des bracelets des deux femmes s’activant sur son anatomie intime. De temps en temps on perçoit le crissement soyeux des bas quand une des deux femmes croise ou décroise les jambes.
– Il a un cul adorable, on dirait un cul de fille ! Il est naturellement cambré, ses fesses sont rondes, bien fermes et plantées haut. Eva tu vas aimer ça ! Il faudra peut-être l’épiler, enfin c’est comme tu préfères !
– Attends ! Chaque chose en son temps ! Si tu savais… ses couilles sont lourdes et bien pendues, très agréables à peloter. Dire que j’avais ça à portée de la main !
Elles éclatent de rire ensemble de ce bon mot.
– Tu n’as pas beaucoup de références en matière de couilles, Eva !
– Qu’est-ce que tu crois, j’ai quand même connu quelques hommes dans ma vie, ne serait-ce que mon mari !
– Oh lui ! Il y a combien de temps qu’il ne t’a pas touchée ?
– Trêve de bavardage sur mes amours hétérosexuels, c’est vrai que je n’ai pas beaucoup d’expérience en ce domaine mais je sais quand-même apprécier un homme couillu ! Réplique Eva un tantinet vexée. Occupons-nous plutôt de cet esclave !

 

Inspection intégrale de l’homme soumis

 

– Tu as raison chérie, excuse-moi, inspectons le sous toutes ses coutures ! Ecarte toi-même les fesses esclave ! Commande la commerçante. Le tutoiement subit ne choque pas Marc, au point où il en est… Mais ouvrir ses fesses sous le nez d’une femme, il croit avoir atteint le fond de la honte. Il obtempère cependant docilement.
– A deux mains, oui comme ça, tire bien dessus ! Il est bien fendu ton esclave et son petit trou est charmant. Tu pourras l’utiliser à ta convenance dit Brigitte en pénétrant derechef l’anus de l’homme d’un doigt inquisiteur. Marc se cabre sous la violation de son endroit le plus intime.
– Tout doux esclave ! Laisse-toi enculer sagement ! Ton petit cul en verra d’autres tu sais !
La séance de pelotage dure quelques minutes. Après quoi, il doit se retourner. C’est à Brigitte de s’occuper de ses couilles pendant qu’Eva lui passe la même inspection rectale, agrémentant la pénétration d’une légère fessée à l’aide de sa main libre. Brigitte offre malgré elle un vertigineux décolleté et un petit bout de culotte blanche. Par les différents mouvements de la femme, la mini s’est troussée jusqu’en haut des cuisses et Marc ne perd pas une miette du spectacle offert par sa peloteuse.

homme soumis

 

Séance de pelotage

 

– Tu aimes petit homme soumis, te faire peloter et inspecter par des femmes ? Questionne Eva en lui fouillant l’anus de son doigt.
– Madame, je suis humilié, vous me traitez comme du bétail mais l’essentiel est que ça vous plaise, Madame. Je suis à votre entière disposition, faites de moi ce que vous voudrez, je suis votre esclave, Madame.
– Tu vois chérie, ça été moins dur que tu le croyais ! Il est tout penaud de bander comme un âne en se faisant peloter et enculer !
– J’ai bien fait de t’écouter Brigitte. Maintenant je m’ennuierai moins pendant les longues journées d’hiver !
– Ah ça tu l’as dit Eva ! Répond la commerçante en riant. Imagine-toi te faire servir à genoux, l’exhiber déculotté à tes amies pour qu’elle l’essaye, obéir au moindre de tes caprices… Tu m’inviteras dis-moi ?
– Bien sûr chérie, c’est toi qui m’as ouvert les yeux ! Il me vient une idée ! J’avais l’intention d’ouvrir mon agence à des mannequins hommes. J’ai cette idée depuis longtemps mais je n’ai jamais mis ce projet en chantier. Je pourrai faire le casting moi-même et inspecter ces mâles nus comme bon me semble. Que penses-tu de ça, chérie ?
– Voilà une idée géniale. Si tu le permets, je t’aiderai dans cette tâche mon cœur !
– Oui tu me les dresserais avant qu’ils se présentent à moi. Ainsi ils seront tout aussi dociles que Marc et je pourrai les utiliser comme bon me semble.
– Exactement ! Tu ne crois pas si bien dire ! Je t’expliquerai plus tard les possibilités. Ce que je préfère c’est dresser des hommes à devenir esclave. Pour ça tous les moyens sont bons, le plus dur étant le recrutement. Tous ne sont pas si faciles que le tien ! On va faire une bonne équipe toi et moi !

 

Séance « d’empognage »

 

– Bon que proposes-tu maintenant ?
– C’est selon ! Je propose de lui essayer quelques dessous sexy pour voir si ça te plait. Mais avant, il faut que tu saches « empogner » un esclave mâle !
– « Empogner » ?
– Oui c’est un terme que j’ai inventé, regarde ! Tu vas vite comprendre. Esclave, mets-toi face à nous, écarte bien les cuisses… Encore… Bon ! Fléchis bien sur les jambes ! Encore, encore ! Parfait ne bouge plus ! Regarde chérie. Quand le mâle est présenté de face, tu lui saisis les couilles à pleines mains bien à la base, tu les tires vers ses fesses et tu le sodomises profondément avec ton majeur ou ton index comme ça. Tu vois ? C’est une façon de montrer que ton esclave est à ta merci. C’est le geste pur de possession que doivent connaître toutes maîtresses dominatrices qui se respectent.
– Génial !
– Tourne-toi maintenant esclave. Prend la même position. Bien ! Quand il est de dos, c’est avec le pouce que tu le sodomise tandis que ta main s’empare entièrement des deux couilles, comme ceci ! vois-tu ?
– Génial ! Laisse moi essayer. Et Marc doit subir « l’empognage » pile et face de sa maîtresse après celui de Brigitte. Eva semble manifestement enchantée par « l’empognage ». Elle recommence plusieurs fois de suite le geste de face et de dos.
– Peut-être est-il temps de lui essayer quelques dessous coquins ?
– Ok, je te fais confiance.
Please follow and like us:


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
2 comments on “Le valet de Madame G, parfait homme soumis?(2)
  1. Ta 1 ere histoire été très bien raconter palpitante la 2 eme à et lo’ngué à venir elle est toujours aussi intéressante mais ne mais pas si longtemps pour nous raconter tes essayage de lingeries

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.