Révélation de mon âme d’homme soumis

Il y a une bonne trentaine d’années, j’ai eu une révélation : j’avais l’âme d’un homme soumis. Tous les midi, nous nous retrouvions avec certains collègues à aller déjeuner dans un restaurant. Les clients étaient surtout des habitués. J’avais remarqué que deux femmes et un homme venaient souvent.

Ma Maîtresse DominaL’une des deux femmes m’avait comme on dit « tapé dans l’oeil ». Elle avait environ 50 ans et était, donc, bien plus âgée que moi qui en avait à peine 25. Cette femme était ravissante. Elle  avait le charme des femmes mûres et une prestance naturelle. De plus, elle était toujours vêtue de tenues qui lui allaient à merveille, tailleurs, jupes et chemisiers, robe avec ceinture à la taille. Elle avait tout le temps un sourire sur son visage, et tout pour charmer le commun des mortels.

On se disait toujours bonjour, à chaque fois que l’on se voyait. Elle avait un grand sourire qui me donnait des frissons. Et chaque fois que possible, mon regard se tournait vers son visage. Je trouvais cette femme magnifique avec un plus que je ne pouvais expliquer. Pendant environ un  an, il ne se passa rien d’autre.

 

 

 

Rencontre impromptue dans le métro

 

Puis un jour alors qu’en fin de journée, je prenais le métro bondé comme chaque soir, à la station d’après où je le prenais, les deux femmes du restaurant entrèrent dans la même rame de métro que moi. Elles papotaient entre elles. Mon regard ne pouvait se détourner du visage de cette magnifique femme qui était pleine d’assurance. Mon regard croisa souvent le sien, qui affichait chaque fois un sourire naturel. Et  à chaque fois, je baissai les yeux. Puis la femme qui semblait être sa collègue descendit du métro au bout de trois stations.

On se retrouva donc tous les deux parmi les autres voyageurs. Elle se rapprocha de moi. Elle avait toujours ce sourire charmeur. On commença une discussion toute banale dont je ne saurai me rappeler, mais elle me dit qu’elle ne prenait pas souvent les transports en commun, par crainte. Je tentai de la rassurer. Comme nous descendions à la même station, pour des changements de ligne, je lui proposai de l’accompagner jusqu’à sa dernière station. Elle me dit que ce n’était pas la peine, mais j’insistai et elle finit par accepter.

Nous descendîmes donc à sa station d’arrivée et elle m’invita à la suivre pour m’offrir un verre chez elle. Je n’osai pas lui refuser, et peut être qu’inconsciemment, j’espérai quelque chose de plus.

 

Arrivée dans l’appartement de cette magnifique femme !

 

Nous voila donc chez elle, et elle me dit de prendre mes aises en me faisant ôter mon blouson puis elle me fit voir le bar et me donna l’ordre de nous servir nos verres. Elle ajouta qu’elle prendrai la même chose que moi, puis elle alla se rafraîchir et se mettre à l’aise. Le choix  fût cornélien mais, et je choisis une suze, en espérant que ce serait de son goût.

Elle revint en tenue (wahouuuu) très avenante, une robe légère, blanche qui semblait presque transparente. Les formes de son corps en étaient accentuées. Et la réaction de mon sexe ne se privât pas de me le dire. Elle s’assit sur le fauteuil et elle m’invita à faire de même sur le canapé en face d’elle. Elle me remercia de ce que j’avais fait et me complimenta pour ma gentillesse.

– C’est tout à fait normal Madame, c’était pour votre tranquillité et votre confort lors du trajet. Et je recommencerai avec plaisir chaque fois que j’en aurai l’occasion, et chaque fois que vous en aurez besoin.

Elle fit donc tourner son fauteuil afin de se dégager de la table basse, et tout en me regardant dans les yeux, elle étendit ses jambes et dit :

– en ce moment c’est mes pieds, après cette dure journée qui aurait besoin d’un massage pour leur confort.

 

Ordre de lui masser les pieds !

 

Je baissai mon regard et ma tête. Je sentais son regard fixé sur moi. Et elle poursuivit :

– tu pourrais me les masser non ?

– mais je ne l’ai jamais fait Madame

– il faut bien un début à tout?

Je sentis une bouffée de chaleur monter en moi, je devais être tout rouge et elle le vit bien.

– viens t’agenouiller devant moi, je vais t’apprendre à me masser les pieds!

A ma grande surprise, je n’osai pas lui refuser et je m’exécutai.

Une fois à genoux, les fesses posées sur mes talons, je n’osai pas lever mon regard sur elle.

-pour le moment, laisse toi faire et ne bouge surtout pas!

Elle ôta une chaussure et elle mit son pied sur mes genoux et le remonta lentement. Elle frôla mon sexe qui bandait très fort. Je bandais depuis le métro sans discontinuer d’ailleurs. J’espérais qu’elle ne s’était aperçue de rien. Elle essaya de faire glisser ses orteils sous ma chemise entre deux boutons puis elle effleura ma peau, ce qui me donna des frissons de plaisirs, et me fit réagir mon sexe.

 

homme soumis

 

Ordre de se dénuder !

 

Elle monta son pied jusqu’à mon visage, et effleura mes lèvres, en insistant longuement.

– embrasse chacun de mes orteils, et après tu prendras mon pieds en main et tu pourras commencer à le masser. Tu masses bien le dessous, le dessus aussi et les orteils.

Je m’appliquai donc à lécher son pied, ses orteils, en passant ma langue entre ses doigts de pieds, et à ma grande surprise je pris beaucoup de plaisir. Puis je pris son pied entre mes mains afin de le masser langoureusement. Mes doigts se faisaient très doux entre ses orteils, sur sa plante des pieds. J’étais pleinement concentré à satisfaire son désir, puis je sentis son deuxième pied se poser sur mon visage, et venir se glisser dans ma bouche.

– Suce moi bien les orteils sans t’arrêter de masser mon autre pieds! Je veux voir si tu es capable de faire deux choses en même temps.

Cela faisait au moins dix à quinze minutes que j’étais à genoux, et cela commençait à me faire mal. Puis elle se pencha un peu en avant, vers mon visage et une de ses mains vint se plaquer sur mon sexe. Je bandais comme un fou, et je devins rouge comme un coquelicot car elle s’en était aperçu. Des gouttes de sueurs me venaient sur le front .

– On dirait que tu as bien chaud

– Oui Madame

– Alors mets toi totalement nu et tu te remets à genoux devant moi!

Je restai figé, ne savant plus ce que je devais faire

– Allez dépêche toi! ne me fais pas pas perdre mon temps!

 

Nu, à genoux devant elle !

 

Alors je me mis debout et je commençai à défaire ma chemise, puis mes chaussures, chaussettes, pantalon. Après un moment d’hésitation et au vu de son visage grave, je fis tomber mon caleçon et je mis mes mains sur mon sexe qui bandait toujours. De son index, elle m’indiqua le sol. Je me mis donc à genoux devant elle tout en continuant de cacher mon sexe, et tout honteux qu’il soit plein de vigueur devant cette femme que je ne connaissais pas deux heures avant.

– Met tes mains dans le dos!

Le ton était dur. C’était donc un ordre et je m’exécutai.

– tu bandes depuis longtemps ? me demanda t-elle. Depuis la première minute ou tu m’as vu dans le métro, non ?

Je restai muet.

– Répond!

Un timide oui sortit de ma bouche.

– Et qu’est-ce qui te fais bander comme ça ?

– La situation dans laquelle je me trouve devant vous à genoux Madame

– Menteur me dit-elle. Tu viens de me dire que tu bandais dès la première minute dans le métro et il me semble que tu n’étais pas nu et à genoux à ce moment là ? Remarque ça aurait pu être drôle dit elle en riant. Alors qu’est-ce qui te fait bander comme ça?

– Vous Madame répondis-je timidement.

-Tu me trouves donc séduisante ? A ton goût ?

– Oui Madame

– Tu aimerais profiter de moi, de mon corps, et que l’on fasse l’amour ?

Avec une voix hésitante:

– Oui Madame

– Penses tu que je sois prête à accepter et te dire oui ?

– Je ne sais pas Madame

– Il faudrait déjà que tu me fasses une demande en bonne et due forme tu ne crois pas ?

– Oui Madame

– Alors j’attends

 

Elle me demande d’être son esclave !

 

Et elle se mit à me serrer le sexe de plus en plus fort dans sa main.

– alors…. S’impatiente t-elle

– Madame, accepteriez-vous que l’on puisse avoir une relation intime tous les deux, je vous trouve tellement belle, ravissante.

– Je ne peux pas dire que ta demande soit géniale. Mais il me faut réfléchir. Serais tu heureux que j’accepte ?

– Oui Madame, vous êtes le genre de femme dont j’ai souvent rêver.

– Et je dois te croire sur parole ? Moi je pense que tu es comme beaucoup d’hommes, et que tu veux simplement te faire plaisir en sautant une femme mure.

– Non Madame, pas du tout je vous promets, j’aimerais avoir une longue relation avec vous, vous êtes la femme de mes rêves.

– J’avoue avoir un petit faible pour toi et Pour accepter ta demande, je veux certaines conditions

– Tout ce que vous voulez Madame

Elle commença à me branler lentement.

– Tu es certain, vraiment tout ce que je veux ?

– Oui Madame tout ce que voulez

– Alors je veux que tu sois mon homme soumis, que tu deviennes petit à petit mon esclave, et que tu fasses tout ce que je te demande.

Elle n’attendit pas que je réponde, et j’étais, tellement, surpris par ce qu’elle venait de me dire  que j’étais bien incapable de sortir un seul mot de ma bouche.

– Je veux que tu m’appartiennes et que j’aie tous les droits sur toi, et que ton corps et ton âme m’appartiennent. Es-tu prêt à accepter ? Je te laisse le temps de la réflexion. Mais déjà en étant à genoux et nu devant moi et en bandant de plus, admet que c’est un début de soumission, non ?

– Je suis d’accord Madame!

– Oui quoi ? Oui tu veux m’être soumis ou oui c’est un début de soumission ?

– Je veux dire que c’est un début de soumission Madame !

 

J’accepte d’être l’homme soumis de cette magnifique femme !

 

Et après quelques secondes d’hésitation je bredouilla tout doucement

– Oui Madame, je veux bien être votre homme soumis!

– Ce n’est pas très audible, répète clairement et plus fort ce que tu viens de dire car j’ai rien compris.

Et je me surpris donc à lui répéter.

– je veux devenir et être votre homme soumis, Madame!

– Je suis heureuse de la décision que tu as prise. Et toi es tu heureux ?

– oui Madame, je suis un homme heureux, c’est un grand moment de ma vie que vous me faites vivre

– Ne t’inquiète pas ce ne sera pas le seul, je t’en ferai vivre plein d’autres, et même bien plus grand que celui là.

Pendant tout ce temps, elle avait continué à me branler très lentement, et bien que j’avais souvent eu envie de jouir, j’avais réussi à me retenir. Je me posais tout de même la question de savoir si le fait qu’elle m’avais branlé, n’avait pas influencer ma décision. Je ne le saurai sans doute jamais…

– Allez fêtons cela mon petit homme soumis. Ressers nous un verre, et je vais commencer a t’expliquer ce que j’attends de toi.

Je me remis donc debout et remplis les verres. Comme j’allais m’asseoir dans le canapé elle appuya un regard sévère, et de son index me signifia le sol.

– A genoux m’ordonna t-elle, c’est ta place et la position que tu dois toujours avoir devant moi. Sache qu’en m’ayant dit OUI tout à l’heure, tu as perdu en même temps toute initiative et tout moyen de décision sur ta façon de vivre. Tu me dois dès à présent obéissance, sans avoir la moindre envie de me contredire ou de te rebeller. Tu as bien compris j’espère ?

– Oui Madame, je vous prie de bien vouloir m’excuser

– Baise moi les pieds!

 

Totale obéissance pour l’homme soumis !

 

Ce que je fis aussitôt

– Mieux que ça, je ne suis pas qu’une simple copine pour toi je suis devenue ta Dominatrice !! N’est-ce pas ?

– Bien Madame, vous êtes ma Dominatrice et je suis votre homme soumis.

– Tu comprends et apprends vite, je vais faire de toi le soumis dont je serai fière. Et je pourrai te sortir lorsque j’irai me divertir, ou que je serai invitée chez des amis. Bien puisque tu as été un bon soumis pour un début je vais te récompenser si tu veux bien ?

– Oui je veux bien Madame

– allonge toi au sol sur le dos!

Je m’exécutai.

– Aller maintenant branle toi et fais toi jouir très fort!

Un peu honteux tout de même, je commençai donc des va et vient avec ma main.

-Dépêche toi de jouir sinon je te fais arrêter tout de suite si cela ne te donne pas envie d’avoir devant toi Ta Dominatrice.

 

Homme soumis de Madame Catherine

 

Avec tout ce qu’elle m’avait fait vivre, je n’avais pas besoin de cette pression car j’étais au bord de l’explosion et rapidement des jets de sperme arrivèrent sur mon torse. Elle s’accroupit près de moi et de ses doigts, elle récupéra mon sperme pour venir porter sa main à ma bouche.

– Ouvre en grand !! Et lèche moi bien les doigts je ne veux plus aucune trace dessus!

Puis avec son autre main, elle m’étala le reste du sperme sur mon torse.

– Aller c’est assez pour aujourd’hui, rhabille toi et avant de partir tu me donnes ton numéro de téléphone. Je t’appellerai prochainement, en numéro caché. Et sache que je n’aimerais pas tomber sur ta messagerie. Si cela arrivait, je te ferais mettre comme message dessus que tu es le soumis de Madame Catherine.

Je connaissais enfin son prénom, et en même temps ce qu’elle venait de dire m’effrayait. Que n’importe qui puisse savoir que j’étais un homme soumis, dès qu’il tomberait sur ma messagerie.
On se dirigeait maintenant vers la porte, elle me fit agenouiller et me tendit sa main que je baisa, puis elle m’indiqua ses pieds que je baisa aussi. Elle ouvre la porte et en sortant je lui dis :

– Au revoir Madame Catherine

– A bientôt soumis

En descendant l’escalier, je croisai une femme et j’ai eu l’impression qu’elle me fixait de ses yeux comme si elle savait ce que je venais de vivre et que j’étais devenu l’homme soumis de Madame Catherine, une de ses voisines.

A suivre…

Please follow and like us:

Du même auteur



    Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
    10 comments on “Révélation de mon âme d’homme soumis
    1. Le fantasme de tous les étudiants ou jeune hommes devenus indépendants… prêt à vivre toute une vie de sacrifice pour combler sa maîtresse de plaisir !
      Vivement la suite.

    2. premiere prise de contact fort sympathique je n’aurias pas oser accompagner cette dame et j’en serais surement rester a bander dans le metro comme un idiot vivement la suite.

    3. Un scénario dont bon nombre d’hommes soumis rêveraient …
      Madame Catherine a parfaitement cerné sa proie et referme ses griffes

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.