Soumis à ma femme : Comment je suis devenu son sissy (3)

sissy soumis

 

En route vers ma nouvelle vie d’homme soumis!

 

Pendant que je marchais dans les rues du centre-ville, transformé en sissy soumis, avec ces escarpins de femmes si inconfortables, je ressentis un puissant sentiment de « honte » me submerger, en plus de l’humiliation cuisante.

Anna et Irina, Arnaud marchaient derrière moi. Anna s’adressa à moi et me dit :

-je veux que tu sois belle, ce soir ! Alors maintenant, je t’emmène chez une copine esthéticienne. Ce soir, nous allons danser, enfin nous, toi peut-être pas !

Des rires fusèrent. Je voulus demander quel était le programme pour ce soir mais Anna vit un joli sourire. Ensuite, elle ajouta :

-je suis sûre que, cela va te plaire !

Elle posa sa main sur mon torse et m’embrassa sur la joue.

 

Le début de ma transformation en sissy soumis!

 

Nous arrivâmes devant un magasin. Sur la vitrine, il y avait marqué en gros « maquillage permanent « studio&beauty ». Il y avait, aussi, une affiche qui listait très les services proposés. Cependant, je n’eus pas eu le temps de lire, car Irina et Anna me poussèrent à l’intérieur du salon.

Une amie d’Anna et d’Irina s’avança  vers nous. Elles s’embrasèrent. Je compris, instantanément, que la vendeuse était au courant de ma soumission. Elle me regarda d’un œil très méprisant puis elle me dit d’aller dans la salle du fonds. Ensuite,  elle ajouta devant tous les clients :

-je veux te voir nu ! Tu garderas seulement ta petite culotte !

Les trois copines se dirigèrent vers Arnaud et l’embrassèrent aussi. En regardant cette scène, je ressentis de la jalousie et de l’envie. J’aurais voulu recevoir un peu d’attention et d’amour. Valérie, l’amie esthéticienne, rentra seule dans la pièce. Elle me mit une claque sur les fesses. Je poussai un petit cri en signe de protestation. Cependant, elle m’attacha les mains, en hauteur, à un anneau qui pendait du plafond.

 

Attaché à un anneau au plafond!

 

Je ne pouvais plus bouger et la position était vraiment inconfortable. Elle se positionna derrière-moi et me mit de nouveau une claque sur les fesses. Ensuite, elle me dit :

-je ne veux pas  voir le moindre signe de protestation ! Tu as compris ? et Tu me réponds « oui Maîtresse Valérie».

Je répondis :

-oui Maîtresse Valérie !

J’entendis Anna, Irina et Arnaud rentrer dans la pièce. Anna vint vers moi et, me retira ma culotte et ma cage de chasteté. Ma queue se mit à l’horizontale de suite, des rires moqueurs jaillirent, Valérie s’exclama et me dit :

-belle mais petite ta queue et puis tu peux être certain que, je ne te ferai pas l’honneur de te faire jouir, mais peut-être ce soir qui sait…

Ils cherchaient, avant tout, à me frustrer. Ainsi, je dûs faire la danse du ventre tout en gardant mes boules de geisha et, en étant attaché ! Ce spectacle les amusa beaucoup ! Ensuite, je restai attaché comme ça, une bonne partie de l’après-midi, seul devant un écran d’ordinateur sur lequel, je pouvais voir des films érotiques passer en boucle. Cela me donna des envies fortes de jouir. Ainsi, je sentais ma queue se tendre, mais impossible de la toucher avec les mains attachées.

 

Epilation intégrale!

 

La position commençait vraiment à être inconfortable. Je l’entendis revenir. Elle me dit :

-pas un mot !

Valérie m’épila tout le corps, les jambes, les aisselles, le torse et le dos. Il ne devait plus rester un seul poil sur mon corps.

Puis, j’eus le droit au vernis sur les ongles des pieds. Ensuite, Anna rentra seule et fit une inspection détaillée. Elle fut satisfaite elle me remit, donc, ma cage de chasteté. Je lui demandai si je pouvais avoir une récompense, mais je n’obtins aucune réponse de sa part.

Puis Irina rentra à son tour avec un gros sac en plastique. Avec un grand sourire, elle me dit qu’elle avait des cadeaux pour moi. Anna et Valérie se rapprochèrent de moi. Irina sortit trois godes ceintures de différentes tailles, des «plugs» anaux, un bâillon-boule, des tubes de vaselines, des menottes et bien d’autres objets.

Valérie détendit la corde avec laquelle mes mains étaient attachées. Je me retrouvai avec les talons posés sur le sol. La position fut plus confortable. Je sentis Irina venir derrière moi. Elle avait mis autour de sa fine taille un des godes ceintures. Ensuite, elle introduisit un peu de vaseline dans mon anus et me pénétra.

 

Coming out forcé d’homme soumis!

 

Je sentis le gode en moi faire des allers retours et me pénétrer de plus en plus. Je ne pus me retenir de montrer mon plaisir par de petits cris. Ainsi, je sentais qu’elle utilisait un gode de bonne taille, plus gros encore que celui d’hier. Cela était douloureux au début de la pénétration, mais maintenant mon plaisir se trouvait décuplé. Je fis abstraction de mon entourage tellement le plaisir m’envahit.

Ensuite, Irina se retira brutalement. Valérie prit la suite avec un gode encore plus gros. De suite, je sentis la grande taille. De plus, Valérie effectua des va-et-vients puissants et rapides. Elle me tenait par la hanche puis elle s’enfonça en moi le plus profondément possible. Je criai mon bonheur et d’un seul coup, je réalisai ce qui était en train de m’arriver.  Je ne tus.

Alors, Valérie me fit faire demi-tour à 180° et là, je me retrouvai face à un public complètement inattendu. Je reconnus parmi le public les clients, mais aussi des amies, mes voisins et voisines, mon patron et sa secrétaire, la garce qui raconte tout à tout le monde. Il y avait, même, les commerçants chez qui je faisais mes emplettes habituelles. Anna détacha la corde qui m’attachait au plafond. La « honte » me submergea. En fait, je ressentis plus un sentiment de peur car je ne voulais pas que ma soumission se sache. Maintenant, tout le monde savait que j’étais un homme soumis ! Quelle « honte » !

 

Humiliation pour l’homme soumis!

 

J’étais rouge comme un coquelicot. J’avais offert un beau spectacle et vraiment, je ne savais quoi penser. Anna avait décidé de me soumettre complètement, et de briser en moi toute résistance. Je voulais me cacher. Aussi, j’essayai de me retourner, mais Valérie et Anna m’en empêchèrent.

J’attendis un ordre, mais je ne pus l’entendre tellement j’étais honteux.

-Allez à quatre pattes !

J’obéis et de suite, Anna m’enfonça un « plug » en forme de queue de cochon et, me passa un collier autour du cou et l’accrocha à une laisse.

Je dus faire plusieurs fois le tour de la salle. Quelle humiliation pour moi de me montrer ainsi!!! Je n’osais pas relever la tête alors Irina me força à regarder dans les yeux toutes les personnes présentes, qui avaient eu la gentillesse de m’entourer. J’entendis des rires, des bavardages et des petites phrases blessantes. Je compris que maintenant, je ne pouvais plus faire demi-tour. J’étais devenu un homme soumis à Anna et à tous ses désirs.

 

Nouvelles règles

 

Sans aucune intimité, je dûs me rhabiller devant tout le monde. Je dûs remettre la paire de talons aiguilles, en prévision de la soirée à venir. Je faillis, à plusieurs reprises, tomber, mais j’étais retenu à chaque fois. Quand nous arrivâmes chez Anna, je pus découvrir mon cadeau, une niche pour un chien. Cette niche allait devenir ma nouvelle chambre. Anna me dit :

-voilà ta nouvelle demeure ! Le soir tu coucheras ici. De temps en temps, j’autoriserais ta présence dans la chambre, mais seulement quand je serai accompagnée de mes amants.

Je te veux, à mes pieds le soir quand tu rentres de ton travail et, au petit soin. Tu entretiendras la maison avec soin.  Aucun plaisir ne te sera accordé ! Cependant, tu pourras voir les films qui me plaisent et, tu assisteras à mes ébats avec mes amants. Cela fait partie des récompenses.  Tu seras fier d’être le cocu de mari. De plus, tu iras aussi parfaire ton éducation en cours du soir. Je sélectionnerai pour toi, de nouveaux maîtres et les consignes qu’ils te donneront. Tu devras leur obéir.

 

Obéissance totale

 

Après avoir visité ma nouvelle demeure, je préparai le repas suivant les consignes que j’avais reçues, puis nous prirent la route pour aller je ne sais où. Je n’avais aucune idée de ce qu’Anna avait préparé. Nous arrivâmes enfin à destination. C’était bien la première fois que je découvrais cet endroit. Cependant, je me rendis compte que j’en avais, déjà, entendu parlé, quand je vis le nom sur la porte.

La soirée était bien avancée. Anna paya toutes les entrées avec ma carte bleue. En effet, elle avait pris, ce pouvoir sur moi et, ainsi, elle me montrait qu’elle comptait bien l’utiliser. Une fois rentrés dans la discothèque, nous arrivâmes dans une grande salle. La musique battait son plein. Je vis des femmes et hommes enfermés dans des cages comme au zoo, prisonnières ou prisonniers derrière les barreaux. Certaines cages étaient en hauteur, à la vue de tout le monde.

Au milieu de la scène, il y avait un podium et dessus il y avait comme un cheval d’arceau. Anna et d’autres femmes me prirent par le bras et, me forcèrent à monter sur cette estrade. J’entendis Anna me glisser à l’oreille l’ordre de me déshabiller. Ensuite, la musique baissa de volume et, le «dj» passa le micro à Anna qui prit la parole.

 

Attraction et objet sexuel!

 

Elle appela la foule à admirer la taille ridicule de mon sexe. Tous les regards se fixèrent sur moi. Alors et malgré moi, intérieurement, la « honte » me submergea. Irina vint vers moi et me retira la cage de chasteté. Je sentis une profonde envie de disparaître. Cependant, je ne pouvais pas bouger car j’avais les mains attachées. Je sentais tous ces gens qui venaient me toucher mon sexe, puis je sentis qu’on me pénétra comme un sauvage.

La personne se mit à jouir sur mes testicules, une deuxième bite s’invita.  Cette personne fit pareil et jouit en me faisant cadeau de son sperme sur mes testicules.  Ensuite, je fus allongé et en même temps qu’on s’invita en moi, je reçus en bouche des bites. J’offris mon corps à qui le voulait ainsi toute la soirée. Je pus sentir la différence entre un sexe d’homme et un gode ceinture. A plusieurs reprises, je jouis aussi .

Anna avait invité mon Patron, sa secrétaire, mes voisins. Je voyais tous ces visages qui prenaient beaucoup de plaisir à me voir ainsi. Mon visage était recouvert de sperme, cela, ressemblais à une vraie douche. J’étais totalement soumis aux quatre volontés de mes hôtes…

Le lendemain, j’avais le souvenir intact, de ma soirée, bien en tête. Je pense même que je vais le garder ce souvenir longtemps en moi. Les semaines qui suivirent, je fus privé de tout sexe. Le seul plaisir qui m’était accordé était : soit de regarder des films pour me frustrer, soit de voir ma Maîtresse avec ses amants.

J’étais surtout aux services de ma Maîtresse dans son quotidien. Ainsi, je devais faire le ménage, être à ses pieds. la masser, faire les achats. Je fus aussi prêté à ses amis, ainsi je suis devenu pour Maîtresse un bon soumis sissy. Fin

Please follow and like us:


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
One comment on “Soumis à ma femme : Comment je suis devenu son sissy (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.