Une soirée avec des amies de ma maîtresse dominante

maîtresse dominante

Cela faisait plusieurs heures que j’attendais dans le noir dans sa cave et je me demandais ce qui allait bien m’arriver. Ma maîtresse dominante m’avait dit avant de m’enfermer: « tu verras ce soir, tu auras une surprise! ».

Nous étions ensemble depuis plusieurs mois maintenant. Elle m’avait pris alors que j’étais encore inexpérimenté. Depuis le début de ma vie d’adulte, je rêvais d’être au pied d’une femme, torturé par elle, fessé par elle et de lui appartenir totalement. Tatiana, que j’ai rencontrée en ligne sur slave-selection, était déjà une femme expérimentée, la quarantaine, une taille de guêpe et un sourire froid. J’étais son cinquième soumis, m’avait-elle dit. Elle avait ajouté qu’elle travaillait beaucoup et qu’elle n’avait jamais voulu s’engager dans une vie de couple car c’était trop ennuyeux. Ensuite, elle avait poursuivi en précisant qu’elle avait tout de même des besoins et qu’il lui fallait un homme pour les assouvir.

Enfin libéré par ma maîtresse dominante!

 

Notre relation avait débuté ainsi: elle assouvissait mes besoins et j’assouvissais les siens. Durant les quelques mois passés ensemble, elle m’avait fait passer par toutes les étapes de la soumission. Ainsi, j’étais devenu son larbin. J’avais eu le droit aux léchages en tout genre, à l’uro, aux fessées, depuis la douce fessée donnée le soir pour remercier de mes bons et loyaux services jusqu’aux caning sanglants donnés soit pour me punir soit tout simplement parce qu’elle en avait envie. Nous vivions à présent en couple et la gynarchie était à présent mon quotidien. Je me demandais donc quelle pouvait bien être la surprise de ce soir.

Soudain, la porte de la cave s’ouvrit. Ma maîtresse dominante venait, enfin, me chercher.

-Tu as entendu? me fit-elle.

Je n’avais rien entendu du tout, la cave était bien isolée du reste de la maison.

– Ce soir, j’ai décidé de te présenter à certaines de mes amies.

Je ne m’attendais pas du tout à cela. J’avais eu l’impression qu’elle voulait me garder pour elle. Nous avions toujours pratiqué discrètement et l’idée qu’elle veuille me montrer à ses copines ne m’avait jamais effleuré.

– Mais je ne suis pas prêt!

– Bien sur que si! déshabille toi! Mes amies te prépareront.

– Je veux dire psychologiquement, je pensais que nous vivions une relation exclusive.

– Tu es mon soumis exclusif, c’est pour me faire plaisir qu’elle sont venues pour te dominer. Allez, tout le monde t’attend, tu ne vas pas te faire prier maintenant.

Au fond, cela me tentait de servir un groupe de femmes dominantes et la soirée promettait d’être animée. J’enlevais donc la chemisette qui me servait de vêtement.

– Garde ton slip, ce sera ton papier cadeau pour mes amies…

Présentation aux amies de ma maîtresse!

 

De mauvaise grâce, je m’exécutai, un peu angoissé et je la suivis alors qu’elle remontait vers le salon d’où jaillissaient quelques éclats cristallins de voix féminines.

Elles étaient deux, plutôt jolies, Claudia en tailleur noir, assise sur la canapé et Alexandra en mini-jupe gris clair sur un fauteuil, les jambes croisées.

– Voilà, c’est lui dont je vous ai parlé. Il est à vous pour la soirée. Je l’ai dressé pour me servir, mais il y a plusieurs points où il a besoin de s’améliorer, je vous en ai parlé avant. A vous de jouer!

Puis elle me dit:

– alors tu n’es pas à genoux, fais donc honneur à nos invitées!

– on l’intimide, dit Claudia puis en se tournant vers moi: tu n’as pas à avoir peur de nous, on est des amies de ta maitresse dominante. On est là pour t’aider à devenir un meilleur soumis. Tu vois, c’est juste pour ton bien…

– exactement, dit Alexandra, Tatiana nous a dit que tu avais besoin de notre aide pour progresser, et on veut que tu apprennes à mieux subir ses caprices… et les nôtres!

– pour commencer tu dois apprendre à nous faire confiance, dit Claudia.

Elle prit un bandeau qu’elle m’attacha sur les yeux puis je sentis une main s’introduire dans mon slip pendant qu’une autre baissait ma culotte.

– tu dois avoir confiance en nous, tu vois.

Disant cela, je sentis la main serrer violemment mes couilles en me tirant vers le bas. Je hurlai de douleur mais loin de desserrer l’étreinte, la main accompagna mon corps vers le bas, m’obligeant à m’effondrer par terre, et à hurler à nouveau en espérant qu’elle laisserait enfin mes bijoux tranquilles. Peine perdue! Enfin, la pression se relâcha un peu.

Please follow and like us:


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
3 comments on “Une soirée avec des amies de ma maîtresse dominante
  1. cela commence doucement subira subira pas nous verrons mais déjà au pied tiré par les couilles cela doit etre plaisant pourvu que ça dure et qu’il endure, pourvu que les amies de sa maitresse soient perverses a souhait….

  2. Merci beaucoup pour ce commencement ! Être livré à plusieurs Femmes est toujours une épreuve… c’est humiliant et stressant.. mais divin aussi comme humiliation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.