Témoignage d’une jeune dominatrice

jeune dominatrice

Kagura, franco-japonaise de 28 ans

Ce récit est, en réalité,  ma propre expérience de jeune dominatrice. Si le temps me le permet, les histoires seront écrites et suivies régulièrement. Vous allez découvrir au travers de mes mots comment une relation de contrôle est née au travers de mon couple.

Je me nomme Kagura et je suis une franco japonaise de 28ans. Aussi longtemps que je me souvienne, la réussite a toujours été quelque chose de complètement anodin pour moi. Tout ce que j’entreprends, marche. De plus, mon profil fait de moi une femme intéressante et très convoitée par les jeunes garçons. En effet, je suis une travailleuse assidue, diplômée d’une grande école d’ingénieur aéronautique française. J’ai un excellent travail, un bon salaire, une grande culture et aussi une grande ouverture d’esprit. Je suis adepte de la culture geek et très mignonne à ce qu’on dit, autant dire que je ne manque pas de me faire régulièrement draguer. Cependant, ces jeunes inconscients n’ont pas de chance étant donné que je vis le parfait amour depuis maintenant 11ans avec Ethan, mon cher et tendre conjoint.

Nous sommes comme des jumeaux : même centres d’intérêts, même école, mêmes goûts vidéoludiques et cinématographiques…Bref, une très bonne symbiose, du moins en façade, car il y a une facette de moi qui déplaît à mon chéri, du moins c’est ce que je croyais…

Jeune femme autoritaire et adepte du latex !

En effet, depuis mon plus jeune âge, ma force d’esprit et ma réussite ont forgé un côté très autoritaire et dominant chez moi. De plus, j’adopte un look qu’on peut considérer comme gothique mais assez axé fétichiste. Ainsi, je suis une grande adepte du latex, du cuir, des talons extrêmes, de la résille, et j’ai de nombreux tatouages. J’en suis très fière, et j’arbore ces matières sur mon corps depuis mes quinze ans. Les garçons au lycée me regardaient avec beaucoup de mépris, mais je sais, au fond, qu’ils bouillonnaient du désir de sortir avec moi. Quel homme résiste à une superbe fille intelligente et parée d’un pantalon en cuir ultra moulant ?

Mais bon, j’étais régulièrement insultée et méprisée, relayée au rang de la geek gothique sans amis. Je considère leur réaction comme de la jalousie plus qu’autre chose d’ailleurs. Depuis, j’ai cultivé une forte haine envers les hommes qui pour moi, sont des êtres faibles qui maltraitent les femmes qui ne font pas ce qu’ils veulent. Cependant, mon chéri m’a énormément aidé et soutenu, et je lui dois beaucoup, ce qui en fait une exception. Malgré tout, je n’étais clairement pas une jeune dominatrice au sens propre du terme. Je ne savais même pas que ça existait, même si j’en avais toutes les caractéristiques et tous les traits de caractère.

Une grande sadique !

En effet, en plus de mon charisme et de ma puissance, je suis une grande sadique. La souffrance d’autrui me procure un plaisir immense. Déjà quand j’étais petite, j’aimais torturer les mouches en leur arrachant les ailes. De plus, je fais des arts martiaux, et je ressens un plaisir indescriptible quand mes adversaires abandonnent et me supplient de libérer la prise. J’ai toujours trouvé ça très bizarre, mais bon, je n’y ai pas prêté attention. Et puis, à l’âge de vingt ans, j’ai découvert en cherchant des vêtements en latex, une femme dominatrice qui faisait la promotion d’une très belle robe.

En faisant des recherches, j’ai vu un monde nouveau s’ouvrir à moi : des femmes capables de faire tout ce qu’elles désirent à des hommes démunis et obéissants. Les pratiques m’avaient conquises. Je voulais faire ce que j’avais vu avec Ethan. Mais, je ne lui avait jamais parlé de ça de façon explicite car je savais bien que le monde SM est assez mal vu. Il risquait de me trouver encore plus étrange. Je gardais donc au fond de moi ce désir, qui devenait de plus en plus fort. En plus, Ethan fait tout à la maison, vaisselle, ménage et cuisine. Alors la seule chose qui me restait à contrôler, c’était sa vie sexuelle.

J’étais confrontée à un problème avec Ethan. Ainsi, même si il déborde d’amour pour moi et satisfait beaucoup de mes envies, il ne m’a jamais montré, explicitement, son attirance pour mon style vestimentaire et encore moins un désir pour rapport de soumission ou des plaisirs fétichistes.

Très intéressée par les plaisirs « kinky » avec son chéri !

Cependant, je restais très observatrice. Depuis toujours, j’ai bien vu ses coups d’œil remplis d’envie jetés à mes talons ultra hauts quand je les porte et parle avec lui, ou à mes jambes recouvertes de latex noir brillant et collant. C’est un homme très peu attiré par le sexe, dans le sens où il ne prendra jamais l’initiative de me demander à passer un moment torride avec lui. Beaucoup de femmes peuvent trouver ça choquant ou étrange, mais moi ça me plaît car ça me donne la certitude qu’il ne reste pas avec moi juste pour me baiser. Cependant, nos ébats débordent de passion et se déroulent très bien !

Cela reste malgré tout assez classique, et mes tentatives d’aller plus loin et de le dominer doucement ont étés repoussées gentiment. J’ai déjà proposé de lui mettre des menottes, de le fouetter légèrement ou ce genre de choses, mais rien à faire. Il n’a jamais eu clairement envie. Cependant, là où j’ai commencé à trouver ça étrange, c’est que lorsque j’abordais le sujet, il était très gêné. Je connais bien Ethan : si il ne veut pas, il va me le dire de façon très directe et me faire une petite vanne pas méchante. Mais sur ce thème là, il n’y a rien, juste un petit « non chérie, ça ne me plaît pas » de sa part.

Une fois je me suis présentée à lui, un soir, avec ma combinaison de latex favorite. Je l’ai poussé sur le lit et je lui ai demandé si j’étais bandante ainsi vêtue. Il m’a dit :

-désolé, je n’aime pas te voir comme ça. Je préfère ta lingerie sexy .

Chéri très serviable mais plutôt réservé !

J’étais un peu déçue quand même, et pour ne pas trop forcer, j’ai abandonné les tentatives pendant quasiment quatre ans, sans pour autant arrêter d’y penser. Au contraire, j’avais une envie folle de lui faire goûter à ces plaisirs kinky et, peut être, transformer notre relation en quelque chose de plus intéressant.

Le jour de mes 24ans s’est avéré être le début de la réalisation de mes fantasmes les plus intenses. Ce jour là, j’étais rentrée du travail plus tôt que d’habitude, vers 18h au lieu de 20h. Comme à son habitude, Ethan avait fait le ménage et le rangement. Je ne lui demande jamais de s’occuper du foyer. Il le fait spontanément car il n’aime pas me voir faire ce genre de tâches.. Il avait pris exprès un congé pour ce jour là justement afin de s’occuper de tout, d’ailleurs. En rentrant, il m’accueillit de façon très enjouée. Je saisis sa tête et nous échangeâmes un baiser. Il m’annonça avoir réservé une table dans un restaurant réputé de notre ville.

J’étais contente et je suis partie me changer dans la salle de bains pour notre sortie du soir. Le dîner fût très classique. Nous avons discuté du boulot, de nos amis, de jeux vidéos. Il m’a fait des blagues. Malgré la simplicité, j’étais heureuse de sa prise d’initiative et de la soirée qu’il avait organisé. J’avais terriblement envie de lui, et je voulais que le repas finisse au plus vite pour un moment de plaisir extrême. De retour à la maison, il m’apporta mon cadeau. C’était l’ordinateur portable que je désirais depuis des mois. Heureuse, je l’ai caressé, et je lui ait demandé de me prêter le sien un peu pour que je puisse transférer quelques films sur ma clé, et les mettre sur ce PC après.

Jusqu’au jour …

Le temps qu’il aille se laver, j’en ai profité pour regarder le contenu de sa machine. Je suis tombée des nues. L’historique était rempli de vidéos femdom. Il y avait beaucoup d’images fétichistes (latex, et talons principalement). Je regardai les dates : certaines vidéos avaient plus de cinq ans ! Beaucoup de choses trottaient dans ma tête en même temps. Pourquoi il allait regarder ça sur Internet alors que durant toutes ces années, il avait toujours repoussé mes avances pourtant très légères? Pourquoi regarder d’autres femmes vêtues des choses qui peuplent mon dressing, et que je suis prête à porter à sa commande ?

Je ne pouvais pas forcément le lui reprocher car il avait sûrement des raisons. Cependant je n’allais pas passer à côté de l’occasion de pouvoir l’humilier un peu. J’avoue, j’étais, plutôt qu’être énervée, très contente et encore plus excitée. J’ai toujours réussi et eu ce que je voulais, et là, ça allait être peut être à nouveau le cas. L’idée de réaliser avec l’homme que j’aime mon plus grand fantasme, à savoir le réduire à l’état de moins que rien, me rendait folle. Je me suis doigtée un peu.

A suivre

 



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
10 comments on “Témoignage d’une jeune dominatrice
  1. Un texte magnifiquement écrit et une histoire qui se révèle déjà merveilleuse, je suis impatient de découvrir la suite ! Merci à vous, Lady Kagura, de nous faire partager de manière aussi délicieuse votre vécu, et de nous dévoiler la personne admirable et formidable que vous êtes, nous sommes déjà tous sous votre charme (en tout cas moi, totalement !…), envouté par vous au travers de ce récit

  2. Magnifique histoire Dame Kagura
    Appartenant au même univers que vous ( grandes écoles, aéronautique, geek), je suis pressé de lire la suite de vos aventures. Ethan a l’air d’avoir beaucoup de chance de vous avoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.