Fétichiste des pieds et sa nouvelle Maîtresse dominatrice(3)

nouvelle Maîtresse dominatriceVictoria, ma nouvelle Maîtresse dominatrice

Pendant tout le trajet du retour je me remémorais les dernières vingt-quatre heures et les nouvelles expériences que j’avais vécues. Victoria, ma nouvelle Maîtresse dominatrice, avait su me rassurer et m’avait donné envie de me soumettre à elle. Pour autant, une fois sorti du contexte, mon excitation était rapidement retombée. A peine rentré dans mon appartement, je retirais mon plug et repris mes occupations habituelles. Le reste du week end se passa normalement, sans nouvelles ni de Lauren, ni de Victoria.

Le lundi matin, je décidais tout de même de re-rentrer dans le jeu en enfilant la culotte que m’avait remise Victoria, ma nouvelle Maîtresse dominatrice. Je supposais qu’elle l’avait acheté le samedi matin lorsque nous étions allés faire des courses, car il était manifeste qu’elle était trop grande pour elle. La culotte était en dentelle et de couleur violette. J’y étais un peu à l’étroit dedans, mais la sensation au contact de la matière était agréable. Machinalement, je commençai à me caresser le sexe à travers la culotte et immédiatement cela me provoqua un début d’érection. En regardant la pendule, je m’aperçus que j’étais en retard et je saisis rapidement mon jeans. Une fois enfilé, je me plaçai devant le miroir pour m’assurer que rien ne pouvait laisser à penser que je portais des dessous féminins. Fort heureusement, c’était le cas.

Durant la matinée, tout se passa normalement. Je n’avais pas croisé Lauren. Il faut dire que même si je ne l’évitais pas, je n’avais pas cherché à la voir. Je ne savais pas trop comment aborder le week end dernier. Je préférais donc qu’elle fasse le premier pas. C’est ce qu’elle fît dans l’après-midi.

Pause café avec Lauren

Vers 15 heures, elle s’approcha de mon bureau.

– Bonjour, tu as envie de venir prendre un café ?

– Volontiers.

Nous prîmes la direction de la machine à café qui était située à l’étage inférieur.

– Alors, je m’attendais à ce que tu viennes me voir ce matin. Victoria m’a envoyé un sms pour me dire que tu avais pleins des choses à me raconter.

– Elle ne t’a pas donné plus de détails ?

– Non, elle m’a dit que tu t’en chargerais et que tu savais ce que tu avais à faire.

Une fois servis en café, nous avons pris place sur une table un peu à l’écart dans la cafétéria. Je commençai alors le récit de la journée du samedi. Lauren m’écoutait avec attention et par moment me demandait quelques précisions.

– C’est dommage que je ne t’ai pas vu habillé comme cela, la prochaine fois.

– Victoria m’a prise en photo et elle m’a demandé de te la montrer.

– Tu ne pouvais pas commencer par ça ? pesta Lauren alors que je lui tendais le téléphone.

– Tu es sexy en femme.

– Ce n’est pas tout, Victoria m’a donné une culotte et elle m’a demandé de te faire vérifier que je la portais bien au travail aujourd’hui.

Je remontai un peu la culotte pour montrer à Lauren que j’avais respecté l’ordre de Victoria.

– Mouais, je voudrais la voir en entier, pas juste un petit bout. Viens, allons au wc, comme ça je pourrai mieux la voir.

Fort heureusement, les wc pour femmes étaient déserts. Lauren me fit signe de la suivre dans le wc handicapé. Nous aurons plus de place. Elle me demanda de retirer mon jeans et saisit son téléphone pour me prendre le paquet en photo afin d’envoyer la preuve à Victoria.

– Mais, j’ai l’impression que tu bandes.

Lauren, l’autre Maîtresse dominatrice

Lauren se rapprocha de moi et me caressa à travers la culotte, comme je l’avais fait le matin même.

– Oui la situation a pour effet de m’exciter.

– Je vois ça, répondit Lauren en continuant à me caresser pour me faire vraiment bander. Elle saisit mon sexe, toujours à travers la culotte et commença à me branler. Elle sentit rapidement mon excitation monter et s’arrêta net.

– J’espère que tu ne t’attendais pas à ce que je te soulage, dit-elle en me lâchant le paquet et en se sortant des toilettes.

Je m’empressai de remonter mon jeans.

– Que va-t-il se passer maintenant ?

– Tu verras bien, mais d’après ce que je vois, tu as envie de devenir notre soumis.

– Tout à fait.

– Bien, mais au boulot, tu ne changes pas de comportement, je ne veux pas que les autres sachent.

– C’est également mon souhait.

– Je vais voir avec Victoria pour la suite.

Elle me laissa ensuite sur le palier pour rejoindre son bureau.

Les deux jours suivant, je n’ai pas eu de nouvelles, puis le mercredi soir, je reçus un mail de Lauren qui me demandait de compléter un tableau. Il s’agissait d’une liste de pratique. Je le remplis et le renvoyais à Lauren.

Le jeudi, Lauren passa me voir à mon bureau pour me dire qu’elle avait bien pris note du tableau et que j’allais pouvoir devenir leur chose mais que je n’aurai plus mon mot à dire dans la mesure où elles resteraient dans le cadre que l’on venait de fixer. J’acquiesçai fébrilement.

– Demain soir, à 20h chez Victoria, une lettre sous le paillasson t’indiquera tes consignes.

 

Articles similaires:
Essai sur la domination (2) et sur la femme dominatrice
Comment je suis devenu une salope soumise
Esclave de pieds
Esclave lors d'un déjeuner
Esclave sexuel de la DRH
Essai sur la domination
Lesbiennes Dominatrices et Homme-jouet
Premiers souvenirs de leçons de piano avec une femme autoritaire
Projection privée avec un soumis fétichiste
Rencontre avec une jeune Maîtresse dominatrice
Ma nouvelle Maîtresse : ma logeuse (8)
Surdouée et née pour être une domina redoutable ! (2)
La Déesse Masquée, domina sévère (12)
Nuit sous les pieds de ma nouvelle Maîtresse
Parcours d'un Slaveboy : le centre de dressage (2)
Ma nouvelle Maîtresse dominatrice : Madame Michelle de Montréal


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.