Un homme soumis rencontre l’amour par hasard (8)

Poursuite du récit

Aïcha poursuit son récit de sa rencontre avec Aline. Et, moi en bon homme soumis que je suis, j’écoute avec attention et curiosité.

En quelques instants, les deux jeunes femmes s’étaient rapprochées et trinquaient avec leurs canettes. Aïcha se roula un joint et l’alluma, puis après quelques bouffées, le passa à Aline. Elles parlèrent de leurs études respectives, Aline de la philo, Aïcha était en lettres modernes et avait une passion pour le théâtre classique. Elles allèrent se baigner. En revenant vers leurs serviettes, elles aperçurent deux jeunes hommes qui s’en allaient vers les dunes derrière la plage.

-Viens, je vais te montrer quelque chose, dit Aline.

-Quoi ?

-Tu verras…

Elles se dirigèrent vers les dunes et se cachèrent derrière un buisson. Elles virent les deux jeunes hommes l’un en face de l’autre. Celui qui leur faisait face tenait son gros sexe en érection dans sa main, la montrant à l’autre, qui lui dit :

-T’as une grosse bite ! J’ai envie de te sucer !

C’est à ce moment-là de l’histoire qu’Aline revient dans le petit salon.

-Tu es en train de lui raconter le jour où nous sommes devenues amies ? demande-t-elle à Aïcha.

-Oui, oui.

-Continue, j’écoute, je prendrai le relais après. Mais je vois que l’histoire plaît à mon petit esclave, fait Aline en pointant du doigt mon sexe à nouveau en érection. Amaury, lève-toi du canapé et assieds-toi par terre à mes pieds.

-Oui, Aline.

Spectacle très excitant !

Je me lève, Aline s’assied à ma place et je m’assois à ses pieds, que j’embrasse. Elle me caresse les cheveux.

-Vas-y, continue, Aïcha. La suite !

Aïcha reprend donc son histoire. Le jeune homme qui leur faisait face plaqua son sexe érigé contre son ventre, exhibant ainsi ses couilles et dit :

-Lèche-moi les couilles, d’abord !

L’autre jeune homme s’agenouilla et entreprit de lécher méticuleusement les couilles du premier. Puis celui-ci le prit par l’épaule et le coucha sur le sable. Il pénétra sa bouche et commença à bouger. Le jeune homme étendu sur le sable était, quant à lui, complètement passif.

-Putain ! Ça m’excite ! chuchota Aline.

-Moi aussi, répondit Aïcha.

Aline s’assit en tailleur sur le sable.

-Regarde, je suis toute mouillée.

Invitation chez Aline

Du coup, Aïcha était moins intéressée par le spectacle offert par les deux homosexuels : sa nouvelle copine lui demandait explicitement de regarder son sexe.

-Ça fait longtemps que tu t’épiles ? demanda Aïcha.

-Deux ans à peu près, depuis que j’ai décidé de faire du nudisme.

-C’est beau, je trouve, ça te va bien.

-Merci, fit Aline. J’aime montrer mon sexe. Et toi ?

-Moi aussi. Dis, on retourne à notre emplacement ?

-D’accord.

Elles retournèrent donc à leurs serviettes. Aïcha consulta l’heure sur son téléphone.

-Merde ! Il faudrait que je parte si je ne veux pas rater le dernier car pour Montpellier.

-Rentre avec moi, dit Aline. Je suis venue en voiture. Tu viens boire un coup dans mon appart’…

-Oui mais il faudrait que je passe chez moi prendre une douche. J’ai horreur d’avoir du sable et du sel sur la peau, après.

-C’est pas grave. Tu te doucheras chez moi. Après tout, je t’ai déjà vue toute nue, fit Aline en faisant un clin d’œil.

Début d’intimité

Elles partirent donc chez Aline.

-Fais comme chez toi, assieds-toi sur le canapé, j’arrive, fit Aline.

Elle partit dans sa chambre et revint quelques instants plus tard, entièrement nue.

-Tu veux une petite bière avant d’aller prendre ta douche ? Demanda-t-elle.

Elle prenait la pose de façon naturelle, la jambe droite enroulée autour de la jambe gauche, sa main droite sur sa nuque, retenant sa flamboyante chevelure rousse d’une main. Aïcha la regardait sans répondre.

-Alors, tu as perdu ta langue ? se moqua gentiment Aline.

-J’admirais la beauté de ton corps nu. Tu es belle et tu le sais, n’est-ce pas ?

-Oui, et toi, tu es belle et tu ne le sais pas. J’adore les brunes exotiques au parfum oriental.

-Et moi, j’aime les rousses à la peau de velours. Oui, je veux bien une bière, fit Aïcha.

Aline revint avec deux bières d’abbaye belges et en tendit une à Aïcha. Elle s’assit sur un coussin devant Aïcha, la jambe droite allongée et l’autre repliée, exhibant son sexe sans aucune pudeur.

-Tu veux un verre ?

-Non, merci, ça ira comme ça.

Elles commencèrent à siroter leurs bières. Aïcha roula un joint et le tendit à Aline.

-Tiens, allume-le, lui dit-elle.

Nues toutes les deux !

Aline le prit et s’installa plus confortablement sur son coussin, les jambes écartées. Elle plaça la main sur son genou droit et la ramena lentement vers son entrejambe. Saisissant les lèvres de son sexe de l’index et du majeur, elle les écarta légèrement, dévoilant son petit bouton rose tandis que de la main gauche elle tirait une bouffée voluptueuse de son joint, croisant son regard avec celui d’Aïcha à travers les épaisses volutes de fumée.

-Aïcha, s’il te plaît, fit-elle d’une voix rauque, déshabille-toi devant moi, j’ai besoin de contempler ton corps.

Aïcha enleva son petit débardeur tandis qu’Aline se caressait lentement sous son regard. Elle retira ensuite son short et resta un moment devant Aline avec son string noir. Cette dernière haletait sous ses propres caresses, folle d’excitation à l’idée que sa nouvelle amie la regardait prendre du plaisir tout en se déshabillant. Lorsqu’Aïcha fut nue, Aline se leva et dit :

-J’arrive tout de suite.

Aline revint au bout de quelques instants, munie d’une serviette éponge, d’une paire de ciseaux, d’un rasoir à main et d’une bombe de gel à raser.

-Je vais t’épiler la chatte, dit-elle d’un ton volontairement grossier et provocateur.

Elle fit lever Aïcha, plaça la serviette sur le canapé et la fit se rasseoir dessus.

-Place tes fesses au bord et appuie-toi sur le dossier. Détends-toi…

Aïcha épilée par Aline !

Aline commença à couper les poils avec les ciseaux. Aïcha se laissait faire, elle se sentait dorlotée. Elle sentait l’humidité sourdre des lèvres de son sexe. Une fois que les poils furent tous coupés, aline partit vers le coin cuisine et en revint avec un bol d’eau chaude, dont elle humecta le sexe d’Aïcha avec ses mains, puis elle l’enduisit de gel de rasage. Elle brandit ensuite le rasoir.

-C’est une nouvelle lame, pour ne pas gâcher ton petit trésor.

-Tu es touchante de sollicitude, répondit Aïcha d’un ton narquois.

Aline rasa ensuite soigneusement le sexe d’Aïcha, jusqu’à ne plus laisser aucune trace de poils. Elle rinça avec un gant de toilette imbibé d’eau.

-Voilà, maintenant je peux te faire plein de petits bisous sans que ça me pique ou me chatouille le nez.

Et elle déposa un bisou sur le sexe de son amie.

-Voilà, c’est toute l’histoire, dit Aïcha.

Je les regardai toutes les deux, abasourdi. Je n’imaginais pas cette facette de la personnalité d’Aline.

-Ça a l’air de t’étonner, mon amour, commenta Aline.

-Oui, mais ça ne me choque pas. De toute façon, avec toi, je ne peux plus m’étonner de rien.

 



Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.