Viol programmé (4) par ma Maîtresse dominatrice

Maîtresse dominatriceEn rejoignant ma Maîtresse dominatrice, je dus m’arrêter face à elle, et profitant de ce qui s’était déroulé sous ses yeux, elle me dit :

-j’ai adoré… très excitant même!

Elle passa sa main dans sa culotte, et en ressortit un doigt ruisselant de son humidité. Elle me le colla entre les lèvres et l’enfonça dans ma bouche ; et son autre main se plaqua sur ma queue qui finit de bander sous ses caresses.

-Je vois que toi aussi ça t’a excité ! On est sur la bonne voie toi et moi !

Nous reprîmes le chemin de chez elle, et les choses s’accélérèrent.

Arrivés chez elle, avant que tout ne s’enchaîne sans que je comprenne réellement comment, je me souviens d’avoir bu un thé qu’elle a préparé dans sa cuisine. Un goût particulier que je ne connaissais pas, enfin non, une tisane « Traditions » dont le nom était évocateur « Un peu d’amour », c’est du bio me dit-elle.

A peine cette boisson terminée, la chaleur envahit mon estomac et je sentis quelques bouffées de chaleur. Maintenant, pour te tester, tu vas commencer par m’appeler Maîtresse, et pour être sûr que tout va bien, et que tu es conscient de tout ce qui se passe et que tu es d’accord, tu diras régulièrement :

-Merci Maîtresse, j’aime ce que vous me faites ! Compris ?

Je répétais exactement ce qu’elle venait de dire :

-Oui, c’est compris, Merci Maîtresse, j’aime ce que vous me faîtes !

Ma Maîtresse dominatrice posa alors un baiser de ses lèvres rouges que je convoitais sur les miennes. Je fus enivré et mon cœur s’emballa de nouveau. Une espèce de flottement s’empara de moi. Maîtresse Corinne me ramena un peu à la réalité en me faisant me déshabiller, profitant que j’étais déjà torse-nu pour pincer mes tétons entre ses ongles avant de les planter dans mon dos.

Elle joua ensuite avec ma queue, tirant sur mes testicules, serrant ma queue que je ne contrôlais plus. C’est là que je compris qu’elle avait dû ajouter un produit dans la boisson qu’elle m’avait servie. Je bandais dur, mon ventre se tordait en multipliant mes envies de sexe. Elle me branlait alors machinalement, en m’ordonnant de me retenir jusqu’à ce qu’elle le décide. Elle m’avait fait asseoir et s’était accroupie entre mes jambes. Elle mit mes cuisses sur ses épaules. Je n’en pouvais plus et la suppliais de me laisser jouir. Je remarquais alors sur une petite table quelques objets au moment où elle s’emparait d’une main d’un plug plutôt de bonne taille déjà. Elle l’enduit de lubrifiant et tout en continuant à me branler, se releva, me soulevant par la même occasion et sans ménagement enfonça le plug au fond de mon intimité. J’eus à peine le temps de laisser un petit cri s’échapper, qu’elle m’ordonna de jouir en accélérant la cadence.

Elle me reposa sur le bord, je plug appuya sur ma prostate et sa main bien lubrifiée en finissait avec mon érection en me faisant gicler ! Je jouis sans retenue, remerciant ma Maîtresse, et ne manquant pas d’ajouter :

-j’aime ce que vous me faites !

Elle eut l’air satisfaite et ajouta simplement :

-Hummm, j’espère que tu aimeras tout autant la suite mon chien salope !

Je perdais la notion du temps, les ongles de ma future Maîtresse griffait doucement mon gland encore excité. Sans que je ne comprenne une fois de plus pourquoi, ma queue se remit à bander sans que cela surprenne Madame Corinne. Le chien a encore envie apparemment, mais il va falloir me faire jouir aussi d’abord. Joignant le geste à la parole, elle m’enjamba et vint s’installer sur moi son sexe au dessus de mon visage. Elle saisit ma tête et la remonta sur son sexe luisant de cyprine. Ma langue ne se fit pas prier, et se glissa entre ses lèvres. Je remontais vers son clito, elle aimait ça, serrant mon visage sur son sexe et se frottant machinalement pour faire rouler son bouton de plaisir.

Elle allait jouir et se retira pour faire demi-tour.

-hum tu as failli me faire jouir sale chien, tu es gourmand et j’aime ça.

Elle s’interrompit et regarda l’heure et elle se mit à ruisseler un peu plus. Elle s’installa pour un face-sitting endiablé dont je n’avais jamais profité de la sorte. Elle jouait à m’étouffer avec ses fesses et frotter son sexe trempé sur mon visage, mon nez, ma bouche. Ma langue la pénétrait profondément ou jouait avec son clito suivant sa position. Elle en profitait pour branler de nouveau ma queue tendue par les produits me mettant dans cet état flottant et euphorique. Elle sortit deux ou trois fois le plus pour le remettre à sa place et vérifier que je me dilatais peu à peu !

Puis d’un coup, je la sentis se raidir, me serrer entre ses cuisses et sous ses fesses, Maîtresse jouissait. Ma queue se tendait un peu aussi de sentir son plaisir couler dans ma bouche, elle mouillait terriblement.

Elle tira sur mes cheveux en me félicitant pour ce bel orgasme !

(la fin au prochain épisode ! :))

Articles similaires:
Centre de féssées pour hommes
Le déjeuner aux pieds
Les 12 commandements de soumission
Ma première expérience de soumission virtuelle
PRISE DE POSSESSION DE LA LOPETTE SOUMISE (IV)
Audit de la soumission (2) : soirée avec deux Maîtresses
Première soumission (Partie 4) : Séance SM avec Maîtresse Sophie
Soirée avec une dominatrice lesbienne
La Maîtresse et ses filles (2) : 2 Princesses dominatrices
Suite du dressage du soumis en vacances (3)
Soumis à Maîtresse Marion, magnifique domina (3)
Fétichiste des pieds et sa nouvelle Maîtresse dominatrice(3)
La fille de l'hiver, ma future dominatrice ?
Une belle domina et son Esclave sexuel génétiquement modifié (4)
L'immeuble (8) : ma vie quotidienne de lope soumise
L'amie du lycée devenue une femme dominatrice ?


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.