Essai d’une voiture avec une domina rousse incendiaire !

domina rousseVisite à la concession automobile

Cela faisait longtemps que je réfléchissais au changement de ma voiture.  J’avais déjà essayé quelques voitures dont une belle sportive. Pourtant, c’est en me retrouvant à essayer une voiture électrique que je me suis retrouvé à signer le bon de commande !

On m’avait souvent parlé de la performance immédiate des voitures électriques alors je voulais tester. Je rentrais dans la concession, et fût accueilli par un de ces vendeurs toujours trop bien habillé et gominé à volonté. Mon enthousiasme retombait un peu. Toutefois, je lui expliquai que je voulais faire un essai de leur voiture électrique. Il me répondit plutôt gentiment que ça n’était pas sa gamme de vente et qu’il allait appeler son collègue.

Celui-ci répondit qu’il était en signature et que ça n’était pas possible avant une bonne demi-heure. Je pestais un peu, en expliquant que justement c’était à peu près le temps que j’avais. Ensuite, j’ajoutai que si personne ne pouvait me faire essayer leur voiture électrique, je me rendrais dans la concession en face, concurrente directe.

Il appela alors l’accueil pour trouver quelqu’un, car il attendait, aussi, un rendez-vous. On lui répondit que personne n’était disponible à cette heure. Alors en riant, il dit « et bien Sab., c’est toi qui t’y colle ma grande, comme a dit le patron ».

La domina rousse incendiaire

Je compris avec satisfaction que j’allais pouvoir faire mon essai. J’étais plutôt content d’avoir insisté. Je vis alors débarquer une rousse incendiaire, qui aurait pu sortir tout droit des Tex avery ! Elle n’était pas forcément très grande, mais elle avait un buste  comme rarement j’en avais vu. Ses yeux étaient bleus, et cette couleur rousse semblait bien naturelle même si ça n’était pas le cas. Par contre, son visage n’exprimait pas le bonheur. Elle devait se sentir obligée d’accepter à la demande d’un client. Ainsi, elle mima un sourire devant son collègue qui ne trompait personne.

J’avais eu le temps de remarquer sa tenue élégante.  Cette rousse incendiaire portait un bustier simili-cuir ou cuir rouge, et une jupe noire qui lui arrivait à mi-cuisses. Des bas noirs ou un collant, je ne savais pas trop. Elle réhaussait sa taille par des talons aiguilles rouges aussi d’au moins 8 ou 10cm. C’était son décolleté qui m’attirait avant qu’elle ne mette un manteau long sur elle.  Elle avait dû remarquer mes yeux perdus dans son décolleté (à l’imaginer, un bon 90D voire E). Lorsque je relevai les yeux, je croisai son regard noir. Je m’excusai de la déranger dans son travail et la remerciai de bien vouloir me permettre cet essai.

Elle me demanda si je voulais qu’elle prenne le volant pour commencer et me montrer ce qu’elle avait dans le ventre. Je tentai une blague bien macho pour détendre l’atmosphère. Ainsi, j’ajoutai que le jour où je me ferai conduire par une femme, c’est que je serai dans un plâtre. Elle me sourit d’un air niais et m’envoya à voix basse

-bon et bien, on va se traîner sur la route, allons y !

En route pour l’essai de la voiture

Je pris le volant, pas si fier que cela. Ainsi, bien qu’ayant fait régulièrement du karting, j’ai toujours constaté que certaines femmes, quand elles pilotent, roulent bien plus vite que les hommes.

Je me concentrai sur ma conduite. Pourtant à chaque fois que la jolie rousse me parlait pour m’expliquer une fonctionnalité, je me rappelais son décolleté et me tournais vers elle pour la regarder. Elle avait déboutonné son manteau depuis que le chauffage avait fait monter la température. Ainsi, un pan de celui-ci s’était décalé, dévoilant sa cuisse et sa jupe légèrement remontée en s’asseyant. Je remarquai un peu de dentelle juste à la limite de sa jupe et j’en conclus que c’était bien des bas et non un collant !

A mon troisième coup d’œil, elle dit sur un ton clair et froid :

-vous feriez mieux de regarder un peu plus la route !

Je donnai un léger coup de volant tout en répondant :

-pardon Maitr… Madame !

J’avais répondu par réflexe et cela avait failli me perdre !

J’étais sûr qu’elle n’avait pu faire attention à ce Maîtresse qui était presque sorti de ma bouche avant que je ne retrouve le bon chemin des mots ! Erreur ! Un sourire vint éclairer son visage.

-Qu’allais tu dire ?

Je fis mine de ne pas comprendre et de ne pas avoir remarqué son tutoiement.

-pardon, que dites vous ? j’avais la tête ailleurs.

Le soumis en moi se réveille !

Elle enleva complètement son manteau, déboutonna le seul bouton qui rendait décent son décolleté et remonta sa jupe en se dandinant sur le siège. Je jetai un rapide coup d’œil, c’était bien des bas, et je vis alors le haut de ses cuisses. Ensuite, je crus apercevoir un petit bout de tissu de sa culotte entre ses cuisses.

-Je disais que tu vas sortir à droite et que je sais où je vais t’emmener pour me divertir un peu. En fait, je ne pensais pas que cet essai aller s’avérer aussi intéressant, espèce de sale chien !

Je n’osais plus répondre. Ensuite, je mis le clignotant et je sortis à droite. Je suivis ses indications sans broncher pendant les 5 minutes qui suivirent. Elle reprit :

-c’est bien Maîtresse que tu allais dire avant de te reprendre, non ?!

Je baissai légèrement le regard et tentai de balbutier un :

-Oui Madame!

Toutefois, elle me coupa avant la fin.

-Gare toi dans la contre allée du petit bois à gauche ! J’ai envie d’avoir du plaisir !

Je ne me fis pas prier bien que je craignais la suite. J’avais vécu il y a longtemps une belle histoire de soumission. Cette domina rousse incendiaire venait de raviver cette flamme en quelques mots. Je n’y comprenais plus rien.

A peine arrêtés, elle sortit, et m’ordonna :

-allez hop, derrière magne le chien ! J’espère que tu aimes lécher!

Elle s’allongea sur la banquette arrière, remonta totalement sa jupe, écarta les cuisses puis posa son talon sur l’appui-tête avant. Quand j’ouvris la porte arrière, elle était déjà entrain de frotter deux de ses doigts sur son clito au travers du tissu en dentelle noire de son string. Elle était définitivement très élégante, et terriblement excitante.

Plaisir pour la domina rousse incendiaire !

Je n’eus pas le temps de la regarder très longtemps, une bosse aurait pu naître. Cependant à peine entré, elle m’attrapa par les cheveux pour m’attirer vers sa petite chatte qu’elle venait de découvrir. Deux jolies lèvres roses sortaient, elles avaient un aspect luisant. Elle mouillait très vite.

-Ecoute moi bien le chien, tu m’as fait sortir de la concession, tu as intérêt à bien me boire. Il est hors de question que mes cons de collègues puissent se douter de ce qui s’est passé ! Je suis fontaine et il n’y a pas intérêt à ce qu’il y ait une goutte sur ma jupe noire, cela se verrait tout de suite !

Je lui offris ma langue, je la léchai avec engouement. Ensuite, je lapai son jus, je titillai son clito., et je la caressai de haut en bas, et de plus en plus profondément aussi avec ma langue. Je me hasardai à lui glisser un doigt pour agiter son poigt G. Elle commençait à gémir.

-Hummm oui, continue comme ça, ne t’arrête pas !

Elle m’interrompit une demie seconde en relevant ma tête. Je me retrouvai en face d’elle et aussi de son téléphone. Elle avait filmé toute la scène.

-Tu es un bon chien, n’est ce pas ? Tu as envie de me faire jouir ? Peut être que je pourrai faire de toi mon nouveau chien soumis…Réponds !

Je fus abasourdi par son aplomb. Je lâchai un :

-Oui Maîtresse, je serai ravi de vous faire jouir dans ma bouche !

Soumis sex-toy !

Satisfaite, elle me replongea entre ses cuisses, appuyant plus fort mon visage sur sa chatte trempée. Elle eut à peine le temps de me dire :

-Je vais jouir sale chien !

Deux giclées m’envahirent la bouche et la gorge. Heureusement, il n’y en avait pas trop. Je ne sais comment j’aurai pu la boire dans cette position.

Sauf, qu’elle se releva, me tira jusqu’à la portière, m’allongeant à sa place et se mit à me chevaucher, enfermant ma tête entre ses cuisses et mon visage collé à son sexe. Je me mis à bander de plus en plus. Elle passa sous mon pull et sous le tee-shirt pour pincer mes tétons. Ainsi, elle constata que cela me faisait encore plus d’effet. Elle se secoua sur mon visage, son sexe était trempé. Ensuite, elle me dit de bien ouvrir la bouche quand elle jouirait. Elle s’interrompit à deux reprises, et la troisième fût la bonne. Elle jouit comme un homme, et même plus.

Ma bouche se remplissait ! J’avais à peine le temps de déglutir, qu’une autre giclée parvenait. Sa cyprine coulait dans ma gorge, je la buvais, et j’étais fier d’avoir fait jouir cette très jolie rousse. Elle m’excitait et me plaisait clairement. Ensuite, elle planta ses ongles sur mes flancs, mes cuisses et mes fesses en basculant en arrière.

Collier virtuel à mon cou !

Elle se relava. Plus de trois quart d’heure s’était écoulé. Je n’avais pas vu le temps passer, et je me demandais comment j’allais pouvoir expliquer mon visage immaculé, les griffures sur mon corps, mes tétons maltraités, et mon visage marqué par les frottements de son sexe.

-Allez ramène moi à la concession ! Tu es un bon chien lécheur, on a un contrat à signer ! N’est ce pas que tu vas l’acheter cette voiture ?! : lança t elle en rigolant.

-Comme ça, en plus, j’aurai tes coordonnées personnelles, et je pourrai te siffler chaque fois que j’en aurai envie. Souviens toi bien que j’ai une vidéo de toi, et que vu ton alliance, je suis persuadée qu’il y en a une qui n’apprécierait pas de découvrir que son mari est un soumis prêt à lécher la première maîtresse qui le lui ordonne !

Le piège était refermé, la domina rousse incendiaire venait de sceller la fermeture d’un collier virtuel autour de mon cou. Voilà maintenant plusieurs mois, qu’elle en a posé un réel autour de mon cou. Malgré mes protestations, je lui obéis à chaque fois qu’elle me demande de venir la faire jouir. Elle m’a déjà utilisé comme gode sur pattes, m’a déjà pris comme si j’étais sa femme, et m’a même utilisé pour la nettoyer après s’être faite prendre par un autre homme. Je l’ai détesté ce jour-là, et en même temps, je sais aujourd’hui que je suis totalement à elle jusqu’à ce qu’elle en décide autrement !

Merci pour vos commentaires si cela vous a plu ! 😉

Articles similaires:
IV. SON EXCELLENCE NOUR ET SON CHIEN SOUMIS
Ma première vraie expérience de soumis
Plaisir et souffrance…-)
Soumis dans un domaine (2) : Premier jour avec les femmes gynarchiques
Surpris au travail sur un site BDSM, puis devenu le soumis de la piégeuse (4)
Un cadeau pour maman, vraie dominatrice !
Professeur soumis (9) par une autre étudiante domina
Mari soumis Offert aux copines de sa femme (6)
FARIDA, Maîtresse BDSM (2)
Offert aux copines de ma femme (11) : soirée BDSM
Nouvelle vie de soumis (4) Formation de la dominatrice inconnue
Séance punition pour le soumis : dressage en vacances 4
L'immeuble (7) : prisonnier de ma cruelle Maîtresse
Homme soumis, génétiquement modifié pour devenir un parfait esclave (1)
Journée idéale avec ma belle Maîtresse domina !
Un homme soumis rencontre l'amour par hasard !(1)


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
3 comments on “Essai d’une voiture avec une domina rousse incendiaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.