Magnifique soirée avec ma Maîtresse dominatrice et sa meilleure amie!

| |

Retour du travail et une surprise m’attend!…

Dimanche 14 septembre 2014, 3h du matin. Je rentre après une longue journée de travail, commencée le samedi à midi. A travers la porte de l’appartement, j’entends encore des voix : ma Maîtresse dominatrice n’est pas seule. Sa meilleure amie, M., est venu souper et passer une soirée entre filles. Un bon repas, quelques verres de blanc, papotage, ragots. Rien de bien inhabituel dans mon esprit légèrement embrumé, après mes 14h de boulot. Je franchis la porte :

  • Coucou chérie!

Je L’embrasse sur la bouche. Quand du monde est présent chez N/nous, je n’ai pas l’obligation de mettre mon collier et mes bracelets de poignets et de chevilles une fois entré dans l’appartement, de me mettre nu, puis de venir à quatre pattes devant Elle et Lui embrasser les pieds ; rituel obligatoire si Elle se trouve seule, ou si je rentre avant Elle, pour que Son chien soit prêt à L’accueillir.

  • Ca va bien, et toi ? Ca a été ?

 

  • Oui oui, très bien. Salut M., tu vas bien ?

Trois bises, salutations classiques de deux amis qui se retrouvent. Je ne savais pas encore à ce moment là ce qui m’attendait pour plus tard dans la soirée.

Je file dans la chambre me changer, enfiler quelque chose de plus confortable. Détour par la salle de bain. J’en sors au bout de 10 minutes, me sers un verre, et trinque avec les demoiselles.

  • Je vais sur le balcon fumer une cigarette ; je reviens.

 

  • Prend ton temps, chéri, dit-Elle, avec Son sourire en coin, qui n’avait pas pour moi, à cet instant précis, de signification spécifique.

 

Ma Maîtresse dominatrice exige que je me déshabille devant sa meilleure amie!

Maîtresse dominatrice

 

Je n’imaginais pas encore ce qu’Elle avait prévu pour moi.

Je prends mon temps pour fumer ma clope, tout en voyageant dans mes pensées, par cette douce nuit de fin d’été. Un message sur WhatsApp :
« Tu ne rentres pas avant que je ne t’en donne la permission. »
« Bien, Maîtresse. »

Du coup, je me rallume une deuxième cigarette. Mon téléphone en main, je vais faire un tour sur les réseaux sociaux, « like » quelques publications, vagabonde de pages en profils.

Dix minutes passent. Nouveau message :
« Rentre, tout de suite. »

Je franchis la porte-fenêtre, et rentre dans le salon. Je fais quelques pas, commence à me diriger vers le canapé où sont assises les filles, quand Maîtresse se tourne vers moi avec Son regard strict, Ces yeux que je connais par coeur, ceux qui ne laissent aucune place au doute, et me dit d’une voix ferme :

  • A poil, maintenant !

Je reste figé. M., Sa meilleure amie, est bien là, assise sur le canapé, je ne suis pas fou ? Est-ce que mon esprit me joue des tours ? M. n’est en réalité pas là ? Ou j’ai mal entendu ce que Maîtresse m’a dit ?

  • Tu attends quoi ? A poil, j’ai dit !

Apparement, j’ai bien entendu. Je me décompose lentement. Il se passe une ou deux secondes, qui me semblent être une éternité, pendant lesquelles je me pose mille questions. Je n’ai pas le temps de répondre à la moindre de ces questions que je vois ma Maîtresse dominatrice se lever, tandis que je La regarde toujours béatement, et se diriger vers moi.

Après une gifle humiliante, je m’éxécute!..

 

Elle me colle une gifle plus humiliante que douloureuse, sous le regard et le petit sourire amusé de M., que je perçois du coin de l’oeil, et m’attrape par les cheveux :

  • Troisième fois : met toi à poil ! Il n’y aura pas de quatrième, ce sera directement la cravache. Réfléchis vite, tu as trois secondes.

Elle me relâche les cheveux.

Je dois tenter de sauver les meubles ; je viens de me faire gifler devant M.

De toute évidence, le peu d’estime qu’elle avait pour le « mec » de sa meilleure amie vient de s’évaporer en une fraction de secondes. Alors je m’exécute, comme un automate. A cet instant, je ne réfléchis plus. Je suis un robot. Mon cerveau d’humain a laissé place au cerveau du chien de Maîtresse que je suis.

Je retire mes chaussures, mon pantalon, mes chaussettes, mon tee-shirt :

  • Garde ton string!

Mon string. Avec tout ça, je l’avais oublié, celui là. Au moins, je ne suis pas totalement nu. Le peu de dignité qu’il me reste va être sauf.

Ma Maîtresse dominatrice m’interdit de porter des caleçons ou des boxers. Je dois porter, uniquement, des strings masculins, des slips qui laissent les fesses apparentes, ou des jockstrap. D’un autre coté, ça empêche le bruit du cadenas qui tape contre le plastique ou le métal de ma cage de chasteté. Il faut toujours essayer de positiver les épreuves imposées par sa Maîtresse.

…puis je salue ma Maîtresse dominatrice comme il se doit!

Pendant le strip-tease imposé que j’exécute tout tremblotant, Maîtresse s’est rassise sur le canapé à côté de M. Toutes deux m’observent, se délectant du spectacle. Une fois uniquement vêtu du bout de tissu qui me sert de sous-vêtement, Maîtresse me regarde fixement sans mot dire. Quelques secondes passent :

  • Tu attends quoi pour me saluer comme tu dois le faire ?

A ce moment précis, je comprends que rien ne me sera épargné, ce soir. Je suis donc le rituel : je me mets à genoux, puis à quatre pattes, et j’embrasse Ses divins pieds, posés sur le tapis du salon :

  • Bonsoir, Maîtresse.

Le mot est lâché. Je me suis dévoilé devant M. La promesse d’une correction à la cravache a retiré tout amour propre en moi. Je la déteste de m’avoir fait ça. Mais bon sang, qu’est ce que je l’aime de m’avoir fait ça ! M., je l’aime pas, alors je m’en fiche qu’elle soit au courant. En fait si, je l’aime bien, alors c’est bien qu’elle sache pour N/nous. Une nuée de sentiments ambivalents me rongent l’esprit, tandis que je suis toujours front à terre, attendant la permission de me redresser :

  • A genoux!

J’obtempère, je me remets sur mes genoux.
Maîtresse, s’adresse à M. :

  • Tu vois, je t’avais dis!

 

  • Faut le voir pour le croire. J’aurais jamais imaginé ça de lui. Et encore moins de toi. Et il fait tout ce que tu lui demandes ? Tu donnes des ordres, et lui, il obéit ?

 

Réduit à un simple objet aux yeux de ces deux femmes!

Maîtresse dominatrice

M. parle de moi à la troisième personne. Je ne suis devenu en quelques minutes qu’un objet à ses yeux.

  • Tout, oui. Et attend, tu n’as pas encore tout vu.

C’aurait été trop simple si ça s’était arrêté là. Au moment-même ou Maîtresse prononce la phrase, je me dis « non, pas ça, pitié » :

  • Baisse ton string!

Automate que je suis devenu, j’obéis. M. Découvre, effarée, qu’un tube de plastique enferme complètement mon pénis, retenu par un anneau, et fermé d’un cadenas sur le dessus :

  • Mais c’est quoi, ça ?, dit-elle dans un éclat de rire non dissimulé.

 

  • Sa cage de chasteté. Son pénis est ma propriété, il n’a plus le droit d’en avoir l’usage d’aucune manière que ce soit, sans mon autorisation, ou un ordre de ma part. Tu fermes bien ta maison quand tu sors ? Moi, je ferme mon pénis quand je n’en ai pas l’usage. »

Eclats de rire de M. et de Maîtresse. J’entends tout ça comme si je n’étais pas là. J’ai les yeux au sol ; quand je suis à genoux, j’ai interdiction de regarder Maîtresse quand Elle ne s’adresse pas à moi.

  • Retire complètement ton string, et va nous resservir un verre. Et tu peux t’en prendre un. Par contre, tu vas et tu reviens à quatre pattes. Tu ramènes les verres un par un.

 

Assis par terre pendant que les deux amies conversent!

 

Un peu d’exercice ne peut pas faire de mal. Puis heureusement, le frigo est tout proche du canapé.
J’amène le verre à M. – les invités d’abord -, puis à ma Maîtresse dominatrice, et je finis par le mien. J’ai la permission de m’asseoir par terre. Maîtresse prend soin de moi et de mes pauvres petits genoux, qui ne tiennent plus aussi longtemps qu’avant.

J’écoute la conversation entre Maîtresse et M., tout en essayant par moment de réaliser ce qui m’arrive ce soir. Et je regarde aussi. Quand je suis assis par terre, j’ai la permission de regarder devant moi, ainsi que les interlocuteurs. Maîtresse répond aux nombreuses questions de M.
Tout y passe : mes obligations de soumis, mes quelques droits et limites acceptées par Maîtresse, mon quotidien pour La servir, Ses nombreux avantages, comment je vis le fait d’être enfermé dans ma cage de chasteté…

  • Je pourrais te le prêter pour ton ménage, si tu as besoin, et si tu veux voir un mec récurer ta maison habillé seulement d’un collier et d’entraves aux poignets et aux chevilles. Et s’il ne va pas assez vite à ton goût, tu auras la cravache qu’il amènera avec lui.

Et Elle l’a fait : Maîtresse m’a prêté à M. pour un après-midi. Mais ça, c’est une autre histoire.

Puis je suis interrogé, comme à chaque fois avec des non-initiés aux pratiques D/s, sur le plaisir que j’en retire. Comment expliquer à une novice que me prendre une gifle, et me faire rabaisser de la sorte devant des gens, me met dans un état au delà de l’orgasme psychique ? Et pourtant, M. Est une fille visiblement très ouverte, et le comprend parfaitement. Comme à Son habitude, Maîtresse sait choisir Son public.

Ma Maîtresse dominatrice présente les instruments utilisés pour mon dressage!…

 

Une vingtaine de minutes se passe. Verres terminés, liste de questions achevée, Maîtresse et M. Se lèvent :

  • Maintenant, je vais te montrer la panoplie de dressage pour transformer ton homme en bon soumis obéissant.

Je me morfonds de trouille ; là, M. va voir les instruments qui servent à m’éduquer.

  • Suis moi, chien!

De ma position assise, je me met à quatre pattes, et je La suis jusqu’à la chambre.

  •  La caisse, sur le lit!

Je la précède, je sors la caisse de sous le lit, pour la mettre dessus, puis m’écarte d’un demi-mètre pour L/leur laisser la place :

  • Tu restes au pied, me lance-t-Elle, en claquant des doigts.

Je m’avance donc au pied de Maîtresse, soupçonnant que ce n’était pas sans raison.

Maîtresse commence l’inventaire par le collier. Bingo !

  • Quand il est à la maison, dès qu’il franchit la porte, il doit se mettre nu, et enfiler son collier, et ses bracelets aux poignets et aux chevilles. Je veux pouvoir l’attacher à n’importe quel moment, si je dois le punir, ou juste si j’en ai envie.

 

…sans oublier le collier et la laisse pour m’humilier un peu plus!

 

Elle lui précise, si besoin était, que les chaînes qui descendent de la poutre au plafond sont juste à bonne hauteur pour que je sois suffisamment tendu, mais pas trop pour que ce ne soit pas trop inconfortable pour de la longue durée. C’est ce moment que Maîtresse choisit pour ajouter :

  • D’ailleurs, tu n’as pas encore tes entraves ce soir, du coup, et me passe le collier de cuir autour du cou, ainsi que les 4 bracelets.

Aussitôt, Elle attrape la laisse, et l’accroche au gros anneau qui orne le collier.

M. ajoute :

  • Pourquoi tu le tiens en laisse ? Tu as peur qu’il se sauve ?

Phrase maintes fois entendue, mais toujours aussi cinglante.

  • Non, c’est juste pour l’humilier un peu plus. Et un chien, ça se tient en laisse, c’est obligatoire.

Nouvel éclat de rire simultané de mes tortionnaires.
Le passage en revue continue avec les instruments de dressage et de discipline : cravache, martinet, badine, et paddles.

  • Pourquoi de dressage ? C’est une forme de punition ?

 

  • Non, quand il désobéit, ou qu’il commet une erreur, je le punis, durement, pour qu’il ai mal, et qu’il ne recommence pas son erreur. Mais une ou deux fois par semaine, je lui fait une piqure de rappel, pour qu’il se souvienne qui commande. Puis une bonne correction une fois de temps en temps, ça ne fait pas de mal.

Eclats de rire.

 

Revue des objets « insérables » avec explication de leur utilité!

 

Puis ma Maîtresse dominatrice passe aux objets « insérables » :

  • Ah, c’est un de tes godes ?

 

  • Non, c’est un plug anal, pour lui. Plusieurs fois par semaine, il doit le mettre 1 ou 2 heures ; je veux qu’il tienne son cul prêt à recevoir mon gode-ceinture.

Nouveau regard à la fois surpris et intéressé de M., devant ce harnais, complété d’un long et large gode.

  • Mais ca sert à quoi ? Tu aimes ça, toi ?, demande M.

 

  • Oui bien sur que j’aime. Et c’est moi qui commande dans le couple ; normal que ce soit moi qui le prenne en levrette. Parfois en missionnaire, pour que je puisse voir son regard pendant que je l’encule, répond Maîtresse, me regardant avec un large sourire.

Même dans l’humiliation la plus totale, Maîtresse sait comment me faire rester complètement excité, pour que je vive ce moment de la manière la plus intense possible. Continuant de souffler le chaud et le froid, Elle continue Son descriptif de N/notre vie intime, et ajoute, pour mettre un coup de grâce à cette phase d’humiliation :

  • De temps en temps, je lui dis qu’il va être libéré de sa cage, et qu’on va faire l’amour ; mais à la place, je lui fait enfiler le gode-ceinture, et il doit me faire l’amour avec le gode, tout en restant enfermé en cage. C’est la frustration ultime pour lui, alors que je prend presque autant mon pied que quand on fait l’amour de manière classique, juste en voyant son air dépité !

 

Fin de la séance de la présentation de l’attirail de dressage du soumis…

 

Je ne peux bien sûr qu’acquiescer. Et c’est reparti pour de grands éclats de rire.

Puis vient le tour du bâillon-gode, lui aussi classé dans le top 3 des instruments de frustration du soumis moyen. Puis les baillons classiques, les cagoules, et autres moyens de faire perdre un ou plusieurs de nos 5 sens.

La démonstration se termine avec deux allers-retours, tel un mannequin dans un défilé de mode, paré des menottes aux poignets, des fers aux chevilles, le tout relié par une longue chaine qui part de mon collier pour descendre jusqu’à mes chevilles, en passant par la chainette des menottes, entravé comme un prisonnier dans une série policière américaine. Le point final reviendra aux chaines accrochées aux barreaux du lit, cachées jusqu’à présent par la couette, qui permettent de m’attacher au lit, des fois que je décide de me sauver en pleine nuit ; sait-on jamais.

C’est à ce moment que se termine la séance de présentation de l’attirail de dressage du soumis. Une fois libéré de mes chaines, retour au salon, à quatre pattes pour moi, Maîtresse sur mon dos, M. qui nous suit, non sans un ricanement bien audible, Maîtresse montant fièrement son fidèle destrier. Arrivé vers le canapé, Maîtresse descend de mon dos, et s’assoit, suivi de M.

 

…et fin d’une des plus belles soirées de ma vie de soumis!

 

Il est déjà presque 6 heures du matin.

  • Ca nous ferait pas de mal, des croissants. J’ai un peu faim, dit Maîtresse.
  • Ah oui bonne idée. On va chercher ça à la boulangerie ?

 

  • Non, IL va aller nous chercher ça à la boulangerie.

 

  • Ah mais oui, tu as cette chance, toi, lance M., non sans un nouveau rictus, mêlé à un air d’envie.

 

  • Va t’habiller!

Je m’exécute.
Je reviens au salon, me met à quatre pattes pour suivre le protocole, en déposant un baiser sur chaque pied de Maîtresse. Elle me dit alors, en me montrant M. du doigt :

  • Embrasse ses pieds, et file ! Tu as 15 minutes.

Je suis dans un état second. Je suis proche du subspace. J’aime tellement cet état. Et Maîtresse le sait. Elle m’a poussé à me dépasser, ce soir. En fait, elle sait jouer avec mon esprit. De plus, elle a repoussé mes limites à l’extrême. Elle savait que cette humiliation extrême me ferait passer une des plus belles soirées de ma vie de soumis. Elle me connait, Elle à tout prévu. Je sais qu’Elle s’est assurée que ma réputation personnelle et professionnelle soient en sécurité avec Sa meilleure amie ; que tout ce qui se passe ce soir ne franchira pas les portes de N/notre appartement.

Please follow and like us:
Previous

VOUS ETES UNE FEMME DOMINATRICE ? N’AYEZ PAS HONTE!

Récit d’une rencontre réelle avec une femme dominatrice !

Next

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.