Kidnappé et dressé pour devenir un esclave soumis (1)

esclave soumis

L’annonce

Tout commença à partir d’une simple annonce : « Femme célibataire et dominatrice cherche esclave soumis pour tâches domestiques quotidiennes et servitude à ses pieds en échange d’un hébergement. » Comment aurais-je pu me douter que j’allais bientôt être kidnappé ?

En tant que simple étudiant, jeune garçon âgé de dix-huit ans, je cherchais un logement depuis déjà deux mois et je commençais à désespérer. Cependant, cette annonce m’émoustilla et attira immédiatement mon attention. Je ne saurais l’expliquer car je n’étais pourtant pas spécialement versé dans la soumission, même s’il m’était déjà arrivé de participer à des jeux coquins avec certaines amies, à base de menottes et de bandeaux de tissu sur les yeux.

Je contactai donc l’auteur de l’annonce par téléphone et me présentai humblement. Elle m’indiqua que ce serait un contrat d’un an à signer et qu’il me serait impossible de le rompre.

-Es-tu conscient de ce dans quoi tu t’engages ? me demanda-t-elle.

-Oui, Madame.

La rencontre

En vérité, je l’ignorais totalement. Je m’imaginais sans doute que ce ne serait qu’un simple « délire » sexuel, mais j’étais bien loin de la vérité. Bien loin de penser que j’allais devenir moins qu’un humain, sous les pieds de ma logeuse.

Nous nous mîmes d’accord pour nous rencontrer deux jours plus tard, dans un parc. Je l’attendis pendant quelques minutes, assis sur un banc, puis la vit arriver.

Elle était magnifique. Agée d’une quarantaine d’année bien avancée, des cheveux noirs noués en un chignon strict sur le haut du crâne, des formes aguicheuses sous un jean serré et une veste de cuir, elle plongea ses yeux verts dans les miens et j’eus l’impression d’être une proie à proximité d’un prédateur.

-Je m’appelle Samantha, dit-elle.

-Et moi Jonathan.

-Peu importe, me coupa-t-elle. A mon service tu n’auras plus le droit de porter un nom, sinon celui que je choisirais pour toi.

-Très bien Madame.

Madame me questionne.

Elle me sourit d’un air affable.

-Quelles études suis-tu ?

-Des études de lettre Madame.

-Bon… Je m’arrangerais pour qu’elles n’empiètent pas trop sur ta vie d’esclave.

-Hum… Excusez-moi mais… Votre annonce était plutôt floue. Qu’entendez-vous par « esclave » ?

-Oh, ne t’en fais pas… Passer le balais, faire la vaisselle… Me soulager de beaucoup d’efforts, donc.

J’étais rassuré. Cela n’allait donc pas être si terrible. J’allais devenir un larbin, ce qui ne m’excitait pas énormément, mais au moins j’aurais un toit sur la tête et puis… Cette femme était extrêmement séduisante. Si j’arrivais à la charmer… Après tout, n’avait-elle pas inscrit « célibataire » dans son annonce, signe que tout était possible ?

-Tu vis seul ?

-Oui, Madame. Mes parents vivent à l’autre bout de la France. Je suis totalement indépendant. De toute façon, nous n’avons presque plus aucun contact. C’est à peine si nous nous appelons une fois dans l’année.

-Excellent.

Découverte de mon nouveau logement

Nous discutâmes ainsi de tout et de rien pendant un bon moment avant qu’elle ne m’invite à venir chez elle. J’étais venu en bus mais elle en voiture, ainsi le chemin fut rapide. Elle habitait dans une grande et luxueuse maison, entourée d’un vaste jardin cerné par de hauts murs de pierre assez anciens. Une sorte de manoir familial, peut-être.

L’endroit était très calme, en périphérie de ville. Personne dans les rues à part un chat se prélassant sous une voiture et une vieille dame traversant lentement le trottoir, vingt mètres plus loin. Samantha me fit signe de la suivre.

Il faisait plus chaud à l’intérieur et je me réchauffai vite. C’était très beau. Les décorations témoignaient de véritables richesses chez ma logeuse.

Elle me servit une tasse de thé et s’absenta alors que je m’asseyais dans un large fauteuil de cuir rouge. Quelle ne fut pas mon erreur d’en boire. A peine y eu-je trempé mes lèvres que je sentis ma tête tourner et le monde basculer autour de moi. Je m’écroulai de tout mon long sur le sol et entendis la tasse se briser en heurtant le parquet, à côté de moi. Le contact chaud du thé qui s’étalait autour de ma tête, sur les lattes de bois, fut la dernière des sensations dont je me souvins, avant de m’évanouir.

Enfermé dans une cage

Lorsque je m’éveillai, la première chose qui me sauta aux yeux fut les barreaux de la cage dans laquelle j’étais recroquevillé. Une seconde… Des barreaux ?

Je tournai la tête, paniqué, et vis Samantha, assise dans un canapé noir à trois mètres de moi. Elle portait une tenue bien plus décontractée et les cheveux détachés. Les jambes croisées, elle ne faisait visiblement pas du tout attention à moi et lisait un magazine.

Je gémis et tentai de bouger, mais en vain. L’espace était beaucoup trop restreint. Au moins, le bruit que je fis poussa Samantha à lever les yeux vers moi.

-Oh, tu te réveilles.

-Que m’avez-vous fait ?!

-Un simple somnifère, calme-toi. Seulement deux heures se sont écoulées.

-Que me voulez-vous ?

-A ton avis ?

Elle soupira.

-Si tu es ici, c’est pour devenir mon esclave. Pas un simple soumis comme on en rencontre sur les sites de rencontre, non. Un véritable esclave sexuel. Et ce, à vie.

-Qu… quoi ?

-Ca a toujours été mon fantasme. Enlever un homme et le réduire à l’état d’esclavage réel, à mon service. Le former pour qu’il devienne mon jouet, mon objet. C’est ce que je vais faire avec toi. De manière très douloureuse, si tu résistes, bien entendu. Vois-tu, le problème avec les soumis c’est que lorsque tu les maltraites ou les utilises pour telle ou telle chose, tu dois te soucier de leurs envies et de leurs limites. Mais je veux pouvoir faire ce que je désire avec toi, sans me préoccuper de ce que tu en penses.

-Vous êtes malade !

-Ta réaction est normale. Je te dresserais pour qu’elle change au fur et à mesure.

-Sortez-moi de là !

-Je vais le faire. Mais avant tout, laisse-moi te prévenir que tu as quelque chose autour du cou.

Le collier électrique

Péniblement, je me tordis en deux pour pouvoir toucher mon cou. Je sentis un contact métallique très froid. Un collier.

-Ce n’est pas qu’un simple collier, m’expliqua Samantha en devinant mes pensées. C’est un dispositif électronique très coûteux que je me suis procuré la semaine dernière. Vois-tu ce bracelet que j’ai au poignet ? Et ce petit bouton, au-dessus ? Eh bien si j’appuis là, tu recevras une décharge électrique très douloureuse. Son intensité dépendra de la force avec laquelle j’appuierais, et crois-moi, je ne me retiendrais pas. Enfin, tu vas bientôt t’en rendre compte. Au fait, la porte de la cage est ouverte, tu sais ?

Sans attendre, je mis un coup de pied dedans. Effectivement, elle s’ouvrit sans effort. En roulant sur moi-même, je parvins à en sortir, à me relever et à courir vers la porte au fond de la pièce, probablement une sortie. Je devais absolument échapper à cette femme. Mais je n’eus pas le temps de faire trois pas qu’une décharge glaciale me traversa le dos. Paralysé, je tombai sur le sol et m’y cognai le front, me faisant un sévère bleu.

-Pour information, me dit Samantha avec une pointe d’amusement dans la voix, ça correspond à une décharge « légère ». A toi de voir maintenant : Ou tu reviens gentiment me voir en te traînant au sol, ou tu tentes une deuxième fuite. Mais cette fois, je ne me contenterais pas d’une décharge légère. Tu le sentiras passer comme il faut.

Ma vie va changer du tout au tout !

J’ignorais si elle bluffait. C’était probable. Mais je n’eus pas le cran de la provoquer. Penaud et choqué, j’obéis à son ordre et m’approchai d’elle en rampant sur le sol. Elle afficha un air satisfait.

-Je suis « raisonnablement » sadique, Jonathan. Ce qui veut dire que j’aime faire souffrir, et je peux te garantir que tu vas souffrir, mais si tu es sage, que tu m’obéis sans rechigner et que tu assouvis mes fantasmes les plus inavouables, alors je ne te punirais jamais plus que nécessaire.

Je gardais le silence, ne sachant que dire. Hier, j’étais un jeune étudiant plein d’avenir, et aujourd’hui, j’étais condamné à servir aux ordres d’une folle, en tant qu’esclave soumis. Ma vie allait changer du tout au tout… Mais non, il restait sans doute un espoir, un moyen pour moi de m’échapper et d’ôter ce satané collier. A un moment ou un autre, je profiterais d’une ouverture et…

Début du dressage pour l’esclave soumis

Elle fit claquer son talon par terre.

-Debout, maintenant. Je vais commencer ton dressage d’esclave soumis !

J’obéis.

-Déshabille-toi entièrement. C’est comme ça que tu passeras le reste de ta vie. Nu comme un chien doit l’être. Je veux pouvoir admirer ton corps à loisir.

J’enlevai d’abord mon T-shirt, puis mon pantalon et mes chaussettes. Il ne me resta plus que mon caleçon et il me fut enlevé aussi. Honteux, je voulus couvrir mon sexe de mes mains mais Samantha tapa une nouvelle fois du pied par terre.

-Tu vas devoir t’habituer à ne plus être pudique face à moi, esclave. Ecarte tes mains.

Cela fait elle me montra le sol du doigt.

-A genoux. Ce sera ta position de base lorsque tu ne seras pas en déplacement, et, lorsque tu le seras, ce sera toujours à quatre pattes.

-Oui…

-Oui qui ?

-Oui Madame.

-Non, Maîtresse.

Et elle me gifla.

-J’écoute.

-Oui Maîtresse.

A suivre.

Articles similaires:
Professeur soumis (7) à son étudiante, dominatrice impitoyable
Esclave lors d'un déjeuner
Les bottines en cuir
Lesbiennes Dominatrices et Homme-jouet
Notre histoire – La lopette de Madame
Premiers souvenirs de leçons de piano avec une femme autoritaire
Rencontre avec ma divine Maîtresse (2) : le club SM
Première soumission (Partie 4) : Séance SM avec Maîtresse Sophie
Offert aux copines de ma femme dominatrice (3)
La Maîtresse dominatrice et ses filles (1)
La lope soumise des lascars : L'immeuble (5)
L'Institut de la soumission masculine
Echange de textos avec la formatrice dominatrice (5)
Rencontre métro, formation : ma nouvelle Maîtresse (7)
Le contrat entre soumis et sa Maîtresse
Cecile, femme dominatrice


Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.
10 comments on “Kidnappé et dressé pour devenir un esclave soumis (1)
  1. Oui impatient, mais les recits concernent le plus souvent des « jeunes »…. rien pour les plus agés? Pas de Femme dominatrice qui souhaite prendre en main un quinqua?

  2. Très très bonne histoire si ce “jonathan” pouvez me donnez l’adresse mail de sa dominatrice j’en serai très honoré moi qui recherche une dominatrice pouvant m’heberger

  3. bonjour , très bonne histoire mais moi j’aimerais vraiment vivre cela en réel .J’aimerais vraiment être dresser a devenir un bon esclave.J’aimerais vraiment rencontrer une Divine qui m’éduque vraiment ou un endroit ou les mâles comme moi seraient vraiment dressés par des Femmes dominantes .Vraiment devenir un bon esclave docile et obéissant ;J’espère qu’en 2017 ,je vais enfin trouver la vraie Dominatrice a qui j’appartiendrais corps et âme .Je vous souhaite encore a toutes les Divines de ce site une très bonne année 2017

  4. Je suis un homme de 64 ans, célibataire sans charges pouvant vivre de longues périodes avec des personnes ou couples qui soient désireux de me prendre pour faire de moi une chienne obéissante pour LECHER les chattes, les pénis, les testicules et l’anus des personnes qui me seront présentées.
    Je recherche une femme gynarchique dans l’âme désirant s’approprier un collier, pour appeler un chat un chat une femme dominatrice voulant s’approprier le corps et l’âme de son soumis ou plus précisément son esclave. J’ai bien conscience que c’est une tâche difficile et que psychologiquement je risque de fléchir par moment, c’est pour cela que je recherche une femme qui me dressera et éduquera sans me laisser aucun espoir d’échapper a mon destin d’esclave. Ma préférence ira vers une femme ayant la maturité d’avoir intégré ma présence dans sa vie quotidienne. Avant tout engagement parlons du sujet sans tabou afin que nos recherches correspondent à l’un et l’autre. Respectueusement . J’habite en Aquitaine, France. Je suis brun, les yeux marron, 1m72 pour 68 kg. Je me déplace en fauteuil roulant mais suis très autonome,
    Je cherche une PERSONNE, désintéressée financièrement, sachant être sévère et douce. Je veux vivre totalement soumis, avec un contrat légalisé. Mon devoir principal sera de faire quotidiennement la toilette intime avec ma bouche et ma langue de celui ou celle qui me prendra en main. Je supporterai tout, même la transformation corporelle, porter sa marque sur ma peau, subir traitement pour allongement du sexe et des tétons avec port de gros anneaux pour pouvoir être suspendu. Accepte épilation intégrale totale, même la tête de façon définitive. Je veux dépendre d’elle pour tout.. Je recherche donc une femme de caractère qui aimera se servir de moi pour son plaisir et pour une vie commune. Je ne demande pas la fidélité, juste vivre en permanence avec elle et que sous ses ordres, je sois transformé, formaté physiquement et mentalement en subissant tout traitement nécessaire
    Soumis frustré, je cherche à vivre sous contrat LEGALISE et être la propriété de toute personne qui prendra en charge MA VIE et TOUS les frais.

  5. Ouii Devenir Le Matériel Sexuel D Une Ou plusieurs Dominatrices TRANSEXUELLES ou TRAVESTIES très Actives Endurants .
    L homme est Un Simple Complément. Le COCU De Vie Idéale (Le Revenu Que doit Posséder) La Maîtresse D Accompagnement. De Lopette.
    je Souhaite Trouver Mon Équilibre mon Équilibre Avec Domina .
    Oui Je cherche L Accouplement Analoves Gorges Profondes D Ejaculations FORTES.
    Je suis Pr L exploitation Du Soumis (se) Le Mariage Gynarchique Legitime.
    Une Pouffe Biologique pourrais T elle L envisager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.