SEXTOOL

_thumb_KneelingBesideHer2_640x360

Note : Ce récit a été écrit par ikel, un soumis Suisse membre de SlaveSelection, une semaine avant sa première rencontre avec Emanuelle. La séance a ensuite été jouée comme une véritable pièce de théâtre par les deux protagonistes et la réalité fut très proche de ce qui suit …

Préambule

Emanuelle avait entendu parler d’un nouveau type de jouet sexuel révolutionnaire par une amie. Sans trop y’croire elle décida de mener sa petite enquête. D’après son amie, il était possible de se faire livrer le matériel en question à n’importe quel moment de la journée. Tu verra, c’est un pur plaisir, c’est comme avoir un vrai mec sous la main qui te donne ce que tu veux quand tu veux sans rien attendre en retour. Elle ajouta: « Si tu prends un vrai type, que tu lui enlèves la possibilité de parler et de voir, que tu reprogrammes son cerveau afin que son unique objectif soit de te donner du plaisir, tu obtiens le fameux « Sextool » dont je te parle ». Tout cela l’avait bien émoustillée. En effet, la jeune femme aimait par dessus tout recevoir des petites gâteries, surtout le matin au réveil. Sans plus attendre, elle se connecta sur le site internet permettant de passer commande. Sobre et discrète, la page web donnait la possibilité de faire certains choix pratiques comme l’heure d’arrivée et la durée d’utilisation. Certains choix étaient un peu plus coquins. Ainsi ses préférences se portèrent très vite sur un modèle mâle de race caucasienne 1m80 pour 80Kg et doté d’un organe pouvant atteindre la taille de 15cm. Elle régla le degré d’abstinence du jouet avant utilisation à 5 jours. Parmi les accessoires pouvant être livrés, elle cocha les cases « petit collier avec laisse en cuir », « journal et croissants »et « fishermind pour cuni ». Elle passa ensuite plusieurs minutes à lire le mode d’emploi du sextool. Ses possibilités étaient infinies et son entrejambe commençait déjà à frémir d’impatience.

Mode d’emploi du SexTool

VOTRE NOUVEAU SEXTOY HUMAIN ANONYME À FONCTIONS MULTIPLES AU SERVICE DE LA FEMME

Au premier abord, le SexTool se présente comme une masse allongée inerte recouverte de plastique. Pourtant, à l’intérieur de son emballage, SexTool possède tous les attributs de l’anatomie masculine. Mais à la différence du mâle égoïste macho qui ne pense qu’à son propre plaisir avant tout, SexTool est conçu pour Vous donner du plaisir avant toute chose. Encore mieux, SexTool se nourrit littéralement de Vos émanations corporelles et sexuelles et amplifie ses performances en fonction de l’amplitude du désir de son utilisatrice. Le SexTool est livré avec une pile qui fonctionne à l’ « Energie Sexuelle ». Le SexTool est livré dans un état de charge indéterminé et une première recharge sera nécessaire pour garantir un fonctionnement optimal lors de sa première utilisation. Les sections de « Recharge du SexTool » expliquent comment procéder.

La surface du SexTool est faite de cellophane. Ce plastique transparent donne au SexTool l’apparence d’un coussin de silicone sur lequel Vous aurez envie de Vous frotter inlassablement afin de réveiller les parties les plus intimes de Votre corps de Déesse. Ces frottements préliminaires sortiront également le SexTool de son « état de veille ». D’un point de vue sensoriel, SexTool est incapable de voir et entend très mal. Son ouïe primitive lui permet cependant de reconnaître les sons et les petits cris éventuels résultant des plaisirs de son utilisatrice.

Mais la véritable révolution se trouve ailleurs. Plus exactement, à l’intérieur du Sextool se trouve une panoplie d’accessoires bien rangés attendant patiemment leur première utilisation. Si Vous souhaitez les découvrir, munissez Vous tout d’abord d’une paire de ciseaux. Ces derniers Vous permettront d’entailler le cellophane protecteur afin de sortir les « outils » de ce véritable « couteau Suisse » sexuel. Vous pourrez également ranger les outils après chaque utilisation en les recouvrant de cellophane lorsque Vous n’en aurez plus besoin.

Laissez moi Vous présenter Vos nouveaux jouets :

    • « Le Nez »
      Cette petite protubérence située au centre de la partie supérieure du SexTool lui permet de sentir la diversité des parfums émanant de Votre intimité. Par sa forme pointue, « Le nez » peu également servir de stimulant si Vous utilisez Votre SexTool par frottement clitoridique. Recharge du SexTool: « Le Nez » fonctionne un peu comme une prise électrique. Vous pouvez enfoncer « Le Nez » à l’intérieur de l’un de Vos orifices afin de recharger l’énergie sexuelle du SexTool. Avertissement: « Le Nez » ne se situe pas à l’intérieur de l’emballage de cellophane et il ne devra en aucun cas être recouvert par le cellophane sous peine de graves effets pouvant fortement endommager Votre SexTool.
    • « La Bouche »
      Contrairement à la bouche des mâles humains qui l’utilisent essentiellement pour communiquer leurs revendications et leurs états d’esprit changeants et contradictoires, il ne sortira que des simples sons de « La Bouche » de Votre SexTool. Etant donné qu’il s’agit de l’orifice principal du « SexTool », sa fonction première est la recharge.
      Recharge du SexTool: Pour pouvoir fonctionner, le Sextool a besoin de carburant. Simple et écologique, « La bouche » accepte tous tes fluides corporels (sécrétions vaginales, salive, urine, eau de rinçage bucale …) qui sont ensuite transformés automatiquement en énergie sexuelle du SexTool. Pour la recharge rapide, Vous pouvez utiliser l’entenoir en plastique fourni avec le SexTool.
    • « La Langue »
      Vous ne pourrez plus Vous passer de ce petit muscle mobile doté d’une agilité qui lui permet d’aller se faufiler dans les moindres recoins de Votre intimité. Si Vous mouillez comme une fontaine, « La langue » épongera toutes Vos effluves. Si Vous aimez les massages de clitoris, « La langue » est dotée de 4 muscles surentrainés qui se chargeront du travail. De plus, avec « La langue », plus besoin de papier toilette après Votre petit pipi. « La Bouche » et « La Langue » unissent leurs forces pour Vous donner encore plus de confort qu’un bidet classique.
      Attention, la section qui suit est reservée aux utilisatrices plus expérimentées
    • « Le Penis »
      Un récent sondage a montré que c’était l’outil préféré des utilisatrices du SexTool. « Le Pénis » est le reflet de l’état interne du SexTool. Pour pouvoir en tirer un maximum de plaisir, Vous devrez apprendre à connaître son mode opératoire. « Le Pénis » tire sa force de l’énergie sexuelle du SexTool. Cette énergie sexuelle est produite à partir de toutes les émanations de Votre corps qui résultent de l’utilisation du Sextool (fluides, liquides, gaz, cris, chaleur, frottements). « Le pénis » est le seul outil du Sextool qui possède « Un Cycle ». Son utilisation prolongée peut entraîner un jet de fluide chaud visqueux et blanchâtre s’accompagnant en général de mouvements spasmodiques de tout le SexTool. Ce jet signifie que la fin d’un cycle est atteint et s’accompagne également d’une baisse brutale de l’énergie sexuelle accumulée dans le SexTool. Il faudra alors envisager une recharge du SexTool avant toute nouvelle utilisation du « Pénis » (Voir les sections correspondant à la « Recharge du SexTool »).
      Avertissement: En mode « Pénétration », « Le Pénis » s’utilise toujours avec les petits capuchons en caoutchouc fournis avec le SexTool.

Ce qu’il faut également savoir à propos du SexTool :
– Votre SexTool est capable d’entendre Votre voix et peux décoder, dans une certaine mesure, le sens de Vos paroles. Utilisez cette fonctionnalité afin de le diriger afin qu’il puisse mieux Vous aider à prendre du plaisir.
– Bien qu’il soit doté d’une certaine forme d’intelligence instinctive, le SexTool ne pourra jamais avoir de conversation avec Vous.
– Le SexTool ne pourra pas voir Votre beauté avec ses yeux car il n’en a pas. Il ne faudra jamais retirer le bandeau situé sur la tête du SexTool.

Arrivée et salle de bain

Puis le grand jour arriva enfin. Emanuelle était encore dans son lit lorsqu’elle entendit frapper à sa porte. Elle se précipita pour ouvrir. Son nouveau jouet se tenait debout devant elle, immobile et sans aucune expression sur son visage. Ses yeux étaient masqués par un bandeau ce qui l’empêchait de voir à quoi ressemblait sa nouvelle utilisatrice qui n’avait même pas pris la peine d’enlever les vêtements qu’elle portait pour dormir. Il faut dire qu’il était encore 7h30 du matin. Sans rien dire, elle se saisit de la laisse pour tirer son nouvel esclave à l’intérieur puis lui ordonna de se déshabiller complètement. Une fois que ce fut chose faite, Emanuelle tira de nouveau sur la laisse et guida son jouet jusqu’à la salle de bains. Elle lui demanda ensuite d’entrer dans la baignoire, de s’asseoir et d’attendre la bouche ouverte. « C’est l’heure de ta recharge » lui murmura-t-elle au creux de l’oreille. Telle une fontaine de jouvence, un jet de liquide chaud se mit à jaillir de son entrejambe, c’était le premier pipi matinal d’Emanuelle. Le sextool essaya tant bien que mal de ne rien perdre du précieux carburant mais le jet était tellement fort que sa bouche finit inévitablement par déborder. Ceci fit sourire la jeune femme qui décida d’augmenter encore plus le débit pour le transformer en véritable douche de pluie dorée ce qui ne manqua pas de littéralement rincer la face du jouet. L’urine est non seulement un excellent stimulant pour le sextool mais elle permet également de désinfecter sa bouche avant qu’elle serve à donner du plaisir à sa nouvelle maîtresse. Une fois qu’elle eut terminé, Emanuelle ajouta:  » et maintenant on tire la chasse d’eau » avant d’orienter le pommeau de la douche sur le sextool sans même prendre la peine de régler au préalable la température du jet. « Maintenant que tu es bien propre, essuie moi avec ta langue et ta bouche » ordonna-t-elle. La langue et la bouche de l’esclave nettoyèrent goulûment le sexe de la jeune femme qui avait du mal à cacher sa satisfaction. Emanuelle sortit de la baignoire et saisit sa brosse à dents sur laquelle elle déposa un peu de dentifrice. « Et maintenant, tête en arrière et bouche ouverte, je vais me laver les dents et tu vas me servir de bidet pour tout ce que je vais recracher ! » ordonna-t-elle. Une fois qu’elle eut terminé, elle sortit un linge du sac à accessoires et sécha son esclave qui était encore mouillé.

Dans le salon

Ensuite, elle le conduisit dans le salon et lui ordonna de s’allonger au pied du canapé. « Attends moi bien sagement, je reviens tout de suite » ajouta-t-elle. Quelques instants plus tard, des petits claquements secs se mirent à résonner dans l’appartement. Emanuelle avait enfilé sa paire de talons préférée. Elle se dirigea dans la cuisine afin de se préparer un bon café chaud pour accompagner les croissants et le journal que le sextool avait apporté dans son sac à accessoires. Une fois le café servit, elle se dirigea d’un pas ferme vers son nouveau jouet qui l’attendait patiemment allongé sur le dos. La vision de ce corps nu, totalement à sa merci lui donna tout à coup une idée. Après avoir posé sa tasse de café à côté du journal et des croissants, Emanuelle planta un premier talon dans la chair dénudée qui s’offrait à elle. La facilité avec laquelle ses petits talons pouvaient s’enfoncer dans ce corps la fascinait à un point tel qu’elle décida de grimper littéralement avec ses deux pieds sur le torse de son esclave transformé en carpette pour l’occasion. En prenant garde de ne pas mettre de poids sur les talons dans un premier temps, elle pris le temps de se positionner afin de se retrouver face au visage de l’esclave. Une fois les talons bien positionnés, elle se mis à appliquer de plus en plus de pression dessus en prenant garde à ne pas pivoter. Emanuelle souhaitait marquer son esclave avec une signature bien particulière : celle de ses talons. Plusieurs dizaines de secondes immobile avec une bonne partie de son poids sur ses talons durent paraître très longues pour le jouet qui commençait d’ailleurs à montrer quelques signes d’incomfort. Cela ne manqua pas d’amuser la jeune femme qui en profita pour redescendre. Plutôt satisfaite du résultat, elle décida de fêter la réussite de son oeuvre en s’allumant une cigarette. Elle retira ses chaussures tout en prenant place sur le canapé. Tout en sirotant son breuvage, Emanuelle utilisait la pointe de ses orteils sensibles pour palper le relief des deux magnifiques marques qu’avaient laissé ses talons impitoyables sur la peau du jouet. « Ouvre la bouche ! » ordonna-t-elle d’un ton ferme. L’esclave s’exécuta immédiatement sans trop comprendre ce qui allait se passer. D’un geste rapide et précis, Emanuelle fit tomber les cendres chaudes de sa cigarette dans la bouche de son nouveau cendrier comme s’il n’y avait rien de plus normal. Puis elle présenta l’un de ses pieds dénudé à la bouche du jouet. « lèche moi le pied » ajouta-t-elle. Pendant ce temps là, son autre pied était parti explorer le bas ventre de son sujet afin d’en effleurer les partie les plus sensibles. Ce petit jeu dura le temps du petit déjeuner ce qui suffit à donner une très belle érection au Sextool.

Dans la chambre, fishermann-cunni

Puis d’un seul coup, la jeune femme se leva en ajoutant: « Il est temps de passer aux choses sérieuses, mets-toi debout et suis moi dans la chambre pour ta transformation ! ». La procédure dura plusieurs minutes. Emanuelle suivit pas à pas les consignes du manuel fournit avec le jouet et le saucissonna de manière à le transformer en véritable momie. A force de tourner sur lui même, le Sextool ne savait plus trop ou il était. Un long silence s’en suivit durant lequel la jeune femme se tenait debout face à son jouet. Les lèvres du jouet et de sa propriétaire étaient tellement proches que le Sextool pouvait sentir la respiration de sa Maîtresse qui s’accélérait à cause de l’excitation. Puis d’un seul coup, une force poussa le Sextool et ce dernier retomba lourdement sur le lit. La jeune femme ne perdit pas de temps avant de sauter sur son nouveau jouet plastifié. Tout en se frottant doucement sur le relief de ce corps immobilisé par la contrainte, elle sentit l’appel de son entrejambe qui se faisait de plus en plus insistant. Elle se dirigea vers le sac à accessoires puis plaça un fishermind dans sa bouche avant de le transférer dans la bouche de son esclave. Puis d’un geste rapide mais précis, elle s’assit sur la face de son sextool et commença de longs va-et-viens rythmés. Le sextool avait maintenant sa bouche à la hauteur du vagin de sa maîtresse. « Mange moi maintenant » ordonna-t-elle avec une voix essoufflée. Le sextool sortit alors une langue agile qui parvint à se frayer un chemin à l’intérieur de sa chatte humide. Les massages répétés du clitoris d’Emanuelle la firent mouiller comme une véritable fontaine ce qui excita encore plus le sextool dont les caresses devenaient de plus en plus fortes et rapides. Cela faisait maintenant plusieurs minutes que les fesses d’Emanuelle malaxaient le visage et le nez du jouet et cela n’était pas prêt de s’arrêter. « Hmm continue comme ça mon SexTool tu es sur la bonne voie ». Le jouet était littéralement noyé sous les effluves de sa maîtresse. Il faisait de son mieux pour ne pas en perdre une seule miette et cela le rendait encore plus performant. A l’intérieur du cellophane, son sexe commençait à se sentir un peu à l’étroit. Les multiples caresses et effleurements de la jeune femme l’avait gonflé à bloc. « Un peu de patience mon petit gode de chair, ton tour viendra. Il faut d’abord travailler pour mériter ta récompance » ajouta-t-elle. Le fishermann donnait une sensation de fraîcheur printanière à l’intérieur du sexe de la jeune femme alors que la langue de l’esclave s’amusait à titiller la petite fleur de sa maîtresse inlassablement. Programmée pour donner du plaisir, cette langue agile expérimentait toutes les techniques de massage clitoridien et se fiait aux gémissements d’Emanuelle pour savoir quel type de massage elle semblait préférer. Le Sextool était totalement focalisé sur le plaisir de sa maîtresse et rien n’aurait pu le dévier de cette noble cause. Au bout d’une vingtaine de minutes, la jeune femme parvint à son premier orgasme. Le sextool, quant à lui, était au meilleur de sa forme malgré le travail ininterrompu qu’il venait d’accomplir. « Hmmm tu as bien travaillé, je vais peut-être te prendre à mon service régulièrement après tout » murmura-t-elle.

facesitting

Emanuelle profita de l’accalmie pour s’allumer une cigarette. Elle s’assit sur le visage du sextool et en profita pour enfoncer le nez de son jouet le plus profond dans son anus. « Ouvre la bouche, j’ai besoin de mon cendrier » ordonna-t-elle. Elle resta dans cette position avec son cendrier entre ses cuisses le temps d’une cigarette. Lorsqu’elle eut finit, la jeune femme fit couler un filet de salive sur la cigarette pour l’éteindre et jeta le mégot dans la bouche du sextool. Elle cracha également plusieurs fois dans sa bouche tout en lui donnant des petites baffes sur les joues afin de l’aider à avaler le tout.

gode de chair VS gode de plastique

Cette petite pause avait remis la jeune femme en appétit et elle décida de délivrer le pénis de sa prison de cellophane. Elle se munit de la paire de ciseaux qu’elle put trouver dans le sac à accessoires et découpa délicatement le plastique afin d’en extraire son nouveau jouet. Celui-ci s’était un peu ramolli pendant cet entracte. La jeune femme avait particulièrement apprécié le premier fishermiann-cuni et avait décidé d’augmenter la dose pour son deuxième service. Elle versa littéralement une bonne partie du paquet de bonbons dans la bouche de son jouet avant de le chevaucher. Mais jugeant que l’échauffement était déjà terminé, elle se frotta directement avec un maximum d’intensité sur la bouche de son esclave afin de l’inciter à se remettre sérieusement au travail. Les fishermanns procuraient une intense sensation de brise fraiche dans sa chatte qui se remis à couler abondemment dans la bouche du jouet. Sa salive effervescente se mélangeait avec les fluides de sa maîtresse pendant que les bruits de sa langue laborieuse se confondaient avec les gémissements grandissants d’Emanuelle. Quinze minutes suffirent pour amener la maîtresse et son esclave au point de paroxysme. Puis d’un geste rapide et précis, la jeune femme se saisit d’un petit capuchon de caoutchouc et le plaça habilement sur le pénis de son jouet qui avait atteint des proportions idéales pour la jeune femme. Sans perdre une seconde, Emanuelle s’empala sur son nouveau gode.  » Je ne veux entendre aucun bruit de ta part !  » ordonna-t-elle sèchement. « Je n’ai rien à faire de tes états d’âme, seul mon plaisir compte ici alors tâche de durer le plus longtemps possible si tu ne veux pas te faire jeter après ta première utilisation » ajouta-t-elle. Le Sextool fit tout ce qui était possible pour que le plaisir de sa maîtresse soit le plus long possible. Malheureusement, l’esclave ne parvint pas à tenir plus de deux minutes ce qui déplut fortement à la jeune femme. « Comment te permets-tu de jouïr alors que je n’ai pas encore jouï !  » lui hurla-t-elle dessus. « Pour la peine je vais devoir me finir avec mon gode, lui au moins sait rester dur ! » ajouta-t-elle en ricanant. Elle pris à nouveau position sur la face de son esclave et commença à se masturber avec son jouet en plastique tout en écrasant le nez de son homologue de chair avec ses fesses. Emanuelle ne mis pas plus de 5 minutes pour venir. « Voilà, c’est fait, mon vieux copain en plastique ne me déçoit jamais lui, il va falloir prendre exemple sur lui si tu veux pouvoir me servir régulièrement » lui dit-elle sur un ton moqueur. « Maintenant, c’est l’heure de tout nettoyer, regarde ce que tu as fait ! Ouvre ta bouche et suce mon gode » ajouta-t-elle tout en plantant le simili penis en plastique dans la bouche de l’esclave. Une fois que le gode fut nettoyé, Emanuelle, retira le préservatif usagé du sextool et versa soigneusement son contenu dans la bouche de l’esclave. « Dorénavant, à chaque fois que tu dureras moins de 5 minutes lorsque je te chevaucherais, tu devras boire tes préservatifs usagés en guise de punition ! » ajouta-t-elle en guise de conclusion.

départ

Puis sans perdre de temps, Emanuelle libera l’esclave de son enveloppe de cellophane et le guida vers la salle de bains. « Voilà, tu as 5 minutes pour te laver, et t’habiller. Tes vêtements sont à droite vers ton linge. Tu peux enlever ton bandeau pour te laver mais tu le remets quand tu auras terminé puis tu frappes 3 fois sur la porte de la salle de bains pour m’appeler. J’ai encore des choses à te dire avant ton départ. Exécution !!! « . L’esclave se dépêcha de faire tout ce que lui avait demandé sa maîtresse car il ne voulait pas la contrarier une deuxième fois. Quant il eut terminé, il appela la jeune femme. Un bruit de talons se fit à nouveau entendre dans l’appartement. « Suis moi vers la porte d’entrée » ordonna-t-elle. « Et maintenant, allonge-toi sur le dos » ajouta-t-elle. Une fois que l’esclave fut en place, Emanuelle grimpa sur lui et le piétina comme un vrai tapis avec ses talons. Puis sans arrêter pour autant le supplice, elle ajouta : « Ecoute-moi bien, je peux être très douce et très gentille même avec mes esclaves … mais si tu me contraries ou pire si tu me désobéis, tu en subiras les conséquences ». Après une courte pause, elle continua son discours:  » … et si tu as l’impression que ce que je te fais subir en ce moment est douloureux alors je te conseille vivement de ne jamais chercher ma colère ! « . Sur ces derniers mots, Emanuelle enfonça brusquement ses deux talons en même temps dans la chair de l’esclave qui commençait à se tortiller de douleur. « Maintenant, lèche le dessous de ma chaussure avec ta langue pour me montrer que tu as compris ! » dit-elle tout en lui écrasant la bouche avec une semelle. « Très bien, je te veux dans exactement deux semaines au pas de ma porte pour ta deuxième séance. » dit-elle en descendant de son pied d’estale. « Debout maintenant, je vais te positionner face à la porte d’entrée et te donnerais ton sac avec les accessoires. Ensuite, tu enlèveras ton bandeau, ouvriras la porte et sortiras d’ici discrètement sans te retourner ! Allez dégage maintenant !!! » ordonna-t-elle une dernière fois avant que l’esclave-jouet-sextool ne disparaisse dans la nature.

Articles similaires:
L’apprentie soubrette en phase éducative
La quête de l'ange avec une nouvelle Maîtresse du jeu
Régression (3) : Homme soumis aux amies de ma femme
Reportage imprévu auprès de cavalières dominatrices
Une rencontre sur Slave Selection
Audit de la soumission (6) : objet sexuel pour dominatrices
Lettre ouverte à mon Ex-Maîtresse dominatrice !
Vers ma transformation en parfait soumis (3)
Piégé par sa nouvelle domina : viol programmé (6)
Surdouée et née pour être dominatrice!
La Déesse Masquée, jeune dominatrice (10)
Esclave soumis de ma femme dominatrice (2)
Examinatrice dominatrice intransigeante (1)
La chef d'orchestre domina et la Cérémonie de la Rose (2)
Soubrette mâle au service de jeunes dominatrices (6)
Histoire d'un homme soumis : Marie à tout prix (1)

Du même auteur



    Si vous avez aimé cette histoire et aimeriez en lire d’autre, n’hésitez-pas à laisser un commentaire. L’auteur pourra ainsi savoir que vous avez apprécié son récit et cela l’encouragera à en écrire d’autres. Vous pouvez, également, donner votre avis sur le sujet abordé. Merci pour votre support.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.