Contrôle de police en présence de ma Maîtresse dominatrice(2)

| |

Fin du contrôle de la policière

La policière ne répondit pas et nous salua d’un signe militaire de la main. Nous repartîmes et ma Maîtresse dominatrice explosa de rire.

  • Voilà à quoi tu es bon, à m’amuser, me distraire… Je pourrais te céder à cette pu*** de policière si elle avait un semblant de domina !

Après avoir déposé ma Maîtresse dominatrice chez elle, je n’eus pas d’autres choix que de passer par le commissariat. Je fulminais, toujours,  contre ma Maîtresse dominatrice. Cependant, je devais récupérer mon permis.

J’arrivai aux abords du commissariat, quand avant d’accéder au parking de celui-ci, je dûs freiner brutalement! Devant ma voiture, se tenait la policière, en tenue de ville, cheveux détachés ondulés, avec de grands yeux en amande, un style plutôt cool avec le charme italien en plus.

J’avais failli l’écraser et ne pas la reconnaître. Elle vint, côté conducteur. J’ouvris ma vitre et avant qu’elle ne puisse parler, je tentai de me confondre en excuses!

Elle me coupa la parole :

  • Et bien alors, ça se confirme, en plus de ne pas aimer la police, on veut s’en débarrasser ?!

Je tentai de nouveau de bégayer un « no, nooo, nooonn Madem… » et elle me coupa de nouveau…!

Directives de la policière

  • Votre permis est récent, il est donc à jour, n’est ce pas ? C’est bien votre adresse qui est indiquée, comme celle de la carte grise ?
  • Oh oui, bien sûr Mademoiselle, je n’oserais pas ne pas être en règle et…

Elle disparut de l’encadrement de la glace et se dirigea de l’autre côté.  Je ne compris pas pourquoi et par réflexe, j’ouvris l’autre vitre.

Constatant que la voiture était fermée automatiquement, elle passa son bras à l’intérieur et ouvrit la porte en saisissant la poignée intérieure.

Elle monta et me lança :

  • Allez roule, emmène moi chez toi! Je veux vérifier quelque chose et tu me ramèneras ici après!

Je rétorquai à cette jolie demoiselle au charme qui me troublait beaucoup, qu’il serait fort tard et après le couvre-feu si je devais revenir !

  • Et alors, tu es avec la Police là ! Tu penses que j’arrête d’être policière quand je sors du commissariat ?!

Elle éclata de rire.

Le trajet fut rapide, moins de quinze minutes, et se fit sans beaucoup de mots. Elle joua avec mon permis entre ses longs ongles que je trouvais très bien faits. Elle avait de belles mains, et des doigts plutôt longs et fins.

Arrivés chez moi, elle trouva l’environnement agréable et ne voulut pas perdre de temps.

  • Alors il parait que tu es un bon chien lécheur ? Veux-tu récupérer ton permis sans amende et te faire pardonner de m’avoir menti tout à l’heure ?

Maîtresse dominatrice

Arrivés chez moi, au service de la policière!

Je baissai les yeux et je répondis pas très fort :

  • Oui Mademoiselle…. mais ma Maîtresse dominatrice va appeler ou demander des nouvelles.

Elle pose sa main sous mon menton, me releva la tête:

  • Regarde moi, et réponds moi… avec ton cerveau et tes envies!

J’avais les yeux embués.

  • Oui Mademoiselle, je le souhaite… et par ailleurs, je vous prie de m’excuser d’avoir dû vous mentir tout à l’heure.

Elle me montra sa main gauche qui portait une bague de fiançailles…

  • Madame, tu vas m’appeler Madame… même si je ne suis pas encore mariée et si ça n’en prend plus le chemin!

Elle avait une jolie fossette quand elle souriait et je la trouvais belle quand elle me regardait par dessus comme cela en prenant les choses en mains.

  • Je n’ai jamais dominé un homme et j’ai, plutôt, toujours, été soumise jusque là, et pourtant cela fait un moment que cela me trotte dans la tête… alors c’est l’occasion de voir ce que tu vaux comme lécheur !

Découverte de son côté Maîtresse dominatrice par la policière!

La jeune policière devait avoir une bonne dizaine d’années de moins que moi. Elle s’installa dans le canapé, elle avait une jupe noire serrée et un chemisier blanc. Je devinais un soutien-gorge foncé, enfermant une magnifique poitrine opulente que je n’avais pas encore remarquée, moi qui aimait pourtant tant les fortes poitrines.

Elle releva sa jupe et écarta son string… dévoilant un joli « minou » tout lisse avec un mini ticket de métro!

  • Allez le chien, viens me montrer que tu es aussi compétent que ta Maîtresse dominatrice le laissait entendre!

Initialement je n’étais pas très fan du « cunni » et j’avais dû progresser sur ce plan très largement. J’approchai mon visage et commençai à embrasser l’intérieur de ses cuisses. Je sentis qu’elle était déjà humide. D’ailleurs, elle me regarda….

J’osai un:

  • Est-ce que cela vous convient Mademois… Madame ?

Elle sourit en glissant un doigt en elle.

  • Tu es un beau chien, pas tout jeune, mais tu me plais!

Elle ressortit son doigt et mes yeux s’illuminèrent. Elle était trempée, et son doigt luisant se retrouva dans ma bouche. J’étais très fière de cela! Ensuite, je plongeai mon visage entre ses cuisses, collant mes lèvres à son sexe, et glissant ma langue entre ses lèvres pour aller à la rencontre de son bouton du bonheur.

Extase et orgasme pour la policière, Maîtresse dominatrice!

Je savais que le clitoris n’étais pas qu’un simple capuchon et que cet organe était très sensible. Je fis alors de mon mieux pour appuyer à plusieurs endroits en quête de ses ressentis. Elle me fit ralentir, elle joua avec ma queue que j’avais oublié et qui réagit en quelques instants.

Ensuite, elle appuya de nouveau sur ma tête pour reprendre l’activité du chien lécheur. Elle se mordit les lèvres, se contorsionna, me fit ralentir puis accélérer.

  • Ouiii, continue commme ççaaaa… tu vas me faire jouir sale chien !

J’accélèrai encore. Elle jouit puis appuya fort sur ma tête. Enfin, elle tira mes cheveux et ma tête vers l’arrière pour que je ralentisse et la laisse reprendre ses esprits.

  • Hummm, c’est bon ça…!

Elle me sourit. Je suis heureux…

  • allez recommence! Mais ça ne va pas être la même histoire !

Je m’appliquai encore et encore. J’aime lécher, j’aime être ce chien lécheur. Elle jouit une seconde fois, après environ 45 minutes de jeux de langue et en ajoutant un puis deux doigts.

Appels de ma Maîtresse dominatrice, qui semble très en colère!

Elle semblait vouloir s’arrêter là! Je reçus deux appels consécutifs de ma Maîtresse dominatrice puis trois textos du genre « réponds moi salope !  » où es tu? » « tu en as fini avec cette pu** de policière ? »

La policière comprit que c’était ma Maîtresse dominatrice. Elle me demanda de regarder et de lui dire ce qu’elle écrivait. Je n’eus pas le temps de lui lire le dernier sms. En effet, elle me prit le téléphone des mains et lut ce sms.

Elle me regarda, s’arrêta quelques instants pour réfléchir.

  • Quel est ton engagement vis à vis d’elle ? Que lui dois tu ? Peux tu décider d’arrêter cette relation ?

Par où commencer? J’avais bien conscience que j’avais trompé cette Maîtresse dominatrice qui me maltraitait mais qui était pourtant ma Maîtresse.

  • Officiellement, je suis son soumis. Je lui dois obéissance. Je peux demander à arrêter la relation mais elle, seule, a le pouvoir de décider. Elle détient des choses compromettantes sur moi!
  • Ok, reviens entre mes cuisses Cédric !
  • Qu’allez-vous faire Madame ?

Choix difficile! Puis-je quitter ma Maîtresse dominatrice?

  • Tais toi et obéis! On est bien d’accord que tu n’es pas heureux avec elle ? et que tout à l’heure, elle s’est permise de dire qu’elle était prête à te céder pour rien parce que tu n’étais bon à rien ?! Si tes réponses sont « oui » et que c’est trop compliqué à exprimer, plonge ton visage entre mes cuisses et lèche moi bien le chien !

Je ne connaissais même pas son prénom, juste son initial « L ». Cependant, elle parvenait, en quelques mots, à me cerner et à me faire monter les larmes aux yeux. Je la regardai, quelques secondes, dans les yeux. Mes yeux étaient, légèrement, embués. Elle caressa, ma joue, avec sa main et je compris sa bienveillance. Sans plus attendre, j’avais pris ma décision. J’enfouis mon visage entre ses cuisses. Ensuite, je recommençai à la lécher, et au bout, de cinq minutes, elle mouillait de nouveau.

J’entendis le déclenchement de la vidéo de mon téléphone. La policière tira mon visage en arrière et je vis qu’elle me filmait. Elle dit:

  • Tu es un bon chien lécheur !

Elle tira de nouveau mon visage vers elle. Je ne savais que dire et que penser. Alors, je me remis à la lécher outrageusement et à la doigter avec son accord.

J’entendis des textos arriver, et partir, puis plus rien. La policière se mit à exploser de plaisir dans une jouissance que j’avais rarement vu. Je ne pouvais plus la toucher, elle n’en pouvait plus.

Ma Décision finale!

Elle me regardait, et je ne savais si cela allait être les derniers regards entre nous. Elle était repue de plaisir et elle me le fit comprendre.

  • Approche…et lis!

Elle fit défiler cinq ou six échanges entre ma Maîtresse dominatrice et elle. Elle lui avait envoyé la vidéo et ma Maitresse s’était enflammée. D’abord menaçante, elle dit que je lui appartenais et qu’elle me ferait chanter. Ensuite, elle changea d’avis et voulut se débarrasser de moi. En effet, la policière lui avait écrit que si elle me faisait chanter, c’est elle qui prendrait personnellement le dossier en mains pour régler l’histoire.

Et que si elle me harcelait, elle ne s’en sortirait pas. En effet, elle avait été, elle même, témoin des menaces faites lors du contrôle.

« Débarrassez moi de ce chien, c’est une merde qui ne me sert plus à rien, je vous le cède avec grand plaisir… » furent ses derniers mots.

Changement de propriétaire!

Je comprenais que j’avais perdu mon collier et ce n’était pas si simple.

La policière « L » me dit :

  • Tu n’auras pas d’embêtement, j’ai pris son numéro et je vais lui réclamer ces preuves qu’elle détient, quitte à me déplacer! Je sais que te retrouver chien errant est une vraie épreuve pour toi. Alors je crois que tu auras bien vite une nouvelle Maîtresse! Cela fait longtemps que je me documente en la matière, et j’ai envie d’une belle et symbolique cérémonie. Maintenant, tu vas me ramener au commissariat et on devrait se revoir bientôt.

Le retour fût très doux. J’étais sauvé par cette policière! J’étais sur un petit nuage! Cette policière m’avait utilisé comme chien lécheur. Ma langue était tout irritée à force d’avoir frotté sur mes dents et j’avais le pourtour des lèvres tout rouge. Pourtant, j’étais fier de lui appartenir déjà un peu…

Please follow and like us:
Previous

Course pour trouver un homme soumis (2)

Humilié, par son épouse dominatrice devant sa belle soeur (2)

Next

2 réflexions au sujet de “Contrôle de police en présence de ma Maîtresse dominatrice(2)”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.