Mon initiation à la soumission à 5 femmes dominatrices, bien malgré moi! (3)

| | ,

Le troisième jour de mon éducation était arrivé.

 

Il devait être approximativement 11h quand Maîtresse Pamela, une des femmes dominatrices, vint me sortir de ma cage. J’étais endolori car cette cage n’était vraiment pas très grande. Ainsi, il m’avait été impossible de pouvoir m’étendre à l’intérieur.

Je fus amené dans le salon. Il y avait la femme, qui était venue m’ouvrir la porte quand j’étais arrivé à la propriété.  Elle ne portait plus de bas, seulement ses chaussures. En fait, elle  était totalement nue, debout  les jambes écartées, avec les mains et les pieds entravés par une chaîne. Ça me rappelait mon nettoyage de la cuisine la veille, lorsque j’étais entravé par cette même chaîne.

-Tu reconnais, soumise Ludivine? : me demanda Maîtresse Pamela.

-Oui Maîtresse Pamela : répondis-je.

-Soumise Ludivine est la soumise officielle de maîtresse Sandy.

C’est ainsi que j’ai appris qui était soumise Ludivine, ce qui expliquait également comment elle connaissait mon nom lorsque j’étais arrivé à la propriété.  Maîtresse Pamela m’ordonna de me mettre debout, jambes écartées, mains croisés dans le dos.  Elle m’expliqua ce qui allait se passer aujourd’hui, et quel serait mon rôle. De plus, elle ajouta que trois femmes dominatrices allaient arriver car elles étaient invitées pour dîner.  Le rôle de soumise Ludivine serait de servir le repas à ces cinq Maîtresses dominatrices.

Mon rôle consisterait dès que Maîtresse Pamela m’en donnerait l’ordre, à passer sous la table une fois que tout le monde serait installé pour commencer le repas. Je devrais lécher les pieds de chacune des femmes dominatrices pendant la totalité du repas, quinze minutes chaque pied.  Chaque fois que j’entendrais la sonnerie, je devrais changer de pieds. Puis une fois les deux pieds léchés, je devais changer d’invitées. Lorsque j’aurais léché les pieds de toutes les dominatrices, je recommencerais avec les pieds de la première, et ainsi, pendant tout le repas.

femmes dominatrices

Arrivée des 3 autres femmes dominatrices

 

J’allais donc passer tout mon après-midi à lécher des pieds.  Bizarrement rien que l’idée m’excitait énormément.  J’étais en érection, j’avais hâte que les trois dominantes arrivent et se mettent à table pour que je puisse commencer à me délecter de leurs jolis pieds.

J’étais debout, totalement nu, le sexe toujours enfermé dans la cage de chasteté.  Cela faisait, maintenant, trois jours que mon sexe était enfermé dans cette cage. J’avais érection sur érection et je ne pouvais pas me caresser. Pourtant, j’en avais, vraiment, très envie, et j’étais, donc, énormément, frustré.

Une première femme dominatrice arriva. Il s’agissait de Maîtresse Séverine.  Quand elle arriva à ma hauteur, comme Maîtresse Pamela m’en avait donné l’ordre, je me mis à genoux et j’embrassai deux fois chacun de ses pieds.

Arrivèrent, ensuite, les deux autres femmes dominatrices, Maîtresse Laetitia, et Maîtresse Anne.  Le rituel fût le même, je me mis à genoux et j’embrassai deux fois chacun de leurs pieds.  Je me remis ensuite dans ma position initiale, et j’attendis de recevoir l’ordre de ma Maîtresse de passer sous la table.

 

Punition pour soumise Ludivine

 

Pendant ce temps, soumise Ludivine dût servir l’apéritif à toutes les dominantes. Elle avait beaucoup de mal à se déplacer avec cette chaîne qui entravait ses pieds. Aussi, elle mit, beaucoup de temps, à servir toutes les dominatrices qui commencèrent à s’impatienter.  La punition ne se fit bien évidemment pas attendre.

Elle reçut dix coups de cravache par dominantes, sur ses seins.  Cela faisait un totale de 50 coups de cravache, 25 coups sur chacun de seins.  Soumise Ludivine avait ses bras tendus horizontalement. Dans chacune de ses mains, il y avait un plateau sur lequel étaient déposés deux verres de vin remplis.  Elle avait bien sur l’interdiction de renverser les verres pendant la sentence.

Je regardai la scène de ma position, et j’avais mal pour elle.  Ses seins étaient violet tellement les coups de cravache étaient violents.

Une fois cette punition terminée, les femmes dominatrices passèrent à table.  Je sentis que j’allais très bientôt recevoir l’ordre de passer sous la table. En fait, je n’en pouvais plus d’attendre.

 

Ordre de passer sous la table pour lécher les pieds des 5 femmes dominatrices!

 

Maîtresse Pamela me regarda, et d’un claquement de doigt me donna l’ordre de passer sous la table.  Je m’exécutai.  J’enlevai la chaussure du premier pied de la première dominante et je commençai à lécher. Ainsi, je léchai sans m’arrêter jusqu’à la fameuse sonnerie. Quand elle retentit, j’enlevai la chaussure du deuxième pied et je léchai.  A la sonnerie suivante, je passai à la deuxième dominante et je continuai de lécher, le premier pied, et ensuite le deuxième. La sonnerie retentit de nouveau, ce fût au tour de la troisième dominatrice, et puis la quatrième.

La quatrième femme dominatrice n’était autre que maîtresse Sandy. J’avais, déjà, tellement léché ses pieds que je les reconnus de suite.  Et tout logiquement, la cinquième dominante était Maîtresse Pamela. Je lui léchai les deux pieds, et une fois que la sonnerie retentit je recommençai avec la première dominante.  La sonnerie sonnait tous les quarts-d’heure.

Pendant la durée du repas, j’ai fait deux fois le tour de la table en léchant les pieds des dominantes.  Approximativement, j’ai dû lécher les pieds des 5 femmes dominatrices pendant 5 heures.  Autant vous dire que je n’en pouvais plus.  Moi qui étais très excité de savoir que j’allais pouvoir me délecter en leur léchant les pieds, je peux vous dire que mon excitation était passée.  Je n’en pouvais plus, ma langue était totalement endolorie et sèche car je n’avais plus de salive.

Aux toilettes : Nettoyage avec ma langue de toutes ces femmes dominatrices!

 

Pendant tout ce temps, soumise Ludivine dût se démener pour faire le service.  Je voyais bien qu’elle avait très mal au pied dans ses chaussures à talons, à faire de multiples allers-retours de la cuisine au salon toujours entravée par les chaines.  Chaque pas la faisait souffrir, mais elle continuait sans broncher.

Une fois le repas terminé, je reçus l’ordre de Maîtresse Pamela d’aller me mettre à genoux dans les toilettes. Je m’y rendis donc à quatre pattes, et je me mis en position.  Chaque dominatrice passa chacune leur tour pour soulager leur vessie.  Qui a dû nettoyer leur chatte avec sa langue ?  Moi bien sûr.

La première dominatrice arriva. Elle s’assit sur les toilettes et commença à uriner. Ensuite, j’entendis son liquide doré couler dans la cuvette.  Une fois fini, je reçus l’ordre de lui lécher la chatte et de bien m’appliquer pour laper toute l’urine de son sexe.  Je lui léchai la chatte en prenant bien soin de passer ma langue dans sa fente vaginal. Ensuite, je nettoyai, également, l’entrée de son vagin en y introduisant le bout de ma langue.  Pour terminer, elle frotta sa chatte sur mon visage pour bien essuyer son sexe.

Le rituel fût le même pour les trois autres femmes dominatrices.

 

« Toilette humain » pour Maîtresse Sandy!

 

Ensuite, ce fût au tour de Maîtresse Sandy, le rituel fût différent.  En effet, je reçus l’ordre de m’allonger sur le dos dans la baignoire.  Je m’exécutai sans poser de question.  Maîtresse Sandy releva sa robe, et ensuite retira sa culotte.  Elle monta dans la baignoire, et s’accroupit au-dessus de mon visage.  J’ai bien sur compris ce qui allait se passer.  J’allais me faire uriner dessus. Ainsi,  j’avais reçu  ordre de fermer les yeux.  J’attendis qu’elle m’urine dessus, et soudainement, je sentis son liquide doré couler sur mon visage, ensuite sur mon torse, pour finir sur mon sexe.

Son urine était chaude et salée. J’étais trempé à cause son urine. En fait, j’en avaisi partout même dans mes cheveux.  Je ressentis une honte immense, et pourtant je bandai comme un taureau enfermé dans ma cage de chasteté.

Pour terminer, ce fût au tour de Maîtresse Pamela, ma Maîtresse.  Le rituel fût différent, et monta d’un cran en puissance.  Maîtresse Pamela enleva son pantalon de cuir puis sa culotte. Elle s’accroupit au-dessus de moi, et elle me donna l’ordre d’ouvrir la bouche. Je sentis mon cœur battre rapidement dans ma poitrine.  Je me demandai si elle allait oser uriner dans ma bouche directement.

Et bien si! Je sentis ma bouche se remplir de son champagne. Une fois fini, ma maîtresse m’ordonna d’avaler. Je fus très surpris par cet ordre et j’éprouvai beaucoup de mal à avaler.

-Dépêche-toi! : me dit Maîtresse Pamela, sinon, tu vas être très sévèrement puni.

 

Humilié devant ces femmes dominatrices!

 

Inutile de vous dire que ce « très sévèrement puni » me fit frémir.  Toutes les punitions que j’avais subies ce week-end, défilèrent devant mes yeux.  Je pris donc sur moi, et j’avalai d’une gorgée toute l’urine dans ma bouche. Ce liquide chaud et salé me donna envie de vomir, mais malheureusement pour moi ma maîtresse n’avait pas fini de soulager sa vessie. Je reçus donc une deuxième gorgée, et ensuite une troisième, puis une quatrième.  J’avalais toutes ces gorgées sans broncher.

Je me sentais très humilié. Ainsi, j’étais, au milieu du salon à genoux devant ces 5 femmes dominatrices, et soumise Ludivine.  De plus, j’étais recouvert de l’urine de toutes ces dominantes.

-Tu as été très obéissant soumis! : me dit ma maîtresse, tu as droit à une récompense.

En me disant ça, elle m’enleva ma cage de chasteté.  J’étais allongé sur le dos, et soumise Ludivine reçut l’ordre de me sucer.  Soumise Ludivine attrapa mon sexe et l’introduisit dans sa bouche puis elle commença à me sucer.  Très vite, j’étais en érection. Une chose était sure! Ce n’était pas la première fois que cette soumise suçait une bite. En effet, elle était très douée, et elle me suçait très goulûment.  Avec cette abstinence de plusieurs jours, je ne mis pas très longtemps à atteindre le point de non-retour. Cependant, cette fois-ci, je n’oubliai pas que je n’avais pas le droit de jouir sans en avoir l’autorisation.  Je tournai donc mon regard vers Maîtresse Pamela et je lui demandai :

-puis-je jouir Maîtresse Pamela?

La réponse fut :

-non !

 

Sucé par soumise Ludivine devant les 5 femmes dominatrices!

 

Je me concentrai pour ne pas jouir car je savais que dans le cas contraire la punition serait sévère.  Heureusement, soumise Ludivine reçut l’ordre d’arrêter la fellation.  Il était temps car j’étais vraiment sur le point d’éjaculer.  Ma respiration était rapide et je bandais comme jamais.  La soumise recommença à me sucer, très vite. Aussi, j’étais de nouveau sur le point d’éjaculer. Je redemandai donc à ma Maîtresse si je pouvais jouir et la réponse fut encore négative.

Ce petit jeux dura plusieurs minutes, j’étais, vraiment, très frustré.  Arriva, enfin, le moment où ma Maîtresse m’autorisa à jouir.  Soumise Ludivine me suça en aspirant très fort mon sexe. Je commençai à avoir des spasmes musculaire au niveau de mes jambes. Soumise Ludivine continua de plus belle jusqu’au moment où enfin j’éjaculai puissamment dans sa bouche.  Je ne pus m’empêcher de pousser des cris de jouissance tellement c’était bon.  Etant donné l’abstinence de plusieurs jours la quantité de sperme fût relativement importante. J’entendis à sa respiration que soumise Ludivine avait du mal à avaler toute la quantité de foutre en une fois.

Une fois terminé, soumise Ludivine me lécha le sexe pour enlever le sperme.  Elle lécha, également, mes testicules.  Au bout d’un moment, je recommençai à bander.  A ce moment  là, soumise Ludivine reçut l’ordre d’arrêter et de se mettre à genou avec le cul bien cambré.  Maîtresse Sandy lui tendit un tube de lubrifiant en lui intimant l’ordre de se lubrifier l’anus.

 

Soumis officiel de Maîtresse Pamela!

 

Maîtresse Pamela me donna l’autorisation de sodomiser cette soumise.  J’exécutai l’ordre avec le plus grand des plaisirs.  Je commençai donc à introduire ma verge dans son cul bien serré, tellement serré que j’avais un peu de mal à l’introduire complètement. Ainsi, je sentis bien que ça lui faisait très mal. Cependant, cette abstinence de plusieurs jours faisait que j’avais une telle envie de sexe que je ne tins pas compte de sa douleur et je continuai à introduire mon sexe de plus en plus profondément dans son cul.  Je commençai les vas et vient de plus en plus vite, en lui donnant par moment de grand coups de butoir.   Au fil des minutes, je sentis son anus se dilater de plus en plus. Je continuai mes vas et vient. Soumise Ludivine commença à apprécier, et à pousser des gris de jouissance, ce qui m’excita encore plus.

Quand je sentis que j’allais très bientôt éjaculer,  je n’oubliai pas de demander l’autorisation à ma maîtresse. La réponse fut positive, mais je dûs éjaculer sur le visage de cette soumise.

Je continuai donc mes vas et vient jusqu’au moment ultime.  A ce moment, je me retirai de son cul, et m’approchai de son visage.  Je me branlai un peu, puis j’éjaculai sur son visage.  Ce fût très jouissif d’éjaculer sur le visage de cette soumise, qui une fois fini, reçut l’ordre d’aller se mettre à genou dans un coin de la pièce, et de surtout ne pas enlever mon sperme de son visage.

Après avoir lavé mon sexe, maîtresse Pamela me remit ma cage de chasteté.

J’étais à genou, ma Maîtresse s’avança vers moi avec un collier.  Maîtresse Pamela me dit :

-à partir de ce jour, je t’offre mon collier, ce qui fait de toi mon soumis officiel!  Tu devras le porter en permanence tout comme ta cage de chasteté.  As-tu bien compris soumis ?

-Oui Maîtresse Pamela !  Je le porterai avec fierté.

Voici comment je suis devenu un homme soumis, un peu malgré moi.

Please follow and like us:
Previous

Dominé par ma belle tante, femme dominatrice (1)

Comment devenir un homme soumis en 9 semaines

Next

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.