Eva, la drôle de secrétaire gynarchique (5)

| |

Le monde d’Eva, secrétaire gynarchique

Même si c’était une expérience inconnue pour elle, Eva décida d’accepter la soumission de Corinne.

Très à cheval sur le protocole et les « bonnes manières », Eva voulut définir de façon précise les règles de comportement de ses sujets à son égard, mais aussi entre eux. Comme Corinne était une femme, il était évident aux yeux d’Eva qu’elle devait avoir un statut supérieur à celui d’Amaury et Julien. Mais en même temps, elle devait tenir compte du fait que ses soumis étaient liés par des rapports professionnels. Le cas de Julien serait vite réglé, car son stage ne durait que quelques semaines. Mais comment organiser la relation entre Corinne et Amaury, sachant que ce dernier était le directeur de la société ?

Après réflexion, Eva souhaita que Corinne soit traitée avec grande déférence par les hommes de sa cour, sans pour autant qu’ils lui soient soumis.

Quand Eva expliqua à son amie sa vision des choses, et notamment la place qu’elle lui réservait, celle-ci fut d’abord surprise. Mais ce sentiment fit très vite place au ravissement, à la fierté et à l’excitation. L’idée que les soumis d’Eva soient également à ses pieds lui plaisait beaucoup et éveillait sa curiosité. Elle promit à sa souveraine de bien faire la part des choses entre les aspects professionnels et « privés » de sa relation avec Amaury, et de ne jamais perdre de vue les intérêts de la société.

Présentation de Corinne, sa soumise à son directeur!

secrétaire gynarchique

 

Mais Eva se devait aussi de parler de tout cela avec Amaury. Alors qu’elle venait de mettre les choses au point avec Corinne, elle appela le directeur.

  • Peux-tu venir un instant ?

Il frappa aussitôt à sa porte.

  • Entre.

Amaury obéit et fut tout surpris de la présence de Corinne.

  • Juste un instant que je termine avec Corinne. Tu as bien tout compris, ma chérie ? Tout te paraît clair ?

 

  • Parfaitement clair, répondit sa jeune amie.

 

  • C’est bien, tu peux aller, dit Eva en lui tendant gracieusement la main.

Corinne s’agenouilla devant Eva et baisa humblement sa main. Amaury regardait la scène, pétrifié. Corinne se releva puis recula courbée, et termina par une profonde révérence. Enfin, elle sortit, non sans avoir adressé un large sourire à son directeur…

  • Eh oui, c’est ainsi… tu n’es pas seul à m’appartenir, dit Eva, qui souriait de l’ahurissement de son sujet.

Amaury reprit ses esprits au son de la voix de sa souveraine et tomba à genoux en lui lançant un regard suppliant.

  • Daignez m’expliquer, Ma Dame, je vous en prie.

 

  • Je vais le faire, c’est pour ça que tu es là. Mais commençons par le commencement. Pantalon et caleçon sur les chevilles, commanda-t-elle.

Amaury obéit, rampa jusqu’aux pieds d’Eva et baisa son soulier. Il resta étendu à ses pieds et attendit humblement ses explications.

  • La situation est simple à expliquer, reprit-elle. Tu n’as jamais été mon seul soumis, mais depuis quelques jours, tu ne l’es plus non plus au sein de la société. Il y aussi Corinne… et Julien.

Amaury leva vers Eva un regard effaré.

  • Tu ne t’es bien sûr aperçu de rien, ironisa Eva. Ah, ces hommes qui voient tout mais ne regardent rien… Corinne a deviné depuis longtemps que tu m’appartenais !

Explications sur l’organisation des rapports entre les sujets d’Eva, secrétaire gynarchique!

Et elle décrivit rapidement l’évolution de ses rapports avec Corinne et Julien. Elle lui expliqua également comment elle souhaitait organiser les rapports entre ses sujets.

  • Tu n’as bien sûr rien à dire sur la place que je te réserve, ni sur le fait que j’aie d’autres sujets que toi. Mais comme certains sont des collègues de travail, je te pose tout de même la question suivante : est-ce que cette nouvelle situation te pose problème, professionnellement parlant ?

Amaury ne savait que dire. A priori, il n’était pas ravi de ce qu’il venait d’apprendre. Mais en même temps, il n’imaginait pas un seul instant s’opposer à sa souveraine.

  • Alors ? s’impatienta Eva.

 

  • Je ne sais pas, Ma Dame. Très sincèrement, je ne sais pas.

 

  • Julien n’est pas un problème puisque son stage se termine bientôt. A moins que tu ne comptes l’engager ?

 

  • Non, ce n’est pas possible. Pas dans un avenir prévisible en tous cas.

 

  • Alors, reste Corinne. En dehors du travail, tu auras un statut inférieur au sien. Même si tu n’es soumis qu’à Moi, tu seras aussi très souvent à ses pieds, avec tout de que cela suppose. Il faudra donc faire la part des choses entre le professionnel et le « privé ». Corinne m’a assuré qu’elle n’aurait aucun problème à continuer à te considérer comme son directeur au boulot. Je l’en crois capable. Mais toi, pourras-tu faire la part des choses ?

 

Le directeur accepte la nouvelle organisation de sa secrétaire gynarchique!

Un peu rassuré, Amaury répondit, hésitant :

  • Je crois… oui…

 

  • Bien. De toute façon, s’il devait y avoir le moindre problème avec le travail, je t’ordonne de m’en faire part immédiatement. Alors j’aviserai. D’accord ?

 

  • Oui, Ma Dame.

 

  • Bien. Oh, mais je vois qu’il est déjà 16h45. Retire-toi maintenant et reviens-moi dans vingt minutes, nu bien sûr.

 

A l’heure dite, Amaury était étendu sous les pieds d’Eva, sa secrétaire gynarchique, tandis que celle-ci achevait son courriel. Quelques minutes plus tard, on frappait doucement à la porte.

  • Entre, Corinne!

Pendant que Corinne faisait sa révérence, Eva sourit en sentant frémir son sujet à travers ses talons.

  • Donne-moi juste un instant… Voilà, j’ai fini.

Elle se leva, se tint debout sur le dos d’Amaury pendant quelques secondes puis en descendit. Corinne fut extrêmement impressionnée par la scène.

  • J’ai tout expliqué à Amaury, ici présent. Celui-ci est prêt à se conformer à ce que j’ai décidé, n’est-ce-pas, Amaury ?

 

  •  Oui, Ma Dame.

 

  • Tu peux te redresser. Je t’invite maintenant à saluer Mademoiselle Corinne, qui attend les hommages que tu lui dois.

Amaury se redressa, rouge de confusion. Comme Eva était présente, il s’avança sur les genoux vers Corinne. Celle-ci dut maîtriser son émotion…

  • Daignez recevoir mes très respectueux hommages, Mademoiselle.

 

  • Je les accepte avec grand plaisir, répondit Corinne avec un grand sourire.

Elle lui tendit la main. Amaury l’embrassa avec respect, puis revint se prosterner aux pieds de sa souveraine.

  • J’en ai fini avec toi. Tu peux t’en aller, lui dit-Eva en lui tendant le pied.

Son sujet baisa très humblement son soulier, puis se retira en rampant. Eva avait à faire avec Corinne et cela ne le regardait pas.

 

A suivre

Please follow and like us:
Previous

Un apprenti soumis très sage (5)

Ma conquête, Maîtresse dominatrice, me prépare! (5)

Next