Humilié par son épouse, femme dominatrice, devant sa belle-soeur!

| |

Il est vingt heures et Luc fulmine. Son épouse n’est toujours pas rentrée. Elle a choisi son jour pour le faire chier, il est persuadé qu’elle l’a fait exprès ! Sa sœur est dans le salon, et elle attend comme lui son retour pour passer à table. Pourtant c’est elle qui a choisi la date pour l’inviter à souper, jurant tous les grands dieux qu’elle n’aurait aucune réunion ce soir-là ! Sauf qu’il est vingt heures quinze, qu’elle n’a pas daigné passer un coup de fil et qu’il se retrouve en tête-à-tête avec sa belle-sœur, à essayer de meubler la conversation.

  • Je suis désolé Kate, ta sœur est comme d’habitude en retard, lui dit-il en lui resservant une rasade de whisky.

Elle se penche aussitôt sur son verre pour l’inciter à la modération.

  • Oula doucement, je reprends le volant.

Furieux à cause du retard de sa femme

Kate est sa petite belle-sœur. Vingt et un an, une petite beauté pleine de sensualité, elle est la cadette. Sept ans de moins que sa femme, quinze ans de moins que lui. Aujourd’hui, elle porte une mini-jupe et des idées d’adultère lui traverse l’esprit. D’ailleurs, si ça se trouve, sa femme s’envoie en l’air de son côté. Ils se sont déjà disputés à ce sujet, il est persuadé d’être cocu. Lorsqu’elle se penche, son regard se perd un instant sur le décolleté de son corsage. Elle a de jolis petits seins… Une marque de fabrique dans la famille, sa femme aussi a de jolis petits seins.

  • Elle abuse quand même, elle savait que tu venais, elle aurait pu faire un effort ! répond-il en se resservant à son tour, évitant de croiser son regard de peur qu’elle n’ait surpris son regard. Elle m’avait assuré qu’elle serait là à dix-neuf heures dernier délai, et regarde, il est presque vingt heures trente.
  • T’inquiète, je suis habituée, elle n’a jamais été du genre ponctuel. Tu te rappelles à votre mariage, elle était déjà à la bourre.

Kate était demoiselle d’honneur, cela l’avait gravement choquée, elle ressasse ce souvenir à chacun de ses retards. C’était il y a cinq ans, et si sur ce point, rien n’a changé hélas, Luc se dit que sur d’autres aspects, sa vie a été totalement chamboulée. Le problème, c’est qu’il ignore si ces chamboulements lui ont été profitables. Il était chef d’entreprise le jour où il s’est marié, et aujourd’hui, il est chômeur, cantonné à s’occuper du foyer. Il fait les courses, le ménage, la bouffe. Babeth était secrétaire lorsqu’ils se sont rencontrés, et aujourd’hui, elle est sur le point de diriger l’une des plus grosses entreprises de la région.

 

Redistribution des rôles dans leur couple après la promotion sociale de sa femme dominatrice!

femme dominatrice

Leurs rapports se sont inversés, et cela ne s’est pas fait en sa faveur, mais il sait malgré tout, qu’il a pu y tirer certains avantages.

  • Ouais et bien j’aurais dû me méfier, c’était un signe !
  • Allons, t’abuses, un signe de quoi ? relève Kate en essayant de le calmer.
  • Un signe qu’elle me manque totalement de respect, rétorque-t-il sur un ton amer. Qu’elle mène sa vie comme elle veut!

Il pense d’autant plus ce qu’il dit que depuis sa formidable promotion sociale, sa femme a beaucoup changé. Elle est devenue plus autonome, plus autoritaire, plus directive.

Au début, cela lui a bien plu, car au lit, elle était plus entreprenante, plus libérée, plus ouverte. C’est de cette époque que date le début de sa soumission… Ce n’était alors que pour des jeux sexuels, et il adorait ça. Puis sa boîte a fait faillite, et Babeth a subvenu à toutes les dépenses du foyer sans qu’il n’ait besoin de retravailler. Elle a pris un ascendant incroyable à ce moment-là, et il s’est laissé faire. Il a toujours été attiré par les femmes dominantes, il ne s’en est jamais caché, et Babeth l’a toujours su. Elle en a juste profité pour le transformer en larbin soumis.

 

Transformé petit à petit en larbin soumis par sa femme dominatrice!

Dans l’intimité, cela ne le gêne pas vraiment, car c’est toujours empreint de sensualité, et cela se finit souvent par une belle partie de baise, mais là, en son absence, dans le cadre d’un repas de famille avec sa sœur qui a fait cent kilomètres pour la voir, cela le perturbe, il se sent morveux.

  • Il n’y a plus que le boulot qui compte, lâche-t-il avant de porter son verre à la bouche.

Ensuite, il le vide d’un trait, son quatrième, avant de reprendre.

  • Il n’y a que sa putain de boîte, ses contrats, ses primes, ses employés ! Tu sais qu’elle a maintenant douze types qui bossent directement sous ses ordres, son service compte quarante salariés et elle a deux secrétaires !

 

Kate ne peut s’empêcher de la défendre, c’est sa sœur. Elle est un modèle de réussite pour sa famille, et pour elle, plus que pour tout autre membre.

  • Elle a toujours rêvé de ça, c’est son tempérament qui est comme ça. Quand elle a passé ses diplômes, elle disait tout le temps que c’était pour devenir secrétaire de direction, et elle insistait sur direction, je peux te le dire. Souvent, elle rajoutait que c’était pour prendre la place de son patron, elle a réussi, tu peux être fière d’elle.

 

  • Ouais, avant, on disait que quand un homme réussissait, il y avait une femme extraordinaire qui oeuvrait dans l’ombre. Je suis cette femme en fait, je suis devenu la femme de ma femme. Je lui prépare ses petits plats quand elle rentre pour qu’elle n’ait plus qu’à mettre les pieds sous la table, je repasse ses jupes et ses chemisiers, je fais les lessives et les vaisselles aussi, à la main, parce que madame a décrété qu’un lave-vaisselle, pour deux, c’était inutile. Tu vois, une vraie petite bonne soumise.

 

  • Allons Luc ne dis pas ça, tu es aigri et en colère. Tu es un homme moderne, j’adorerais avoir un copain comme toi, qui cuisine et fais le ménage.

 

  • Oui, c’est vrai, j’ai oublié le ménage ! s’esclaffe Luc, sarcastique. Mais t’as vu juste, je passe l’aspirateur, le chiffon pour les poussières, et je fais briquer ses pavés. Et si c’est pas fait en temps et en heure, elle m’engueule.

 

Pourquoi se laisse t’il faire par sa femme dominatrice?

Tout ce qu’il dit est vrai, et il est choqué de ce constat qu’il formule aussi clairement. Se l’entendre dire à voix haute et devant sa belle-sœur le déstabilise, et remet en question toute sa relation avec Babeth… Pourquoi se laisse-t-il faire par sa femme dominatrice ? Cette question qui lui traverse l’esprit le met mal à l’aise, il se l’est posée des dizaines de fois… Surtout depuis qu’elle rentre de plus en plus tard. Elle s’envoie en l’air avec un autre, il en est persuadé. Kate aussi se pose la question, mais elle n’ose la lui poser de peur de connaître la réponse. Pour elle, il ne fait aucun doute qu’il aime sa soumission quoiqu’il en dise. Sa sœur a toujours été un peu une femme dominatrice, les femmes de la famille le sont toutes, elle aussi, un peu d’ailleurs. Il connaissait son tempérament avant de se marier.

  • Tu fais tout ça pour elle, parce que tu l’aimes en fait, insinue-t-elle pour essayer d’apaiser son ressentiment. Elle se décharge des corvées à la maison parce qu’elle est surbookée au boulot, ça peut se comprendre, toi t’es au chômage.

Luc encaisse la remarque en se crispant, Kate essaie de se rattraper.

  • Ce que je veux dire, c’est que c’est super ce que tu fais pour elle, elle peut pas tout gérer et toi t’as du temps alors tu l’aides à ta façon. C’est normal en fait…

 

  • Normal ? T’as vu à l’heure qu’elle rentre. Si ça se trouve, elle s’est dégottée un joli collaborateur et elle me trompe ! Et tu trouves ça normal ?

Surpris par le retour de sa femme dominatrice!

Kate dissimule mal son embarras, elle ne s’attendait pas à ce que son beau-frère lui raconte sa vie… Surtout de manière aussi brutale, et en entrant autant dans les détails.

  • Mais non, va pas t’imaginer des choses ! Elle est juste en retard, c’est probablement une réunion de dernière minute, c’est pour ça qu’elle ne t’a pas appelé, elle n’a pas pu. Si elle était avec quelqu’un, elle t’aurait appelé et inventé une excuse. En fait, c’est la rançon de la gloire. Elle est passée sous-directrice, je te rappelle ! Tu peux pas te plaindre ! Elle a des responsabilités et puis, elle gagne bien sa vie visiblement, ajoute-t-elle en espérant changer de sujet. Votre appart est vraiment chouette.

Ca, il ne peut pas dire le contraire, les revenus du couple ont été multipliés par deux grâce à son seul salaire. Lui, il touche encore un peu de chômage des assedics, presque rien. Sa réussite flamboyante lui rappelle trop son propre échec.

  • Oui, j’ai de la chance, c’est ça que tu veux dire. Sans elle, je serais à la rue à faire la manche. Son salaire nous fait vivre. Elle paye les factures, la bouffe que je nous sers dans les assiettes, et même ce délicieux whisky hors d’âge !

Kate confuse repose son verre.

  • C’est pas ce que j’ai voulu dire, je suis désolée Luc. Le prends pas mal.

Elle se lève et ajoute.

 

  • Je crois que je vais y aller, tu lui diras bien que je lui en veux pas, que ce n’est pas grave !

 

  • Mais non, reste assise, Kate !

Luc sursaute, il n’a pas entendu sa femme rentrer. Elle se tient à l’entrée du salon, encore vêtue de son trench en cuir et de ses bottes. Comment a-t-il fait pour ne pas l’entendre avec ses talons démesurés ? Et elle ? Qu’a-t-elle entendu ?…

 

A suivre

 

Please follow and like us:
Previous

Un apprenti soumis très sage (4)

Lettre à Maîtresse Léa

Next

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.