le valet de Madame G, parfait esclave soumis?(3)

| | ,

La commerçante se lève et disparaît dans l’arrière boutique. Eva en profite pour continuer à fouiller l’anus et à peloter les couilles de son nouvel esclave soumis.
– Tu aimes ça, on dirait, de te faire peloter et enculer, hein mon petit esclave soumis ! Lui susurre-t-elle, sa bouche pulpeuse à quelques centimètres du sexe dressé du mâle.
Elle lui malaxe maintenant les fesses tout en lui cajolant les couilles. De son décolleté béant, elle offre sans s’en rendre compte une vue imprenable sur ses seins légèrement relevés par un adorable soutien gorge rose en dentelle, laissant les pointes bien visibles. Par contre, sa mini n’est pas assez troussée pour laisser entrevoir un bout de culotte. Marc doit se contenter des attaches des jarretelles à la lisière des bas sombres.
Brigitte revient avec des boîtes en carton.
– J’ai une promo sur des strings. Regarde ça si c’est pas mignon ?
Elle tire d’une des boîtes un string rose avec des motifs en dentelle, légèrement transparent.
– Tu crois que c’est sa taille ?
– Fais-moi confiance. Il a un petit cul, le problème est de loger sa bitte en érection. Mais j’ai plusieurs tailles. Passe ça esclave soumis !

 

Un string trop petit pour l’esclave soumis!

 

Marc, docile, enfile le dessous après s’être débarrassé de son slip. Il fait bien pénétrer la ficelle entre ses fesses, mais, devant, l’élastique supérieur de la culotte n’arrive que sous le gland, laissant celui-ci entièrement découvert. Il tire sur le string, mais impossible de cacher la partie supérieure de son sexe.
– Tire pas si fort ! C’est fragile ! C’est bien un homme ça ! Tout dans la force, rien dans la délicatesse. Bon, il est manifestement trop petit ce string, bouge pas je vais trouver la taille au-dessus.
– Non non ! Je trouve ça très aguichant ! Tourne-toi esclave ! Présente-toi sur toutes tes faces.
On le fait se présenter de face, de dos, de profil. Brigitte s’est rassise et toutes deux commentent le spectacle, donnant leur avis.
– Montre-nous ton cul… Penché, cambré… Plus cambré… Là, bien, écarte les cuisses, plus, plus encore… Parfait, reste comme ça !
– Que penses-tu du côté pile Eva ?
– Il m’excite drôlement plus en string le bougre ! Voyons, écarte tes fesses à deux mains, oui tire bien ! On voit parfaitement les couilles par-dessous comme cela! Elles sont bien dessinées par le tissu. Approche en reculant en gardant la position, esclave soumis !

 

Encore quelques « empognages » pour l’esclave soumis!

 

Eva s’empare des couilles et les soupèse avant de les tâter à travers la culotte.
-Oui, c’est agréable au touché. Ses couilles dans la dentelle me font beaucoup d’effet.
– Tu préfères le peloter à cru ou avec le string Eva ?
– Je ne sais pas, c’est pas pareil, disons que j’aime bien les deux. Mais de face, c’est vraiment très érotique ce petit gland tout découvert !
– Finalement, tu as raison, s’écrie Brigitte pelotant à son tour les couilles de l’esclave abandonnées par son amie.
Marc doit encore subir quelques « empognages » de la part des deux femmes dominatrices.
– Eva, il lui faut des bas également, tu ne crois pas ? Avec tes goûts, il est évident qu’il faut qu’il soit féminisé le plus possible pour t’exciter !
– Tu as raison encore une fois. Oh oui ! Trouve-moi des bas résille et des collants aussi. Je suis curieuse de le voir bander nu sous un collant, de profil ça doit être intéressant tu ne crois pas ?
– Tu as tout à fait raison, chérie ! J’ai déjà vendu des collants à des hommes. J’en ai même des spéciaux avec poche pour loger les couilles. Mais ils sont faits sur mesure. Si tu veux, on prendra ses mesures et je t’en commanderai.
– On verra ça plus tard ! Décide Madame G. en continuant de peloter son esclave qui garde la même position penchée et cambrée, fesses ouvertes à 2 mains. Ce string est parfait ! La ficelle est étroite et on a accès à son petit trou sans effort. Il suffit de lui faire écarter un peu plus les fesses pour le sodomiser à son aise.

 

Bas et porte-jarretelles pour l’esclave soumis!

 

Elle joint le geste à la parole, pénétrant profondément l’homme à l’aide de son majeur.
-Quels coloris as-tu Brigitte?
– Pour ce modèle, j’ai des tons pastel, très tendres, très glamour quoi !
– Ecoute, pour commencer, j’en prends 7. Un par jour. Tu fais un assortiment de couleurs. Julie lui apprendra à les laver à la main avec délicatesse.
– Ok ! Répond Brigitte en arrivant avec une pochette qu’elle ouvre immédiatement. Regarde-moi ça ! Des bas de pute, de très bonne qualité. Ils sont solides malgré la résille. Tu vois, ils sont à couture. J’en ai de différents coloris avec porte jarretelles assortis. Essaye-moi ça esclave, je crois que c’est ta taille.
Marc se relève et se met en devoir d’enfiler le bas sur sa jambe gauche.
– Oh la la ! Non pas comme ça ! Attends, je te montre. Brigitte lui explique alors comment enfiler des bas sans les abîmer.
L’esclave fait signe qu’il a compris et commence à gainer ses jambes. Brigitte lui fixe elle-même le porte jarretelle et les attaches de bas.
– Parfait ! Lance Brigitte. Regarde-moi ça comme il est excitant avec ça ! S’exclame la commerçante en se rasseyant. Il faut que je lui trouve des hauts talons. Quelle pointure fais-tu ?
– 42 madame !
– Bon, je vais en commander, des spéciales pour travelos.
– Super ! Je suis tout excitée ! Prend des poses esclave ! Oui devant la glace, qu’on a toujours une vue sur toutes tes coutures.

 

Madame Eva G. très excitée!…

 

Marc doit recommencer à se présenter de face, de ses deux profils, de dos, penché, cambré, fesses écartées. L’image de lui ainsi harnaché que lui renvoie la glace le remplit de honte. Les deux femmes le font se rapprocher d’elles pour le peloter plus commodément.

– C’est merveilleux Brigitte ! Jamais je n’aurai pensé être aussi excitée par la vue d’un mâle. Moi, j’ai envie de jouir ! Pas toi ?
– Bien sûr que si ! A toi l’initiative. Comment veux-tu jouir ?
– Je voudrais qu’il me lèche!
– D’accord ! Alors il se met à genoux devant toi, oui comme ça. Avant de décroiser les jambes assure-toi qu’il ferme bien les yeux. En aucun cas, désormais il ne devra voir entre tes cuisses sans ta permission. Tu feras attention maintenant, toi qui montre facilement ta culotte ! C’est très frustrant pour les esclaves, mais c’est nécessaire ! Il faut qu’il comprenne que seul ton plaisir compte, rien d’autre, c’est absolument essentiel ! Tu veux qu’il te lèche sur ta culotte ou directement ?
– Sur ma culotte!
esclave soumis

 

et domina naturelle!

 

– Tu as raison. Pour un début, il ne faut pas lui faire trop d’honneur. Commande-lui de bien écarter les genoux et de croiser les bras dans le dos. Par expérience, je trouve que c’est la position la plus adaptée et la plus soumise. L’esclave est mieux offert par cette position humiliante. Tu peux jouer avec ses couilles du bout de la chaussure, tu peux aussi lui triturer le bout des seins. Non, ne te trousses pas ! Si tu désires voir comment il te lèche, bien sûr il faut que ta robe soit troussée ! Mais c’est à lui de le faire ! Toi tu n’as pas à bouger ! Maintenant, il y en a qui préfèrent garder la mini tirée.
Dans ce cas, c’est à l’esclave de faufiler sa tête sous la robe et là tu te doutes bien qu’il ouvre les yeux ! Donc le bandeau est obligatoire pour cette solution. Tu peux y aller maintenant. Il ferme bien les yeux. Tu le commandes, tu lui dis comment tu veux être léchée. Il faut qu’il apprenne à te faire jouir en toutes circonstances et selon ton humeur.

 

– Où as-tu appris tout ça Brigitte ! Vraiment tu m’épates !
– Je t’expliquerai plus tard, tu ne vas pas en revenir ! Mais pour l’instant, prend ton plaisir avec ton esclave. Tu veux que je t’embrasse pendant que tu te fais lécher ?
– Oui, et tu me caresses les seins aussi, viens chérie. Oh que c’est bon !
– Commande-le!
– Esclave, tu as l’honneur insigne de me faire jouir. Remonte un peu ma robe sur mes cuisses !
Les yeux fermés surtout ! Stop ! Fais-moi jouir avec ta bouche, c’est un ordre !
– Bien ! Tu le commandes bien ! Tu es naturellement faite pour dominer. Je vois bien sa langue courir sur ta culotte, tu le vois aussi ?
– Bien sûr ! Il fait ça très bien pour l’instant. Des petits baisers sur ma chatte, une langue bien pointue qui descend très bas… Très bas … Oh oui ! Il est doué ! Il aspire ma culotte, la fait rentrer dans ma fente, il… Oh ! Embrasse-moi chérie !

 

Marc, esclave soumis en adoration devant sa Maîtresse

 

Brigitte est aussi excitée que son amie. Elle embrasse fougueusement Eva, se trousse complètement en écartant les cuisses et se caresse par-dessus sa culotte blanche. D’un coin de l’œil, elle surveille le léchage pour ne pas en perdre une miette et vérifier que le lécheur ferme toujours les yeux. De sa main libre, elle plonge dans le décolleté d’Eva et lui caresse tendrement un sein.
Marc ne pense plus, ne réfléchit plus. Il est l’esclave soumis de Madame Eva G., ex-mannequin, richissime directrice d’une célèbre agence de top-models. Il se concentre uniquement sur son travail avec application. Ce n’est pas de la servilité, c’est de l’adoration. Il prend un plaisir énorme à extirper des soupirs d’aise de sa maîtresse. En fait, il maîtrise le plaisir de sa patronne du bout de sa langue et de ses lèvres. Son sexe dressé, émergeant de la culotte lui fait mal.
Cela fait bien une demi-heure qu’il est au bord de l’explosion. Jamais il n’aurait pensé tenir aussi longtemps. Il ferme les yeux, consciencieux, il respire les effluves de sa maîtresse en pleine excitation. Rien ne compte que cette chatte humide à peine voilée par le string qu’il lèche et baise, éperdu de désir. Il ose s’aventurer entre les fesses sublimes, là où la ficelle de la culotte s’incruste profondément dans l’étroit sillon. A chaque incursion de sa langue aux confins de l’intimité secrète de la femme, celle-ci pousse des petits gémissements étouffés par la bouche de son amie. Marc comprend que l’endroit est au moins aussi sensible que le clitoris. Il alterne donc ses agaceries, léchant, baisant, suçant, aspirant la culotte, essayant de pénétrer l’anus de la belle avec sa langue durcie.
Eva G., pour plus de commodité, passe sa cuisse gauche sur l’épaule de son esclave. Elle bascule son bassin vers l’avant afin de faciliter l’accès de la bouche de l’homme entre ses fesses, elle s’abandonne totalement au plaisir.
Please follow and like us:
Previous

TÉMOIGNAGE D’UN SOUMIS DÉBUTANT

Découverte de la cage de chasteté

Next

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.