Les Plaisirs d’Audrey, ma Maitresse Dominatrice!

| |

Shopping avec Ma Maîtresse dominatrice…

Le taxi s’arrête à l’intersection des rues du Faubourg Saint-Honoré et Boissy d’Anglas, ne pouvant pénétrer dans cette dernière, fermée pour des raisons de sécurité. Je règle la course, sors rapidement de la voiture pour ouvrir la portière de Votre côté et Vous aider à sortir. Votre grossesse de plus de 7 mois rend Vos mouvements plus difficile. Aussi, Vous Vous appuyez sur mon bras pour Vous extraire de Votre siège. Une fois sortie, Vous me repoussez, hautaine.

  • « Allons-y » me dites-Vous sèchement « reste deux pas derrière moi, esclave« .

Vous avancez en direction de la place de la Concorde d’un pas décidé. Je Vous suis en admirant Votre silhouette de femme parturiente pourtant restée gracile, le ventre proéminent, les seins pleins et lourds. C’est la fin du printemps, il fait beau. Vous êtes vêtue d’une robe blanche légère et courte qui ne cache rien de Vos formes devenues si voluptueuses, d’une féminité extrême, presque obscène, au point que plus d’un passant que nous croisons ne peut s’empêcher de se retourner sur Votre passage, me rendant encore un peu plus fier de Vous appartenir. Arrivée devant la vitrine d’une boutique de lingerie appelée Daniela in Love,

Vous Vous arrêtez, contemplez un moment les articles en vitrine puis m’ordonnez :

  • « suis-moi ».

Vous poussez la porte de verre et pénétrez dans la boutique, sans un regard pour moi.

  • « Bonjour Madame, bonjour Monsieur » fait la vendeuse d’un ton enjoué alors que nous nous approchons du comptoir où elle se tient, « comment puis-je vous aider ? »

…dans une boutique de lingerie fine très chic!

 

Vous lui souriez en lui répondant :

  • « Mademoiselle, je suis une grande fan de lingerie mais, dans mon état, je n’ai plus grand chose que je puisse mettre et qui me rende aussi sexy que j’aime l’être quand je souhaite séduire. J’ai beaucoup entendu parler de votre boutique par une amie et j’aimerais savoir ce que vous pouvez me proposer. »

Toujours le sourire aux lèvres, décidément charmante, la jeune femme fait :

  • « Vous êtes déjà très sexy telle que Vous êtes, Madame, mais vous êtes clairement au bon endroit, j’ai des tas de choses à vous montrer parmi lesquelles vous et votre mari pourrez faire votre choix ! »

Je baisse les yeux, rougissant, lorsque Vous lancez à la vendeuse, d’une voix assurée :

  • « Oh lui, vous savez, ce n’est pas mon mari, mais mon esclave, il n’a rien à dire. Mon mari non plus d’ailleurs, je le cocufie abondamment. Non, je fais ça plutôt pour mon amant régulier, dont le porte l’enfant, et les amants de passage que je collectionne au gré de mes envies et de mes exhibitions. Mais j’espère ne pas vous choquer, Mademoiselle ? »
  • « Madame, vous ne me choquez pas du tout » répond la fille, ne semblant en effet pas gênée le moins du monde, « ce n’est pas le premier esclave qu’on m’amène ici. De plus, je comprends totalement votre désir de séduire. C’est tellement féminin, et vous êtes dans le temple de la féminité, ici. Nous allons voir ce que nous pouvons faire pour vous. »

 

Ma Maîtresse dominatrice à la recherche d’une tenue très sexy!

Maîtresse dominatrice

 

La vendeuse se dirige alors vers les rayons et les tiroirs où sont soigneusement rangés les articles de lingerie qui lui semblent appropriés. J’observe la jeune femme. Ainsi, je m’aperçois alors qu’elle est elle-même extraordinairement sexy dans une mini robe moulante noire, semi-transparente, laissant apercevoir un soutien-gorge pigeonnant incapable de couvrir les seins arrogants dont on devine, sous le tissu de la robe, les aréoles larges et sombres. Plus bas, le string microscopique est lui-aussi visible sous la robe, séparant les lobes parfaits des fesses charnues et fermes. La robe est si courte qu’elle couvre à peine les jarretières des bas noirs de la fille, laissant apparaitre parfois la chair nue du haut de ses cuisses.

Tout comme moi, Vous êtes fascinée par cette tenue et Vous dites à la vendeuse :

  • « Mademoiselle, Votre robe est extraordinaire, il faudra que je revienne l’essayer après que j’aurai accouché ! »

La fille répond :

  • « Vous savez Madame, le même modèle existe pour les femmes enceintes, je comptais justement vous la présenter. Cela vous tenterait ? »

Vous êtes sidérée :

  • « vraiment ? Je suis habituée aux tenues provocatrices, mais là, ça dépasse tout, cela doit être carrément obscène, non ? »

Sans se démonter, la jeune femme répond :

  • « il est vrai que porter une telle tenue en étant enceinte comme vous l’êtes, si féminine, confine à l’exhibitionnisme. J’ai coutume d’appeler cela de la nudité augmentée. Mais n’est-ce pas ce que vous cherchez ? »

Vous lui souriez, quelque peu excitée par l’idée :

  • « Vous avez raison, c’est en réalité exactement ce que je cherche, je veux bien l’essayer. »
  • « Très bien Madame, mais avant cela, trouvons peut-être la lingerie que Vous porterez sous la robe, qu’en dites-vous ? »
  • « Très bonne idée », faites-Vous enjouée.

Séance d’essayage avec l’aide de la jolie vendeuse très sexy…

Puis, d’un ton cassant, Vous tournant vers moi, m’indiquant un coin du magasin près des cabines d’essayage :

  • « à genoux esclave, les mains dans le dos, sans un bruit ! »

Je m’exécute, rougissant de honte en apercevant la vendeuse échangeant avec Vous un sourire complice.

La jeune femme Vous fait Vous aide à ôter Votre robe et Votre soutien-gorge, effleurant Vos seins lourds et Votre ventre plein. Je Vous sens frémir. La fille, en habituée, ne commente pas le fait que Vous ne portiez pas de culotte. Elle Vous contemple intégralement nue. En fait, Elle Vous trouve belle et Vous le dit, Vous lui rendez son compliment. Elle Vous enlace tendrement, Vous Vous laissez faire, cela ne dure que quelques secondes. Puis elle apporte divers soutien-gorge, toujours noirs, que Vous essayez les uns après les autres. Vos seins sont tellement pleins qu’il existe peu de modèles capables de le mettre en valeur comme ils le méritent.

Apres de nombreux essayages, Vous optez d’un commun accord pour un modèle à balconnets, véritablement extraordinaire. Ce modèle  soutient, à la fois, vos seins énormes et les présente au regard de façon provocante, tels des obus, laissant visible la moitie supérieure des aréoles, presque jusqu’au mamelon. De là ou je suis, à genoux, la vision est presque irréelle, Vous apparaissez telle une déesse de la fertilité, avec Votre ventre magnifiquement arrondi par la grossesse et Vos seins dominant le Monde. Mon sexe durcit douloureusement dans sa cage de métal alors que la vendeuse effleure la pointe de Vos seins en déposant un simple baiser sur Vos lèvres entrouvertes.

 

Ma Maîtresse dominatrice, très contente des essayages!…

Puis les essayages reprennent, la jeune femme apportant cette fois diverses culottes et strings. Vous n’êtes pas convaincue, Vous demandant si, après tout, Vous ne préférez pas rester la fente libre comme Vous l’êtes en général, en harmonie avec le cote « salope », comme Vous le dites Vous-même, que Vous aimez cultiver.

La fille, bonne vendeuse, Vous convainc de prendre un micro-string qui ne cache rien mais qui, d’après elle, Vous donnera en permanence une sensation très agréable par sa présence au contact de Votre plus extrême intimité. C’est le modèle qu’elle-même porte en ce moment, comme elle Vous le montre en soulevant le bas de sa robe. Un peu émue par cette démonstration très érotique, Vous enfilez le micro-string et Vous ressentez en effet un certain plaisir à sentir le mince lacet de cuir courir le long de Votre fente et de Votre raie. Comme pour le soutien-gorge, Vous gardez le string sur Vous.

La jeune femme sort à nouveau de la cabine pour aller chercher dans les rayons la robe qu’elle veut Vous faire essayer. Elle revient en me jetant au passage un regard mi-amuse, mi-méprisant. Elle Vous glisse un mot à l’oreille, Vous Vous retournez vers moi et Vous riez toutes les deux. Je rougis à nouveau. La vendeuse vous tend une paire de bas-jarretières noirs et une paire de chaussure à talon haut, que Vous enfilez rapidement. Elle déballe la robe et la déplie, Vous aide à l’enfiler, l’ajuste sur Vous, tire un peu sur le bas.

Quand elle est satisfaite, elle recule de quelques pas pour admirer son œuvre. Elle s’écarte de quelques pas. Alors que Vous Vous admirez dans la glace, je découvre le spectacle extraordinaire que Vous offrez aux regards. Vous êtes tout simplement la féminité faite Femme, l’objet absolu du désir, l’appel au sexe et à la copulation immédiate, répétée, permanente !

 

Achat d’une tenue super sexy, pour la soirée!

La robe noire, semi-transparente, est bien le même modèle que celle que porte la vendeuse, mais dans une version adaptée à Votre morphologie du moment. Elle épouse Vos formes comme une seconde peau, les exposant plus qu’elle ne les dissimule. Déjà provocants au naturel, Vos seins devenus lourds, Votre ventre empli des œuvres de Votre Amant, sont désormais dévoilés au regard plus encore que quand Vous étiez nue, dégageant un érotisme torride. Plus courte encore que celle de la vendeuse, Votre robe dévoile un bandeau de chair nue en haut de Vos cuisses et la naissance du galbe de Vos fesses.

De là où je suis, à genoux, je peux presque distinguer le lacet de cuir noir qui court dans Votre fente. Et pourtant cela reste bien une robe ! Vous êtes Vous-même fascinée par cette vision de Vous, presque irréelle. Vous Vous aimez, ainsi offerte, Vos pulsions affluent. La gorge sèche, Vous dites à la vendeuse, l’attirant vers Vous :

  • « Merci Mademoiselle, votre choix est extraordinaire et votre aide précieuse, je vous prends tout cela. »

Elle s’approche un peu plus, vous vous enlacez et vous embrassez longuement, vos langues se mêlant cette fois.

  • « De rien, Madame, le plaisir était pour moi, j’espère vous revoir bientôt. »

 

  • « Vous pouvez y compter, vraiment », lui répondez-Vous en lui souriant.

Puis, Vous tournant vers moi, d’un ton sec n’admettant pas la réplique :

  • « debout esclave, et tiens-toi prêt pour ce soir, tu vas m’aider à m’exhiber et à me faire prendre, j’ai besoin de jouir ! »

Départ pour une soirée très hot, avec ma superbe Maîtresse dominatrice!

Comme Vous me l’avez ordonné dans le taxi, de retour de Vos essayages si fructueux, je Vous retrouve à 22h00 précises, au parking des Invalides, au troisième sous-sol. Vous êtes là, tout juste arrivée. Je tombe immédiatement en arrêt lorsque je Vous vois, incroyablement sexy dans la tenue que Vous avez essayée le matin même rue Boissy d’Anglas. Décidément, l’impression qui se dégage de Vous dans cette minirobe hypermoulante et quasi-transparente qui dévoile Vos seins exposés par les balconnets qui les couvrent à peine, qui moule Votre ventre plein de l’enfant de Votre Amant, et qui s’arrête là ou finissent Vos bas, découvrant une bande de chair dénudée en haut de Vos cuisses. Cette impression, donc, est celle d’une féminité absolue appelant la copulation et le plaisir sexuel.

Quant à moi, je suis vêtu comme Vous me l’avez ordonné, d’un simple t-shirt noir à manches longues et d’un collant pour homme noir également par l’ouverture duquel j’ai extrait mon sexe encagé qui contraste de façon très visible avec le fin tissu noir du collant. Toute personne que nous croiserons pourra ainsi voir ce que je suis…

A suivre…

Please follow and like us:
Previous

Eva, la drôle de secrétaire, Reine dominatrice (10)

Régis, homme soumis et la vie Gynarchique! (2)

Next