Régis, homme soumis et la vie Gynarchique! (2)

| |

Punition pour Régis, homme soumis

Un samedi, nous sortons pour faire des achats dans différents magasins. Lors du trajet retour, je lui fais une remarque sur la lenteur d’une des  caissières. Ma Maitresse trouve que je me comporte comme un enfant. Ainsi, le lendemain, dimanche, à cause de ma remarque sur la lenteur de la caissière, ma   Maitresse décide de me faire porter   les « chaussons à pointes ».

Il s’agit de chaussons montants, fermés à clé, avec des semelles à pointes intérieures. Ainsi, il m’est impossible de marcher avec, debout. Lorsque je les porte, je dois me déplacer à quatre pattes, comme un bébé qui ne sait pas marcher. Passer tout un dimanche, à quatre pattes, pour faire le ménage et la cuisine et servir Maitresse. ce n’est pas facile.

De plus, ma Maitresse ne fait rien pour me faciliter la vie. Bien au contraire, elle me demande de faire la cuisine à genoux, sur un tabouret devant la plaque de cuisson. Ensuite, je dois aller et venir, de la cuisine à la salle à manger, en portant les verres et les assiettes! Littéralement, je finis la journée sur les genoux, au sens propre comme au figuré!

 Je promets de ne jamais faire de remarque de ce genre, à l’instant où ma Maitresse m’enlève les chaussons à pointes.

  • La prochaine fois, c’est un week end complet et en plus avec une couche !, m’ affirme ma Maitresse.

 

  • Merci Maitresse de m’éduquer avec patience!

 

Départ pour une soirée Mystérieuse!

 

Le vendredi soir, je suis invité à accompagner ma Maitresse.  Cependant, avant de sortir, je dois aider mon épouse à ce préparer. Après son bain, je l’aide à se sécher et à s’habiller.  Je m’étonne qu’ elle choisisse une tenue ‘très dominatrice« , pantalon et chemisier noirs avec un large serre taille  rouge apparent. Après s’être maquillée,  elle m’appelle pour l’aider à enfiler son  manteau de fourrure. Ensuite, elle ajoute un foulard autour de son cou.

Elle est magnifique et très grande, avec ses talons très hauts.  Au moment de quitter la maison, elle met un collier et une laisse dans son sac puis elle me jette un regard amusé. Je comprends à cet instant que c’est pour moi.

Le VTC que Maitresse m’avait ordonné de commander est devant la porte.  Je m’assois à coté du chauffeur après avoir ouvert et aidé ma Maitresse à s’installer confortablement sur la banquette arrière.  Sur le chemin, nous nous arrêtons pour prendre Mesdames Louise et Macha.  Après une heure de route sous la pluie,  le VTC nous dépose devant une porte cochère massive et austère.

Un homme posté nous ouvre la petite porte. Nous rentrons dans une cour entourée d’immeubles. Il fait très sombre. J’aide ma Maitresse, en lui tenant le bras, à avancer  sur les pavés mouillés et glissants de la cour. Madame Louise tient fermement mon bras de l’autre côté. Elle, aussi, redoute de tomber sur les pavés. Quant à Madame Macha, elle se tient à Maitresse.

Nous nous dirigeons vers une porte éclairée. Ensuite, nous entrons. Nous sommes accueillis comme des membres de la famille.

 

Arrivée à la soirée avec ma Maîtresse et ses deux amies

Ma Maitresse laisse son  manteau au vestiaire puis elle m’ordonne de me mettre nu, tout en sortant la laisse et le collier. Ainsi,  je dépose mes vêtements, mes chaussures et chaussettes dans une boite fermée et numérotée.

L’hôtesse donne à ma Maitresse un jeton lui aussi numéroté. Ma Maitresse me passe le collier, le boucle et y attache la laisse.

Nous sommes invités à descendre un escalier en pierres assez étroit. Je passe, devant, pour assurer Maitresse qui avec ses talons ne souhaite pas tomber. Tout le monde  fait attention et, en se tenant au mur de pierres, arrive sans encombre dans une grande salle voutée.

Cette pièce est, toute en pierres, avec au sol une  moquette rouge,  sur le côté un grand bar,  des alcôves et des petites tables. Au fond, il y a une cage, avec un hommes masqué enfermé. Un autre homme  est fixé au mur par des menottes. Il est fouetté avec nonchalance  par une « cat woman ». Un carcan est installé près du bar. Sur un mur, il y a un grand tableau où sont accrochés toutes sortes de fouets, martinets, triques et cravaches.

Je découvre, aussi,  une Reine de Saba, femme magnifique, très maquillée et portant une multitude de bracelets et colliers. Cette dernière tient en laisse deux hommes masqués.  Maitresse invite ses deux amies à s’installer sur une table basse.   Quant à moi, Maitresse m’ordonne de m’assoir au sol en restant à ses cotés. Un homme en string et en queue de pie pose une bouteille de champagne et trois flutes sur la table et sert les Maîtresses.

 

Ambiance irréel dans cette soirée BDSM avec des soumis et des Maîtresses dominatrices!

L’ambiance est irréel dans cette soirée. Tous les hommes présents sont soumis à la domination  de Maîtresses dominatrices.  Ils sont soit à leurs pieds, soit attachés aux anneaux ,aux chaires ou mousquetons installés ça et là dans la cave. Plusieurs soumis sont enfermés dans des cages. Beaucoup sont nus.  Quelques uns portent des strings. La majorité est en cage de chasteté. Les seuls hommes, qui évoluent librement, sont les serveurs.

Une animatrice présente  les Maitresses et les interroge sur leurs spécialités. Elle commente, également,  les démonstrations de « shibari »,  ou des séances de punitions en public. Il y a, aussi, une Dominatrice qui s’applique à enfoncer des aiguilles dans la verge de son soumis, immobilisé contre une poutre.  Une grande toile d’araignée en cordes fixée au mur  se libère. Ma Maitresse m’ordonne de me présenter devant l’animatrice. Ensuite, d’un grand signe, elle lui désigne l’ assemblage de cordes. Aussitôt, l’animatrice m’attache face contre la toile, les membres en croix.  Elle invite le public à venir me corriger pour le plaisir.

soumis

 

Je suis sur la toile depuis cinq minutes sans que rien ne se passe puis subitement une slave de coups de martinet s’abat sur mes fesses encore marquées de la précédente punition. Cela me chauffe sans me faire  mal, de plus.  J’ai l’impression que mon sexe est « libre » mais engourdi. En raison de ma position, je ne peux pas le voir.

Mon sexe est engourdi avec juste des  picotements sur des courtes périodes. Une Dominatrice a installé sur les couilles et ma cage, un système électrochoc.  Je perçois des rires malgré la musique et les bruits de la salle.

 

Cravaché et corrigé par les dominatrices présentes!

Je reçois, maintenant, des coups de cravaches sur mes fesses et toujours des chocs électriques sur ma queue. Je la sens à peine. Au bout d’un temps que je ne saurais déterminé, je suis détaché et accompagné auprès de ma Maitresse et de ses amies. Ma Maitresse me fait assoir à ses pieds et m’offre une flûte de champagne. Je la bois goulument puis je jette un œil à ma cage. Elle est bien fixée à ma queue, mais je ne la sens pas car ma queue est complètement engourdie. La soirée se poursuit dans les rires, les larmes et la domination des  mâles .

Ma Maitresse et ses amies, Louise et Macha, décident de quitter la soirée en promettant d’être présentes à la  prochaine occasion. Nous quittons la soirée et rentrons au petit matin.

 

 

Please follow and like us:
Previous

Les Plaisirs d’Audrey, ma Maitresse Dominatrice!

 Sissy Aline soumise à Maîtresse Anne-Marie (11)  

Next