Eva, la drôle de secrétaire, Reine dominatrice (10)

| |

Suite de la semaine avec Eva

Amaury se releva et aida Eva, sa Reine dominatrice, à s’asseoir. Il joua ensuite le rôle de valet de pied en la servant à table.  Le repas consistait d’une entrée, du plat principal et d’un dessert. Un vin de marque accompagnait le tout. Il connaissait Ses goûts, au moins certains d’entre eux, et avait choisi des plats qu’elle affectionnait. Il avait préparé l’entrée avec soin, et choisi un traiteur réputé pour le reste.

Le tableau était assez inhabituel. Pendant qu’elle mangeait, il demeurait humblement près d’elle, à genoux, fesses sur les talons, les bras derrière le dos et les yeux baissés. Il ne se relevait que pour La servir. Mais cela ne les empêchait pas de converser, comme si c’était un repas à deux.

Eva mangea avec plaisir et appétit, en prenant son temps, comme toujours. Tout était visiblement à son goût.

  • J’ai vraiment bien mangé, Amaury. Ta salade grecque était délicieuse, et ton traiteur sait y faire. Tu me donneras ses coordonnées.

 

  • Je suis ravi que ça vous ait plu, Ma Dame. Désirez-vous encore quelque chose ? Un café ou un pousse-café ?

 

  • Non, je vais continuer au vin. Il est bon aussi celui-là. Tu peux t’en servir un verre, si tu veux.

 

  • Merci, Ma Dame.

 

Amaury aida Eva à se lever de table, après quoi elle alla s’installer dans un sofa du salon.

  • Apporte-moi mon sac à main, Amaury. Il est dans ma chambre. Et mets-nous de la musique. Quelque chose de beau et de calme.

Celui-ci obéit aussitôt. Eva ordonna ensuite à son soumis de Lui servir de repose-pieds. Sur un fond de musique douce, elle se mit alors à consulter son portable.

 

Reine dominatrice

Aux pieds de sa Reine Dominatrice

 

Après une quinzaine de minutes, elle voulut changer de position et demanda à Amaury de s’allonger sur le dos le long du sofa. Sans lâcher son portable, elle enfonça alors le talon d’un de ses escarpins dans la bouche de son sujet et posa l’autre sur son sexe.

A un moment, elle composa le numéro de sa grande amie Marianne, à qui elle avait présenté Amaury quelques semaines plus tôt. Elles partageaient le même goût pour la gynarchie. Parmi Ses intimes, c’était pratiquement la seule personne qu’Eva considérait sur un pied d’égalité.

  • … Tu voulais que je te rappelle, ma chérie ? … Oui, nous pouvons nous voir dimanche après-midi … Je suis chez Amaury comme je t’avais dit. Il est d’ailleurs présentement sous mes pieds … Ca, je ne sais pas, peut-être … Sinon, on peut organiser rapidement une autre occasion … D’accord, à dimanche. Je t’embrasse !

Après avoir retiré son talon de la bouche d’Amaury, Eva s’adressa à son soumis :

  • C’était Dame Marianne. Tu ne l’as pas oubliée, j’espère ?

 

  • Non, Ma Dame, bien sûr.

 

  • Tant mieux, car tu vas bientôt la revoir, ajouta-t-elle avec un grand sourire.

 

Elle offrit à nouveau son escarpin à Amaury. Il le saisit avec délicatesse et commença aussitôt à baiser sa semelle et sucer son talon avec dévotion, pendant que sa Reine dominatrice se concentrait sur son portable. Quelques minutes plus tard, elle le remit dans son sac et considéra avec plus d’attention son sujet qui n’avait pas cessé de la vénérer. Avec son autre escarpin, elle commença à travailler ses testicules, d’abord doucement avec l’avant de sa chaussure puis plus fort avec le talon.  Comme toujours, elle ne cherchait pas vraiment à lui faire mal mais plutôt à l’éprouver. Si elle n’était pas sadique de nature, elle n’aimait pas les hommes douillets.

 

Convié par sa Reine dominatrice dans la chambre!

 

Ce petit jeu commençait à lui échauffer les sens… Elle finit par retirer ses pieds et invita Amaury à se redresser et à se mettre à genoux devant elle. D’une main, elle saisit sa verge pendant que de l’autre, elle le prit par les cheveux. Leurs visages se rapprochèrent. Elle l’embrassa alors longuement tout en caressant son sexe…

Tout en se relevant, elle lui dit :

  • Viens Amaury.

De sa démarche lente et majestueuse, la Reine dominatrice, Eva se dirigea vers sa chambre tandis que son soumis la suivait sur les genoux. Arrivée à la porte, elle se retourna vers lui :

  • Va vite prendre une douche et rejoins-moi!

Quelques minutes plus tard, il frappait à sa porte.

  • Entre!

Amaury obéit et eut un vrai choc en entrant. Eva était étendue sur le lit. Elle s’était changée et portait une jolie chemise de nuit diaphane, plus conçue pour éveiller le désir que pour le sommeil!

Alors qu’il allait se prosterner selon l’usage, Eva le devança :

  • Non, reste debout et viens t’allonger près de moi!

Un moment pétrifié par l’immense faveur qui lui était faite, et dont il n’aurait même jamais osé rêver, Amaury obéit à Son désir. Tout en lui caressant le visage et les cheveux, elle ajouta.

– Fais-moi l’amour, Amaury. Donne-moi tout le plaisir que tu peux me donner. Mais pour une fois, essaie d’oublier que je suis ta Reine dominatrice. C’est toi qui diriges. Je suis à toi, je me laisse faire…

Abandon d’Eva à l’adoration de son amant

 

Alors Eva s’abandonna à l’adoration de son amant. Avec une infinie tendresse, il la baisa partout et il n’y eut pas un endroit de Son corps magnifique qu’il ne parcourut de ses lèvres. A un moment, il s’attarda sur Sa voluptueuse poitrine et l’embrassa avec plus de fougue. Puis il descendit jusqu’à Son clitoris et tout en lui caressant le bout de seins, lui fit un cunnilingus qui L’amena à l’orgasme.

Eva se relâcha, comblée… Mais Amaury recommença aussitôt à l’adorer partout. Il l’aurait fait pendant toute la nuit si Eva, à nouveau excitée, n’avait pas repris l’initiative.

  • Viens, Amaury, viens en moi, lui dit-il elle dans un souffle.

Amaury s’agenouilla alors près du lit. Délicatement, il attira Eva vers lui de façon qu’elle soit en porte-à-faux au bord du lit face à lui. Tout en soutenant Ses jambes, il la pénétra doucement. Eva émit un gémissement. Amaury commença de lents va-et-vient, tout en Lui massant les seins. A nouveau, Eva s’abandonna totalement à son amant. Celui-ci augmenta un peu la cadence. Le plaisir d’Eva augmentait, augmentait… Ses halètements devinrent de plus en plus forts. A un moment, elle lui dit presque dans un cri :

  • Viens Amaury ! Viens !

Alors Amaury se pencha et l’étreignit en glissant ses bras sous elle. Tout en se frottant à son clitoris et en lui baisant les seins, il accéléra ses mouvements. Eva se sentait totalement prisonnière et possédée par son amant. Elle ne fut pas longue à jouir et dès qu’il sentit qu’elle jouissait, il la rejoignit dans Son orgasme…

Moment de tendresse et nuit parfaite!

Amaury remonta sur le lit près de sa souveraine. Ils restèrent longtemps enlacés. Après un temps, Amaury recommença à baiser çà et là la poitrine et le ventre d’Eva.

  • Tu es décidément insatiable, mon Amaury, lui dit-elle avec un tendre sourire.

 

  • Vous ètes tellement belle, Ma Dame, comment résister…

 

  • Tu es gentil, répondit-elle, dans un soupir.

 

« Et même l’homme le plus gentil et dévoué que j’aie jamais rencontré », pensa-t-elle sur le moment. Puis elle ajouta à l’intention de son soumis :

  • Je suis comblée, mon Amaury, et mes yeux commencent à se fermer. Mais tu vas rester près de moi cette nuit, je veux m’endormir dans tes bras. Apporte-moi un verre d’eau pendant que je vais au petit endroit.

Un peu plus tard, ils étaient à nouveau étendus dans le lit. Eva présenta son dos à Amaury et vint se blottir contre lui. Il mit un de ses bras autour d’elle. Eva qui était toujours un peu frileuse jouit de la chaleur qui émanait du corps de son sujet. Elle soupira d’aise, et complètement détendue et satisfaite, ne tarda pas à s’endormir.

Au petit déjeuner, Eva assise sur le visage de son soumis!

 

Le lendemain, après une nuit parfaite, Eva rejoignit Amaury occupé à la cuisine. Elle avait revêtu un déshabillé sur sa chemise de nuit. Quoique sortant du lit, elle était toujours aussi provocante. Dès qu’il l’entendit arriver, il lâcha tout et se prosterna face contre terre.

  • Bonjour Amaury.

 

  • Mes hommages, Ma Dame, j’allais justement vous apporter votre déjeuner au lit.

 

  • Ce n’est pas grave, je n’avais plus sommeil. Je vais le prendre ici.

Eva s’approcha d’un coin de la cuisine où se trouvait une petite table surélevée avec deux tabourets.

  • Tu peux me servir.

Amaury approcha avec un plateau et le déposa sur la table.

  • Mets-toi à genoux dos à ce tabouret et pose ta tête dessus!

Après qu’il eut obéi, Eva se hissa et s’assit sur son visage. Après quoi, elle sirota son café et déjeuna légèrement. Etait-elle toujours sous l’emprise de la soirée précédente ou bien était-ce dû à la position ? Toujours est-il que l’envie lui vint à nouveau et qu’elle commença à se caresser sur les lèvres de son soumis. Après un temps elle se redressa et lui ordonna de se retirer. Puis, toujours assise sur le tabouret, elle le saisit par les cheveux et pressa son visage contre son sexe. Et Amaury la fit jouir une nouvelle fois…

 

Fin de la semaine avec sa Reine dominatrice et retour à son appartement!

Ils restèrent longtemps enlacés, Eva toujours assise et Amaury à Ses pieds, la tête contre Son ventre. Contemplant Son sujet, des pensées sentimentales lui traversèrent l’esprit, qui ne lui étaient guère habituelles…

Un regard distrait sur l’horloge de la cuisine la fit prendre conscience que le temps passait.

  • Je vais prendre une douche, Amaury. Après quoi, tu m’aideras à faire ma valise et tu me reconduiras chez moi.

 

  • Bien, Ma Dame.

Il en fut fait ainsi, et une petite heure après, ils descendaient ensemble au garage de l’immeuble pour rejoindre la voiture d’Amaury. Sur le chemin, Eva lui demanda :

  • Tu es fort occupé ce week-end ?

 

  • J’ai une réunion importante lundi matin et je comptais sur demain pour la préparer. Je vais y rencontrer quelques clients potentiels, et je compte bien en profiter pour nouer des contacts. J’ai aussi l’un ou l’autre dossiers en retard, mais c’est moins urgent.

 

  • Tu n’as donc pas besoin de ce samedi soir pour préparer ta réunion ?

 

  • Non, Ma Dame, dimanche devrait suffire. Mais si vous avez besoin de moi, je suis toujours à votre disposition.

 

  • Je sais de quoi tu es capable, mon Amaury, mais je n’ai pas non plus envie de te faire passer des nuits blanches, répondit-elle en riant, tout en posant Sa main sur sa jambe. Puis, plus sérieuse :

 

  • Ce soir, je suis invitée à un vernissage et je souhaite que tu m’y accompagnes. Je te préciserai l’heure tantôt. Ah, nous arrivons…

Après avoir parqué la voiture, Amaury aida sa souveraine à sortir, prit Sa valise puis l’accompagna jusqu’à Son appartement. Il ne resta pas longtemps car Eva avait à faire et n’avait plus besoin de lui. Après lui avoir rendu hommage, il se retira. Il se sentait fort triste que sa semaine avec Eva fut terminée, mais il se consolait un peu à l’idée qu’il allait la revoir le soir même…

A suivre

Please follow and like us:
Previous

Sissy Aline soumise à Maîtresse Anne-Marie (10)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.