Ma conquête, femme dominatrice, prend les choses en main!

| |

Elle m’envoya un message me disant de venir chez elle dans la demi-heure. C’était, juste le temps qu’il me fallait pour faire le trajet. Je fis au plus vite. A peine arrivé, elle ferma la porte derrière moi. Je la pris par la taille, l’embrassa, mais au bout de quelques secondes, elle me repoussa. Je restai debout, interloqué, la regardant d’un air interrogatif. Elle était vêtue d’une petite robe légère qui ne demandait qu’à être retirée. Elle se recula en me regardant, puis s’assit en m’intimant d’un simple geste de ne pas bouger. Je me sentait observé, scruté, j’en étais figé!

C’est alors qu’elle me dit, doucement, mais fermement,

  • déshabille toi !

Je retirai alors mon blouson, mes bottes, mon tee-shirt, toujours sous son regard malicieux. Ensuite, elle se leva, s’approcha et entreprit de déboutonner mon pantalon. Ses mains glissèrent entre le cuir et ma peau. Je commençai à être à l’étroit dans mon pantalon, et cela eut pour effet qu’elle affichât sur son visage un sourire de satisfaction. Mais elle se recula pour retourner s’asseoir, je n’osais plus bouger.

Elle me fit face et me lança:

  • continue !

Elle semblait apprécier le spectacle que je lui offrais.

Nu devant ma conquête, femme dominatrice, après un timide strip-tease!

 

femme dominatrice

 

Je retirai tant bien que mal les chaussettes et le pantalon tomba promptement. Je me retrouvai en string quand d’un geste de la main, elle me dit d’arrêter.

  • Tourne toi, que je regarde tout cela, me dit-elle.

Je m’exécutai, vêtu simplement du string qui ne cachait plus grand chose de mon excitation. Après un premier tour sur moi même, puis, alors que je lui tournais le dos, j’entendis:

  • stop !… penche toi et retire moi ca !

Je glissai donc mes mains de mes hanches à mes chevilles pour faire glisser ce dernier rempart qui me séparait de la nudité totale. C’est à ce moment que je la sentis derrière moi. Elle s’était levée et approchée alors que j’étais de dos et que je me penchais en avant. Une main se posa sur la base de mon cou, m’intimant de garder la position. Elle commença ce que l’on pourrait appeler une inspection du regard, mais également avec ses mains qui parcourraient mon corps. Ensuite, elle me prit par les cheveux, et sans trop forcer, m’obligea à me redresser.

Elle murmura à mon oreille:

  • tu ne t’es pas lavé, ce matin ?

Je m’entendis lui répondre:

  • si, j’ai pris ma douche, comme tous les jours !…

Mais, sa main tenant toujours mes cheveux, tira ma tête légèrement en arrière et elle me dit fermement:

  • Non !… file sous la douche !

 

Trainé par les cheveux jusqu’à la douche!

 

Joignant le geste à la parole, cette femme dominatrice m’emmena par les cheveux dans la salle de bain pour me pousser dans la cabine de douche.

Elle ouvrit le robinet, me tendit un savon et me dit:

  • nettoie moi tout ça, pendant que je regarde. Et que tout soit propre !

Je ne pouvais plus réagir, mon esprit ne pensait plus, j’agissais, instinctivement, j’obéissais aux directives… j’entrepris donc de me savonner tout le corps, me concentrant sur le lavage de mon entière anatomie, cela, bien sûr, sous son regard.

Une fois rincé, je coupais le robinet et allait sortir de la cabine lorsqu’elle m’arrêta simplement d’un geste de la main.

  • Parce que tu estimes que tu es propre?, Me dit-elle…

Sa robe glissa et elle vint me rejoindre dans la cabine.

Elle se mit face à moi, posa sa main sur ma tête, et d’une légère pression, me fit comprendre que je devais descendre. Elle empoigna mes cheveux et guida, d’une main ferme et douce, ma bouche vers sa poitrine.

Alors que mes mains se posaient sur ses hanches afin de ne pas perdre l’équilibre, mes lèvres effleuraient la pointe de ses seins. J’alternais suçon et léger mordillement, allant d’un téton à l’autre. Mais soudain, je sentis une légère pression sur ma tête, je réagis immédiatement en posant mes lèvres sur son ventre, descendant doucement, mais sûrement afin de poser mes lèvres puis ma langue entre ses jambes.

 

A genoux face à ma conquête…

 

C’est alors que je me retrouvai à genoux, face à elle.

Sa main tenant fermement mes cheveux, elle guidait le rythme des coups que ma langue donnait à son intimité. Haut, bas, proche, légère pause, ses deux mains tenaient ma tête. Elle se servait de ma bouche et de ma langue sur son clitoris que j’avais envie de prendre a pleine bouche, alors que mes mains empoignaient ses fesses.

Ma langue la titillait, mes lèvres l’aspiraient, tout cela au rythme que des mains donnaient à ma tête. Je l’entendais gémir de plus en plus fort, respirer de plus en plus vite alors que j’accentuais ma prise sur ses fesses et que j’accélérais la cadence et la pression de ma langue et de mes lèvres sur son clitoris.

Puis, dans une ultime succion, simultanée à un coup de langue, je sentis ses mains serrer ma tête et l’appuyer plus fortement contre elle.

Elle avait explosé sous les coups de ma langue qui passait encore doucement sur son intimité.

Sans que je m’y attendis, elle tira ma tête en arrière par les cheveux, ce qui me fit lâcher ses fesses, me laissant à genoux devant elle, les bras ballants.

  • Bon toutou !, me lança-t-elle en me regardant, avant d’ajouter, maintenant, on va voir si tu es propre !

Nettoyage en profondeur pour le plus grand plaisir de cette femme dominatrice

 

Je n’avais pas remarqué l’embout allongé qu’elle avait sorti. Elle le fixa sur le flexible de douche, puis me dit:

  • Debout, tourne toi, mains en l’air sur le mur et cambre toi bien !

J’avais compris, plus tôt, qu’elle avait décidé de diriger les opérations et qu’il m’était inutile de négocier. Sans résistance, je me relevai donc pour m’exécuter.

Elle ouvrit le robinet de douche et je sentis l’eau qui commençait à couler au bas de mon dos, puis le contact de cet embout. Il se posa en haut du sillon de mes fesses, puis elle le fit descendre doucement jusqu’à atteindre mon orifice. Délicatement, doucement mais sûrement, elle commença à l’introduire. Je choisis de ne pas résister et en même temps l’objet s’introduisait, je sentais l’eau qui commençait à couler en moi.

  • Tu vois, tu n’avais pas tout nettoyé !, me dit-elle doucement à l’oreille. Je vais augmenter au peu la pression !

Elle ouvrit un peu plus le robinet.

Je sentis immédiatement l’eau jaillir un peu plus en moi et elle entreprit alors de faire des va-et-vient…

  • Il faut que tu sois bien propre, dit-elle.

Je remarquai au ton de sa voix qu’elle y prenait un certain plaisir et qu’elle empoignait mes cheveux pour me maintenir bien cambré.

Je serrai les dents pour ne pas crier mais je ne pouvais laisser s’échapper quelques « Mhhh » qui mêlaient surprise et un sensation inconnue. Elle dût remarquer le changement lorsque je me décontractais. Au bout de quelques aller-retours plus profonds, elle retira l’embout de mon corps et coupa l’eau en disant:

  • Voilà, maintenant tu es propre, on va pouvoir commencer à s’amuser !

Ces paroles résonnaient dans ma tête, « commencer à s’amuser… »… mais c’était quoi, alors, ce qui s’était passé ?

Je n’eus pas le temps de réfléchir qu’elle me tendit une serviette et me disant:

  • sèche toi et attend moi là, je reviens !

Bâillon-boule attaché derrière la tête!

 

Une fois essuyé, je restais là, debout, complètement nu et à la merci devant la cabine de douche. Mes vêtements étaient restés près de l’entrée. J’entendais des bruits que je savais identifier de l’autre côté de la porte. De longues minutes s’écoulèrent, je cherchais à identifier les bruits et un mélange d’angoisse et d’excitation me parcourrait.

Je ne savais pas du tout ce qui allait se passer, ce qu’elle avait prévu, et cela, malgré tout, faisait monter l’excitation en moi.

J’avais perdu également la notion du temps et je ne sais combien de temps s’était écoulé lorsque les bruits s’arrêtèrent. Quelques instants de silence, puis, la porte s’ouvrît. Elle apparut, vêtue à nouveaux de sa petite robe. J’essayais de voir derrière elle, mais les volets étaient baissés et la lumière éteinte. Je ne distinguais rien et ne pouvais voir qu’elle. Elle referma la porte après être rentrée et s’y adossa, les mains dans le dos en me regardant d’un air satisfait tout en souriant.

J’aurais du me méfier de son sourire, mais je n’eus pas le temps de quoi que ce soit. Elle me dit:

  • Tu as bien compris que c’est moi qui décide ?

Ne pouvant émettre le moindre son, je hochai de la tête en signe de consentement.

  • Bien, je vois que tu as compris, ajouta-t-elle, Cela sera plus facile et bien plus amusant, j’aime quand tu es docile, tu m’apportes beaucoup de plaisir !

Pour mon malheur, le seul mot qui sortit de ma bouche fut un « cooooool ! ».

  • Parce que tu crois que ça va être cool ?… tu vas voir si ça va être cool !!!, fut sa réponse immédiate. Et comme tu n’as rien d’autre à dire, pas la peine de parler, tourne toi et à genoux !, Ordonna-t-elle.

Je me tournai donc et me mis à genoux.

  • Ouvre la bouche!

A peine avais-je ouvert la bouche que je sentis une boule, glisser entre mes dents et très rapidement, je sentis le bâillon boule être attaché derrière ma tête.

  • Comme ça, tu ne pourras pas parler, puisque de toute façon, tu ne sais quoi dire !
Please follow and like us:
Previous

Fétichiste des jolis pieds de ma collègue (1)

Contrôle de police en présence de ma Maîtresse dominatrice (1)

Next

1 réflexion au sujet de « Ma conquête, femme dominatrice, prend les choses en main! »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.