Ma petite amie dominatrice (6) Suite au donjon

| |

Cela faisait bien 5 minutes que je me faisais enculer tout en gémissant. Je gémissais de douleur mais aussi de plaisir, c’était très perturbant. Cette femme dominatrice allait vite et très profond en moi. Mes larmes coulaient toujours petit à petit, quelle honte! Elle me tenait par les hanches mettant donc plus d’ardeur dans ses va et viens. J’avais réellement l’impression d’être une femme, se faisant violer par un homme extrêmement bien monté.

Je rougissais de cette situation, je rougissais de honte. Elle glissa sa main sur mon ventre et descendit jusqu’à mon sexe puis elle se mit à me branler tout en continuant les va et viens. Je ne pus retenir un gémissement proche d’un cri de plaisir.

  • Hé bin ma salope, tu as l’air d’apprécier ce que je te fais n’est-ce pas ?
  • Oui Maîtresse… c’est un pur… bonheur!
  • Tu aimes te faire enculer par ta Maîtresse dominatrice sale pute ?
  • O… Oui… j’aime cela Maîtresse!

J’avais tellement honte de ce que je venais de dire, c’était humiliant et très embarrassant.

  • Tu aimes te faire pénétrer violemment l’anus par une grosse bite, avoue le !

Sur ces paroles, une énorme tape claqua sur mes fesses, je pouvais ressentir la douleur de mes fesses à travers tout le bas de mon corps. Mais que devais-je répondre ? J’avais perdu tout mes repères. Ce dont j’étais sur, c’est qu’il ne valait mieux pas la contrarier, en particulier, vu ma position actuelle. Je décidai, alors, de ce que je devais répondre.

  • J’aime quand vous me pénétrez le trou avec votre énorme pénis Maîtresse, j’adore cela!
  • Tu n’as pas froid aux yeux cela me plaît, tiens en parlant d’yeux, regarde ce que tu as sous les yeux!

Surmonter ma peur et mon dégout pour ma Maîtresse dominatrice!

 

Joignant l’acte à la parole, elle m’enleva mon bandeau, et là ! Je vis ce que je redoutais le plus au fond de moi. Elle me dit alors :

 

  • souviens-toi de ce que je t’ai dit : lorsque tu seras en face de la pyramide, l’abandon te sera sans conséquence!

Jamais je n’aurais pensé qu’elle parlait de ça en disant « la pyramide » mais tout devenait plus clair à présent. J’avais peur, peur de ce qui allait arriver ensuite, que faire ? Prendre les paroles de ma Maîtresse dominatrice au mot espérant qu’elle ne mentait pas ? Ou affronter mes peurs espérant une récompense ? Je n’eus pas le temps de réfléchir que je reçus une violente tape sur les fesses.

-Dépêche toi on n’a pas que ça à faire, ou tu abandonnes ou tu portes tes couilles!

Elle avait lâché mon sexe et me claquait sans arrêt le cul des 2 mains, une sur chaque fesse. Je ne pouvais réfléchir ainsi, je me mis alors à paniquer. Je tremblais!  De plus, j’essayais de parler mais rien ne sortait, que des bruits d’étouffements et des gémissement de douleurs. Elle arrêta les tapes ainsi que les va et viens.

  • Bon tant pis écoute, tu es venu pour rien Colin, tu peux repartir.

Entendant les paroles de ma Maîtresse, je décidai de surmonter ma peur et mon dégoût. Je dis alors :

  • attendez… veuillez vous bien enfoncer cette pyramide je vous prie ? Assez pour que je ne puisse la lâcher que si vous la reculez… et je vous demande aussi, Maîtresse, de bien vouloir m’accorder une faveur je vous prie ?
  • … Hein ? Euh oui je… je t’écoute ?

 

dominatrice

Ma Maîtresse dominatrice semble satisfaite de ma décision!

 

Elle avait mis du temps avant de réagir et de me répondre. Son ton avait complètement changé, elle était méconnaissable, d’un ton violent et sûre d’elle. Ensuite, elle passa à un ton énormément surpris et limite hésitant. Je rétorquai alors :

  • J’aimerais que vous me bandiez les yeux de nouveau et… Me feriez-vous l’honneur de gérer le rythme grâce à vos va et viens si bon, malgré la douleur forte, dans mon anus Maîtresse ?
  • Es-tu conscient de ce que cela implique ?
  • Oui maîtresse
  • Te sens-tu réellement prêt à passer cette étape ?
  • Pour vous… je suis prêt à tout!
  •  Alors c’est accordé, tu es très courageux, je t’en félicite!

Elle avait un ton si doux. En fait, elle avait l’air de se soucier de moi! C’était agréable de la voir ainsi, sûrement un effet de la surprise, elle regarda alors Colin et lui dit d’un ton dur et effrayant :

  • Tu devrais prendre de la graine de ce soumis, qui a commencé hier soir !!! Qu’attends tu sal chien ??? AGIS !

En fait, je regrette déjà ma décision…

 

Je n’aimerais pas être à la place de ce Colin qui s’est pris un sacré savon. Ma Maîtresse dominatrice me remit mon bandeau doucement et tendrement. Vous l’aurez compris, la « pyramide » n’est autre que le sexe de ce dénommé Colin. Il avait un sexe impressionnant, d’une vingtaine de centimètres je dirais. Ma Maîtresse Chloé fut très surprise lorsque je demandai à Colin de l’enfoncer assez profondément dans ma bouche pour que je ne puisse pas la retirer de moi-même, mais en réalité, c’était un choix de la facilité. Me connaissant, à peine je l’aurais eu dans la bouche que je l’aurais directement recraché.

Ainsi ma Maîtresse aurait pu prendre cela pour un affront et s’énerver fortement, ce que je souhaitais éviter plus que tout. Et concernant le fait de lui avoir demandé de gérer les va et viens, cela me permettait de m’assurer que j’irais au rythme qu’elle souhaitait. J’avais donc bel et bien fais les choix de la facilité. Mais me résoudre à sucer un homme était bien loin d’être facile!

Je me surprenais moi-même! En fait, je n’avais pensé qu’à une chose : le bonheur de ma Maîtresse dominatrice. Mais, c’est en sentant les mains de Colin sur ma tête que je me mis à regretter ma décision! Je voulais bouger dans tous les sens et garder la bouche fermée, à part pour cracher dessus. Mais l’image de ma Maîtresse dominatrice en colère au dessus de moi, cravache à la main et gode-ceinture à la taille me découragea très vite, j’avais peur de sa réaction. Alors je fermai les yeux, et je serrai les poings en espérant que ce serait vite terminé, que je suis naïf, ça n’a même pas commencé.

 

…Mais j’ai peur de la réaction de ma Maîtresse dominatrice!

 

Une odeur de pénis se rapprochait de moi. Soudain je sentis sur le bout de mes lèvres se déposer le gland. Je tremblais et je ne savais pas quoi faire, j’avais peur, je voulais tout arrêter. L’ayant remarqué, ma Maîtresse me caressa les cheveux et vint me susurrer :

  • Ne t’en fais pas mon chou, tu as été très courageux, je suis énormément fière de toi, ce ne sera pas long!

Ces quelques mots me calmèrent net. Je ne pouvais pas reculer, la main qui me caressait les cheveux appuya fort sur mon crâne ce qui me rentra de force le gland dans la bouche. J’entendis de la voix de ma Maîtresse :

  • HÉ SALE PUTE PUANTE ET BONNE A RIEN, IL A DEMANDÉ QUE TU T’AVANCEs POUR QU’IL NE PUISSE PAS L’ENLEVER, ALORS T’ATTENDS QUOI ???!!!

Je n’étais pas le seul à passer un mauvais moment, Colin lui se faisait engueuler comme pas possible par ma Maîtresse. Il s’avança alors et je me retrouvai avec son sexe à moitié enfoncé en bouche. C’était répugnant, ça avait un goût et une odeur d’urine prononcée, mais aucune trace de sperme. Cela devait faire bien longtemps qu’il n’avait pas joui! Pitié qu’il ne me jouisse pas dans la bouche!

Je n’eus pas le temps de réfléchir à autre chose que ma maîtresse reprit les va et viens. Ils étaient doux et lents, mais cela suffit à faire gémir fort Colin. La force des va et viens de ma Maîtresse faisait bouger mon corps de façon à ce que ma bouche fasse des va et viens sur le sexe de Colin. Plus le temps avançait, plus les va et viens se faisaient violents et rapides.

Totalement dégouté!

 

Cela devait faire bien 5 minutes que je me faisait enculer tout en suçant. Les va et viens devenaient violents et rapides. Je gémissais toujours de plaisir avec l’huile. De plus, je ressentais un peu moins de douleur même si elle était bien présente. Mes gémissements étaient étouffés par le sexe de Colin, qui lui gémissait fort et sans retenue.

Ses gémissements et sa respiration m’indiquait qu’il n’allait pas tarder à jouir. Quant à moi, cela me dégoûtait tellement! Devoir sucer ce type, sans pouvoir arrêter ça, pourquoi ai-je eu une telle idée? Chloé me manipulait-elle sans s’en rendre compte, ou bien avait-elle tout préparé depuis le début ? J’étais perdu, je ne me concentrais sur rien, je ne faisais rien. Colin était sucé grâce aux va et viens de ma Maîtresse.

Mais soudain quelque chose changea, en effet, le sexe de Colin gonflait au fond de ma gorge. Cet enfoiré se mit à jouir dans la bouche sans même « crier gare » !!! C’était totalement dégueulasse. Je ne voulais pas avaler ça! Il y en avait tellement! A croire qu’il n’avait pas joui depuis un bon moment. Mais à priori, je n’étais pas le seul que cela énervait. Ma Maîtresse lui lança d’un air tellement en colère :

  • SALE PUTE DÉGUEULASSE !!! QUI T’AS AUTORISÉ A JOUIR ??? DE PLUS A L’INTÉRIEUR DE LA BOUCHE DE MON TOUTOU !!! TU AURAIS DÛ DEMANDER LA PERMISSION ! RETIRE ÇA DE SA BOUCHE, AGENOUILLE TOI DEVANT LUI, DEMANDE LUI PARDON, ACCEPTE LA PUNITION QU’IL TE DONNE, QUELLE QU’ELLE SOIT!

Mon dieu, je n’aimerais pas être à sa place. Puis le ton de ma Maîtresse changea, il était devenu doux et gentil lorsqu’elle s’adressa à moi pour me dire :

  • Mon petit Samy, il a été très vilain, non tu ne dois pas avaler, bien sûr que non, tu as été très sage, tu auras une jolie récompense mon mignon!

 

Arrivée de Maîtresse Lou…

 

Colin se retira. Je comptais recracher, mais ma Maîtresse dominatrice, couchant son corps sur mon dos, sans retirer le gode de mon anus, me ferma la bouche en me retirant le bandeau. Je ne comprenais plus rien. Elle m’avait dit de ne pas avaler pourtant! A quoi jouait-elle ? Puis j’entendis des bruits de talons, c’était Maitresse Lou. Je la reconnus grâce à sa voix lorsqu’elle dit :

  • Ma raclure n’a pas été sage ? Alors elle doit être puni. Samy, garde ce sperme dégueulasse de la pute chien dans la bouche encore un peu, nous allons te donner de quoi recracher.

Je ne pouvais toujours pas voir son visage car ma Maîtresse me maintenait la tête vers le bas. En fait, je ne pouvais voir que des bottes à talons aiguilles en latex noir chaussées par des jambes d’une finesse et d’une beauté folle.  Je ne pouvais pas voir jusqu’où elles montaient. En réalité, je ne voyais que jusqu’à la moitié du mollet. Ensuite, je vis une bouteille quasi pleine d’urine et de sperme sous mes yeux. Maîtresse Lou me dit alors d’un ton agréable à entendre :

  • Recrache dedans, je prépare cette mixture depuis un long moment!

Il ne fallait pas me le répéter deux fois pour que je crache ce sperme ignoble dans cette bouteille. La bouteille fut refermée et secouée. Je relevai lentement la tête vers Maîtresse Lou, et là… le choc. Cette Maîtresse Lou était en réalité un jeune fille nommée Emilia. Je le savais car cette jeune fille avait fait un stage avec moi au garage. C’était une empotée, elle avait peint une Audi R8 en rose au lieu d’en blanc car elle trouvait ça plus joli.

Elle devait faire dans les 1m64, blonde, elle ne dépassait sûrement pas les 50kg. Ses cheveux retombaient jusqu’à son cul plutôt remarquable. Elle avait aussi une poitrine généreuse. Elle portait un haut en cuir muni d’un décolleté en V à ras de ses tétons. En bas elle avait un porte-jarretelles en latex accroché à mi-cuisse à ses bottes en latex. Elle ne portait pas de culotte. Pourquoi me faisait-elle cela ? A cause de sa mauvaise note à son stage ? Et elle aurait rencontré Chloé là-bas ? C’était à n’y plus rien comprendre!

Quand je croisais son regard, elle s’approcha de moi, s’agenouilla, me montra la bouteille encore fermée , et me dit d’une voix douce avec un sourire angélique :

  • Tu veux goûter ?
Please follow and like us:
Previous

Ma petite amie dominatrice (5)

LOPETTE DE MA FEMME DOMINATRICE

Next

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.