Une « sissy » en devenir!

| |

Frustration de ne pas être une fille

Cela faisait maintenant vingt et un ans que je vivais avec cette frustration de ne pas être une fille. Cette frustration m’avait poursuivi toute ma vie, avec des moments très difficiles. J’ai découvert petit à petit l’univers de la domination féminine et le fait qu’un homme hétérosexuel pouvait devenir une « sissy ».
En fait d’aussi longtemps que je m’en souvienne, quand j’étais seul à la maison, j’adorais enfiler, en secret, les vêtements de mes sœurs et utiliser leurs jouets. J’adorais la compagnie des filles. Déjà, j’aimais perdre contre elles quand nous jouions et qu’elles se moquaient de moi. En fait, je feignais d’être vexé, mais cela me comblait de bonheur. J’imaginais être leur copine. Bien sûr, cela n’arrivait pas souvent car mon père avait pour philosophie: « Les garçons avec les garçons, les filles avec les filles ».
Heureusement pour moi, les trois couples d’amis proches de mes parents n’avaient que des filles de mon âge. Ainsi, cela me permettait, quand elles venaient à la maison ou quand nous partions en vacances, de profiter de leur compagnie. C’était aussi l’époque où chez nous, les hommes étaient dans l’ensemble machos. Ils préféraient fréquenter les bistros pour jouer aux cartes et picoler, en prétextant la dureté de leur travail. Ainsi, ils laissaient à leurs épouses, les petites joies du ménage et de l’éducation des enfants.

 

Adolescence sans trop de problème mais toujours le fantasme d’être une « sissy »!

 

Je fus donc élevé entre mes deux sœurs, ma mère, ses amies et aussi une tante qui venait assez régulièrement qui était très coquette et que j’admirais.
Mon adolescence s’est passée sans problème. J’ai eu une scolarité moyenne, des copains et des copines comme tout le monde, bien que plutôt introverti. Cependant, j’avais, toujours, cette envie d’être une fille dans la tête, et je ne savais pas à l’époque, ce qu’était une « sissy ». La mixité du collège n’arrangea rien. Enfin à dix-neuf ans,  je partis pour l’armée, directement en Allemagne. Comme pour tout le monde à l’époque, on ne m’a pas demandé mon avis. De plus, c’était ma période anti militariste. J’y suis donc allé à contrecœur. Cette année fut riche en événements personnels : mon engagement et la rencontre avec Joëlle.
Cette semaine-là, semaine de mon anniversaire, nous étions en mission. Bref, nous jouions à la guéguerre dans les forêts alsaciennes. Nous avions donc décidé de fêter cet événement dignement, le samedi, en boîte, lendemain de la sainte Catherine. Cependant, je n’étais pas vraiment fana de ce genre de sortie, car je n’étais pas très à l’aise sur une piste de danse ni pour « draguer » les filles. Mais après une semaine passée dans la gadoue, replonger de cette façon dans la civilisation ne me déplaisait pas vraiment.  A ce moment-là, j’étais loin de me douter de l’expérience que j’allais vivre.

 

La rencontre qui va bouleverser ma vie!

 

Le jour venu, je me suis mis sur mon trente-et-un, pantalon à pinces, chaussures noires, chemise également à pinces pour mettre en valeur mon torse (être introverti n’empêche pas le narcissisme) et enfin un gros blouson pied-de-poule (à la mode à cette époque). Pour rappel, nous étions en hiver. Pour une fois, nous sommes arrivés suffisamment tôt pour avoir une table, de plus à côté de trois très jolies filles. Il est vrai que pour moi toutes les filles sont jolies.
Au fur et à mesure du déroulement de la soirée, le whisky coca aidant, la discussion avec ma voisine s‘engagea, pour être tout à fait honnête, surtout grâce à elle. Déjà sur la piste de danse, c’était elle qui était venue vers moi. Je me donnais des airs de pro du dancing mais je suis convaincu qu’elle n’était pas dupe de mon malaise.
A cette époque, il y avait encore des petites séries de slows, et bien sûr c’est encore elle qui a pris l’initiative de l’invitation. C’est encore elle qui s’est montrée plus pressante en se serrant bien contre moi et en me demandant, taquine, de me décoincer, de ne pas être si timide. Elle a même ajouté qu’elle n’avait pas l’intention de me manger! Moi bien sûr, je faisais le mec décontracté. Quand elle riait, j’étais au paradis.

 

Joelle prend les choses en main…

 

Puis elle me prit par la main pour me guider, parmi la foule vers la petite cour intérieure pour prendre l’air, fumer tranquillement une petite cigarette et parler dans le calme. J’étais conquis, et envoûté. La soirée bien avancée, elle me demanda si nous étions obligés de rentrer à la caserne. Je lui répondis, un peu vexé, qu’en tant qu’engagés, nous avions quartier libre jusqu’à lundi sept heures, heure du rassemblement.
Elle sourit :
— Alors viens avec moi!
Je n’en croyais pas mes oreilles.
— Chez toi ?
— Bien oui, tu as peur ?
— Euh… non, mais… mais c’est ma bagnole, je dois les ramener.
— T’es bête ou quoi ? Laisse-leur les clefs ! je te ramènerai demain.
J’étais tellement surpris que cette idée ne m’avait même pas effleuré l’esprit. Pourquoi moi ? Mais comment pouvais-je l’intéresser? J’étais de loin le moins beau de l’équipe, le moins rigolo et de plus encore, boutonneux.
Elle avait trente-deux ans j’en avais vingt et un, elle habitait Strasbourg.
Elle déposa ces copines. Une fois chez elle, elle me proposa un verre que j’acceptais, à la fois pour me donner du courage et surtout gagner du temps ne sachant pas trop comment m’y prendre sans être ridicule.

sissy

…et se transforme en femme dominatrice!

 

Elle me prit une nouvelle fois par la main, même situation, même effet et m’amena dans la salle de bain.
Nus sous la douche, nos corps couverts de mousse sublimaient nos caresses. J’étais littéralement envoûté, elle me semblait plus douce, plus grande. J’étais sous le charme. Pourtant arrivés dans le lit, l’émotion fut telle que je ne pus tenir ma promesse.
— Ne t’inquiète pas, ça peut arriver, je vais réparer tout ça.
Avec énormément de douceur et de patience, elle se mit à la tâche, mais sans succès. Petit à petit, je sentais bien que la situation commençait à l’agacer. Elle perdait patience. Ensuite, elle monta le ton, sans doute vexée pour finir par m’insulter, me gifler et en dirigeant l’index vers la porte :
— Dégage, je ne veux plus te voir.
Cette petite scène me déclencha immédiatement une érection que je ne pus dissimuler. Bien sûr elle, s’en aperçut et me tira violemment par le bras. Ensuite, elle me propulsa sur le lit puis elle sauta à cheval sur mon ventre. Un sourire moqueur embellissait encore son visage :
— Tiens, que se passe-t-il ?
— Bin oui, c’est revenu.
— Ce ne serait pas plutôt ma gifle qui t’aurait réveillé. T’es un petit maso toi ?
— Bin non… non : me défendais-je.

 

Sissy Giflé par cette magnifique femdom puis…

 

Là, elle fit mine de m’en remettre une.
-la vérité ! : me dit-elle, sévère.
La tête basse, en murmurant je lui dis que oui.
-Plus fort! : me dit-elle.
J’obtempérai. Elle se mit à rire, tout en me donnant une série de petites gifles puis ajouta :
— Nous allons bien nous amuser tous les deux!
Ensuite, elle me posa plein de questions sur mes fantasmes de masochiste. Ensuite, après encore quelques péripéties, nous réussîmes, enfin, à conclure cette soirée durant laquelle je n’avais pas brillé,  comme elle l’entendait. Pour quelqu’un qui ne voulait ne pas être ridicule, c’était gagné!
Le matin, je me réveillai ne sachant trop quel comportement tenir. Elle me mit vite à l’aise :
-Reste nu et va faire le café! Il est dans le placard du bas! Les tasses, tu les cherches et dépêche-toi j’arrive!

 

…Transformé en « sissy » pour mon plus grand bonheur!

 

 

Dix minutes après, elle apparut nue. Elle était décidément magnifique, le visage un peu rond un corps joliment potelé et superbement proportionné. Ses cheveux châtain foncé couvraient sa nuque. Elle avait des chiffons dans la main, qu’elle me jeta au visage.
-mets ça! : me dit-elle directive. Cela conviendra mieux à ta nature de sissy et vite.
A ma grande surprise, c’était une robe et un soutien-gorge. J’enfilai le tout immédiatement. Une bosse apparut au niveau de l’entrejambe :
— On dirait que ça te plaît ma petite salope de sissy ?… Réponds !
— Oui (la tête basse, en murmurant)
— Plus fort… et oui Joëlle (en levant la main)
— Oui Joëlle… je
— Tais-toi et va dans la salle de bain! Il y a du coton dans un tiroir, remplis moi ça.
En passant à côté d’elle, elle me mit une tape derrière la tête et me dit :
-File! petite « sissy »! c’est sûr on va bien s’amuser toutes les deux!

Entre-temps, elle avait invité sa copine Véro à déjeuner. Avant qu’elle ne prépare le repas, plutôt simple, elle me fit des recommandations pour la recevoir et me montra où elle plaçait tout ce qui était utile dans une maison.

Please follow and like us:
Previous

Révélation de mon âme d’homme soumis (5)

Découverte de ma soumission

Next

5 réflexions au sujet de “Une « sissy » en devenir!”

  1. Excellent début. Un de mes rêves serait de posséder un jour un esclave que je pourrais utiliser en tant que sissy victorienne brimée.
    Hâte de lire la suite.

    Répondre
  2. TRES BELLE HISTOIRE J AUREZ BIEN VOULUE LA VIVRE CETTE RRNCONTRE AVEC CRTTE DOMINA ALSACIENNE J ESPERE QUE TU VA PAS METTRE TROP LONGTEMPS A NOUS RACONTER LA SUITE

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.