Homme soumis toujours en dressage : Mutation vers un couple gynarchique (17)

| |

Ce texte est la suite de l’épisode 16 : Dressage homme soumis : Mutation vers un couple gynarchique

Lecture du relevé de notes de l’homme soumis!

 

Zaïa savait manier le suspense. Elle se délectait à regarder sa lope complètement tétanisée devant elle. Ainsi, elle attendit un long moment avant de démarrer son commentaire du relevé de notes de son homme soumis. Enfin, elle commença son discours :

  • Alors ma petite pute, je te sens bien fébrile et toute tremblante devant ta Reine ! Bon, je ne vais pas te faire languir plus longtemps. Je commence par la 1e catégorie :

Les tâches ménagères : 16

Les tâches ménagères étaient toujours exécutées par Laurent en tenue de soubrette. Il y avait quelques sous-catégories! On pouvait lire :

Ménage : Très bien

Lessive, repassage et rangement : Bien sauf le repassage des affaires de ta Maîtresse qui devra être absolument parfait au prochain trimestre.

Cuisine : Excellent!

 

Laurent ne fut pas surpris. Il savait avoir flatté à de nombreuses reprises les papilles de sa Maîtresse par de bons petits plats maison. De plus, il savait aussi qu’il devait faire encore beaucoup mieux dans le repassage. Par contre, il excellait dans le rangement de la lingerie de sa Maîtresse. Son côté fétichiste l’aidait beaucoup sur ce point.

 

  • Bon maintenant, reprit Zaïa passons à la 2e catégorie :

Obéissance : 19

C’est excellent, tu rates le 20 de très peu. Tu m’as fait attendre un quart de seconde parfois dans l’exécution de mes ordres, c’est dommage…

En 3e catégorie, nous avons :

le Respect des codes Maîtresse-esclave et la connaissance du règlement par l’homme soumis : j’ai mis une note de 14

C’est correct mais je ne peux m’en contenter car inférieur à 16! Ce sera donc 2 x 10, soit 20 coups de fouets en une seule salve sans temps de récupération. Dans le détail, je dirais que les codes sont connus et appliqués mais c’est en récitation du règlement que tu as des lacunes. Tu dois connaître le règlement par cœur ! Et le dire à voix haute à chaque fois que ta Maîtresse l’exige, et sans l’ombre d’une hésitation ! C’est compris ?

 

  • Oui Maîtresse, je vais faire encore mieux pour ne pas vous décevoir.

 

  • Ça vaudrait mieux ! Continuons, et passons aux catégories plus intimes :

Féminisation : 20.

Alors là c’est parfait! On sent tellement combien tu aimes te faire féminiser! En plus, je dois dire que j’en mouille régulièrement ma petite culotte à te voir porter de la lingerie. Et puis tu as une garde-robe et des dessous féminins à faire pâlir une dame digne de ce nom. Remercie ta femme de t’acheter de quoi te transformer en femelle attractive. Sans compter ses robes, jupes et petits pulls en laine à elle que tu aimes que Samia te fasse porter. Je sais aussi par ta femme combien la laine et la soie t’électrisent. Avec cette note tu auras donc droit à une récompense pour fétichiste, ma petite culotte du jour. Tu la porteras pour rentrer chez toi.

Dans la catégorie Humiliation, je t’attribue un 19.

Encore une très bonne note, je te sens friand de ce genre de traitements, c’est ce qu’il faut ! Et puis tu n’es jamais plus beau que travesti, à quatre pattes et avec un gode dans le cul, le tout exhibé par webcam pour le plus grand plaisir de mes meilleures amies!

Cuckolding : 19

Cette note a été donnée par la seule personne apte à le faire, ta femme. Samia m’a dit que tu étais toujours très demandeur d’être fait cocu par elle et que tu ne pouvais cacher tes érections à chaque fois qu’elle te racontait ses aventures extra-conjugales.

Face-sitting et léchage de la chatte de ta Maîtresse : 18

Que de progrès accomplis en l’espace d’une année à mon service ! Tu me procures désormais des plaisirs très intenses quand tu me bouffes la chatte. Pas pour rien que je t’ordonne de le faire si souvent, aussi longuement et dans toutes les positions !

 

Foot-worship : 16

Tu dois encore progresser dans ce domaine. Certes tu masses bien les pieds de ta Reine, mais si celle-ci a décrété que tu dois le faire pendant une heure, tu ne dois pas t’arrêter ou montrer des signes de fatigue au bout de 59 minutes… Et si ta femme le soir réclame la même chose, tu dois le faire avec autant d’enthousiasme !

 

homme soumis

Bondage : 19

Tu adores être attaché, j’adore le faire et ta femme aussi, alors tout va bien pour cette catégorie. Mais attention, tu vas maintenant devoir attaquer les plus hauts niveaux de la discipline et subir les plus complètes, intenses et longues immobilisations. Interdiction de décevoir !

Punitions corporelles : 15

Ce sera donc 10 coups de fouets supplémentaires sur le mode espacés de trente secondes et d’intensité extrême. Comme je sais combien tu aimes être fessé, fouetté et cravaché, je me demande si tu ne l’as pas fait exprès. Dans cette catégorie, tu dois apprendre à ne jamais broncher sous la violence des coups, sauf si ta Maîtresse t’y autorise et surtout tu dois tendre ton petit cul de salope et ne jamais le rentrer quand le coup est porté. Et puis quand je remplace le fouet par la tapette, je ne veux plus te voir pleurnicher. De toute façon ça ne sert à rien, une Maîtresse sait ce qu’elle fait même si ta douleur est difficile à supporter. En plus rien ne l’attendrit et elle ignore la pitié, je te l’ai déjà dit. Tu dois la servir, lui obéir et souffrir en silence.

 

  • Oui Maitresse, répondit Laurent croyant bien faire.

 

  • Tais-toi, petit homme soumis! Je ne t’ai pas autorisé à commenter. Je reprends :

 

Chasteté imposée : 20

Tu t’es très bien adapté au port de la cage de chasteté, et ta femme et moi te poussons dans tes limites en terme d’abstinence sexuelle sans que tu te plaignes ou dépérisses sous nos yeux. C’est d’autant plus méritoire que Samia et moi connaissons ton penchant pour la masturbation que tu pratiquais de manière quasi-quotidienne avant de commencer à être dressé par nous. J’ai donc décidé, en commun accord avec ta femme  de te mettre un 20, ce qui te permettra d’avoir une deuxième récompense, cette fois par ta femme. Elle te traira quand tu rentreras chez toi, histoire de te vidanger et avant de te poser la cage de chasteté de nouveau et ce pour un bon moment.

Uro : 17

C’est une note bien payée. Je ne te pisse pas assez souvent dessus et je ne te fais pas assez boire mon nectar doré finalement, je m’en rends compte. Je t’ai baptisé dès ta première séance en t’urinant à gros jets sur le torse et le visage, mais depuis j’oublie un peu cet axe de travail. Pourtant il a tout pour plaire, ton humiliation y est presque aussi totale que quand je te fais le trou du cul… Je vais y remédier au prochain trimestre.

Gode-ceinture : 19

Toi on peut dire que tu aimes te faire goder par une femme ! On dirait que la levrette a été inventée pour toi… Tu es une vraie salope, en plus d’un homme soumis ! Et à chaque fois que tu prends cher, on sent que tu en redemandes…

Rien à dire donc sur ce poste.

Enfin, je terminerai par les deux dernières catégories pour lesquelles tu as signé récemment un avenant à ton contrat de dressage :

Scato: 16

Je ne t’ai chié qu’une seule fois dessus dans la baignoire, une belle merde que je t’ai ensuite forcé à étaler sur tout ton corps puis je t’ai laissé ainsi une bonne demi-heure imprégné de mes déjections sacrées avant de t’autoriser à te laver. C’est un bon début pour une pucelle un peu réfractaire à ce genre de choses!

Ballbusting: la dernière catégorie, introduite aussi ce trimestre, tes petites couilles douillettes étant sensibles à ce genre de traitements. Du coup je suis restée assez soft, je te les ai plus pressées que frappées à vrai dire. Voilà, avec ces bonnes notes tu peux rentrer chez toi rassuré. Mais avant, les trente coups de fouet, ce qui est dû est dû ! Retourne dans mon donjon!

Elle le suivit immédiatement et l’attacha en croix face au mur après lui avoir enlevé sa culotte en dentelles. La première volée de 20 coups de fouet fut la plus terrible car assénée sans une seconde de répit. Les dix lents coups qui suivirent carillonnèrent à ses oreilles. Elle le libéra.

  • j’en profite pour te faire passer une dernière épreuve sur le chemin du retour. Tu rentres en tenue féminine ce soir, la nuit devrait t’aider si tu choisis les rues un peu sombres.

Elle rigola, et commença à l’habiller comme une poupée.

  • Et maintenant, file!

 

  • Merci ma Reine. Au revoir, Maîtresse.

 

Dernière épreuve pour Laurent, soumis en dressage!

 

La honte au front, Laurent se glissa hors de l’appartement. Sa perruque et son maquillage l’aidait à se fondre dans l’univers féminin que lui imposait sa Maîtresse mais Zaïa avait compliqué un peu les choses. D’abord en lui donnant une jupe courte qui laissait entrevoir le bas de ses porte-jarretelles. Ensuite en lui donnant un épais manteau fourré qui laissait à croire que cette « femme sexy » ne portait rien dessous, ce qui était le cas. Enfin des bottines avec talons aiguilles lui rendaient impossible tout empressement sur le chemin du retour, sauf à risquer de tomber avec ridicule sur le trottoir. C’était quand il croisait des femmes dans la rue que Laurent se sentait le plus ridicule. Il essaya donc d’avoir une démarche chaloupée et féminine, ce qui était le but secret de l’exercice imposé par maîtresse Zaïa. Il eut la chance de croiser peu de monde, et une seule voisine en montant chez lui par les escaliers. Elle ne sembla pas le reconnaître, mais qui sait.

Une fois chez lui, sa femme ne fut pas surprise de le voir dans cette tenue, Zaïa l’ayant avertie. Laurent voulu aller se changer mais sa femme le lui interdit.

  • Où vas-tu ? Reste ici et dans cette tenue. Montre-moi ton bulletin!

Laurent sortit le précieux document et le donna à sa femme. Elle examina tout dans le détail. Puis lui fit son bilan :

  • Je suis satisfaite de ta progression. Je ne domine pas mon mari pour rien on dirait. Et puis Zaïa est la meilleure des Maîtresses. Notre travail porte ses fruits, tu es une lope soumise des plus fréquentables. Je pense même à l’avenir à te présenter comme telle auprès de certaines de mes amies qui seraient je pense tout à fait aptes à comprendre notre fonctionnement de couple et à l’apprécier, voir à s’en inspirer ! Allez, trente bons coups de cravache histoire de doubler la punition de Zaïa et ensuite tu auras ta récompense.

 

Samia semblait très contente, Laurent le remarqua car elle frappait moins fort que d’habitude.

  • Maintenant ouvre ton manteau et enlève ta jupe et la petite culotte de ta Maîtresse!

 

  • Oui Samia.

Il resta debout devant sa femme, ne portant plus que des bas et le manteau de fourrure. Sa queue était bandée à l’extrême, ses couilles pleines à déborder. Samia s’enduit les mains d’huile et commença à le tripoter. Puis elle se glissa derrière lui et remit ses mains sur son sexe. Elle l’astiqua et le fit venir entre ses doigts, son foutre s’envola loin porté par la pression de ces longs jours d’abstinence.

  • Reste comme ça ! J’aime bien cette tenue. Dans quelques minutes je te fais une nouvelle vidange. Je vais te vider les couilles pour un moment.

Elle attendit que son mari soit en état de bander de nouveau et elle le branla vigoureusement de nouveau. Pour la troisième vidange, Samia dut attendre encore un peu plus et le masturber encore plus vigoureusement. Elle ne résista pas à lui dire :

  • Eh bien, heureusement que mon amant est capable de bander plusieurs fois, plus vite, plus fort et plus longtemps ! A ta décharge, il a quinze ans de moins que toi…

Après un lavage et un examen consciencieux, Samia remit le sexe de Laurent en cage et l’envoya direct au lit. Sa journée avait été bien remplie.

 

A SUIVRE…

 

 

Please follow and like us:
Previous

A la recherche d’une femme dominatrice!

Simone, une « sissy » en dressage!

Next

1 réflexion au sujet de « Homme soumis toujours en dressage : Mutation vers un couple gynarchique (17) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.