Dominé par ma belle tante, femme dominatrice (2)

| |

Alors que je sortais de chez Sophie, superbe femme dominatrice et ma nouvelle Maîtresse, il fallait réfléchir à quelle excuse je devrais donner à ma copine, de façon crédible pour ne pas éveiller les soupçons.

  • Alors, où étais tu passé cette nuit ? me demanda Marie.

 

  • je suis désolé ma chérie, j’ai été boire quelques verres avec un ami. Et je ne me sentais vraiment pas capable de rouler au retour….

 

  • Super ! Tu t’en fais pas à ce que je vois !

Elle partit, très énervée. Nous avions eu une dispute plus qu’habituelle dans un couple. En fait, cette dispute plus que banale m’a donné une couverture parfaite pour ne pas éveiller les soupçons.
Pour me faire pardonner de cette pseudo soirée avec mon ami, je savais qu’il fallait sortir le grand jeu, et c’est la où les paroles de Sophie ma belle tante me revinrent en mémoire.

« Sois le petit toutou prêt à tout pour Marie »

Pourquoi ne pas commencer maintenant ?

Je préparai le repas du midi pendant qu’elle se reposait. Ainsi, j’avais décidé de lui préparer son repas préféré pour lui montrer que je voulais lui faire plaisir avant tout.
Je décidais aussi de ne pas manger, pour aussi faire d’autres tâches ménagères. Au moment de lui amener le repas à table, je me mis à genoux devant elle. Ensuite, je lui retirai ses chaussettes pour démarrer un long massage des pieds, car je savais que ces derniers temps, elle avait très mal et me le faisait savoir.

C’était l’occasion pour moi de lui montrer que je pouvais faire tout pour elle, mais mes envies de bien faire avait ses limites…

 

Mis en cage de chasteté par ma femme!

 

Après ces attentions durant le repas du midi, je me suis entre guillemets « reposé sur mes lauriers »! Ainsi, je ne fis plus aucun effort. D’ailleurs le soir au lit, je fus, vraiment, minable. En fait, je ne ressentis aucun désir. Je n’avais aucune envie de faire l’amour, juste envie de dormir.

Lassée de notre routine sexuelle, elle me demanda si j’étais prêt à pimenter nos relations sexuelles. Je répondis oui, sans hésiter, tout content et impatient de découvrir ce qu’elle me proposerait.

Elle me sortit une boîte en me demandant de l’ouvrir, comme un cadeau. En déchirant l’emballage je découvris une cage de chasteté. Avec un petit sourire, elle me dit:

  • Ma tante m’en a déjà parlé. Elle est très expérimentée dans tout ce qui est relation sexuelle. De plus, elle m’a promis une chose. C’est que l’on aura tous les deux beaucoup plus d’envies et d’excitation qu’avant. Si tu es d’accord, je te la mets dès ce soir mon coeur!

Je répondis oui sans hésiter à cette proposition. Cependant, j’étais un peu surpris et choqué que l’idée vienne de sa tante. Marie me posa, ensuite, cette cage sur mon penis. Elle décida de garder la clé. Ce soir là, nous nous endormîmes sans aucune relation sexuelle, pas même un préliminaire.

 

Message de Sophie, ma belle tante, femme dominatrice!

 

Le lendemain matin, je reçus un message de Sophie, sa tante.

« Alors petit esclave chéri, j’espère que ton cadeau te plaît ! Car tu vas devoir offrir en échange des biens et des services à ta petite femme en échange, je garde un œil sur toi ! »

Comment cette femme dominatrice était elle au courant ? Un scénario de complot commença à s’insinuer dans ma tête mais je n’en avais pas la certitude.

Cinq jours passèrent sans la moindre relation sexuelle et l’excitation montait énormément en moi. D’autant plus que ma copine s’habillait de plus en plus sexy, certainement pour le faire exprès.

Ce jour là, elle dit les mots que j’espérais depuis plusieurs jours:

  • Tu vas passer à la casserole, attend toi à souffrir ce soir !

 

Le tout dit avec un sourire moqueur sur ses lèvres!

Ce jour là fut un des plus long de toute ma vie. Du matin jusqu’au soir, ses mot résonnèrent dans ma tête. Puis l’heure arriva, nous étions tous les deux dans le lit conjugal prêt à faire le coït, du moins c’est ce que je pensais. Après cinq jours d’abstinence, je pensais pouvoir en profiter un maximum de cette soirée..

Marie me chevaucha pour me regarder dans les yeux puis elle m’embrassa, prête à me manger. Elle sortit de sa table de chevet deux paires de collants, une paire pour m’attacher mes jambes, l’autre pour mes bras. J’étais ligoté et ne pouvais rien faire face à elle. En fait, je ne pouvais plus bouger. Et l’idée de ne pas bouger face à votre femme prête à faire l’amour est très déplaisant en tout cas pour moi.

Attaché et bâilloné par ma femme!…

 

Contre toute attente, ma femme se leva et partit dans le salon s’occuper. Ma première réaction fut « mais que fais-tu ? Reviens ! »

Mais elle ne se retourna pas et continua sa route tout en fermant la porte. Je l’entendais parler au téléphone je ne sais pas avec qui ni de quoi elle discutait, tout ce que je peux vous dire, c’est que ça me trottait dans la tête.
Je me suis donc mis à crier en lui demandant de venir ou de me détacher. Quand elle revint dans la chambre, elle me regarda avec un regard noir puis retira son string et me le mît dans la bouche. Ensuite, elle repartit parler au téléphone comme si rien ne s’était passé.

Au bout de 30 minutes environ elle raccrocha puis finit par revenir dans la chambre et me retira son string de ma bouche.

  • T’as de la chance que je sortais de la douche et que c’était un propre !, me dit elle en rigolant.

femme dominatrice

…qui prend plaisir à jouer la femme dominatrice!

En revanche, elle ne me détacha pas de mes liens, fait à l’aide de ses collants puis elle en profita pour me donner des petites gifles qui ne me faisaient pas mal mais étaient très humiliantes à mon goût, le tout en souriant. Elle me retourna ensuite comme une crêpe sur le ventre, m’enleva mon caleçon et elle commença à me donner des fessées plus sévères.

  • La prochaine fois que je suis au téléphone, tu ne m’embêteras plus comme tu viens de le faire et tu resteras sagement ou tu es d’accord ?

 

  • D’accord…

 

  • Avec plus d’enthousiasme ce serait mieux quand même !

 

  • Oui mon amour!

 

Puis elle me remit sur le dos. À la voir, je voyais une femme toute excitée de ce qu’elle venait de faire mais assez perdue. Cela ne l’empêchait pas de me torturer le penis dans ma cage pendant de longues minutes.

 

Au bout d’un certain temps, elle s’arrêta, me mit à l’aise du fait que ce soit nouveau pour nous deux, puis d’un coup, elle rapprocha de mon visage, son vagin. Le message était clair je devais lui donner du plaisir.

 

Dois-je continuer à subir le chantage de ma belle tante, cette femme dominatrice?

 

Cette position ne la satisfaisant pas, elle se retourna sur elle même pour se retrouver face à mes jambes, dos au mur et totalement assise sur mon visage. Mon nez touchait son anus, je pouvais sentir son odeur très facilement et je devais aussi me concentrer sur sa chatte pour la lécher au mieux et lui donner son orgasme.

Pour y accéder, elle fit quelques mouvements de bassins ce qui faisait frotter son anus à mon nez. Très déplaisant pour moi mais je ne voulais pas la froisser et je la laissai continuer, surtout que cela fonctionnait car les gémissements se faisaient de plus en plus fort. Puis l’orgasme arriva et au moment où elle jouissait, elle pressa encore plus fort tout son corps sur mon visage. Je ne pouvais plus respirer pendant quelques secondes et mon nez pénétrait dans son anus.

En une poignée de secondes, elle montra toute la puissance qu’elle dégageait en l’utilisant pour son plaisir tout en m’humiliant.

Elle retira ses fesses de mon visage me laissant ainsi respirer tout en rigolant de sa victoire et de mon humiliation subie ces dernières minutes. Ensuite, elle me détacha ensuite les mains et les jambes puis pour rigoler, me remit la partie de son string qui devait être enfouie dans son cul au niveau de mon nez pour que je me rappelle son odeur.

Elle se reposa ensuite dans mes bras en me disant qu’elle m’aimait et que c’était son meilleur orgasme jusqu’à présent… Quand à moi, je lui disais que j’étais très heureux de l’entendre jouir et crier comme ceci et donc participer à son bonheur.

La nuit que je passais fut longue et douloureuse pour moi car je n’avais finalement pas été libéré de ma cage de chasteté et l’envie montait de plus en plus, mais je me demandais quelle était la prochaine étape, car celle-ci n’était que la première et était très dure pour moi… La question que je me posais était est-ce que je continue à faire des efforts pour Marie malgré tout ce que je subis, ou alors dois-je en parler à sa tante Sophie, cette impitoyable femme dominatrice, pour lui demander d’arrêter ce fichu chantage ? Car ce petit jeu était très drôle à prendre en main la première fois, mais aurais-je le courage d’être le bon petit soumis qu’elle espère que je devienne pour Marie ?

Please follow and like us:
Previous

Soubrette mâle au service de jeunes dominatrices (18)

Une drôle de secrétaire dominatrice (3)

Next

1 réflexion au sujet de « Dominé par ma belle tante, femme dominatrice (2) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.